Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Ici se rencontrèrent deux frères de sang - Feat El Diablo
Jeu 13 Avr - 23:43
Les minces rayons du soleil traversaient la mince couche qui recouvrait les arbres depuis le début du printemps, l'odeur qui planait ici n'était pas désagréable mais pas agréable non plus, sauf pour ce qui était des proies qui tournaient tout autour de moi, me laissant une agréable odeur de gibier en bouche, je devais me nourrir correctement maintenant, après tout ce n'était pas pour rien que Rainbow m'avait sorti de l'enfer dans lequel j'avais plongé la dernière fois. Je grimaçais en repensant au blessure qui striait mon corps à nouveau. Je soupirais doucement, j'en avais assez de ces combats qui menaient ma vie dans un cercle vicieux, j'allais mieux pour soudainement je me faisais défoncer, puis j'allais à nouveau mieux, je perdais ce qui me faisait aller mieux, je me faisais défoncer, enfin bref, ma vie ne tournait clairement pas au mieux. J'avais l'impression de ne pas avancer du tout depuis plusieurs années, j'avais 3 ans maintenant ! Je n'étais plus un chaton insouciant qui avait quitté les soldats sur un coup de tête sans aucun sens. Je me souvenais du mâle, celui que j'avais reconnu comme étant mon père, il n'était pas mort, mais je me souviens avoir entendu que ce n'était pas terminé. Je grognais en grimpant sur un rocher, cette blessure à la patte me tiraillait plus que les autres, mais c'était traité à présent je ne pouvais plus rien faire, seul le temps pouvait m'aider pour le coup. Le soleil était attiré par mon pelage noir, c'était agréable de sentir un peu la chaleur des beaux jours revenir, enfin après cette hiver qui fut un véritable enfer pour moi, comme pour les autres solitaires, peut être que certains étaient morts durant celui ci, c'était courant après tout.

Je me couchais doucement, me glissant sur le dos pour mieux en profiter, je ne sentais plus rien, mes sens se brouillèrent pour me laisser doucement sombrer dans un demi sommeil, je n'avais pas à avoir peur ici, personne ne me ferait de mal, personne ne venait d'ailleurs jamais. Mes rêves furent emplis de souvenir, me rappelant doucement ces moments avec ma mère et mon frère, on nous avait laissé un peu plus longtemps que les autres chatons car ma mère était déjà assez vieille quand elle nous avait eu avec donc ce chat noir. Moi et mon frère étions insouciants à cette époque, nous étions pressés de débuter notre apprentissage pour devenir de fiers soldats qui défendraient leur clan jusqu'à la mort. Je me rappelais de mon frère comme d'un chaton roux et noir, aux oreilles touffues et à la queue trop longue pour un corps fin. Il possédait des yeux jaunes, ceux de notre mère, j'avais hérité des yeux de mon père et surtout suite à notre mutation j'avais attrapé un oeil blanc, qui était à présent totalement aveugle suite à une blessure. Enfin passons. Je me souviens que mon frère était du type à courir partout, sans s'arrêter pendant de longues minutes, pour finalement tomber comme une merde sur le sol, sous nos rires, à moi et à ma mère. Je me souviens que ma mère nous rappelait souvent les chatons qu'elle avait eut avant nous, enfin surtout un, un chat roux aux pattes noirs, il avait grandit comme un soldat, mais en beaucoup moins sadique que l'était son père avec les reproductrices, il s'agissait d'un cracheur de feu comme elle disait. Je ne me rappelais plus si elle avait un jour ou non citer son nom. Mais je ne me pouvais m'en souvenir. Les souvenirs suivants étaient beaucoup moins joyeux, c'était la mort de mon frère, sous mes yeux alors que je combattais moi même un autre monstre, car ce jour nous étions ensemble. Je me vois impuissant, assister à son exécution par cette bête grise et noire aux yeux rubis. La scène suivante était très floue, je ne comprenais rien à tout ce qui se passait devant mes yeux, des flammes partout, m'entourant dans un étau mortel, j'étouffais clairement, mais je ne pouvais pas voir ce qui me tenait à la gorge, je ne voyais que ces flammes.

Je me réveillais en sursaut, regardant autour de moi frénétiquement, à la recherche du moindre agresseur ou de la moindre flamme, c'était quoi encore ce rêve, c'était le quatrième du genre en deux jours merde ! Je me relevais doucement, m'asseyant sans douleur pour une fois, juste l'esprit embrumé par le sommeil et surtout préoccupé par ce rêve, ces flammes, ces mêmes flammes à chaque fois, cela ne pouvait pas être une coïncidence, si? Enfin bref, je devais me le sortir de la tête ce rêve à la con, je ne devais pas en avoir quoi que ce soit à foutre ! Je secouais la tête rapidement, et je humais l'air à la recherche d'un morceau de gibier, le clapotis de l'eau à un endroit où l'eau s'était accumulée me répondit, je regardais alors doucement avec un sourire. Un oiseau là ! Je me glissais discrètement dans un buisson, enfin discrètement on reverra le vocabulaire plus tard car l'oiseau entendit, mais heureusement pour moi ne décolla pas. Je m'approchais doucement, laissant mes bois apparaître pour faire genre je suis un cerf, enfin c'est un peu la moitié de mon ADN ce truc, donc je devrais commencer à bouffer des feuilles, et l'herbe et à faire un truc bizarre avec ma tête quand je vois une femelle qui me plaît? Ouais nan, je vais juste rester un chat très tranquillement, devenir un cerf on verra ça quand je serai un vieux croûton rabougri. Je secouais la tête, remuant les feuilles au dessus de ma tête, faisant pousser un cri d'alerte à la bestiole à plume, je le fis stopper net en lui sautant dessus et en lui brisant la nuque d'un coup de patte dans celle ci. Je souriais quand je vis l'oiseau devenir plus raide. Je le pris dans ma gueule délicatement, ou pas du tout en fait, et je m'installais sur le rocher au soleil, tournant le dos à la forêt derrière moi, je le posais dessus et je commençais mon repas, déplumant l'oiseau avec patience, ou pas en fait j'en faisais de la charpie avec mes griffes, mais tant mieux j'adore mes proies quand elles ne ressemblent plus à une proie justement.

Une fois que l'oiseau ne ressemblait plus à rien, je commençais à croquer dans sa chair tendre et juteuse, il était heureusement encore chaud, et je profitais d'un bon repas car l'oiseau était bien dodu. Je passais alors dix minutes pour manger ce petit oiseau, pour grignoter le contour des os pour pouvoir récupérer le maximum de viande, je ne dirais clairement pas non à une souris dans l'instant, cependant je n'en sentais pas encore dans les parages, peut  être à cause de cette connerie de piaf qui avait lâché un cri d'alerte, gah je devrais me faire plus rapide la prochaine fois peut être que je pourrais un choper un peu plus. Je terminais mon oiseau et j'enterrais la carcasse entièrement consommée sans rien dire, un sourire sur les lèvres, je voudrais tellement voir la petite femelle qui m'avait sauvé la vie, Rainbow il me semble, je la trouvais réellement intéressante, après tout peut être qu'on pourrait faire connaissance, elle semblait sympathique après tout, pour une solitaire du moins. Je rougissais un petit peu, me sentant coupable de penser à une femelle alors que je devais être en deuil à propos d'Alsidiah, je secouais la tête, je dois l'oublier, c'est terminé, et ce à jamais. Je continuais alors mes pensées, lâchant un petit rire par moment quand ces pensées étaient trop décalées pour coller avec la réalité. Je soupirais doucement. Une odeur attirait alors mon attention, une odeur un peu familière, mais pas trop. Je me retournais doucement, un soldat, c'était certains, je me méfiais des soldats, mais là il faisait un peu trop chaud à mon goût pour que j'en vienne aux griffes avec qui que ce soit. Je m'asseyais doucement, regardant avec sérénité les buissons en face de moi, ils étaient brunâtres, mais gardaient des traces de vert encourageantes.

"-Y'a t'il quelqu'un? Qu'il soit Soldat, caméléon, solitaire, domestique ou bien même Felinae?" J'avais une voix détendu malgré la situation qui pouvait se montrer délicate, et si c'était un des chats que j'avais rencontré au cimetière qui venait finir le travail? C'était très peu probable, je n'étais pas sérieusement blessé, heureusement je pouvais toujours me défendre, mais également j'avais un autre soucis, c'était qu'on avait fait fuir ou tué presque tout les chats. Je me calmais intérieurement, pour lisser mon pelage qui commençait à se dresser j'ajoutais de ma voix grave habituelle, celle qui n'avait jamais changer depuis que j'avais mué en fait, celle qui faisait parfois peur, mais celle qui faisait ma renommée. "-Je ne suis pas une menace, quel que soit votre rang ou votre clan" Je plissais mon unique oeil pour tenter de voir quelque chose, à part une lueur jaune orangé, je ne pus que distinguer un bruissement dans mon oreille gauche, je me tournais à ma gauche pour découvrir un autre oiseau qui me regardait, se demandant vraisemblablement si il devait gueuler ou non. Je levais les yeux au ciel et je me couchais sur la pierre, laissant la chaleur de celle ci me chauffer le ventre, cela faisait tellement longtemps que j'attendais le printemps, après tout un peu de réconfort ne tue personne.
Ven 14 Avr - 16:04

Ici se rencontrèrent deux frères de sang

Feat Tsuko
Le soleil vient à peine de se lever, mais toi, ça fait déjà longtemps que tu ne dors plus. Maudites soient ces visions qui t'hantent et t'empêche de fermer l'œil. Tu soupires et te tortille dans tous les sens possibles. En vain. Tu décides finalement de te lever. Autant allé te dégourdir les pattes. A pas de loup, tu te faufiles entre tous les félins endormies autour de toi. Tu arrives enfin à l'extérieur du QG. Tu inspires l'air frais avant de t'avancer. Tu ne sais pas trop où aller. Un endroit calme, comme d'habitude. Pourquoi pas le ruisseau ? Il n'y a rien de plus apaisant que le clapotis de l'eau et avec le lever du soleil, ça doit donner un sacré paysage. Tu te rends donc à l'endroit voulu. En chemin, tu prends le temps d'observer tout ce qui t'entoure. Le peu de nature qui reste commence à repousser après cet hiver plutôt rude. Enfin, heureusement que chez les Soldats, il y a de la nourriture et que vous n'êtes pas obligé de chasser sinon beaucoup n'aurait pas passé l'hiver. L'un des avantages d'être chez ces bêtes sanguinaires pour la plupart, sous le commandement de ces idiots d'humains. Tu commences à arriver aux abords du ruisseau. Tu peux déjà sentir l'humidité qui entoure cet endroit et entendre l'eau s'agiter. D'un coup, une voix te stoppe. Une voix de chat qui demande s'il y a quelqu'un. Tu essayes de voir d'où elle vient. Avant que tu puisses le voir, l'autre chat reprend en disant qu'il n'est pas une menace. Tant mieux. Tu t'avances alors plus jusqu'à voir l'autre chat, affaler sur un rocher. Tu ne le distingues pas encore clairement, mais tu préfères ne pas t'avancer plus. Tu t'assois alors à une longueur convenable de l'inconnu et réponds :
- Je ne suis pas une menace non plus cousin.

Code par xLittleRainbow

Dim 23 Avr - 17:08
L'odeur des soldats arrivaient à mes narines, il était seul, et c'était forcément un mâle, d'ailleurs une autre odeur traînait sur son pelage, c'était quoi encore ce truc? Je me redressais calmement alors que sa tête pointait dans l'encadrement du dit buisson, il était roux comme un renard avec de longues pattes musclés de couleur noire, et des yeux qui me semblaient ambrés jaune. Il était grand, à peu près de ma taille, sa posture était très fière, c'était un soldat quoi en fait, ce à quoi j'aurai pu ressembler si j'étais resté la bas, sauf que non j'étais pas resté la bas. Je le regardais longuement, il était un peu comme moi, avec les cicatrices en moins et avec un oeil supplémentaire on va dire. Les chaines sur son corps étaient éblouissantes avec le soleil qui tapait dessus, ce qui m'énervait quand même pas mal, surtout que le soleil est agréable normalement par ici, avec ce temps je ne mettrais pas les pattes dans le quartier des humains, leurs installations doivent être aveuglantes, voir destructrice pour nos yeux. Toutes façon j'aimais pas ces quartiers là, c'était toujours trop froid, ou bien trop chaud, jamais à la bonne température, la forêt était mieux. Le mâle me regardait une seconde, visiblement ébloui par le soleil lui aussi, et ouais mec c'est pas en restant à l'intérieur pour t'entraîner avec les autres abrutis de ton espèce que le soleil et toi allez pouvoir coexister. Je soupirais agacé quand il me dit qu'il n'était pas une menace, c'est pas le fait qu'il ait dit ça le soucis, c'est le surnom qu'il ait utilisé. "Cousin" sérieusement? Il veut sentir mes griffes le rouquin?

Je le regardais longuement, sans trouver quoi que ce soit à redire, c'était juste un soldat de passage, avec un air agaçant certes, et une manière de nommer les gens qu'il connait pas frustrante, enfin bon, rien de bien intéressant. Je détournais le regard l'ignorant totalement pour un petit moment, regardant l'eau qui coulait, tournant le dos à la bête rousse derrière moi, je restais cependant sur mes gardes, c'était reposant comme endroit, mais quand même on va déconner avec ça. Je me levais doucement, m'étirant en poussant un râle grave sortant directement de ma bouche sans que je ne puisse le retenir, et je m'asseyais près de l'eau après avoir fait quelques pas, l'herbe poussait un peu ici, je pense que la vie reprenait un peu la place dans la forêt malmenée par les hommes, peut être qu'un jour on allait enfin revoir mes amis les cerfs? Que je vivrais avec eux, bouffant de l'herbe toute la journée, et fuyant le grand méchant loup? Je rigolais un peu à mes pensées, je racontais vraiment de la merde parfois, je pense mettre ça sur le compte de la chaleur. Je buvais tranquillement, relevant alors la tête vers le mâle derrière moi, me tournant vers l'unique oeil que j'avais de fonctionnel de façon à ce qu'il voit mon profil, et non pas mon oeil abîmé, comme un signe de faiblesse apparent.

"-Et toi qu'est ce que tu fous ici? Tu t'es perdu le chat domestique? C'est quoi ton ptit non?" J'affichais un sourire satisfait, oui j'étais un pur connard, mais bon, il m'avait cherché avec son "cousin" ouais j'aimais pas trop la familiarité comme ça, même si ce chat me rappelait quand même vachement la description que ma mère m'avait fait d'un certains chat qui serait mon demi frère, enfin très probablement une coïncidence. Mon ton était à la fois sarcastique et cynique, ouais j'avais un peu peur qu'il ne soit qu'un subterfuge pour d'autres soldats dans son dos, enfin les soldats ne sortaient que rarement dans les jours aussi lumineux, leurs yeux n'étant clairement pas fait pour tout ça, surtout avec ce soleil. Je soupirais doucement, reprenant ma respiration derrière, j'avais faim, mais bon fallait pas le dire, je venais de manger après tout, c'était cette hiver à la con qui m'avait affamé et fait souffrir après tout, avoir subit ça pendant que ce soldat restait campé chez lui à se gaver de croquette sans goût, beurk, répugnant.

Je m'approchais de lui, le pelage plat, les lambeaux qui en tombaient la dernière fois quand Rainbow m'avait sauvé n'étaient plus, mes griffes n'étaient pas sorties et mes oreilles étaient bien droite, pour montrer que je n'avais pas peur de ce matou. Je m'asseyais doucement en face de lui, écoutant alors le vent qui sifflait autour de nous, ne m'apportant aucunes autres odeurs de soldats ou même de soldates, celle ci ayant une odeur plus importante. Une légèrement odeur de Felinae planait dans l'air, enfin d'eux je ne risquais pas grand chose, Mimosas étant l'une d'entre eux et ma sauveuse dans le cas présent. Peut être que Rainbow viendrait ici? J'espérais, sa présence était agréable, même si elle était tout de même assez distante, elle m'avait également sauvé la vie, et surtout après qu'Alsidiah ait disparu c'est la dernière personne à avoir put me sortir d'affaire, je veux dire de mon coeur brisé, j'avais définivement pas de chance avec les femelles moi, surtout avec celles que j'aimais, la première était une soldate dont je ne me souvenais plus du nom, seulement je me souvenais que ça sonnait comme une poésie à mes oreilles, la seconde était une solitaire, Alsidiah, elle était devenue ma raison de vivre. Cependant elle disparut du jour au lendemain, sans laisser de traces, cela me plongea dans une dépression macabre, cependant quand j'étais dans la merde à cause de cette dépression, Rainbow me sauvait des soldats, je ne comprendrais d'ailleurs jamais pourquoi, depuis je la considérais comme une amie. Je revenais alors sur le mâle en face de moi, les yeux légèrement plissés.

"-Dis, j'ai l'impression de t'avoir déjà vu le rouquin, tu étais là au cimetière y'a une semaine environ?" Je feulais presque ces mots, pensez aux soldats du cimetière me mettait en rogne, je ne tenais pas en plus à devoir affronter ce mâle qui visiblement n'était pas une menace du moment que je ne le cherchais pas trop. Le malaise que je ressentais était palpable je pense, je plantais mes griffes dans le sol, je devais me calmer, je ne devais pas montrer que j'étais énervé, après tout c'était pas le but, en venant ici je pensais pouvoir être seul, pas me retrouver face à face avec ce soldat aux intentions introuvables, voir même peut être bizarre, ptêtre il allait me violer, c'était possible après tout, surtout que chez les soldats y'avait quand même de sacré phénomène...
Jeu 11 Mai - 16:40

Ici se rencontrèrent deux frères de sang

Feat Tsuko
Le Solitaire se contente de te regarder longuement. Quoi ? Tu as dit quelque chose de travers ? Peut-être qu'il rigolait en disant que ce n'était pas une menace ? Puis, il détourne le regard, regardant l'eau en t'ignorant royalement. Tu fais de même. Il y a de légères vagues à la surface, mais il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de courant. Le Solitaire se lève, s'étire et part s'asseoir au bord du ruisseau. Tu peux le voir un peu plus clairement. Il a des cornes sur la tête ? Il n'y a pas de quoi être choqué de vos jours mais celle-la sont... Spéciales. Puis, il te demande ce que tu fais ici en se moquant de toi. Tu soupires, exaspéré. Ce truc squelettique cherche vraiment les embrouilles ? Il affiche un sourire satisfait en plus. Oh c'est bien, il est content le garçon, il se moque des autres, c'est très intelligent ça. Pas besoin de sourire pour ce que les derniers des abrutis font, crétin. Puis, il s'approche de toi. Il s'assoit en face de toi les griffes sorties, les oreilles droites. Wouah ! Agrou agrou ! Je suis méchant et je n'ai pas peur de toi, regarde moi ! Désespérant... il plisse les yeux et demande si tu n'étais pas au cimetière il y a une semaine environ. Tu rétorques alors d'une voix froide et calme :
- Non, je n'ai rien à faire là-bas, mais j'imagine que toi t'y es allé pour creuser ta tombe ?
Oouups, tu n'as pas pu tenir ta langue. Dommage ça dit donc. Non mais sérieusement, ce n'est pas ton genre, mais la, il l'a mérité, monsieur je me prends pour le roi du monde. Et puis après tout, les Solitaires (comme tout le monde) sont condamnés à mourir un jour, autant déjà faire une partie du boulot pour éviter aux autres de le faire. Surtout pour des chats qu'on apprécie guère. Tu le fixes calmement dans les yeux, attendant sa réaction. A coup sûr il va s'énerver. Tout cela va sûrement se finir avec les griffes malgré le fait que tu préfères les mots.

Code par xLittleRainbow

Dim 14 Mai - 19:21
Le vent qui nous entourait changeait soudainement l'ambiance qui se trouvait ici, je grognais un peu, me tournant un peu plus vers le mâle, les yeux mauvais suite au ton froid et moqueur qu'il avait utilisé à l'instant pour me répondre, ce genre de façon que je ne supportais pas et qui me demandait un effort considérable pour ne pas lui cracher une remarque acerbe à la figure. Je soufflais doucement, regardant alors devant moi, ce mâle me rappelait quelque chose, entre autre les paroles de ma mère, c'était la description qu'elle avait fait du félin mystérieux qu'elle prenait pour une espèce de diable si j'avais bien compris, mais je n'arrivais pas à remettre un nom sur ce chat. Je soupirais doucement, la présence du mâle à côté de moi n'était pas désagréable, j'acceptais alors doucement de baisser la queue, ainsi que mes oreilles pour finalement rétracter mes longues griffes. Le mâle me regardait dans les yeux, de ses beaux yeux couleur ambre, il n'était pas vilain, c'était bien vrai, même si j'avais probablement une compagne à présent, enfin du moins une femelle en vue, si j'avais été attiré par le service trois pièces aucun doute que cela aurait été en prétendant. Attends, qu'est ce que je raconte encore comme connerie moi?! Je me grattais une seconde l'oreille avec une patte avant, puis je me détournais du mâle pour regarder devant moi sans ajouter un traître mot, le mâle avait probablement répondu ainsi car je me conduisais comme un mâle en chaleur qui voulait garder son harem pour lui, je devais probablement m'excuser.

"-Désolé du comportement, j'suis un idiot, je pense que tu as du vite le remarquer non? Sinon t'es soldat non? Comment tu t'appelles l'ami?" Je le regardais avec un léger sourire amical, je ne tenais pas à me faire un nouvel ennemi, même si je haïssais les soldats, enfin surtout ce débile d'Ao, que je n'avais d'ailleurs plus vu depuis un long moment, peut être qu'un autre soldat l'avait croqué, il était si faible après tout que c'était possible. Puis un soldat aussi faible avec un pouvoir de vitesse avec une patte entièrement en miette, c'était pas très pratique après tout, surtout quand ça venait directement de moi cette blessure. Je balayais ces idées noires, et je me concentrais sur mon interlocuteur, par miracle, je ne devais ni monter, ni descendre les yeux pour le regarder, nous faisons à peu près la même taille, c'était très pratique. Un clapotis attirait mon attention, je dressais alors les oreilles pour discerner d'où ça venait. Je me tournais pour voir finalement un poisson sur la berge, ce con avait sauté hors de l'eau, je levais les yeux au ciel pour donner un coup de patte pour l'envoyer vers le rouquin. Le poisson était basique, sans aucune modification, bien qu'un peu gros pour vivre dans ce petit cours d'eau.

Je m'approchais pour m'asseoir calmement avec un port ni fier, ni soumis, juste un port très normal, vu que visiblement ce mâle était offensé par tout et n'importe quoi, enfin surtout par le comportement que j'avais osé avoir envers lui. Je soupirais doucement, regardant le poisson qui frétillais encore faiblement, j'avais clairement pas l'intention de l'achever, surtout que j'aimais pas énormément le fait qu'il soit autant frétillant, c'était trop compliqué à attraper dans ces conditions. Je regardais le mâle avec un petit sourire amical, j'espérais seulement ne pas tomber sur un connard de seconde zone, c'est à dire qui vous répond toujours avec mépris, ou bien même qui vous répond pas tout court, car bon là on ne s'entendrait clairement pas sur la question du respect, même si moi qui parlait de respect c'était un peu le loup qui parlait de commencer à manger comme les lapins. Je donnais un coup de langue sur mon poitrail, j'avais pas les idées claires, ce mâle dégageait une aura qui me perturbait énormément, comme si au fond de moi je le connaissais mais étant sous l'emprise d'un oubli sorti de je ne sais pas où je ne pouvais pas me souvenir de lui, comme si ça faisait des années que je ne l'avais pas vu. Je grognais un peu frustré par cette sensation plus que troublante.

"-Putain...J'ai réellement l'impression de t'avoir déjà vu, ça fait longtemps que tu es chez les soldats? Ptêtre qu'avant quand j'étais la bas je t'ai vu, mais là je suis presque sur que c'est le cas..." Je cherchais un peu mes mots, j'avais l'impression d'être un idiot, voir même plus que ça, je soupirais doucement en me secouant la tête, c'était bien trop bizarre pour que ce ne soit pas le cas. Je fermais les yeux pensant soudainement à ma pauvre mère, ça faisait tellement longtemps qu'elle était partie vers de meilleures contrées, je ne me souvenais même plus de son nom, je savais seulement qu'il n'y avait pas de meilleure mère sur cette terre, même si on se forçait de l'égaler. Mais j'avais un grand frère, d'un ou deux ans plus vieux que moi, je me souviens l'avoir vu une fois, un mâle puissant capable de cracher des flammes, au pelage roux et au pattes noirs, mon frère me chuchotant que c'était lui dont notre mère parlait, puis moi le regardant ébahi, nous étions si différent de lui ! Puis soudainement ça fit comme un déclenchement de rouage dans ma tête, je rouvrais les yeux regardant le mâle en face de moi, un rouquin, aux pattes comme noircies par la centre, bon dieu non ! J'ouvris la gueule, incapable de prononcer un traître mot, je savais que je l'avais vu, mais pourquoi cela devait être lui, notre première approche avait été si...mauvaise on va dire. Je pouvais seulement voir qu'il possédait les yeux de notre mère.

C'était donc ça le vie de soldat? Découvrir qu'on avait de demi frère et soeurs partout sur cette terre, peut être qu'en fait j'étais lié à Rainbow par les liens du sang, mon dieu, tout sauf ça, je ne tenais pas à avoir fait un couple consanguins au possible !
Dim 21 Mai - 13:01

Ici se rencontrèrent deux frères de sang

Feat Tsuko
A ta grande surprise, le Solitaire de présente ses excuses et à l'air de comprendre ta réaction et qu'il est all2 trop loin. Au moins qu'il se fiche ouvertement de toi. Il n'en a pas l'air, il te regarde avec un sourire amical. Tu restes quand même sur qui-vive avec lui. Il n'est pas très net. Enfin, mieux vaut ne pas lui chercher des puces. Il s'approche et s'assoie normalement, sans son attitude d'avant. Bon, il a l'air de bel et bien s'être calmé, tant mieux. Tu te détends un peu et regard le ruisseau l'air distrait. Tu n'oses pas rompre le silence alors tu repenses à ton passé. Si tu pouvais retourner en arrière, est-ce que tu aurais le moyen de tout effacer ? Comment cela se serait passé autrement ? Tu saurais peut-être devenu un chat "normal", sans avoir des visions bizarres et effrayantes. Non ! Tu es normal ! Tu es juste... Perdu ? Tu tournes la tête vers l'autre chat. Il n'est plus là ! A la place se tient un grand cerf avec des cornes pointus remplies de toiles d'araignées et de sang. Le sang coule partout sur son pelage d'ailleurs. Il pivote alors sa tête vers toi, ses petits yeux noirs te fixant froidement. Puis, il fond sur toi dans un geste vif. Tu fermes les yeux et serres les dents, prêt à encaisser le choque. Cependant, rien ne vient. Tu ouvres l'un de tes yeux, terrifié. Plus rien. Plus de cerf bizarre. Seul toi en face du félin et le ruisseau et son léger clapotis. Tu secoues la tête et reprends tes esprits. Arrête de divaguer ! Tu n'es pas fou bon sang ! La voix du mâle te ramène à la raison. Il te dit qu'il a réellement l'impression de t'avoir déjà vu. Ah bon ? Pourquoi toi tu ne t'en rappellerais pas alors ? Enfin, vu tout ce qui se passe dans ta tête, c'est peut-être possible. Tu lui réponds alors :
-Désolé, tu ne me dis rien du tout personnellement. Peut-être qu'on c'est déjà croisé chez les Soldats en effet, c'est le plus probable.

Code par xLittleRainbow

Lun 5 Juin - 18:42
Le mâle semblait totalement perdu, le regard limite fou, même si pour moi ça ressemblait plus à de la peur, qu'est ce qui lui arrivait encore? N'étais-je fais que pour vivre autour des fous? Je secouais la tête alors que le mâle se tournait vers moi, le regard neutre, toujours ce regard que nous abordions nous, les soldats ou anciens soldats car nous savions que si nous montrions nos sentiments s'en était totalement fini de nous, que nous ne serions que de la chair à canons pour les autres félins présents à nos côtés. Je me surpris à me demander si cela avait changer, avant de me traiter intérieurement de débile, les soldats ne changeraient jamais. Ils seraient toujours ces tueurs et abuseurs sans pitié, ces sadiques sans la moindre once d'âme. Ces personnes qui profitaient de la faiblesse des autres. Le mâle respirait légèrement plus fort, comme si il avait eu peur de quelque chose, mais de quoi? Est-ce que dut aux modifications il avait des hallucinations? Je me souviens d'un soldat qui avait eu le droit à toutes ces choses qui nous tournaient dans la tête, seulement ce n'était pas de simples hallucinations bénines, elles lui demandaient de se mutiler, et une fois de trop, elles lui avaient demandé d'en finir avec sa vie, de se jeter dans un enclos rempli d'abominations ratées, les chercheurs trouvèrent alors qu'il était atteint d'un drôle de maladie nommée la "Schizophrénie". Beaucoup d'entre nous avions cherché pendant un temps qu'est ce que c'était, ce qui la causait...Personne n'avait jamais obtenu de réponse viable, même ces chats étranges qui parlaient la langue des humains. Je me demandais d'où ils sortaient ces gens là, je sais seulement qu'il s'agissait d'une portée particulière, très particulière, et que les humains les avaient totalement modifié pour donner naissance à ces...choses.

Le mâle regardait de nouveau vers moi, le regard un peu plus expressif que ce regard sans émotion d'il y a quelques minutes, il ouvrait alors la gueule pour pouvoir s'exprimer calmement, sur un ton presque détaché. Il s'excusait, très probablement ironiquement vu de ce que j'avais vu du personnage, disant qu'il ne se souvenait aucunement de moi, et que nous nous étions, selon la logique des choses, rencontrés chez les soldats, mais je savais qui il était au fond, seulement un simple signe me suffirait, pourquoi ces putains d'hallucinations ne venaient jamais au bon moment, dernière fois j'avais aperçu une personne qui ressemblait à Alsidiah, cette personne que j'aimais tant avant, cette personne qui m'avait sauvé avant de disparaître, cette personne que j'avais hais si longtemps sans pour autant comprendre ces motivations, cette personne que j'avais finalement pardonné, ne pouvant pas vivre dans la haine, maintenant mon coeur était prit par une autre personne. Je soupirais doucement, le regard dans le vide, je devais me souvenir absolument de son nom, il était mon demi-frère, c'était totalement indéniable, je le regardais, le regard sérieux, enfin surtout mon unique oeil bleu en fait. Je cherchais longuement comment lui dire, après tout il pourrait me prendre pour un fou dangereux, surtout comme ça d'un coup, au fond nous ne possédions rien en commun, si ce n'était la haute stature, ainsi que la force dans nos pattes avants. Je ne le quittais pas des yeux, longuement, comme si j'étais totalement obnubilé par ce mâle au charme certains qui était ainsi mon demi-frère, son apparence et son comportement me faisait penser à un diable et un ange, une sorte d'hybride des deux, comme si celui ci n'était pas né d'un union parfaitement sain, mais d'une sorte de création des humains. J'ouvrais alors la gueule, réussissant finalement à pouvoir dire ce que je voulais dire, autant y aller directement après tout, je ne voulais pas avoir l'air d'un chat sans...couille disons le clairement.

"-Bon, je suppose que ça doit remonter à trop loin pour toi, enfin bon en tant que solitaire on va dire que j'ai eu le temps de réfléchir. Tu te souviens ou pas d'une femelle, une reproductrice, elle possédait des yeux comme les tiens, un pelage exactement comme le tiens également, mais une haute stature, et une douceur sans égale. Te souviens tu d'elle? Celle qui était ta mère, oups je voulais dire notre mère, te souviens tu d'elle? Tu comprends mieux pourquoi je t'ai déjà vu? " Je m'arrêtais là calmement, mon esprit divaguait, cela ne devait pas arriver, je devais encore parler  cette personne, je disais ça sans être réellement certains, bordel qu'est ce qui m'arrivait ces derniers temps, est-ce que cette folie qu'on accusait les solitaires de posséder commençait à m'atteindre elle aussi? Peut être que j'étais simplement fou tout court, bordel je ne voulais pas finir comme ces chats ayant perdu la raison, tout cas chats étant rongés par la folie. Je secouais la tête longuement, bordel de merde, je ne pouvais pas, je...ne pouvais pas me permettre de trahir à nouveau la pseudo confiance que j'avais établi avec Rainbow, Mimosas, Alky...Je sortais les griffes en serrant les crocs, pour finalement me calmer, je devais continuer mon discours, avant que le mâle ne se disent que j'étais totalement fou. Je prenais ma respiration et j'ouvrais la gueule "-Je pense certainement que nous sommes frères de sang, peut être que notre père n'était pas le même, mais je me souviens de la description que me faisait ma mère à propos d'un chat roux aux pattes noirs, qui crachait des flammes comme un démon sorti tout droit des enfers, aux yeux couleurs des flammes naissantes. J'ai tout de suite fait le rapprochement à toi. Elle nous parlait souvent de ce chat, qu'elle disait être son fils ainé. " Je le regardais, avec un regard sérieux, mais à la fois très calme, je sais que dans ces cas là je peux avoir l'air bien flippant, mouais, autant dire que j'en ai rien à foutre.

HRP:
 
Mer 21 Juin - 16:50
A archiver visiblement.
Mer 21 Juin - 17:01
J'archive donc :I
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les contes du Baragouineur : Thiekar et Tarkh, frères de sang
» Deux frères, un bavard et un farceur [PV]
» Katsuku
» Le Majestueux Manoir McGregor [PV les deux frères Kirkby]
» Les Liens Tissés par le Sang. feat Roxanne Hellsing

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: