Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploit devant lui [all Caméléons]
Messages : 155
Date d'inscription : 10/09/2016
Age : 96
Lun 15 Mai - 17:15






Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploit devant lui


Le ciel était assombri par les nuages depuis le début de la journée. C'était un fait suffisamment inhabituel dans le Désert pour que tout le monde s'en inquiétat. Millie, Cheffe des Caméléons, ne faisait pas exception. Elle était même plus inquiète encore que les autres, songeant comme toujours aux bien-être des siens et à la tâche que lui avait confié Ellie. Elle sentait le poids de ses responsabilités peser sur ses épaules en ce jour. Elle devait prendre une décision, agir pour que les siens survivent. Certains pourraient trouver refuge dans le renfoncement qui leur servait habituellement d'abri mais elle ne savait pas si cela serait suffisant. Elle rassembla ses Conseillers. Ils devaient faire quelque chose, tous sentaient qu'un danger approchait sans qu'ils ne puissent mettre un nom sur ce qui se profilait. Le Désert était trop silencieux et assombri par la chape de nuages pour qu'ils ne puissent songer ne serait-ce qu'un instant que tout se déroulerait pour le mieux.

Après mûre réflexion ils décidèrent d'organiser une expédition de quelques membres en direction des contre-forts des Monts Rocheux. Ils espéraient trouver là-bas un abri plus conséquent contre ce qui allait se produire. Ils avaient entendu des rumeurs sur les événements climatiques extrêmes et craignaient plus que tout de se trouver à l'aube de l'un d'entre eux. Ils partirent sans plus tarder, espérant être de retour rapidement. Millie avait décidé de partir avec eux malgré les récriminations de ses Conseillers. Elle ne pouvait supporter davantage l'inaction, elle devait faire quelque chose de concret pour les siens. La marche fut longue sous l'air suffoquant annonciateur de pluie. Ils n'avaient tardé à se couvrir de sueur malgré leurs poils devenus courts à cause de leur vie au sein des dunes. Ils découvrirent une anfractuosité ne s'enfonçant pas trop loin dans la roche et qui permettrait d'abriter l'ensemble des membres de la Guilde. Ce n'était pas Byzance mais c'était toujours mieux que l'Oasis.

Alors qu'ils se trouvaient sur le chemin du retour les raffales de vent commencèrent à se lever. Les grains de sable semblaient se transformer en épées tranchantes alors qu'ils griffaient avec férocité les corps des félins partis pour l'expédition. Ils ne pouvaient qu'à peine dialoguer et leur champ de vision ne cessait de se réduire à mesure que la tempête faisait rage. Millie avait beau plisser les yeux elle ne distinguait plus ses compagnons de route. Elle sentit une vague de peur s'abattre sur elle lorsqu'elle se rendit compte qu'elle ne savait pas même dans quelle direction elle devait aller pour rejoindre l'Oasis. Elle avait perdu tous ses repères. Elle hurla le noms de ceux qui étaient partis avec elle, encore et encore. Ses yeux étaient brûlants de larmes et le sable s'engoufrait dans sa gorge et ses oreilles. Elle avait peur. Terriblement peur alors qu'une certitude la gagnait. Elle ne parviendrait pas à rentrer chez elle. Jamais plus elle ne retrouverait les siens et peut-être même ne retrouveraient-ils jamais son corps. Très certainement même. Elle trébucha. Se releva. Le vent la propulsa de nouveau au sol. Le combat faisait rage entre sa nature et son profond désir de vivre. Elle n'abandonnerait pas. Tant qu'il lui resterait un souffl de vie elle lutterait.

La tempête fit rage pendant presque deux jours. Le ciel était empli du bruit du sable et des hurlements du vent dans les contreforts des Monts Rocheux. De l'expédition deux membres n'étaient revenus. Parmi ces disparus comptaient Millie, dirigeante des Caméléons. Alors que les heures s'écoulaient sa mort devint une évidence et l'Oasis se mit à raisonner de pleurs, les chats se joignant au vent.


Code par xLittleRainbow
Messages : 502
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 19
Mer 17 Mai - 0:19
Je me souviens d'il y a quelques jours. Ca avait commencé avec d'horribles nuages noir dans le lointain. Bien qu'au debuts je n'avais pas trop fait attentions, pour moi c'etait juste des nuages, meme si ils ne semblaient pas très amicaux. C'est l'attitude des differents membres de la guildes qui me mis la puce à l'oreille. Tous etaient inquiets, meme notre cheffe qui etait souvent avec les conseillers. Ces nuages devaient etre different de la normal. Au debuts, du vent avait commencé à souffler. Mais c'etait possible encore de se deplacer, de chasser, de chercher des remedes. Meme si le vent etait derangeant.
Mais j'ai vite compris que ca allait s'aggraver. Car Millie et les conseillers de notres guilde c'etaient reunis une ultimes fois, avant de partir vers les Monts Rocheux. Ces grandes montagne que j'avais deja apercus au loin.
Perche sur un arbre avec Eclipse.
J'avais demander pourquoi ils etaient partis et la seule reponse que j'eus, c'etait qu'ils etaient partie a la recherche d'un endroit, qui serait plus protecteur envers nous. Les nuages noirs etaient bien plus dangereux que ce que je pensais.

Apres leurs departs, je ne sais combien de temps c'est écoulé, mais le vent fut encore plus fort, c'etait carrement une tempete maintenant. J'ai vus certain de nos remedes s'envoler avec une vaine action de les reprendres en sautant. Mais ce fut ce que je n'aurais pas dû faire. Car les rafales trop forte m'avaient projetait contre un des rares arbres. Le vent etait cruel. Tout s'envolaient, les branches, la terre et le pire de tout c'etait ce maudit sable. Ils faisaient mal. Surtout aux yeux. Ils fallaient souvent plisser quand on avancer et les rafales de face, trop forte, nous donnaient l'impressions de ne plus pouvoir respirer.
C'est la que deux cameleons revinrent. Les seuls revenus de l'expedition, sans les autres, sans notre cheffe. Elle etait perdus. Quelques part dans ce désert, dans cette tempête, dans ce maudit sable.
Le soleil c'etait levé deux fois, et la cheffe n'etait toujours pas revenus. Rien. Aucune nouvelle. A part cette maudite tempête qui m'avait donné l'impression d'être plus ravageuse qu'avant.


Et maintenant ? Je suis couchée près d'un faible remparts qui ne sert pas vraiment à grand chose. Les yeux fermés. Ils disent que Millie ne reviendra pas. Qu'elle est surement morte. Je ne veux pas y croire. Ce n'est pas possible. Pourquoi deja dire un telle chose ? Peut etre a t-elle trouvé un abris en attendant que ca se calme ? Les conseillers sont la pour nous aider apres tout. Mais au fond de moi, il y a cette petite voix, qui me dit qu'elle n'a probablement pas survécu. Pas avec cette tempête.
J'aimerais voir le ciel, j'aimerais enfin revoir les etoiles et la lune si douce. Mais ces nuages de tenebres semble ne pas vouloir bouger. Ils resent. Ils veulent nous faire plonger. Je n'avais jamais fais face à une telle tempête depuis mon arrivée. Mais savoir que Millie est probablement morte, me rend triste. Elle etait si jeune encore je trouvais. Penser a notre cheffe me fait penser à un souvenir drôle.
Quand l'ete je m'etais amuse dans l'eau de l'oasis et qu'elle m'avait réprimandé mais gentiment. Cela me fit esquisser un mince souvenir.
Elle va revenir. Elle doit revenir. On a besoin de notre cheffe. Elle est la seule à nous protéger. Ils ne me semble pas qu'elles avaient de descendants. Sans cheffe on tombera. On a besoin d'un chat courageux pour nous guider.

Puis brusquement je repense à mes amis. Je pense à Hide, je pense à Aki, à Masky, à Plume Noire...
Je ne les ais pas vus. Ni entendus. Et si ils avaient eu un probleme ? Je rouvre alors brusquement mes yeux de peur, mais ce fut une erreur. Du sable entra. Cela me piqua atrocement, les larmes de mes yeux coulèrent. Enfaite mes larmes etaient de tristesse et de mal. Un melange. Peur pour mes amis, peur de cette tempete. Et vouloir à tout pris que Millie revienne. Mourrir dans cette tempete doit etre ignoble que je ne veux pas y penser. Elle doit se sentir si seule.

Je me lève en plissant les yeux, je dois me rendre auprès des reines, c'est prioritaires ! Et voir si Hide va bien surtout. Je ne peux pas me permettre de le perdre.
Avancer jusqu'a la bas fut tres dure, il fallait planter nos griffes dans le sol et avancer lentement. J'en oubliais mon estomacqui grommelait. Le gibier present dans notre réserve était envolé. Du moins c'est ce que je pense. Je ne me suis pas vraiment rendus avec ce vent. De toute facon je n'ai pas envie de manger malgre mon ventre pas content.

_________________



Ne perds jamais Espoir

et garde le Sourire
Messages : 153
Date d'inscription : 12/07/2016
Age : 15
Mer 17 Mai - 16:39
Je me souviens des miaulements inquiets qui remplissaient notre camp il y a quelques jours, je ne sais plus combien exactement, surtout qu'on ne voulait plus que je sorte nulle part, même plus dans le camp, le lait de notre mère n'était plus qu'un heureux souvenir, celle ci n'était plus avec nous depuis quelques jours, elle ne revenait pas de sa partie de chasse de la dernière fois. Nous nous inquiétions énormément avec mes frères et soeurs de lait, elle avait quand même pas pu nous abandonner comme ça ! Même Terra ne venait plus si souvent que ça, elle semblait trop occupé pour venir me voir moi, celui qu'elle appelle son petit frère ! Je feulais pas content, griffant une feuille morte qui était entrée dans la tanière des chatons. J'étais sorti la dernière fois, sans demander l'avis de quelqu'un, j'ai été emporté par un gros souffle de vent, je savais qu'il était fort, mais pas à ce point pour soulever le plus gros chaton du clan. Je m'étais alors pris une sorte de plaque métallique en plein "vol" ce qui m'avait sérieusement blessé au dos, celui ci me faisait atrocement souffrir depuis plusieurs jours, de sorte à ce qu'on avait interdit à tout les chatons de sortir pour qu'il ne subisse pas le même sort que "Hide l'idiot" comme ce vieux sac à puce m'avait appelé ! Je feulais encore une fois, je souffrais terriblement, et depuis peu j'avais même du mal à bouger, mais visiblement personne n'en avait rien à faire de ça, je n'étais pas aussi important que j'aurai pu le penser.

Je me couchais doucement, et me mettais à pleurer dans mon coin en silence en pensant à tout et à rien, à ma vraie mère qui était une étoile maintenant, ma fausse mère qui ne revenait pas, les autres chatons qui m'évitaient maintenant pour je ne sais quelle raison, le fait que Terra ne venait plus me voir depuis la dernière fois, qui était mon père, mon vrai? Je soupirais doucement, une bourrasque secoua la petite tanière, ce qui me fit un peu paniquer, je regardais tout autour de moi, à la recherche de quelqu'un à qui faire un câlin, à qui raconter mes soucis, à qui poser des questions, je cherchais ma fausse maman, car même si elle m'avait menti, elle était une mère géniale, et surtout je l'aimais très fort. Ne trouvant rien de ce que je cherchais, je me renfermais un peu plus sur moi même, entendant un commentaire d'un chaton légèrement plus jeune que moi dans mon dos, c'était quoi encore? Je me retournais vers lui, la douleur disparaissait doucement maintenant, surtout que j'avais trouvé une plante à l'odeur forte à la base de mon nid qui faisait disparaître la douleur pour un temps. Je mâchais cette plante doucement, tendant l'oreille pour bien écouter ce qu'il disait. La douleur disparut au bout de quelques minutes, et je pus me mettre à marcher un peu, m'approchant lentement, mes trois yeux fixés sur eux. Je ne devais pas me dégonfler, j'étais un des chatons les plus forts du clan, peu importe ce qu'on pensait de moi, je prouverai le contraire !

"-Qu'est ce que vous avez après moi bande de boule de poil emmêlées?!" Je feulais en sortant les griffes, ils n'avaient pas le droit de m'insulter, pas eux en tout cas, on m'avait appris à ne pas paraître faible, à ne pas me laisser faire, mais comment devais-je réagir alors? Attaquer? Mais de quelles manières? La voix ou les crocs, ou bien même les griffes? Je ne pense pas que ce soit une solution, surtout qu'avec mon dos cela allait être compliqué, même si je savais que d'ici peu je n'aurai plus rien. Les chatons me regardaient avec des yeux bizarres, comme si j'étais devenu étranger à leurs yeux, ça devenait trop pour moi là, avant on était tous copains, maintenant ils m'insultaient dans mon dos, et me regardait comme on regarde ces bizarreries qui sortaient de la poche des humains, ou bien même parfois ces proies qu'on mangeait qui avait huit pattes, trois queues, ou bien d'autres. Cela voulait dire que j'étais comme ces proies? Avec mes deux visages? J'étais donc une chose qui n'aurait pas du voir le jour? Je griffais le sol alors qu'un me demandait ce qui m'arrivait de les agresser comme ça, je lui tapais avec ma patte sur le museau pour toute réponse. Je m'approchais alors de la sortie, sans payer plus d'attention au chaton qui pleurait derrière moi alors que je n'avais pas sorti les griffes, bande de souris mouillées.

Je boitais jusqu'à dehors, avec la lenteur d'un escargot, puis j'avais oublié un détail, le vent, celui qui m'avait blessé, et je m'arrêtais juste avant de sortir, le vent me fouettant le visage, et le sable entrant dans mes trois petits yeux, les faisant encore plus pleurer qu'ils ne pleuraient déjà à la base. Je sanglotais doucement, les larmes que je ne pouvais retenir s'envolaient avec le vent, j'en avais assez de toutes ces remarques sur mon visage, ainsi que sur mon caractère à cause de l'autre vieux ! Je mettais une patte sur mon corps pour tenter de me calmer, il battait très vite, trop vite probablement. Je m'asseyais doucement, regardant les chats qui regardaient dans ma direction, certains me disaient de rentrer au plus vite pour ne pas que je sois blessé, d'autres que je devais faire attention, que je ne devais pas aller à la recherche de notre cheffe qui était partie avec ses conseillers, sans jamais revenir, elle n'était plus qu'un souvenir, je ne la connaissais pas si bien, mais je l'admirais beaucoup pour autant. Elle m'avait accepté sans savoir si j'allai survivre étant tout petit, puis elle m'avait donné à ma pauvre mère disparue à son tour. Je voyais alors une ombre approchée, la tête basse pour se protéger du vent, c'était Terra qui venait enfin me voir, c'était mon petit nuage qui revenait enfin !

_________________
Merci à toi ma Capitaine Haddock à la licorne avec une corne phallique <3
Spoiler:
 
Messages : 1123
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 26
Mer 17 Mai - 17:59
Quand les premières inquiétudes naquirent autours de l'aspect menaçant du ciel, je ne put m'empêcher de penser "je le savais que c'était pas une bonne idée de déménager à l'Oasis", mais pour une fois je me tu. La situation pouvait bien vite dégénérer et j'approuvais totalement la décision de Milie de partir à le recherche d'un nouveau refuge.
Seulement, quelques heures à peine après le départ d'un groupe de quatre, dont je ne faisais pas partie malgré mes connaissances du désert -j'avais songé au cas où on ne déménagerait pas à temps, mon pouvoir pouvais se rendre très utile en cas de tempête de sable- le vent se leva et très vite, le sable fouetta.

J'avais passé ces dernières heures à renforcer le garde-manger et la nurserie, puis j'avais bu tout mon saoul afin de récupérer toute l'eau que cela m'avait fait consommer. L'eau était ma seconde priorité. Sans elle, je ne pouvais utiliser mon pouvoir et si l'ouragan qui s'annonçait était aussi terrible que ce que j'imaginais, mes petits renforcements en sable aurait besoin d'être re-solidifés le plus souvent possible.

La tempête fut bien vite sur nous et chacun trouva une cachette dans les renforcements de l'Oasis, ancienne grotte souterraine. J'en fis de même bien sur. Mon pouvoir ne pouvait pas m'empêcher d'être fouetté par le sable ou emporté par le vent. Je me glissais donc à quelques mètres de la nurserie et réfléchissais à la façon la plus efficace de me balader dehors entre cette dernière et le garde-manger. Finalement, la technique était la même pour tous, ramper en avançant le plus vite possible pour ne pas se faire emporter ou ensevelir.

Deux jours entier, je fis des aller-retour entre ses deux tanières hautement importantes. J'avais développé une technique pour ne pas me faire emporter, en emprisonnant mes pattes dans des coques en sable auxquels j'avais donné la forme de grosse pattes aux griffes démesurément longues et bien incurvées. Ça me permettait d'avoir une accroche plus solide dans le sol. Je ne savais pas encore comment j'allais me débarrasser de ces coques plus tard, mais j'aviserais à ce moment là, pour le moment elles m'étaient indispensables. Car non seulement je faisais mes aller-retour entre les deux tanières que j'avais jugé devoir protéger en priorité, mais je devais toujours bien m'hydrater. Alors j'allais boire dans l'eau souillée par le sable. J'essayais d'en avaler le moins possible, donc je prenais parfois un long moment pour boire, serrant les crocs en aspirant l'eau dans l'espoir d'en filtrer le plus possibles. J'avais sans cesse du sable dans les yeux, le museau, la bouche et mon pelage bleu avait presque entièrement changé de couleur. J'éternuais beaucoup et pleurais continuellement, ce qui était particulièrement frustrant, chaque goutte d'eau comptait et je ne supportait pas d'en perdre inutilement.
Parfois, je gardais l'eau dans ma bouche pour en partager un peu avec ceux qui ne pouvaient pas sortir, comme les chatons de la nurserie par exemple. Je crachais l'eau dans un creux de la tanière et les petits pouvaient en boire.

De l'expédition, deux chats sur quatre rentrèrent, et Milie n'était pas avec eux. Les Caméléons durent se faire à l'idée qu'ils ne la reverrait probablement jamais. Je ne connaissais pas personnellement celle qui avait succédé à Elli, mais je me sentais aussi perdu que les autres. Qui allait nous guider maintenant que nous étions tous orphelins ? Je tâchai de ne pas y penser alors que je me dirigeais à la nurserie, la gueule gonflée d'eau et les pattes pleines d'ampoules.

Je failli rentrer dans un autre chat qui se rendait au même endroit, il était difficile de voir avec tout ce sable, seule l'habitude nous permettait de retrouver notre chemin dans l'Oasis, notre maison qui s'était transformée en tombe. J'étais incapable de parler la bouche pleine, aussi je passais devant le chat, que j'avais bien du mal à identifier mais qui ne pouvait être qu'un caméléon et à qui je proposais ma queue pour l'aider à le tirer. Avec mes pattes lestées, j'avançais d'au pas plus rapide et sûr.

Accroches-toi l'ami, pensais-je en espérant qu'il ou elle comprendrait le message.

[HRP : J'autorise un peu de power gaming à Terra pour faire que nos deux persos arrivent à la nurserie ensembles.]

_________________
Mon Deviant Art ♦ Page Facebook
"Le harcèlement ne paye pas, seule la patience est récompensée."Proverbe Neko =p
Messages : 502
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 19
Mer 17 Mai - 20:44
J’avançais toujours avec beaucoup de mal, mais je devais me rendre toute de suite la-bas. Si jamais ils avaient besoins d'être soigné ? Avec les quelques plantes coincés sous des pierres, peut-être servirait-elle encore. Pour le moment, je devais voir les chatons et Hide.
C'est la que je sentis quelque chose ou plutôt quelqu'un passer près de moi. Je ne pouvais pas l'identifier, mais c'était un chat, et sur le peu que je pouvais voir, j'avais l’impression de voir une couleur un peu bleue. Mais difficile à dire.
Je vis alors que le félin devant moi, proposait son aide surement, car sa queue restait devant moi. Surement pour m'aider à avancer. Je la pris, sans pour autant mordre trop, c'était pour me guider surtout que j'avais besoin, j'avais l’impression de ne plus reconnaitre notre camps. Est-ce que dans la foret profonde on serait plus en sécurité ? Il n'y aurait plus ce maudit sable. Quoique les branches serait fortement dangereuses. Quoiqu'il en soit je continuais d'avancer aider par ce félin que je ne reconnus pas.
A certaines rafales, je m'accrochais un peu plus, espérant ne pas faire mal. J'avais les yeux légèrement entrouvert, mais c'est la, sur ma droite, pas loin de l'entrée ou on devait se rendre j'imagine, il y avait une forme. Et pas n'importe laquelle. Je la reconnus aussitôt, il n'y avait pas un chaton comme lui. Prise de peur et de panique, je lacha subitement l'aide qu'on m'avait offert et ouvrit grand les yeux en criant.

-HIDE !

C'était pas n'importe quelle crie. C'était un crie de peur, car j'avais vraiment peur qu'il se fasse a tout jamais emporter. Mais ma réaction j'aurais du la gérer. Mes ailes s'était ouverte sous le coup de la peur, et les yeux que j'avais grand ouvert furent aveuglée immédiatement. Le sable frappant de plein fouet, mes yeux se fermèrent en brulant. A cause de mes ailes ouverte je me sentis soulevé et faire des culbutes en arrière sur le sol, avant de planter fermement mes griffes dans le sol allongé.
Je ne pouvais pas le laisser comme ça, il fallait que j'agisse avant qu'il ne se face emporté. Malgré la douleur je laissais mes yeux légèrement entrouvert. Vaine tentatives, tant les larmes tombaient. Je marchais du mieux que je pouvais, toujours avec les griffes qui commençait à me faire mal.
Puis je vus enfin la forme tant attendus je ne pria pas et me dépêcha d’être au dessus lui, et me coucha pour le prendre dans mes pattes, le serrer fort contre mon poitrail pour le protéger. Peut-être même le serrant trop fort. Je sentais mon cœur battre si vite, j'avais si peur de ne plus jamais le revoir. Je gardais se tête près de mon cou, je voulais vraiment sentir sa présence, je voulais plus le lâcher.

-Pardonne moi Hide. Murmurais-je près de son oreille.

Je ne sais pas si il entendait avec le vacarme du vent, de cette maudite tempête. Cette maudite tempête qui aurait pu me l'enlever pour toujours. Je sentais mes yeux qui ne cessaient de pleurer. Je ne savais plus si c'était à cause du sable, ou bien le fait de presque l'avoir perdus. Car il aurait pu se faire emporter. Le risque était la. J'en pris vraiment conscience.
Par contre en parlant de sable, celui-ci commence à se mettre dans ma fourrure, dans mes oreilles, partout.

Il faut pas rester la, il faut aller chez les Reines, il sera en sécurité !

Mais je ne pouvais pas ouvrir mes yeux. Je pouvais pas. Ils étaient inutiles dans la tempête, le sable m'a trop brûle avant, Je vois flous. Il me faut de l'aide. Le félin d'avant pourrait-il m'aider ? Ou un autre félin qui passe ?

-Laisse moi te prendre par le cou ! Criais-je dans les rafales pour être sur que Hide m'entende.

_________________



Ne perds jamais Espoir

et garde le Sourire
Messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 18
Ven 26 Mai - 14:03
La tempête faisait rage et les arbres menaçaient de se rompre à n'importe quel moment. Le paradis terrestre qu'il avait découvert quelques mois plus tôt s'était transformé en un lieu où seul le chaos était roi. Tous, luttaient contre le vent infernal, chacun s'assurant de sa propre survie, et de celle de ses camarades. Parmi la tempête rageuse, les mères luttaient pour protéger les chatons, qui menaçaient de s'envoler d'un moment à l'autre, les anciens étaient aidés des plus jeunes, et les plus courageux s'étaient désignés pour aller chercher les chats disparus. Parmi eux, Terra s'était proposée volontaire et aussitôt, Aki avait également proposé son aide. En réalité, bien qu'il voulait sauver ses compagnons, Aki voulait surtout être aux côtés de Terra, pour ne pas risquer de la perdre.
Dans tout les cas, soit ils reviendraient tous les deux sains et saufs, soit ils ne reviendraient pas.

Aki, dans la tempête rageuse, avait un avantage considérable: utilisant son pouvoir, il pouvait détourner les plus gros débris et également garder assez d'air pour respirer convenablement. Car la plupart des chats avaient du mal à respirer l'air tourbillonant et cela pouvait vite devenir une cause de mort. Il ne fallait cependant pas qu'il s'épuise. Mais le danger étant présent constamment, la puissance de son pouvoir en était décuplée, lui permettant d'ignorer sa propre fatigue.

Depuis maintenant un vingtaine de minutes, il avait perdu Terra de vue, et il était à sa recherche. Il savait qu'elle était encore en vie, car il ne pouvait pas en être autrement. Avançant lentement mais surement, il se dirigeait à l'aveugle dans le sable tourbillonant autour de lui. Des ombres de chats cherchant leur chemin rodaient autour de lui. Cette tempête ne durerait pas indéfiniment, mais plus les secondes passaient, plus l'étendue des dégats semblait considérable.

Changer d'abri pouvait être une solution. Millie et d'autres étaient partis dans ce but, mais ils sont revenus bredouilles, sans Millie... Terra avait-elle été enlevée par la nature comme elle ?

C'est là qu'il vit dans la tempête rageuse un spectacle attendrissant. L'espoir à travers la tempête:
Terra était là, devant lui, tenant fermement entre ses pattes le petit Hide, telle une mère protégeant son chaton. Aki se précipita vers elle, manquant dans un bond de s'envoler, puis vint se placer devant elle, formant ainsi par son pouvoir une barrière, lui permettant de se reposer un peu. Son état de fatigue était alarmant, mais elle était plus occupée à se soucier de l'état du petit Hide, que de son propre état. Cela fit sourir Aki, voyant sa compagne dans le rôle d'une mère. Il s'approcha d'elle, lechant son pelage blanc et lui dit:

- Je suis là maintenant... J'ai bien cru t'avoir perdu...

Il la contempla, serrant le chaton dans ses bras et repris:

- Mais je pense que ce petit chaton avait plus besoin de toi que moi. Tu es superbe...

Il lecha la joue de sa compagne et se coucha près d'elle veillant à ce que la barrière formée par son pouvoir reste en place. Par amour, il pourrait ainsi lutter contre les éléments jusqu'a l'épuisement total, car c'était pour Terra.....



_________________
Rien jusqu'a-ce que je dessine ma signa
Messages : 257
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 16
Hier à 22:07
Up~ (même si je ne sais pas qui doit répondre actuellement >.>)

_________________
En savoir plus sur Noé - Fiche de liens - Ma boutique



Merci Ocene:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui. Ϟ BETH
» Fa Mulan - Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui.
» Souffle de vent sur la montagne [Célestre]
» Le pic de la montagne. le froid, le vent, et... Le froid seul pour vous tenir compagnie...
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: Frontière Ouest :: L'oasis-
Sauter vers: