« Sur cette terre déchue, seule la survie prime » - Le Passeur.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Foudre et vitesse, le mélange d'un bon duo [FEAT la raKaï]

Modératrice Hors JeuxModératrice Hors Jeux


x Messages : 425
x Date d'inscription : 26/04/2016
x Age : 15


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
17/100  (17/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 15 Fév - 23:28


J'avançais avec une détermination sans pareille dans la neige blanche et crissante, le poil dressé par le froid, et le souffle assez rapide. Brr. Il fait vraiment froid bon sang. Je regardai rapidement autour de moi par réflexe. Toujours analyser le lieu où l'on est. Bien que ce soit la sylve. Mais celle-ci a un peu changé en apparence avec la venue des températures polaires et du verglas. Ca glisse, ça mouille, c'est désagréable. Et surtout, bien sûr: c'est froid.
J'essayais d'activer au mieux mes muscles pour les dérouiller du givre qui les bloquait un peu ce matin. Mais à force de m'agiter, ils ont fini par devenir bouillants et bien réveillés.
Je regarde le ciel. La nuit est en train de tomber. Vite. Je dois me dépêcher.
J'éternue. Je cligne des yeux tandis que le ciel flamboyant de mille éclats orangés se teinte peu à peu d'obscurité et de couleurs bleutées, laissant place petit à petit aux petites lueurs des étoiles. La lune n'est pas encore visible. Mais elle doit être aussi fine qu'un croissant, car vraiment il fait de plus en plus sombre. Je repensai à ma première rencontre avec Kaï. La lune était pleine et éclairait doucement la nuit comme en plein jour. L'herbe était verte et chaque parcelle de terre était dépourvue de neige. Maintenant, le temps a avancé, et les saisons, le suivant, ont changé. Et pas qu'elles. Beaucoup de choses sont immensément différentes depuis peu ou longtemps selon les cas.
D'abord chez les Caméléons. J'ai entendu dire qu'ils s'étaient cassés fissa dans un coin près de la Ville, sous la tête d'une nouvelle cheffe. Je me rappelai mon aventure avec la petite Terra, ou encore avec Kitsune. J'espère qu'elles vont bien toutes les deux, en sécurité, et à l'abri de l'hiver avec ses bras mortels enserrant tout ce qui existe pendant sa période. Hmm.
Et puis surtout et même dans ma Guilde, Felinae. Dariel est mort depuis un petit moment maintenant, et son descendant applique ses lois. Alec est le nouveau chef de Felinae. Quand il a énoncé la liste impossible des choses qui allaient changer, je n'en ai pas cru mes oreilles. On aurait dit qu'il avait tout préparé à l'avance. Ainsi, les rumeurs parlant de lui comme un grand ambitieux étaient réellement vraies. Ca ne m'étonne pas à vrai dire, je ne saurais dire pourquoi.
J'étais crispé, accélérant le pas en fonction du rythme de la tombée du voile du soir.
Je risque gros. Très gros même. Ce soir, si je me fais choper, avec toutes ces nouvelles règles qui dépassent un grand nombre d'entre nous, je sens que je passerais un mauvais quart-d'heure. Alec avait l'air mortellement sérieux quand il a édicté les nouvelles règles de Felinae, celles qui allaient désormais guider ses pas et ses projets. Je baissai les oreilles en arrière. J'ai un mauvais pressentiment. Déjà, ça me perturbe énormément le fait que tous les anciens rôles comme chasseur aient été regroupé ainsi. Ca me fait certes entrer en contact d'une façon plus rapprochée des chats des autres postes, mais n'empêche que ça me manque un peu le petit groupe de chasseurs qu'on formait.
Mais ce n'est pas qu'une mauvaise chose cela, surtout avec l'arrivée du Grand Froid. Si tous les chats adultes se mettent à chasser, pour sûr qu'on saurait échapper à la famine. Un bon point.
En réalité, ça ne me pose pas de problème outre cela. J'ai eu avec Eriandalaf une formation assez complète comprenant aussi bien la chasse que le combat, avec quelques connaissances primaires en plantes médicinales. Je ne pense pas avoir perdu trop la main. Mais je pense que ça devrait vraiment me servir tout cela.
Eriandalaf.
Je soupirai et posai mes yeux au sol. Qui sait s'il est encore vivant? Pourquoi s'être donné aux Soldats? Il voulait se suicider ou c'est comment? Je pensais que de nous deux c'était moi le plus con; je me suis trompé on dirait.
Je te libérerai. De gré, ou de force, que tu le veuilles ou non. Tu mérites une vie plus tranquille et plus douce tout de même, même si dans notre monde cela relève assez de l'utopie, soit quelque chose d'assez compliqué à réaliser.
Je réfléchis. Si je le libère, il n'ira certainement pas chez les Felinae. Avec le nouveau régime en place -sorte de monarchie en gros avec un héritier et un roi- , il pèterait un câble de toute façon. Et puis non non non, en plus il ne se ferait pas accepter, considéré comme une bouche en plus à nourrir. Donc deux autres choix s'imposent. Négocier pour qu'il soit mis avec les Caméléons même si j'avoue deviner de grands changements dans la manière de vivre et de penser de ces chats; leur déménagement est une preuve assez suffisante. Soit je lui trouve un petit refuge où il vivra en Solitaire. Mais comment survivre seul de nos jours, même si on s'appelle Eriandalaf? Les temps se sont empirés, tout est plus dangereux, chaque faux pas peut coûter très cher.
Je bondis au-dessus d'un buisson qui formait une bosse blanche avec toute la neige qui le recouvrait, et constatai que j'étais arrivé au point habituel de rendez-vous.
Je devais parler de tout ça à Kaï. C'est pour cela que j'ai griffé le champignon hier. J'espère juste qu'il l'aura vu lors d'une patrouille. C'est tellement aléatoire. Pour l'instant ça a marché une fois, mais ça risque d'être chaud pour celle-ci et les suivantes.
Je me postai à côté de notre petit QG champignonesque, le contemplant dans toute sa grandeur. En réalité il fait pas si QG que ça. Mais il est un peu symbolique tout de même.
Je baillai et frissonnai à travers la petite bise qui s'était levée. Viendra-t-il ce soir? Je secouai mes pattes pour les dégourdir, et me mis à tourner un peu en rond, faisant les cent pas. Je saurai attendre dans le froid. Je ne m'appelle pas Gweithwyr pour rien. Je sais attendre. "Le temps est de mon côté." , songeai-je en fermant les yeux pour me concentrer sur mon tic-tac intérieur, à la fois apaisant, hypnotisant et un peu étrange. Je me demande pourquoi m'avoir mis ça dans le corps. Et bizarrement je ne ressens aucune gêne à la présence de cet objet. Tant mieux j'ai envie de dire. A force, je me suis habitué à cet élément qui faisait maintenant partie intégrante de moi-même. Je rouvris les yeux. Hmm.

AdminAdmin


x Messages : 1057
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 20


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
22/100  (22/100)
Endurance:
18/100  (18/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Lun 19 Fév - 23:45


Tsss, la nuit tombait lentement sur la forêt et Kaïgaan n'avait pas pu se libérer avant. Plus tôt dans la journée, il avait remarqué le fameux champignon griffé, indiquant que son compère voulait avoir une discussion. Cette méthode était ridiculement mauvaise et aléatoire, mais ils n'avaient rien trouvé de mieux pour se voir. Le soldat avançait donc machinalement dans la neige, jetant régulièrement des regards prudents autour de lui. Après tout, il était dans la sylve, ce n'était pas très sûre de s'y balader seul lorsqu'on était un soldat. Il avait beau avoir quelques amis parmi les Felinaes, certains étaient un peu plus bornés.
Le félin gris marchait donc en ruminant, agacé de devoir sortir aussi tard. La nuit, les soldats ne pouvaient pas vraiment sortir comme ils le souhaitaient. Cette rencontre avait intérêt à être courte s'il ne voulait pas recevoir un rappel à l'ordre grâce à sa merveilleuse puce. Quand il s'agissait de contrôle, les Hommes avaient décidément réponse à tout.
Enfin, Kaïgaan n'était donc pas de bonne humeur. Sa puce qui le menaçait à chaque minute passée dehors, cette foutue neige qui l'empêchait d'utiliser correctement son pouvoir, ce froid mordant, et bon sang, il ne s'était toujours pas remis de la perte d'Opaline. Capturée, envoyée à des centaines de kilomètres de lui, sur ordre des humains qu'il servait depuis sa naissance. Sa vie était une vaste blague. Il était resté chez les Hommes par peur de mourir, et ces mêmes Hommes lui avaient retiré sa seule raison de vivre.
En pensant à la femelle, son coeur se serra. Il réprima ce sentiment d'un grognement. Kaïgaan ne voulait pas souffrir. Il ne voulait pas ressentir ce vide horrible, cette sensation de n'être plus rien. Alors il réprimait ses sentiments, cachant leur force dévastatrice derrière un mur d'agressivité et de froideur. Il était devenu plus violent, explosant à la moindre remarque.

L'odeur des Felinaes s'intensifiait, indiquant le passage de Gwei. Enfin, avec la neige constante, il devenait difficile pour un chat des villes de s'orienter et d'utiliser son odorat aussi bien que durant une météo plus agréable. Les chats sauvages avaient un certain mérite à vivre ainsi. Kaïgaan soupira, fatigué. Son admiration pour les Felinaes n'était plus qu'une flamme vacillante. Il avait eu envie de les rejoindre, d'agir pour ce qu'il pensait être juste. Mais maintenant, tout cela lui paraissait fade, sans but. A quoi bon rejoindre cette guilde si Opaline n'y était pas ? Il avait tant espéré, tant fantasmé, pour que tout soit réduit à néant en quelques secondes.
Il était enfin devant le champignon que Gwei avait choisi comme lieu de rencontre principal. Le végétal n'avait rien de particulier, ou s'il l'était, Kaïgaan ne le remarquait pas. Pour lui, tous les arbres, tous les champignons étaient les mêmes. Il était loin d'avoir les connaissances des chats sauvages.
Le soldat observa d'abord calmement autour de lui. La nuit laissait entendre tous les sons inaudibles durant le jour. Il devait rester concentré, même s'il était avec son ami, il ne se sentirait nul part à l'abri. Silencieusement, il fit le tour du champignon, découvrant finalement le pelage gris de son ami à l'horloge au moment où celui-ci ouvrit les yeux.

- Gwei.

Kaïgaan prononça le surnom de son ami d'un ton calme, comme une indication. Il avait beau le nier, cela lui faisait plaisir de voir une tête sympathique, quelqu'un qui n'allait pas à nouveau lui voler quelque chose. Le soldat s'amusa à remarquer qu'il n'avait jamais prononcé le nom du Felinae en entier, se contenant toujours à son surnom. Plus par flemme qu'autre chose. Si le matou électrique avait une raison précise de ne se présenter que sous son nom entier, il faisait de même pour Gwei, même si la raison était plus amusante.
Enfin, le soldat regardait son ami, restant debout pour ne pas ressentir le froid de la neige sur son fessier, trop habitué au couchage bien chaud de sa chambre.

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 



Modératrice Hors JeuxModératrice Hors Jeux


x Messages : 425
x Date d'inscription : 26/04/2016
x Age : 15


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
17/100  (17/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 4 Avr - 22:47


L'apparition soudaine d'une frimousse grise aux yeux bleus et une voix me firent imperceptiblement sursauter, ne venant qu'à peine de me sortir de mes songes.

- Gwei.

J'eus une seconde où je demeurai comme figé, puis un sourire enthousiaste et une lueur toute contente vinrent illuminer ma face aux moustaches dressées par le froid. Je bondis sur mes quatre pattes, la queue remuant légèrement derrière moi. Les oreilles dressées et ma silhouette positionnée dans une attitude gaie, je lui lançai, l'air franc:

- Kaï! Content de te voir mon pote! J'ai bien failli attendre dis-moi.   , ajoutai-je, doucement ironique, la figure espiègle.

Une vague de frissons vinrent redresser progressivement mon pelage pour réchauffer ma peau qui peu avant commençait à se frigorifier au fil du temps que prenaient mes pensées à se frayer un chemin dans mon esprit. Voir le faciès si apprécié du Soldat gris avait balayé l'espace de quelques instants mes doutes et mes réflexions d'allure sombre. Mes moustaches retombèrent légèrement à l'évocation de celles-ci. Oui. L'heure n'est pas qu'aux heureuses retrouvailles. Il est temps de parler affaire. Il le faut. Tant de choses ont changé!... tant qu'il faut se remettre à jour dans nos convictions, mon partenaire et moi. Je m'ébrouai un coup, évacuant définitivement toute tentative du froid de s'infiltrer dans mes articulations- pour quelques instants tout du moins. Vous savez, c'est une longue lutte, un combat acharné, que se doit chaque félin d'accomplir contre le froid à chaque hiver. Sans oublier de manger bien évidemment, sinon ça marche moins bien tout d'un coup, on se demande pourquoi.
Je baissai légèrement mes oreilles, sérieux, fixant le fond des prunelles glacées de mon ami avec mes yeux scrutateurs. Par quel bout commencer?
On pourrait se faire un compte rendu, chacun de notre côté, comme la dernière fois dans la Prairie Carnivore. Oui c'est ça, faisons cela. Le temps est précieux. Et il peut être si facilement écourté par des événements parasites. De plus, cette fois-ci, Kaï n'est pas le seul à risquer gros lors de notre rencontre. Si un des miens me voit ainsi avec un "ennemi", je suis foutu ma foi. On pourra récupérer mes restes à la petite cuillère d'un tas de cendre près de l'Arbre des Pendus. Urg.
Mais je ne voulais pas penser à cela. Chacune de nos rencontres est importante, quels que soient les risques les accompagnant. On a un but, un objectif commun, vrai? Alors il vaut bien plus que tous les dangers l'entourant. D'autant plus quand il s'agit d'un ami que j'apprécie beaucoup. Je me fis la réflexion que si Kaï se faisait attaquer par un des miens, je n'hésiterais pas à le couvrir pour qu'il se mette en sécurité, quitte à ce que j'en paye le prix fort. Felinae n'est plus la même. L'ambiance a changé. Comment puis-je l'assimiler avec l'image familiale d'autrefois, celle qui faisait bondir mon coeur d'allégresse? J'y peine depuis quelques temps, malgré le fait que ma loyauté reste inlassablement dévouée à cette guilde.
Je me mis inconsciemment à compter depuis combien de temps je suis ici. Le temps passe si vite. Pourtant la disparition d'Eriandalaf m'est dans l'esprit comme si c'était hier. Je soupirai intérieurement. Je me repris. Pas le temps de ressasser de vieux souvenirs. Il est trop précieux pour cela. Je pris une courte inspiration qui était l'annonciatrice de ma prochaine tirade, la face calme.

-Tu commences ou je commence?

Je savais qu'il comprendrait de quoi je parlais. Enfin j'espère en tout cas que je le connais aussi bien que je le pense.

AdminAdmin


x Messages : 1057
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 20


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
22/100  (22/100)
Endurance:
18/100  (18/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Lun 16 Avr - 21:05


Comme à son habitude, le félin ne resta pas impassible. Il ne lui fallu pas plus d'une seconde pour révéler son caractère vivace. Enthousiaste, il bondit sur ses pattes si rapidement que le soldat eu une imperceptible mouvement de recul.

- Kaï ! Content de te voir mon pote ! J'ai bien failli attendre dis-moi.

Kaïgaan souffla du nez d'un air mi-exaspéré mi-amusé pour toute réponse. Ce jour plus que les autres, la différence de tempérament entre les deux matous était gigantesque. Le froid devait picoter le sang du Felinae déjà très actif et le soldat peinait à avoir encore envie de quoi que ce soit. Il bougeait peu et jusque là, il n'avait dit qu'un seul mot, ne répondant ensuite que par un grognement. Il n'avait plus l'impression d'être lui-même. Plutôt son ombre. Sa vie l'avait quitté en même temps qu'Opaline.
Son ami resta silencieux un moment, plongé dans ses pensées. Il semblait un peu soucieux, ce qui eut le mérite d'intéresser le matou moqueur. Il s'était passé des choses. Mais à vrai dire, Kaïgaan hésitait à annoncer qu'il laissait tomber. Leur plan était voué à l'échec, il essayait de s'en convaincre. Et même s'ils réussissaient, à quoi bon aller chez les Felinaes si la femelle aux oreilles de feu n'y était pas ? Le monde semblait bien plus fade, sans but, sans aucun objectif pour lui donner une raison d'exister. Kaïgaan n'était plus vraiment lui-même. Il cachait sa tristesse par de l'agressivité, refusant d'embraser sa douleur. Il ne le pouvait pas, il ne le voulait pas. Même la souffrance ne pouvait lui rappeler qu'il vivait encore. Il était constamment sur les nerfs, démarrant à la moindre provocation, perdant peu à peu la sensibilité qu'il avait si durement acquise.

- Tu commences ou je commence ?

La question de Gwei le fit sortir de ses sombres pensées. Il le regarda un instant avant de baisser légèrement le regard vers sa montre. Il inspira profondément avec une certaine lenteur, avant de soupirer plus rapidement. Il en avait assez de cette bataille futile. Ils s'échangeaient des informations, sans jamais trouver le bon moment pour attaquer. C'était sans fin.
C'est le ton froid, sans regarder son ami, que le soldat répondit. Il regardait en coin la neige au sol, quelques traces d'oiseaux formant quelques traits dans le manteau immaculé.

- Il ne s'est rien passé de mon côté.

Il parlait presque entre ses dents, tendu. Son regard brûlait de haine, sans être dirigé contre le Felinae. On le sentait quasiment bouillir à l'intérieur, piégé dans sa colère. Cette simple phrase le mettait hors de lui, mais il faisait de son mieux pour avoir juste l'air agacé à cause du froid. Il ne voulait pas que Gwei sache ce qui le mettait en rogne. Il ne voulait pas parler, ni pleurer. Juste haïr les Hommes et soldats qui lui avaient pris sa bien aimée.
"Il ne s'est rien passé". Au contraire, la pire chose était arrivée. Opaline n'était plus là. Emportée loin de lui, peut-être morte à l'heure qu'il est. Son avenir tant fantasmé était réduit à néant. Son monde venait de s'écrouler. Sa volonté faillait. Mais non, il ne s'était rien passé.

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 



Modératrice Hors JeuxModératrice Hors Jeux


x Messages : 425
x Date d'inscription : 26/04/2016
x Age : 15


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
17/100  (17/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 18 Avr - 12:08


J'attendais sa réponse, le scrutant attentivement d'un air enjoué.
Mais bien vite je me rendis compte que quelque chose n'allait pas. Si encore le calme du début de cette nouvelle rencontre m'avait paru normal vu le caractère du félin à qui je fais face, quelque chose me paraissait franchement clocher là. C'était comme marqué dans son visage, dans ses prunelles. Et pourtant il n'avait pas encore fait un geste que mon flair avait repéré un problème.
Enfin, il posa son regard sur moi, puis sur ma montre, lentement. Je l'observais, attendant des indices pouvant pointer du doigt ce qui me chiffonnait chez Kaï. Il prit une profonde inspiration et expira courtement. Mes oreilles se dressèrent, puis l'une d'elle se tourna légèrement vers l'arrière. Mes yeux se plissèrent un peu, cherchant à percer la lassitude qui empreignait le faciès du Soldat. Oui. Il semblait las. Electrique.
Mon coeur parut se faire silencieux quand la voix glaciale du chat me répondit, comme s'il fut étonné de ce ton condescendant et de ce regard qui ne regardait pas droit, les yeux dans les yeux.

- Il ne s'est rien passé de mon côté.

Mes yeux s'écarquillèrent légèrement, mais je me repris et mes sourcils se froncèrent un peu. Une espèce d'aura colérique, brûlante et crispée, se semblait se dégager de lui. Mon ami me semblait tout d'un coup comme défait, comme ce genre de personnes qui ont tout perdu; c'est ce que je crus intercepter dans ses yeux mornes. Comme ces chats, ces prisonniers que j'avais rencontrés au laboratoire. Je me tendis un peu et les poils de mon échine se dressèrent à l'évocation de ces souvenirs glaçants. Je me forçai à me décontracter.
Mon oreille se baissa entièrement, et une expression inquiète passa dans mes yeux. Je m'avançai aussi peu brusquement que je le pouvais, peut-être quelque peu incertain, et une fois que je fus à portée de patte de Kaï, je restai là quelques secondes, hésitant. Mais je me décidai, l'interrogeant du regard, et touchai doucement du bout de la patte son épaule, sans pour autant oser l'y poser tout de suite. Toutefois, ma patte se fit petit à petit plus appuyée, cherchant à se faire reconnaître comme une forme de pilier voulant le soutenir.
Je cherchai à croiser son regard, baissant et avançant la tête vers lui, une lueur de curiosité désintéressée brillant dans mes mirettes.

- Hé, Kaï.... ça va pas?  , demandai-je maladroitement.

Je ne voyais pas d'autre tournure de phrase pouvant amener à une quelconque façon de ma part de l'aider. Je ne comprenais pas ce qui avait bien pu se passer. Il s'était passé un certain temps en effet entre cette rencontre et la dernière. Et ainsi il a pu arriver beaucoup de choses dont je n'ai peut-être pas connaissance.
Certains événements ont plus d'impact sur certaines personnes que d'autres.
Je me mis à songer aux chats qui se sont fait attraper récemment chez les Felinaes. Mon coeur se serra à la pensée d'Opaline, ma camarade de chasse, celle avec qui je m'entendais très bien. Une lueur triste passa dans mon regard. Je n'ai aucune idée d'où elle a pu aller, avec mes deux autres congénères, soit un adolescent et un guerrier. Je soupirai intérieurement. C'est terrible. C'est horrible.
Mais voilà pourquoi il est hors de question que je me laisse m'abattre. Il faut que je garde la tête haute, prêt à agir comme je le dois. La défaite est de paire avec la lassitude. Je ne perdrai pas. Je me battrai. Pour tout ces chats.
En attendant, en effet, ce n'est pas moi qui ai besoin de toutes ces pensées héroïques. Kaï semble mis à mal par je ne sais quelles choses. Alors il est de mon devoir d'ami de l'aider, et je le ferai de bon coeur s'il y concède. J'espérais pouvoir, par l'intermédiaire de ma patte, lui transférer une chaleur toute autre que celle de la haine qui transperça en contraste avec son attitude résolument froide et distante.





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Boit'Kitu et Kult d'la Vitesse
» Moule des Malendrens: Préval passe la double vitesse
» kulte d'la vitesse
» Kult'd'la vitesse 1500
» Plante et foudre...bonne entente? [PV Rigu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: Zone en Mutation :: La sylve (royaume Felinae)-
Sauter vers: