Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Une vie s'achève, d'autres débutent - RP de mort de Hishika Miyatii - Ouvert
Ven 3 Mar - 20:05
La nuit étendait son voile obscur sur l'endroit où nous vivions, mon coeur battait lentement, le calme de l'endroit, la respiration de mes compagnons, tout cela ne pouvait que me rassurer après tout non? Je vivais ici grâce à mon frère depuis maintenant environ deux mois, en compagnie de toutes personnes rencontrées durant ma vie, avant ou pendant mon changement de vie, j'étais simplement heureuse mais un nuage hantait toujours mon esprit. Il y a environ 3 mois, mon ex-compagnon et moi avions fait à nouveau cette erreur, et à cela mon corps avait plutôt mal réagi disons le, j'étais actuellement, pleine à nouveau de Ryuk, j'attendais ses petits, encore une fois, pourquoi cela devait arriver alors que j'étais heureuse, enfin une fois dans ma vie? Je regardais mon ventre, aucune haine ne venait à moi, je ne pouvais pas me résoudre à haïr ces pauvres petits êtres grandissant en moi, ces pauvres chatons n'avaient pas décidés de venir dans ces circonstances, ils ne pouvaient pas savoir, nous étions les seuls fautifs avec mon Ex-compagnon. Je souriais même un peu, ils ne seraient pas comme leur père, pas le même environnement pour grandir, aucun contact avec lui, juste une mère, un oncle et une grande soeur pour les épauler, j'étais heureuse, profondément heureuse, mon instinct me disait de les protéger, alors je le ferai, je rendrai hommage à mon père, et surtout à mes 5 autres chatons que je n'avais pas su mettre au monde. Je me mis doucement à chantonner, en regardant les chatons autour de moi, pauvre Patte d'Ecume, elle était morte il y a peu après la disparition des petits, après leurs enlèvement par un solitaire des montagnes, ma fille les avait retrouvé, mais avait également assister à la mort de la reine, elle en restait profondément marquée, comme une cicatrice sur son coeur si pur, elle testait avec les siens, s'entraînait plus que jamais, surtout à la défense, j'étais très inquiète mais à la fois très fière.

Les 4 chatons étaient les uns contre les autres, ils tremblaient un peu, pauvre d'eux, leur père n'était pas souvent là, après tout il avait un rôle important, peut être trop pour avoir fonder une famille. Thaiko n'était pas une personne que je connaissais bien, je sais qu'il n'était pas un mauvais père, du moins pas autant que Ryuk, mais je sais qu'il était distant par moment, alors qu'ils avaient plus que tout besoin de lui. Pauvres petits...Je me levais doucement, malgré le mal de ventre qui me tiraillait depuis plusieurs jours déjà, la mise bas était proche, mais je ne pouvais pas me permettre d'être totalement inutile. Je les léchais alors doucement pour tenter de les réconforter, ma fille restait très souvent avec eux après ce qu'elle avait vu, à sa façon elle avait réussi à me décrire tout ça, je n'arrive pas à croire tout ça, c'était absurde. Je me couchais alors près d'eux, ils semblaient alors plus rassurés, ma fille et moi devions avoir la même odeur et la même "aura" autour de nous, après tout elle possède de nombreuses choses de moi, dont ma compassion et mon empathie pour les autres. Je les serrais un peu plus contre moi avec ma queue touffue, celle ci avait pour habitude de faire ça d'elle même, c'était comme une marque chez moi, tous se calmèrent assez vite, sauf un qui restait plutôt agité pour je ne sais quelle obscure raison, je décidais alors de chantonner une chanson que j'avais entendu moi même était petite, c'était ma mère adoptive qui me la chantait à ses chatons et moi, elle avait une voix en or, je m'en rappellerai toujours.

"-Laisse les plumes de l'oiseau étincelant
T'emporter dans sa dance éclatante
Celle ci t'emporteras dans les rêves
Dans ces parfums suaves
Dans cette caresse si douce
Celles ci porteront la jolie frimousse
Loin de ce monde obscur...
Tu seras l'étoile qui nous éclairera notre verdure.." ~Désolée c'est incroyablement laid~

Je restais ainsi, jusqu'à ce que le chaton s'endorme, je sentais une présence autour de moi, une odeur familière envahit mes narines, comme si quelqu'un m'épiait dans l'ombre, sans pour autant avoir de mauvaises intentions. Je crus voir un éclair blanchâtre pendant un moment plus que probablement une hallucination, dut au mal de ventre qui ne faisais qu'amplifier, je ne pouvais pas retourner voir les guérisseurs, pas maintenant, ils devaient tous dormir et surtout cela ne devait être que passager. Je me relevais, mettant une couche de mousse supplémentaire sur les 4 chatons blottis les uns contre les autres pour garder la chaleur. Je retournais dans ma propre litière, toujours le museau déformé par la douleur, je sentais que quelque chose n'allait pas, mais je ne voulais pas inquiéter les autres, voir même pire les déranger. Je commençais alors à haleter, mon corps était incroyablement douloureux, surtout mon ventre et mon arrière. Je commençais à lécher mon ventre rapidement, dans des mouvements nerveux, du sang, c'était du sang dans ma litière, non pitié, pas encore. Je léchais doucement le sang, espérant que ce n'était qu'un écoulement, mais non j'allais mettre bas ici seule, devant les chatons, pitié non...

Je ne crierai pas, j'allais mettre ces chatons au monde, ils le découvriraient à leurs tours, leurs petits yeux découvrant la vie, je pleurais, mais je n'en avais que faire, je me couchais doucement sur le flanc pour ne pas les brusquer, et commençais le travail, pauvre de vous mes chatons, grandir sans mère est quelque chose de particulièrement dur.



Dernière édition par Hishika Miyatii le Ven 3 Mar - 23:01, édité 2 fois
Ven 3 Mar - 20:08
Nombre de Chaton Hishika Miyatii :
Messages : 1124
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 2
Ven 3 Mar - 20:08
Le membre 'Hishika Miyatii' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé des Naissances' :

_________________
Votre Staff ❅
Ven 3 Mar - 23:01
Cette douleur, si forte, si intense, je la ressentais au plus profond de mon être, celle ci me prenait entièrement, elle était si agréable à la fois, je devais donner naissance à ces petites boules de poils qui avait un meurtrier comme père, un fou, ils ne seraient pas comme lui, Shinju et Alky s'en occuperont, je compte sur eux, d'ailleurs je comptais sur tout le clan pour m'aider dans cette tâche où malheureusement je ne pourrais intervenir, la mort était à ma porte. Je le savais pertinemment, aucun espoir ne restait pour moi ici bas, je souriais malgré la douleur, malgré les cris refoulés, malgré les larmes, une épée de Damoclès planait au dessus de moi, une fois que mon dernier petit serait sorti, cela en serait fini pour moi. Je poussais de toute mes forces, mais ils ne voulaient pas sortir, la douleur m'arrachait un gémissement, les pleurs s'intensifiaient, ainsi que les halètements, je souffrais plus que je n'espérais maintenant. Je plantais mes griffes dans la mousse, le monde tournait autour de moi, autour de mon museau, je ne voyais qu'un filtre noir très peu opaque cachant ma vision déjà assez faible malgré son retour. Je décidais alors de fermer les yeux, le cri qui s'échappa ensuite de ma gueule réveilla les chatons qui pépillèrent de peur et qui me regardèrent, l'odeur du sang régnait sur l'endroit, me voyaient-ils comme ils avaient vu leur mère? Une âme éphémère prête à partir à tout moment? Vu leurs yeux c'était possible, voir même probable. Ils partirent alors tous en courant, criant des mots que je ne pouvais comprendre, mes oreilles bourdonnaient déjà bien trop.

J'avais réouvert les yeux, bien entendu, ceux ci ne voyaient déjà plus rien, je sentis cependant à ce moment un petit paquet entrer doucement dans la litière, je me redressais à grand peine, mon corps étant entièrement douloureux et presque paralysé tant je tremblais, je commençais alors à lécher doucement le petit paquet humide, je sentais cette odeur si particulière, mais j'étais terrifiée à l'idée qu'il soit mort né, il était énorme, bien plus gros que la normal, je ne voulais qu'une chose : Qu'il vive. Je continuais alors, ne voyant toujours rien, il devait vivre ! Il vivrait ! Le miaulement qui s'échappa alors de son gosier rempli mon coeur meurtri d'une joie intense, il vivait ! Je le poussais alors doucement vers mon ventre, avec de faible geste, sa mâchoire se ferma alors sur une tétine, un douleur me prit encore le ventre, un autre chaton arrivait. Je me recouchais, laissant mon petit derrière ma queue, je ne faisais plus de bruit, les chatons ne revenaient plus, les gens du clan ne semblaient pas arriver, tant mieux, je ne tiens pas réellement à inquiéter qui que ce soit dans l'agonie.

Je réussis après de longues minutes à finalement sortir le second chaton, bien plus menu que le premier, probablement une femelle, je levais mon torse très très difficilement, mon corps se paralysait peu à peu, je le sentais,  et recommençais l'opération pour la mettre à côté de mon ventre, à côté de son supposé frère, elle était très pressée visiblement, beaucoup plus réactive que son frère. Je me recouchais en sentant une douleur me traverser, quelque chose arrivait à nouveau, mais cette chose avait quelque chose de spécial, je ne saurai dire quoi, mais cela me faisait terriblement souffrir, c'était encore plus intense que le premier, il était à l'envers me semble t'il. Je poussais, celui ci était trop gros, il était très mal placé, il fallait qu'il sorte au plus vite, je continuais longtemps, mon corps se paralysait, je ne sentais déjà plus mes pattes, aucune d'entres elles, je pleurais, je serrais les crocs un peu plus fort. Pitié, petit être, viens enfin dans mes pattes avant que moi même je ne survive pas à ta naissance...Je commençais alors entre deux hoquets à chanter doucement, pour tenter de me calmer probablement, cette même chanson que j'avais chanté au chaton une heure plus tôt à présent.

"-Laisse les plumes de l'oiseau étincelant
T'emporter dans leur dance éclatante
Celles ci t'emporteront dans les rêves
Dans ces parfums suaves
Dans cette caresse si douce
Celles ci porteront la jolie frimousse
Loin de ce monde obscur...
Tu seras l'étoile qui nous éclairera notre verdure.."

Je sentais quelqu'un près de moi, comme une présence particulière, une voix chuchotait des mots incompréhensibles pour moi dans mon état, je chantais en boucle, me donnant alors le calme, malgré le sang que je perdais maintenant à flot, j'allais mourir, c'était cette fois certains, mais pas sans me battre pour leurs vies à eux ! A ce chaton qui ne voulait définitivement pas sortir, je poussais encore, bougeant la tête en poussant ce coup, la douleur me prenait au entrailles. Je toussais alors en crachant du sang violemment, à plusieurs reprises, mes entrailles aussi étaient endommagées? Mais comment? Mon système digestif? Je repensais alors à ces proies que j"avais mangé la dernière fois, elles avaient une odeur étrange, ne me dites pas que...Une quinte de toux sanglante confirma alors mes doutes.

Soudainement sans prévenir le chaton sorti, comme ça sans crier garde, le cri que je poussais à ce moment là aurait pu réveiller tout le monde sans problème, je pleurais encore plus, mais la douleur n'était plus, je restais là allonger, mon chaton déchirant lui même la poche en se débattant à l'intérieur de celle ci, les miaulements des chatons me paraissant agréables, et voilà, c'était comme ça que ma couronne maudite aller se briser, ma famille était une malédiction dont j'en avais hérité la couronne brisée, qui l'aurait ensuite? J'espérais personne, ce n'était pas à eux de payer le prix des péchés de leur mère, je soupirais doucement, à la fois tristement, mais aussi rassurée, je ne ressentais que le bonheur d'avoir mis bas, et non pas la douleur de laisser les miens, du sang coulait de ma gueule, dans les coins, les larmes couvraient le pelage de mes joues, mes pattes étaient raides, ma queue sur mes petits, même le dernier qui avait trouvé place avec son frère et sa soeur, je souriais simplement heureuse, c'est ainsi que la pauvre petite chose s'éteint, et c'est ainsi que son coeur continu de battre dans ses chatons, dans ses amis, dans sa famille.

"-Merci..." Je chuchotais ce dernier mot en souriant, je pleurais de joie à présent, je destinais ce mot à Alky, a Terra, a Mimosas, a tout le monde, A tout mon clan, peut être même à mon ancien compagnon? je l'ai toujours aimé, jamais cela n'a cessé, il est dans mon coeur à jamais, mon coeur n'est plus mien, mais il est à vous, mes amis. Sachez en prendre soit maintenant, je vous laisse tout ce que j'ai de plus chers au monde, ma famille, mes petits et surtout souvenez vous de la femelle que j'étais, je suis à vos côtés à jamais.
Dim 5 Mar - 18:27
Cette soirée était fraîche, c'était assez agréable malgré les températures plutôt froides de ces derniers jours, mon pelage n'était pas épais et donc je ne portais pas réellement l'hiver dans mon coeur, surtout cette période où le temps ne fait que changer du tout au tout, passant du froid intense, à un température acceptable, pour terminer sur une chaleur presque infernale par moment. M'enfin, une petite chatte comme moi je devrais pas avoir à s'en soucier, après tout ma mère nous avais rejoins il y a peu, à peu près 3 mois je dirais. Elle était d'ailleurs enceinte, de mon propre père encore une fois, mais comment cela avait pu arriver? Il était totalement fou de ce qu'Alky et elle m'avait raconté, il avait presque tuer ma propre mère, donc sa propre compagne et mère de ses petits. Je l'avais rencontré d'ailleurs, après cette incident visiblement, en tant que solitaire, il m'avait attaqué, cependant je m'étais défendue. J'apprenais doucement à ne plus baisser la tête devant les personnes plus puissantes ou plus influentes que moi, et bon dieu que cette entrainement était bénéfique pour moi ! Je souriais contente, je m'étais proposée pour monter la garde aujourd'hui, tout était parfaitement calme depuis quelques jours, mais on n'était jamais assez prudent, surtout avec ces...nouveaux arrivants? Qui étaient-ils? Je n'avais pas osé demander en réalité.

Je léchais doucement mon pelage, ignorant simplement la petite brise qui me frappait le museau, un frisson me parcourut doucement, je souriais, le froid ne serait bientôt plus du tout, le printemps était là, aussi resplendissant que les yeux de ma mère quand elle avait apprit qu'elle était pleine, cette lueur, est-ce qu'un jour je l'aurai dans mes yeux? Probablement pas, personne ne voulait de l'horreur que les humains avaient fait de moi, surtout pour mes yeux effrayant les petits et les jeunes apprentis, heureusement que les chatons de la défunte Patte d’Écumes n'avaient pas peur de moi depuis que je les avais sauvé la dernière fois, le jour de ce drame. Je fermais les yeux repensant à cette scène devant mes yeux, les chatons effrayés, le mâle cherchant à les enlever, possédant le corps de la chatte, qui luta contre l'emprise pour le tuer, mais elle même se sacrifier pour ses propres petits, le courage, cette femelle n'était que du courage, et rien d'autre. Je souriais doucement, j'aimerai être comme elle, aussi courageuse et prête à tout pour son clan et sa famille. Je sortis doucement les griffes en voulant pousser comme un miaulement muet vers le ciel, j'allai être comme elle, je ne pouvais que lui promettre ! Je regardais ensuite autour de moi, pour m'assurer que personne ne m'avait vu faire ce geste qui pourrait être un peu gênant devant les personnes qui visiblement ne m'aimaient pas énormément.

Personne. Juste personne, enfin si un mâle blanc et gris teinté de différentes manières me regardait, il était étrange, voir faisait même un peu peur, je lui donnais simplement un coup de tête pour le saluer et je me retournais, les griffes plantées dans le sol. Mon coeur battait rapidement, ce mâle était effrayant, il me regardait avec une pointe d'agressivité, j'avais une bonne vue, et donc je pouvais discerner chez quelqu'un des signes flagrants d'un sentiment ou d'un comportement. Et surtout je laissais mon instinct, et chez les soldats, je suis à moitié soldate pour rappel, c'est une qualité que vous devez maîtriser pour ne pas vous faire tuer dès la première seconde, je l'ai hérité de mon propre fou de père. Je me couchais doucement, je n'avais définitivement pas sommeil, bon j'allais veiller sur le camp toute la nuit alors, cela ne me dérangeait clairement pas, après tout j'avais beaucoup de mal à dormir ces temps ci avec les jeunes, les chatons tout ça qui pépiaient tout le temps dans les tanières. Je soupirais doucement, je n'étais pas la même personne qui était arrivée ici étant chaton, j'avais changé, c'était certains. La seule personne, enfin les seules personnes qui me comprenaient réellement étaient Alky et ma propre mère, Hishika Miyatii, d'ailleurs pourquoi ne pas aller la voir? Même si j'y étais déjà aller aujourd'hui ce n'allait pas la tuer.

Je me levais doucement, il y a peu de temps les chatons étaient sortis en criant terrifiés, je supposais à une blague de ma mère, elle aimait leur faire des blagues, ou raconter des histoires pour leurs faire peur ou bien les endormir. Je ronronnais doucement, cela me mettait du baume au coeur de voir que ma mère était heureuse ici avec nous, après tout ce qu'elle avait subit c'était tout ce qu'elle avait besoin, vraiment tout. Je repensais alors à toutes ses explications, oubliant alors que je devais aller la voir pour un moment, m'éloignant du monde réel quelques minutes, Je soupirais doucement, elle avait eu une vie très difficile, je pouvais le comprendre. Le rejet de sa mère biologique, le harcèlement de la part de ses propres soeurs, sa vie dans le mensonge de son pouvoir et dans le refus de devoir soigner les soldats pour terminer dans la ménagerie, la mort de mes 5 demis frères et soeurs, sa vie qui continuait, ses 2 chatons, moi et Erohan, la folie de mon père, la mort qui a encore une fois failli la frôler quand celui ci en fut frapper, Mon accident avec les humains, le fait que mon frère soit un soldat dévoué, la portée qui va arriver. Et elle n'avait que 2 ans. Je soupirais doucement et inspirais profondément l'air du soir.

Je sursautais alors sur place, cette odeur était plus qu'étrange, et prenait clairement la gorge, je me levais d'un coup, c'était l'odeur du sang, quelqu'un était gravement blessé dans le camp ! Je regardais autour de moi quelque chose pour donner l'alerte d'une attaque, il n'y avait pas grand chose, mais je pouvais attraper un petit objet métallique avec une sorte de petit ... qu'est ce que c'est que ce truc? Je le secouais, cela faisait un fort son, je continuais alors et je remontais alors l'origine de l'odeur, c'était l'endroit où dormaient les chattes attendant, ou alors possédant des petits, quelle horreur ! Qui aurait pu attaquer une reine? Je courrais vers eux alors rapidement, l'odeur me donnait la nausée et les larmes me montaient aux yeux. J'entrais doucement et regardais partout, cette litière était pourpre, pourpre du sang que...Non...pas elle...Je m'approchais alors doucement, les yeux scintillants des larmes que je menaçais de verser. Elle était là, étendue dans sa litière, souriante malgré le sang qui coulait du quoi de sa bouche, et les larmes qui couvraient ses joues. Elle était là, accompagnée de ses chatons, cachés soigneusement sous sa queue touffue, elle était là, le corps sans vie. J'éclatais alors en larmes, voulant lâcher un mot, totalement muet, je ne pouvais plus rien pour elle. Je me jetais sur son corps en pleurant contre elle, mes larmes couvrant son doux pelage, elle était encore tiède. Cette douceur qui était chez elle une sorte de marque, cette chaleur pour n'importe qui le nécessitait.

Je la regardais, ne voulant pas le croire, mon coeur me faisait incroyablement mal, la douleur physique que j'avais ressenti durant mon agression n'avait rien à envier à celle que je ressentais à ce moment précis, mes larmes ne cessaient pas de couler sur mes joues et d'humidifier son pelage immobile sur ses flancs. Je tremblais, me sentant incroyablement seule à ce moment, mes yeux ne quittaient pas son beau visage apaisé, même dans la mort. Je me blottissais contre elle, profitant de ma petite taille, pour m'installer comme quand j'étais petite, dans son cou, je pleurais encore et encore, ignorant les petites pattes dans mon dos, ces petits miaulements. Je ne bougerai pas, mais je devais lui dire, je devais lui dire à quel point je l"aimais, je ne pouvais pas la laisser comme ça, elle devait avoir honte de moi si elle me voyait pleurer ainsi. Je sortais doucement les griffes et traçais doucement quelque chose dans la terre avec cette encre, cette maudite encre. Je pleurais en dessinant, je tremblais, mon corps était secoué de spasme dut à mes sanglots incontrôlables. Elle n'était plus là, plus à mes côtés, je n'avais plus rien. Je regardais les chatons, je les blâmais au fond de moi, ils étaient les meurtriers de ma mère ! Je tremblais, ma tristesse n'était plus que colère pour ces chatons, deux mâles une femelle, un des mâles était handicapé, ma mère ne méritait pas ça ! J'ouvrais la gueule, les yeux haineux envers ces choses, non, non, NON ! Je levais la patte alors vers eux, j'allais les renvoyer d'où ils venaient ces meurtriers !
Sam 11 Mar - 0:51




Une vie s'achève , d'autres débutent


J'étais revenue d'une promenade dans la sylve où j'en avais profité pour chasser. Je rapportais un lapin et je prévoyais le donner à Hishika Miyatii , une reine felinae anciennement soldate. Hishika était aussi la mère de Shinju Miyatii , une jeune chatte que j'avais rencontrer auparavant. Je ne connaissais pas beaucoup Hishika mais vue que c'était une reine et que j'adorais passer mon temps à jouer avec les chatons dans la pouponnière je la croisait souvent. Je me dirigea justement vers celle-ci espérant que Hishika était encore réveillé car je ne voulais réveiller personne. Plus je me rapprochais , plus une drôle d'odeur flottant dans l'air s'intensifiait. «Cette odeur...C'est celle du sang !» Pensais-je. Alarmé , je me mis à courir vers la pouponnière et y vis Hishika entouré de nouveaux-née. «Elles a donné naissance à ses petits !» Shinju était là aussi. Je la vit lever la pattes comme si elle s'apprétait en s'en prendre à un des petits. Je lui hurla :
-SHINJU ?! QUE FAITES-VOUS ?!
Mon regard était sombre et ont pouvait y lire mon horreur. Je me précipita vers les petits et leurs mère puis fixa celle-ci qui était inerte.
-Hishika ? Hishika , par pitié réveillez-vous...
Ai-je dit sur un ton assés fort à Hishika. Je la secoua un peu puis demanda à Shinju sur un ton pressé :
-Vite , il faut que tu ailles chercher une guérrisseuse ! Il y a peut-être une chance d'aider ta mère !
Je m'enroula autour des chatons et les blottient contre moi pour essayer de les réchauffer. J'étais si nerveuse que je n'avais pas encore réalisé que la pouponnière était vide.

Code par xLittleRainbow
Messages : 577
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 20
Sam 11 Mar - 16:27
Je marchais dans cette nuit noirs mais tout de même en me depechant, nombreux étaient les ennemis tapis dans l'ombre sans oublier ses nouveaux humains qui depuis un bon moment trônent déjà. Je ne pense pas qu'ils sont assez fous pour sortir la nuit, mais après tout on ne sait jamais. Il vaut mieux rester prudent. Je tenais dans ma bouche quelques simples herbes médicinale contre des maux de ventre que j'apportais chez les Felinae. Oui je sais en pleine nuit, mais ça pouvait pas attendre de demain, quelque chose me demangeais. Je ne resterais pas longtemps et puis je n'avais pas sommeil. J'atteignis enfin l'entre du camps et salua de la tete le garde qui me laissais entrée. Je savais ou se trouve l'antre des guérisseurs et déposa mon butin à son entre sous une feuille. Je préférais ne pas avancer plus. Peut-être que Lune et Mimosas dormais à l'intérieur, inutile de les réveiller. Je fis demi-tour marchant en douceur tranquillement quand j'entends un cris d'horreurs suivis d'angoisse. Je m'elancais vers la source du bruit en trois grande foule. C'était l'endroit où se trouvait les petits et les reines. Je ne compris pas tout de suite ce qui se passait sur le moment. Je voyais Shinju, énervé, et des larmes semblaient avoir coule sur ses joues et de l'autre une autre chatterie qui m'étais déjà arrivé de croise avec son pelage noir et blanc et ses grands ailes plumes. Et l'odeur de sang était infecté, présente et pesant jusqu'à ce que les yeux se baisse pour voir quelque chose d'horribles. Le corps d'Hishika couchée sans vie sur sa litière et en sang. C'est quand j 'entendus un faible miaulement sur ma gauche vers la chatterie noire et blanche qui avaient entouré trois adorables chaton. Elle était donc morte en donnant la vie ?
Je sentais les larmes chaudes coule sur mes joues. Mon amie était partie. Mais je sais qu elle avait était heureuse quand elle avait rejoint les Felinae. J'aurais aimé plus tôt. Ces temps ci je n'avais même plus eu l'occasion de la revoir à cause de ces maux. Je tournais ma tête vers sa fille Shinju qui était grande. J'ouvrais mon aile pour la recouvrir, je le rappelais du premier jour de la rencontré avec Hishika, quand justement Shinju grandissait en elle a ce moment là et je me souvint de ce que elle m'avait dit lorsque mon regard croisa les etoiles qui semblait flous à mes yeux à cause des larmes.

-Shinju, ta mère t'aimais énormément mais sache qu'elle te voie et qu'elle sera toujours là. Elle t'obsercent depuis les etoiles et elle est présente dans ton coeur.

Je baissait ma tête vers le corps ou l'âme avait quitté le corps. Peut-être son esprit était encore parmis nous, peut être nous regardait elle avant de rejoindre les autres étoiles.
je chuchota dans l'espoir que son esprit m'entendez sans craqué en larmes.

-Adieu mon amie. Tu étais précieuse, mais sache que tes petits seront heureux, ils seront fiers de toi. Merci pour tout. Va en paix désormais.

Oui soie en sur, car même si tu n'as plus la, je ferais en sorte que tes petits ne t'oublient jamais, je leur raconterais crois moi.

Je ferma les yeux chassant de grosse larme avant de lever mon regard vers la chatterie noire et blanche pour voir ces adorable boule de poils. Même si un semblait avoir quelque chose de différents versa sa tête me semblait il mais de la impossible à voir. Je chuchota à Shinju :

-Ils auront besoin de toi tu sais. Tu es de leur famille. Lui dis-je avec douceur.

_________________



Ne perds jamais Espoir

et garde le Sourire
Dim 12 Mar - 17:11
Une odeur arrivait derrière moi, du sang devait se trouver sur sa fourrure, car l'odeur s'emplifiait un peu plus à chaque pas qui l'approchait de moi, mais une autre odeur me fit tressauter, l'odeur sa peur, pourquoi avait-elle peur?! Elle me hurlait dessus, des paroles que je ne compris pas sur le coup, mais que je ne finis enfin par comprendre après quelques secondes, elle me demandait ce que je faisais. Qu'étais-je justement en train de faire en réalité?! Je baissais alors la patte, sous le choc de ce que j'allais faire au chaton, j'allai réellement les attaquer? Ce n'était pas leur faute si notre mère n'avait pas survécu à la mise bas...La femelle s'était approchée, il s'agissait de Maëlle, une combattante Felinae, donc cela pouvait expliquer un peu le sang qu'elle avait autour de la gueule, et surtout le gibier qu'elle avait fait tomber. Je ne savais que faire, en fait, je la regardais, elle secouait ma mère, dans un élan désespéré de la ramener, elle me criait alors dessus, son ton était pressé, elle me hurlait d'aller chercher de l'aide auprès des guérisseuses, mais je savais que cela serait vain. Je la regardais, les larmes coulant sur mes joues, je secouais la tête. J'avais à peine remarquer la femelle qui s'était approchée, c'était une Caméléon, cette fois, elle enroula son aile autour de moi. Je me remis doucement à pleurer alors, contre son poitrail, sanglotant à nouveau, voulant hurler, mais cela m'était impossible après tout.

La femelle blanche et verte commença alors doucement à parler, à l'esprit de ma mère, celle ci pleurait aussi, je sentais les larmes atterrir directement sur mon pelage gris perle court, je continuais à pleurer moi aussi, regardant ma mère doucement, puis lui adressant lentement une prière silencieuse, je pris pour qu'elle nous accompagne, malgré le fait qu'elle ait rejoint les anges, je pris pour qu'elle soit aussi, voir plus heureuse là bas, que ici bas avec nous tous, je pris pour qu'elle ait une bien meilleure vie qu'avant. Je regardais la femelle, en disait que les petits seraient heureux, et fiers qu'être les descendants d'une chatte aussi valeureuse, elle avait raison. Elle se mit à fermer les yeux doucement, pour retenir une larme supplémentaire, puis je fis comme elle, je regardais Maëlle, qui était autour des petits qui miaulaient tous, ils avaient faim, tous était en bonne santé sauf un. Puis elle chuchotait doucement à mon oreille qu'ils auraient tous besoin de moi. La douceur dans sa voix me rappela Hishika Miyatii, maman...Je léchais doucement la joue de ma mère en m'approchant d'elle, déposant encore quelques larmes supplémentaires.

Je m'approchais alors de Maëlle, et je regardais les 3 petits, j'eus alors un choc, la femelle ressemblait terriblement à ma mère, je les léchais tout les trois, un des trois miaulait plus fort que les autres, je le pris alors doucement par la peau du coup, me rappelant de comment les reines portaient leurs petits, et je l'apportais devant les pattes de Terra doucement, la regardant avec des yeux que je voulais suppliants. Je pleurais, encore, rendant ma vision un peu trouble, ce mâle était handicapé, je le savais très bien, mais il semblait fort et en bonne santé, je voulais qu'il vive, je voulais qu'il devienne quelqu'un, je voulais qu'Hishika puisse être fière de lui ! Je voulais le voir grandir épanoui. Je m'asseyais doucement, regardant toujours la femelle en face de moi, me semblait-il que son nom était Terra, elle semblait de confiance, je ne pouvais plus en douter. Je pense que la vraie raison que je voulais qu'elle emporte le chaton était que je ne voulais pas le voir mourir avant une lune, surtout pas devant mes yeux, j'avais peur de ne pas le supporter. Je le léchais doucement encore une fois, et posais mon museau sur son front, je crois en toi petit être, pitié, ne me déçois pas, et sois ce que ma mère aurait aimé être plus longtemps dans sa triste vie, heureux.

Le petit miaulait encore plus fort, j'ouvris la gueule vers Terra, comme pour la supplier de le prendre avec elle, je ne pouvais pas, je ne pouvais pas, JE NE POUVAIS PAS ! J'avais peur, peur de voir ces yeux, ces deux visages, ces deux museaux, ces deux bouches, sur un seul et même corps, j'avais peur pour lui, j'avais peur pour son frère et sa soeur ! Je pleurais, encore et encore, couvrant le sol de mes larmes infinies, j'avais juste trop mal pour supporter une douleur t'elle que de voir ce pauvre chaton déformé à cause de ces hommes, je craquais, et je m'enfuyais, faisais crisser mes griffes sur le sol, en cassant une par la même occasion, je partais, loin, je ne voulais plus revenir ici, je partais, le plus loin possible, je ne sais pas si je reviendrai, mais je ne savais même pas ce que j'allais devenir sans ma mère en réalité. J'adressais, encore une fois, une prière silencieuse à ma mère qui maintenant était partie, qui maintenant n'était plus. "Maman, où que tu sois, n'oublies pas une chose, une partie de toi même est restée en nous, une partie de toi même est restée ici bas, ton âme reposera en paix, dans une éternité, que même les larmes d'un ange, je saurons abîmer..."
Messages : 577
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 20
Lun 13 Mar - 19:23
Je rouvrit tout doucement mes yeux en sentant du mouvement et vu Shinju se rapprocher du corps de sa mère déposait sur sa joue un dernier geste d'affection. Elle s'approcha de la jolie Felinae qui donnait chaleur à ces trois adorables chaton qui malheureusement avait perdus leur mère. Shinju s'en approcha. Elle observait surment ses nouveaux petits frère et soeurs. Elle se pencha en avant et quand elle se retourna pour s'approcher de moi, elle tenait le petit mal qui avait un handicap, Shinju avait les larmes qui ne cessait de perler . J'avais mal pour elle, elle venait de perdre sa mère. C'est déchirant. A ma grande surprise elle déposait le petit mal à mes pattes. Je le regardait pendant un instant voyant mieux ce qu'il avait. Il possédait deux tête sur un même corps. Elle s'approcha du petit lui donnant des geste d'affection comme un au revoir me semblait il. Mais pourquoi ?
Quand je relevai ma tête, ce fut pour croisait son regard emplit de tristesse. Le cris du petit à mes pattes s'intensifiais mais je refusais de quitter son regard larmoyant. Son pelage mouillé par les larmes. Elle ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Au lieu de ça elle se tourna subitement et partir en grande foule hors de l'antre des reines. Je voulus la suivre en me levant, mais elle était déjà partie avec cette nuit étoile.

-Shinju... dis-je d'une petite voix, espérant voir sa silhouette.

Le poids que je sentais sur mon corps semblait bien me peser. J'espère sentis mes oreilles se baisser.

Je n'ai même pas pu passer vraiment du temps avec toi. Je te connais à peine pourtant je tiens tellement à toi Shinju.

Je soupira longuement mais tourna ma tête quand j'entendis un miaulement. C'était le petit mâle. Celui que Shinju m'avait pose à mes pattes. Devais-je l'emmener ? C'est ça qu'elle voulait ? Mais loin de ses frère et soeur est-ce vraiment bien ? Ais-je le droit de faire ça ? Il appartient au Felinae non ?
Je me rapprochais du petit mal pour le mettre contre moi en étant assise et le réchauffer par cette nuit. Je le renifla. Il avait l'odeur de sa mère. Je le regardais et quelque chose me faisait du bien la ou dans ma poitrine cela peser. Mais qui va choisir ton nom ? Je regardais le corps sans vie de mon amie, cherchant une réponse qui ne viendrais jamais. Puis mon regard croisa la Felinae aile noir et blanche. Que Devais-je faire ? Le ramène chez les Caméléons ?
Cela me rappelle le jour de ma rencontré avec Hishika. Elle m'avait dit qu'elle aimait les Caméléons.

Si ce petit doit venir avec moi, soit en sur que je ferais tout mon possible pour lui donner de l'amour. Comme une mère le ferais. Car bien que j'ignore comment c'était avec ma propre mère, Hishika et mes amis m'avais assez montré.

_________________



Ne perds jamais Espoir

et garde le Sourire
Ven 17 Mar - 18:54
Je restais la, silencieuse, les larmes coulant sur le sol alors que mon corps restait secoué de tout les sanglots sans son qui sortait de moi, je ne voyais plus que cette buée étrange que l'on voyait quand on pleurait, je restais cachée dans les fougères, sans rien faire, juste à pleurer sur mon triste sort, et sur celui de ma mère. Je plantais mes griffes dans le sol, mais qu'avais-je dans la tête? Penser que la vie laisserait enfin ma mère vivre en paix dans ce monde sans coeur? Je voulais hurler, mais c'était tout simplement impossible pour moi, à cause de ceux qui m'avait changé à jamais, à cause de ce monde, à cause de moi même ! Je me couchais au sol, les pattes avants sur mon museau, cachant honteusement les larmes qui en dégoulinaient maintenant à cause d'une nouvelle crise de larmes qui m'avait prise. Je laissais la pluie nouvelle s'abattre sur mon dos, ignorant la douleur que cela pouvait me provoquer à certains endroits car elle était extrêmement froide. J'avais l'impression de recevoir des stalactites directement dans le dos, mais je n'en avais que faire. Je continuais de pleurer, les pics devenaient plus douloureux, plus perçant, cela me transperçaient de part en part, je ne criais pas, je ne pleurais pas, je restais là immobile, le regard sous mes pattes.

Je restais là, immobile, je ne sentais plus l'herbe sous mes pattes, ou bien même le buisson au dessous du quel je m'étais cachée, même si celui ci n'était pas très...utile. Je décidais de sortir les yeux de mes pattes doucement, clignant plusieurs fois pour m'habituer à la luminosité incroyablement forte, je regardais autour de moi, me levant d'un coup surprise de cet endroit. C'était une forêt, magnifique, une forêt en été, comme on ne pouvait plus en voir, les arbres étaient incroyablement haut, mais ne cachaient pas le soleil qui m'illuminait, la chaleur me rendant un peu espoir. Je regardais alors le sol, il était ni trop humide, ni trop sèche, il était couvert de plantes diverses et d'herbes, je reniflais doucement cette couche agréable sous mes pattes. Mais pourquoi étais-je ici? Je n'étais pas dans le camp? A pleurer normalement? Je regardais le ciel bleu, c'était probablement un rêve, je m'étais endormie à force de pleurer ainsi. J'avançais, un pas après l'autre, je me sentais étrange, comme engourdie, voir même presque encore endormie alors que dans mon rêve j'étais parfaitement éveillée. J'entendis une voix derrière moi, je ne pus m'empêcher de la suivre, peut être trop curieuse, ou intriguée.

Je me mis alors à courir, sans pouvoir rien contrôler, je ne sentais plus fatiguée, étrange en réalité. Je continuais, longtemps, ou peut être pas, je n'en sais rien, je ne sais plus rien, j'oubliais, sentir les odeurs de la forêt occupait absolument tout mon esprit, et surtout l'odeur de cette chose là après quoi je courrais. J'arrivais finalement dans une grande clairière, sous les arbres, éclairée par ce même soleil scintillant mais pas éblouissant. Je regardais autour de moi, le décor était magnifique, bien plus que la forêt en elle même, en son centre se trouvait une grande étendue d'eau, scintillante comme le soleil, probablement à cause de son reflet. Je m'approchais doucement, cela m'effrayait un peu, je n'avais pas vu mon corps jusqu'à maintenant, peut être que j'allais terminer ce rêve par un mauvais, je refusais de voir mon visage depuis longtemps, fermant les yeux quand j'étais près d'un point d'eau ou d'une surface scintillante et reflétant. Je m'approchais, alors ce que je pus voir me donna un ... électrochoc dans la poitrine, je voyais une femelle, de mon âge, au pelage long et soyeux, des yeux bleus, son pelage était crème, des striures partaient de ses yeux pour continuer sur ses épaules, je ne pouvais pas voir le reste du corps. Je voyais également le bout de ses oreilles touffues, tout comme la mèche qui lui passait en travers de la figure. Cette chatte était magnifique. Cette chatte n'était autre que ma propre mère, je regardais le reflet, ébahie par la beauté de celle ci, avant de devenir comme cela, elle était aussi jolie?

Je regardais l'eau incrédule, mais qu'est ce que cela voulait dire? Pourquoi je rêvais de cela, je reculais, et je tombais littéralement sur l'arrière train. Je regardais le ciel, une sorte d'étoile en plein jour brillait, cette étoile était crème, cette étoile était encore...Je compris soudainement, dans un élan de lucidité, ma mère n'était pas morte à jamais, cela non, elle vivrait à jamais en moi, je suis celle qui est destinée à être sa successeur, je souriais doucement, je retrouvais une voix dans mes rêves, ce n'était pas nouveau, je hurlais alors à plein poumon :

"-Ne t'en fais pas maman tu seras fière de moi ! Je te le promets ! Je tiendrai tout les espoirs que tu as placé en moi ! "

Je me réveillais alors, sans pouvoir rien dire, je regardais devant moi, mes joues étaient encore humides, cependant je ne pleurais plus, je vivais, je voulais vivre, vivre pour ma mère, vivre ce qu'elle n'avait jamais pu vivre ! Vivre juste pour ce qu'elle voulait me faire vivre ! Je t'en fais le serment maman, je ne trahirai pas tout ce que tu as mis en moi, même si cela devait me faire souffrir un jour !
Lun 19 Juin - 16:22
Up~
(faites moi signe si je dois archiver, ou si j'ai cafouillé)
Mer 21 Juin - 13:27
Tu peux archiver Noé !
Mer 21 Juin - 13:28
Parfait alors j'archive :>
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'Islam rejoint les autres religions
» Xylographie, Sérigraphie et autres techniques d'impression.
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» un petit pas l'un vers l'autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: