Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Petit truc ~ [Besoin d'avis]
Messages : 1264
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 22
Jeu 3 Nov - 17:09
On l’avait envoyé se mettre au vert en province pour quelques temps. Il n’aurait su dire combien de temps allait durer son isolement mais, en soit, cela ne le dérangeait pas plus que ça. Il avait été rémunéré grassement lors de la dernière mission et n’avait aucun souci à se faire de ce côté-là. Et puis, de toute manière il n’était pas particulièrement dépensier alors peu importait. Il regarda par la fenêtre, contemplant les montagnes dont les sommets étaient déjà recouverts de neige. Un demi-sourire naquît sur ses lèvres minces. Peut-être aurait-il même le temps d’aller skier cet hiver. C’était un luxe qu’il n’avait pu se permettre depuis des années. Son expression s’assombrit alors que lui revenait en mémoire l’image de sa mère aujourd’hui disparue. C’était elle qui l’avait emmené quelques jours loin de la grisaille parisienne. Le jeune homme soupira bruyamment avant de se laisser aller contre le dossier de sa chaise. Les vacances c’était bien beau mais seul c’était tout de même moins drôle. Il avait espéré pouvoir emmener Sahara avec lui mais elle avait été retenue à la capitale. L’Organisation faisait vraiment tout pour lui pourrir la vie. Rien d’étonnant dans cette constatation mais ça avait malgré tout le don de l’agacer. Bien décidé à ne pas les laisser lui gâcher son temps de repos il se releva et prit son manteau qui gisait négligemment jeté sur le canapé.

Au dehors l’air était froid et mordant. Un vent glacial descendait des monts enneigés mais ce n’était pas ce qui allait l’arrêter. Il contourna la petite maison qu’il habitait pour l’instant et pris à pieds la petite route qui menait au bourg. Il ne connaissait encore personne au village mais cela ne le dérangeait pas vraiment. Il préférait se faire discret et ne pas trop se mêler à tous ces gens qu’il devrait de toute manière quitter à un moment ou à un autre. Il ne savait que trop bien qu’on finirait par le rappeler à Paris. Il aurait un nouveau contrat, de nouveaux ennuis. La douce routine qu’il s’était construite ici volerait en éclat. Cependant il savait qu’il avait une chance de pouvoir revenir par ici s’il restait en retrait et qu’il ne tissait de lien trop étroit avec personne. Sa couverture d’homme d’affaire en plein burnout le préservait plutôt bien de la curiosité des gens d’ici même si cela avait l’effet inverse sur sa voisine. Il sourit en repensant à la vieille femme qui habitait en face de chez lui et qui l’exhortait à sortir en lui apportant des biscuits préparés par ses soins. C’était d’ailleurs pour lui faire plaisir qu’il prenait maintenant la direction de son salon de thé habituel. Il savait qu’il risquait fort de faire un peu tâche là-bas mais il avait promis à sa voisine qu’il la rejoindrait cet après-midi et il n’avait pas le cœur à briser sa promesse. Comme il s’y attendait il se retrouva entouré par une myriade de petites bonnes femmes aux cheveux blancs. Il parvint à négocier un café plutôt qu’un thé ce qui était déjà une belle victoire. Malgré l’incongruité de la situation il se surprit à rire et sourire, heureux de se trouver là. Il finit néanmoins par prendre congé non sans entendre un dernier conseil de celle qui l’avait entraîné ici.

- Faites bien attention à vous si vous partez en randonnée. Il pourrait bientôt neiger.

Erwan hocha la tête et lui assura qu’il prendrait garde. Il s’étonna en remontant chez lui qu’elle soit au courant de son habitude de parcourir les alentours à pied dès que le temps s’y prêtait. Il secoua doucement la tête. Il ne devrait pas être surpris. Cette commère passait son temps le nez contre sa vitre pour observer les allées et venues de tout un chacun. Il ne lui en voulait pas et mettait cela sur le compte de l’ennui néanmoins il savait que cela impliquait d’être aussi discret qu’il se l’était promis voire même encore davantage.

La vie s’écoula paisiblement pendant plusieurs jours. Il n’avait toujours pas reçu de nouveaux ordres et cela lui convenait parfaitement. Il connaissait maintenant un peu mieux les alentours ainsi que les habitants de la petite bourgade dans laquelle il avait posé ses valises. Il s’était rendu de temps à autre dans l’unique bar du coin, discutant avec les habitués ou les pauvres hères comme lui en quête d’un peu de compagnie. La neige restait sagement cantonnée aux sommets et il lui vint à l’esprit que cette chère Françoise s’était peut-être trompée dans ses prévisions. Il avait fini par mettre ces mises en garde sur le compte des superstitions météorologiques locales. Il n’avait pas cessé ses excursions autour du village néanmoins il commençait à manquer un peu de chemins à explorer. Peut-être allait-il devoir investir dans une voiture. Il n’avait pas besoin d’un modèle dernier cri ni quoi que ce soit. Juste de quelque chose qui puisse le transporter où il le souhaitait sans risquer de lui faire faux bond à la première difficulté. Il rangea cette idée dans un coin de son esprit. Il verrait cela plus tard. Pour le moment il tentait de se maintenir en forme au travers de quelques exercices. Ce n’était pas parce qu’il n’avait rien de nouveau qu’il devait se laisser aller, cela risquerait de lui porter préjudice par la suite. Alors qu’il allait se lancer dans un nouvel exercice un bruit attira son attention. Quelque chose de ténu qui aurait échappé à n’importe qui d’autre. Une personne avec des talons montait la rue pavée qui menait vers son domicile. En soit cela n’aurait pas dû l’affoler. Sa maison n’était pas la seule aux alentours. Néanmoins il n’avait jamais entendu ce bruit là depuis son emménagement, trois semaines plus tôt. D’autant plus qu’il connaissait ce pas. Mina.

On toqua à la porte et c’est sans surprise qu’Erwan ouvrit à une femme inconnue. Il resta parfaitement inexpressif face à la blonde décolorée qui devait avoir environ trente-cinq ans. Il s’écarta pour la laisser passer et, le temps qu’il referme la porte, son visage s’était modifié. Il adressa un sourire chaleureux à la jeune femme.

- Tu deviens vraiment douée ! Je t’aurais même pas ouvert si je ne t’avais pas reconnue alors que tu étais encore au bas de la rue.
- Et dire que je pensais que j’arriverai enfin à t’avoir, répondit l’intéressée en faisant la moue.

Erwan passa son bras autour des épaules de la jeune femme qui avait retrouvé apparence normale. Elle faisait enfin ses vingt-deux ans et ses cheveux étaient redevenus bruns, presque noirs. Dans ses yeux noisette on pouvait voir qu’elle oscillait entre déception et joie de retrouver celui qu’elle considérait comme son frère. Sa bonne humeur naturelle finit par reprendre le dessus tandis qu’elle lui plaquait un bisou bruyant sur la joue. Il haussa un sourcil, amusé. Tant d’enthousiasme ne pouvait que présager de bonnes nouvelles. Ou pas. Elle avait pris le temps d’utiliser son don si particulier pour venir jusqu’ici. Il soupira. Ce n’était pas le moment de s’en faire alors qu’il ne l’avait pas vue depuis des semaines. Elle lui expliquerait certainement ce qu’il avait besoin de savoir en temps et en heure. Mina s’était mise en tête de visiter sa nouvelle habitation et ce avec force de commentaires alors que lui-même se trouvait encore dans l’entrée. Cette fille était parfois vraiment trop énergique à son goût. Il avait fini par s’habituer au calme qui planait constamment ici et l’arrivée de cette tornade l’irritait autant que cela lui faisait plaisir. Résigné il suivit la jeune femme qui était déjà rendue à l’étage. Erwan s’appuya négligemment contre la chambranle de la porte du couloir attendant que son invitée ait terminé son tour du propriétaire.

- T’as ptètre des sens surdéveloppés mais toujours aucun goût en matière de décoration, finit-elle pas asséner, toujours avec le sourire.
- Tu sais que si ça te va pas tu peux toujours repartir, répliqua Erwan assez sûr de l’effet que cela allait provoquer sur son interlocutrice.
- Non mais t’es gonflé de dire ça ! Est-ce que tu te rends compte du temps qu’il faut pour atteindre ce coin pommé ?!

Erwan se mit à rire, très content de son effet. Elle était beaucoup trop prévisible ou alors il la connaissait beaucoup trop bien. Dans tous les cas il aurait pu parier l’intégralité de sa fortune sur une réaction de ce type et à la mine qu’affichait maintenant Mina elle savait qu’elle venait de se faire avoir en beauté.

- Allez viens, je vais te faire un café.

Il ne comptait pas se fâcher avec elle alors qu’elle venait à peine d’arriver, surtout pour une plaisanterie un peu douteuse. Ils redescendirent au rez-de-chaussée en silence, Mina n’ayant apparemment pas encore décidée si elle continuait de lui adresser la parole ou pas. Le jeune homme ne s’en faisait pas trop de soucis. Il savait que les sautes d’humeur de la petite brune ne duraient jamais longtemps. Il n’avait pas investi dans une machine à expresso aussi s’appliqua-t-il à mettre eau et café moulu dans sa cafetière. En déposant une tasse encore vide devant son amie de toujours il relança la discussion, espérant la dérider.

- Alors, qu’est-ce qui t’as amenée jusqu’ici ?
- J’ai décidé de venir te rendre visite ! Avec autorisation du Conseil bien sûr, s’empressa-t-elle d’ajouter alors qu’il fronçait les sourcils. J’ai droit de rester avec toi jusqu’à demain.

Un sourire éblouissant barrait le visage de la jeune femme tandis qu’elle lui annonçait la nouvelle. Erwan lui sourit en retour. Son expression ne pouvait avoir le même effet solaire mais, quand on connaissant son air absent habituel, on pouvait se rendre compte du changement. Il était heureux qu’elle ait pu prendre un peu de vacances. Elle les avait bien méritées mais il aurait bien voulu savoir ce qu’elle avait fait pour pouvoir négocier ainsi quelques jours de liberté. Ou plutôt non, il aimait autant ne pas savoir. Il se serait certainement encore inquiété et ils se seraient lancés dans l’éternel débat de qui devait prendre soin de qui. Une douce odeur de café chaud ne tarda pas à se répandre dans la petite cuisine. Mina ne se départissait pas de son éternel sourire et se mit à son aise, laissant traîner ses chaussures sous la table tandis qu’elle croisait ses jambes sur la chaise. Son hôte prit soin de faire comme s’il n’avait rien remarqué. Cette fille n’avait jamais su tenir assise normalement. Une fois le café servi ils se dirigèrent vers le salon, le silence brisé par le babillage incessant de la jeune femme. Cette dernière lui apportait les dernières nouvelles de l’Organisation.

- Y’a un beau bordel en ce moment. Des nouveaux sont arrivés et certains n’ont pas l’air super ravis de leur nouvelle condition et font tout pour ne pas utiliser leurs dons. Évidemment tu te doutes que pour eux c’pas la joie, grimaça-t-elle en songeant à ce que les nouveaux arrivants devaient avoir à affronter. Enfin, heureusement y’en a qui sont coopératifs et y’a une nouvelle métamorphe ! D’où mes progrès parce qu’elle a pu me donner quelques tuyaux.

Cette nouvelle était suffisamment surprenante pour provoquer un haussement de sourcil chez Erwan. C’était rare de trouver des jeunes avec le Don mais plus rare encore de les trouver et qu’ils sachent déjà s’en servir. Et puis les métamorphes ne courraient pas les rues, loin de là. Malgré tout il ne répondit pas, certain que son amie avait encore beaucoup à dire à propos de la meeerveilleuuuse Alicia.
La journée se déroula sans anicroches. Ils goûtaient au plaisir simple d’être ensemble sans en demander davantage. Ils pouvaient donner l’impression d’être tout à fait normaux et n’avaient, pour une fois, de compte à rendre à personne. La jeune femme avait repris sa véritable apparence lorsqu’ils avaient gagné les sentiers de randonnée entourant la ville. Erwan ne comprenait pas pourquoi elle ne voulait pas que ses voisins la voient sous son vrai visage mais elle devait avoir ses raisons. Peut-être farfelues mais peu importait. Elle était là et c’était tout ce qui comptait en cet instant. Le froid se faisait de plus en plus mordant à mesure que la nuit commençait à tomber et ils ne tardèrent pas à rentrer.

- Bon, viens avec moi faut que j’te montre un truc.

Cette annonce tomba alors qu’ils étaient en fin de soirée. Chacun avait une tasse chaude dans les mains et cet instant sentait l’évocation de leurs souvenirs d’enfance et tout ce qui s’en suivait. Mina le harcela de question tandis qu’ils sortaient du salon, abandonnant les tasses sur la table basse, et montaient l’escalier qui menait au premier. Une fois parvenu au fond du couloir il prit ce qui ressemblait fort au manche d’un balai qu’il posa contre le plafond. Ainsi une trappe se découvrit sous l’air abasourdi de Mina. Dans une pièce attenante il récupéra une échelle et aida son amie à grimper.

- Si jamais je me fais attaquer par une araignée je hurle, le prévint-elle alors qu’il la rejoignait.
- Mais non, t’en fais pas. De toute manière on va pas rester là.
- Ah ?

Erwan se garda bien de répondre à cette question à peine formulée et se contenta d’ouvrir l’une des fenêtres. En un mouvement souple il fut perché sur le rebord de la fenêtre et, par extension, sur le toit. Le jeune homme se tendit vers l’intérieur, offrant son aide à Mina qui la dédaigna, préférant l’aide à son autonomie coutumière. Le jeune homme secoua la tête, désabusé. Comme quoi il y avait des choses qui ne changeraient jamais. Elle lui lança malgré tout un regard reconnaissant lorsqu’en réponse au froid il posa une couverture sur ses épaules. Ils s’assirent sur le toit. Le silence régnait tandis qu’ils observaient les étoiles. Elles brillaient fort. Nulle trace de pollution lumineuse et malgré les quelques nuages rien ne venait perturber la beauté parfaite du firmament. Il n’existait plus rien que ce ciel si lumineux et les bruits ténus de la nuit. Quelques bruissements en provenance des sous-bois non loin mais aussi les bruits des quelques âmes égarées encore dans les rues du village à cette heure tardive. Ils ne parlaient pas mais ce silence n’était pas pesant. Il était de ceux que peuvent partager les amis, ceux qui se comprennent sans un mot ou un regard. Le vent froid griffait leurs visages et une odeur de neige flottait dans l’air. Erwan eut un sourire pensif.

- Finalement la vieille avait raison. Il pourrait neiger.

Comme si ses mots avaient provoqué leur chute quelques flocons se mirent à tournoyer dans le vent. Ils dessinaient d’étranges arabesques depuis le ciel. Les quelques nuages qu’ils avaient observé un peu plus tôt laissaient maintenant tomber la neige. Mina posa alors sa tête sur son épaule. Nulle ambiguïté entre eux et portant n’importe qui les aurait vus aurait songé voir deux amoureux. Les apparences sont parfois trompeuses et ce n’était pas eux qui allaient démentir cette affirmation. Néanmoins, pour cette nuit et le lendemain encore, les dons n’existaient plus. La magie et l’Organisation étaient jetées aux orties. Seules comptaient leur présence mutuelle et cette neige, si pure, qui venait recouvrir le monde d’un doux manteau.


[Bon alors, tout ça pour dire que j'essaierai bien de participer à un coucours de nouvelle avec ce truc. Mais j'arrive absolument pas à me rendre compte de si c'est bon ou pas bon ._. Donnez moi tous vos avis positifs ou négatifs :luv: ]

_________________


Merci Lokiiiiiiiiiiiii :love:

Merci Cyaaaa:
 

Grand merci à Yuëna :3:
 

Merci Neko-chérie ♥:
 

Merci Yinzi **:
 

Merci à Nyria pour ce cadeau de Noël !:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit truc ~ [Besoin d'avis]
» Recherche d'un MJ pour scénariser un petit truc sympa.
» Qu'est ce petit truc sous les pompes à injection?
» Besoin d'avis choix de sangle supertube de slack.fr ou tubeline de Gibbon
» Besoin d'avis sur schema pour mes futurs evil sunz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Flood :: Ecritures-
Sauter vers: