AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Je suis folle de venir ici ! (feat Kaïgaan) TERMINER

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 12 Aoû - 19:51


Je marchais à une cadence assez rapide, et j'étais vraiment nerveuse. Pourquoi je faisais ça. Hé bien je n'avais pas vraiment le choix, cela ne faisait qu'une lune que j'avais pris une vie de Solitaire loi de tous ces Soldats, mais pourtant je connaissait pas encore grand chose de l'environnement de la forêts. Auparavant je n'étais jamais beaucoup sortis.
Mes sens étaient tous aux aguets du moindre bruit suspects. Il valait mieux éviter de tomber sur un Soldat et encore plus si celui-ci est complétement sadique est dérangé ! Bon après je préfère tomber sur un unique Soldat que sur un groupe de Soldats. Je risquerais pas de m'en sortir. Et qui sait ce qu'ils pourraient me faire ? Ils pourraient très bien à nouveaux... Non n'y pense pas, ça appartient au passée. Ils ont peut-être volé ton innocence mais la vie.
Je leva ma tête, on devais être en fin d'après midi vu le positionnement du soleil. Je devais trouvais un endroit ou dormir dans le quartier Nord, sans me faire voir.

Et demain je pars loin d'ici, il faut que j'explore la forêt !

Je sauta au-dessus des nombreux débris qui recouvrait le sol et m'arrêta pendant un instant afin de voir ce qui m'entourais et m'assis. C'était vraiment une vue apocalyptique avec toutes ces choses à terre et poussiéreuse, et ces immeubles détruits, ça faisait froid dans le dos.

Je me demande comment vivaient les chats normaux, au temps ou les humains n'étaient pas complétement tarés.

A cette pensée, ma vus se brouilla par des larmes qui tombèrent au sol. Je réalisa que je pleurais. Peut-être parce que j'aurais préféré vivre en ce temps la. Je n'aurais pas eu ce pelage et ce pouvoir que les Soldats qualifié de niais et d'inutile et qui m'a valus toutes ces horreurs. Même si j'ai trouvé ce pouvoir très beau, comme mon frère et mon père qui avait été heureux. Sauf ma mère.
Je me souviens encore lorsque je l'avais tué comme une vulgaire proie dans son demi-sommeil.
Je chassa d'un revers de la patte les larmes sur mon visage. C'était pas le moment de pleurer en ce lieu, en plus ça ne me ressemblait pas. J'étais censé de plus rien ressentir après tout. Alors que je réfléchissais si je pouvais encore ressentir quelque chose.
Mais une odeur de Soldat très forte survint tout d'un coup, ce qui m'alerta immédiatement. Je me leva rapidement, les oreilles dressés, mais me baissa légèrement, car la peur m'avais clairement pris.
Pourquoi ais-je donc baissé ma garde ? Faites au moins qu'il est seul par pitié ! Si il est seul est sadique, je peux toujours utilisé mon pouvoir et m'enfuir. Si je me bat il risque d'alerter ses camarade à coups sûr !
Je regarda tout autour de moi frénétiquement rongé par la peur, mais déterminée m'en sortir ! Je sortis mes griffes et continua à regarder.


Dernière édition par Rainbow le Mar 25 Oct - 3:09, édité 1 fois

Invité



Anonymous
Invité


   Sam 13 Aoû - 15:28


Cela avait été une longue journée, le soldat n'avait pas eu une minute à lui. Réveillé très tôt le matin par ses supérieurs, il avait dû entrainer de nouvelles recrues toute la matinée. Il fallait les transformer en de bons et obéissants soldats, chiens des Hommes. Certains, eux-mêmes fils de soldats, étaient déjà fidèles aux dessins de leurs maîtres, prêts à tuer du Felinae à la pelle. Ils n'étaient que de petits prétentieux, aimant observer la souffrance de leurs yeux aveugles. Mais d'autres étaient plus libres, pensant déjà à s’évader. Ils étaient fils de chats libres, éduqués pour détester leurs bourreaux. Kaïgaan espérait pouvoir les aider, leur faire comprendre qu'il était de leur côté. Cependant, il devait rester méfiant, ne pas trop en dire. On ne savait jamais, certains félins pouvaient être bien différents de ce qu'ils laissaient croire. L'après-midi, il avait dû patrouiller en compagnie d'un autre soldat à l'orée, afin de repérer d'éventuelles traces d'ennemi, pour prendre connaissance de leur déplacement. C'était là-bas que Terra avait soigné ses pattes brûlées après leur combat contre le scarabée. Cette journée là aussi avaient été bien longue. Il avait espéré la revoir depuis ce jour, elle ou Gwei, son allié dans l'évasion des prisonniers. Mais depuis que Alagaësia lui avait dit que certains soldats doutaient de sa loyauté, il s'éloignait un peu moins de la ville. Après sa journée de service, il était donc venu dans le quartier nord se balader un peu avant d'aller se reposer. Le soleil descendait dans le ciel et dans quelques heures, il aurait totalement disparu, laissant place aux ténèbres de la nuit. Mais pour le moment, les lueurs orangées du soir peinaient à apparaître.

Kaïgaan marchait, dans ces rues qu'il avait foulé maintes et maintes fois. Il ne regardait même plus les détails des immeubles en ruines, des rues délabrées, ou des objets laissés à l'abandon. Non, il avançait droit devant lui, habitué à toute cette désolation, savourant la fraicheur grandissante. Tout ici était marron, gris, fade. La poussière recouvrait chaque parcelle de goudron et le vent la faisait se soulever, pour qu'elle puisse se déposer ailleurs. Mais dans cet environnement monotone et vide de toute vie, le soldat gris fut interpelé par une soudaine myriade de couleurs. Curieux, il s'avança, les oreilles dressées, restant tout de même méfiant. Après quelques pas, caché derrière une carcasse de voiture, il pu enfin voir l'origine de cet arc-en-ciel. Un félin, ou plutôt une féline, marchait tout comme lui entre les immeubles mourants. Il leva le museau et huma l'air, devinant rapidement qu'elle n'appartenait à aucune guilde connue. Une solitaire ? Elle devait être soit très courageuse, soit complétement idiot pour venir seule aussi près de la caserne, surtout avec un pelage aussi peu discret. Tout à coup, un vent frais vint caresser le pelage du mâle, apportant son odeur à la femelle multicolore. Kaïgaan grimaça quand elle dressa soudainement les oreilles. Aïe, il était repéré. Elle n'allait pas tarder à trouver d'où venait son odeur, il valait mieux sortir de sa cachette tout de suite. Et puis, au vu de sa réaction, elle n'avait pas l'air d'une bien grande agressivité. Enfin, il aviserait. Il fit donc quelques pas vers la demoiselle, se plaçant totalement à découvert, bien visible. Il n'attendit pas bien longtemps avant d'entamer la conversation d'un ton calme, avant qu'elle ne fasse quoi que ce soit qui alerterait d'autres soldats à proximité.

- Hum, bonsoir.

Il fit encore quelques pas avant de s'arrêter à une distance raisonnable de la femelle. Premièrement pour montrer qu'il ne venait pas en ennemi, et deuxièmement parce qu'il se méfiait tout de même de cette chatte inconnue. Elle paraissait calme mais qui sait comment elle pouvait réagir, seule face à un soldat. Il s'empressa donc de rajouter :

- Ne t'inquiète pas, je ne te veux pas de mal.

Voilà, les bases étaient posées : "Je viens en paix, calm down". Depuis sa rencontre avec Gwei, puis Terra, Kaïgaan avait l'impression de s'être adouci, ou du moins d'avoir gagné en patience pour rassurer les ennemis qu'il croisait. Finalement, les seuls félins avec qui il s'était réellement frité n'étaient que des soldats. Enfin, il était face à la femelle, maintenant une distance de sécurité, juste au cas où.

Invité



Anonymous
Invité


   Dim 14 Aoû - 2:38


C'est alors qu'un matous, un Soldat, sortit de nulle part, en marchant tranquillement, à ma plus grande surprise. Il s'arrêta a une certaine distance. Il y a un pouvoir c'est ça ? Il va l'utiliser sur moi, c'est pour ça qu'il garde ses distances non ? Je reste sur mes garde ne sachant que faire dans cette situation. Je ne peux m'empêcher de regardais le matous de la tête aux pattes. Sa couleur dominante est le gris foncée, mais il est blanc sur le poitrail, le flanc et sa patte avant gauche, et patte arrière droite. Il a les oreilles noir, tout comme la moitié du visage à partir du museau. Difficile de visualiser son expressions. Je remarque bien sur qu'il présente de drôle de rayure bleue sur le dos et la queue. Cela ressort bien avec ses yeux bleu. Bizarre il me dit quelque chose. Je l'avais peut-être croisée du temps ou j'étais Soldate. C'est aussi un Soldat très musclée remarquais-je, si il devait avoir bataille, je risquerais d'être fortement blessé.

-Hum, bonsoir. Fit le Soldat.

Mes oreilles se dressèrent, car le matou me surpris. C'était la deuxième fois décidément. Allait-il encore me prendre par surprise cet étrange Soldat ? Il ne m'avais toujours pas attaqué, à moins que cela soit une ruse, pour mieux m'attaquer. Mais le Soldat fit quelque pas, avant de s'arrêter à nouveaux à une certaine distance. Cela me met automatiquement en défense en commençant à gonfler mon pouvoir dans mes deux pattes avant, prête à m'en servir si il attaquait. Mais l'étrange matou reprit vite parole :

-Ne t'inquiète pas, je ne te veux pas de mal.

Que... Mes oreilles se dressèrent, et mon pelage hérisser s’abattit d'un coup, tout comme mon pouvoir, ou je sentis l’énergie baisser à nouveaux, jusqu’à avoir les pattes normale. D'accord, ce Soldat m'avais encore prit par surprise, je ne m'attendais clairement pas à une telle réponse. Bien que je me méfiais encore de lui, toujours le doute que cela pourrait être une ruse, j'avais l’impression d'avoir déceler pourtant de la sincérité. De la vraie. Je décida alors de m'assoir et de rentrer mes griffes afin de lui montrer, que je n'allais pas attaquer. Même si j'étais toujours prête si il me sautais dessus toute griffes dehors. Par contre je n'allais pas m'avancer vers lui, il comment dire, j'osais tout simplement pas m'approcher lui. Je décida donc de prendre parole d'une voix calme, que j’espérais en tout cas :

-Heum...Bonsoir... à toi aussi...

Ho non pourquoi ais-je du mal à parler ? Bon après avec Perle Noire, j'avais aussi eu du mal à parler. D'ailleurs il avait l'air sympas lors de notre rencontre, on c'était parlé. Mais pourquoi je n'arrivais plus à parler comme avant ? Pourquoi ils m'intimidaient tous ? Peut-être le fait des conséquences de la solitude après tout.
J'aurais peut-être dû rejoindre une guilde ? Non surtout pas ! Je risquerais de blessé certains sans le vouloir. Il vaut mieux que je reste loin de tout liens c'est mieux ainsi pour eux. De toute façon je ne ressens plus rien pour personne, c'est impossible que le sens inverse revienne non ? Bon même si j'aime parler avec des chats, je m'enfuis toujours loin d'eux sans qu'il ne comprenne pourquoi.
Je chassa ces idée de ma tête, ressasser cela ne servait strictement à rien. Je reporta mon attention sur le Soldat. Etait-il vraiment sincère dans sa dernière réplique ? Et si il savait que j'étais une ancienne Soldate appellerait-il les siens ? Enfin Soldate n'est même pas le terme, j'ai toujours refuser la violence, je n'aie jamais tué. Il pense peut-être que je suis une solitaire sanguinaire ? Mais c'est pas le cas ! Et si il pense ça, c'est que c'est un Soldat sadique ! Ces même Soldats sadique, qui prennent plaisir à te malmener car ton pouvoir comme ton pelage son niais à leur yeux ? Alors ils choisissent de te violenter, t'abuser en prenant ton innocence ?
Je sentais la haine tout comme la peur monter en moi au fur et à mesure que je pensais trop. Aussi décidais-je de stopper cette tempête dévastatrice de question et de passé. Je leva rapidement ma patte avant droite pour la passer frénétiquement sur mon visage et reprendre mes esprits.
Ce matou était peut-être un Soldat qui n'aimais pas la violence ? Après tout je l'avais été aussi tout comme certains de mes anciennes connaissance. Je repris parole d'un voix calme, mais toujours avec du mal à parler bizarrement.

-Heum...Je m'appelle Rainbow. Et toi ? Lui demandais-je en faisant un léger sourire qui n'était pas forcée, mais sincère.

Sincère parce que j’espérais qu'il n'étais pas un sadique, mais aussi sincère parce que si il était aussi, ce chat avait essayé de me montrer qu'il ne cherchait pas la guerre et qu'il essayer de me calmer. C'est d'ailleurs peut-être pour ça qu'il a gardé ses distances.

En même temps, vus que j'étais en position d'attaque, je peux comprendre qu'il garde ses distance

Le fait que j'avais m'étais présenté allait m'aider. Je pourrais ainsi savoir si il avait déjà entendus mon nom est ma fuite. Si c'est le cas soit il choisit d'alerter ses camarades et essaye de ma capturer, j'userais donc de mon pouvoir pou m'enfuir. Ou bien il ne dirait rien.
Ou bien encore ce chat ne me connaissais pas du tout. Dans ce cas, hé bien je sais pas quoi en penser. Faudrait vraiment que je sache si il est sincère ou simple ruse.
Mais pour le moment je devais attendre sa réponse. Quels serait donc la bonne hypothèse parmi les trois auquel je pensais ?

Invité



Anonymous
Invité


   Lun 15 Aoû - 14:40


La femelle semblait surprise, hésitante. Il n'y avait rien d'étonnant à cela, elle était tout de même seule face à un soldat. Et à vrai dire, Kaïgaan n'avait pas une carrure très rassurante. Le pelage sombre, le corps élancé et musclé, il n'était pas forcément grand mais l'entrainement quotidien des soldat l'avait rendu assez costaud. Il demeurant néanmoins fin, élancé, donnant plus une impression de rapidité que de réelle force. La vérité ? Il était fort sans être imbattable, rapide sans être le meilleur. Juste ce qu'il fallait pour se débrouiller dirons-nous. Enfin, au bout que quelques instants, la femelle multicolore finit par se détendre, ses poils retombant doucement sur son échine. Elle rentra ses griffes sorties précédemment et s'assit, ne quittant pas le soldat de ses prunelles rosées. Si une tension, une méfiance naturelle était toujours présente entre les deux félins, ils venaient de convenir qu'ils ne s'attaqueraient pas. Enfin, pas tout de suite. Après tout, ce n'était pas parce qu'elle avait l'air apeurée qu'elle ne pouvait pas prendre le soldat en traître. Elle prit soudainement la parole, d'un ton hésitant.

- Heum...Bonsoir... à toi aussi...

Elle se perdit rapidement dans ses pensées, le regard dans le vide, fronçant les sourcils. Hum, de mauvais souvenirs ? Kaïgaan plissa les yeux, douteux lui aussi. En effet, un pelage de ce genre était très remarquable, restant en mémoire. Et le soldat était presque certain d'avoir déjà vu cet arc-en-ciel quelque part. Après tout, elle pouvait très bien avoir une odeur de solitaire et être née dans une guilde. Elle avait l'air d'avoir le même âge que le mâle gris, étant pourtant plus frêle. Raaah, cela ne lui revenait pas. Il ne faisait réellement attention qu'aux chats à qui il parlait réellement. Peut-être l'avait-il juste croisée de loin en forêt avant de faire un détour pour éviter les ennuis ? Peut-être. Mais avant qu'il ne pu pousser plus loin sa pensée, la demoiselle colorée passa frénétiquement la patte sur son museau. Elle reprit par la même occasion la parole d'une voix calme, enfin, plus que sa dernière réplique.

- Heum...Je m'appelle Rainbow. Et toi ?

La tension diminuait doucement, laissant le dialogue s'installer. Rainbow... Rainbow... Même le nom lui disait quelque chose. Il entendait parfaitement un soldat prononcer ce nom avec mépris. Pourquoi donc ? Enfin, tous les soldats prononçaient le nom de leurs ennemis avec mépris, cela n'avait rien de bien particulier. Cela agaçait Kaïgaan de voir sa mémoire faillir aussi facilement. Il n'avait jamais été du genre à se soucier des autres, tentant de retenir le nom de ses camarades. Non, il ne s'intéressait qu'à lui, qu'à se garder en vie. Enfin, cela était bien moins d'actualité depuis sa rencontre avec Gwei. Ce félin lui avait redonné confiance en lui, le motivant à aider les prisonniers qui souffraient jour et nuit dans les cages du laboratoire. Il y avait également eu sa rencontre avec Terra, où il s'était étonné lui même, sauvant la vie de la chatonne, chose qu'il n'aurait jamais fait quelques mois plus tôt. Oui, il avait changé. Évidemment, il était toujours lâche, toujours méfiant et froid. Mais il était également plus doux avec les félins tristes ou apeurés, à son grand désarrois. Disons qu'il était fier de nature, et que cette soudaine douceur était contre lui-même. Finalement, il avait juste du mal à se dire qu'il avait réellement changé, même un peu, et que cela l'avait transformé. Il n'assumait pas se changement, et craignait de ne pas pouvoir assumer ses nouvelles responsabilités de "libérateur". Oui, le changement avait été soudain, rapide, si bien que l'ancien Kaïgaan, lâche et agressif et le nouveau, plus doux et attentif aux autres, entraient en collision. Il devait trouver un équilibre entre les deux, pour être toujours lui-même, et il était assez perdu dans ses propres sentiments. Enfin, il devait répondre à la femelle. Il soupira légèrement pour se reconcentrer sur le présent avant de prendre la parole d'un ton calme.

- Je m'appelle Kaï.

Il ajouta quelques mots juste après, voulant calmer sa curiosité grandissante.

- Tu es une ancienne soldate ? J'ai la vague impression de t'avoir déjà vu quelque part.

Cela ne pouvait être que chez les soldats. S'il l'avait croisé autre part que dans la ville, elle n'avait pas agit normalement. Un Felinae aurait appelé des renforts, ne ratant jamais une occasion de se faire un soldat, et un Caméléon est discret, elle ne se serait pas laissée apercevoir, faisant plus attention à cause de son pelage. Alors soit elle était anciennement parmi les siens, soit elle avait été bien différente des félins de sa guilde. Enfin, elle pouvait très bien être née solitaire, mais ça, il allait bientôt le savoir. Kaïgaan espérait qu'elle soit assez expressive pour que même si elle mente, il puisse le remarquer.

Invité



Anonymous
Invité


   Mar 16 Aoû - 0:54


Le matous face à moi sembla se perdre dans ses pensées. Il réfléchissait à quelque chose mais à quoi ? Mais c'est l idée principale qui fit surface dans mon esprit. En disant mon nom, c'était-il rappelé de quelque chose? M'avait-il connus par le passé? Je savais que de mon temps de Soldate je ne faisais jamais attention aux autres chat, j'avais mon petit groupe d'amis qui partageaient les mêmes convictions. Ce Soldat face à moi ne me disais vraiment rien pour le moment. D'ailleurs celui-ci était toujours dans ses pensées. Puis il finit par soupirer à ma grande surprise.

Il a pensé à un truc qui l'énerve ?

Il finit par prendre parole, de le même voix calme qu'auparavant. Ce qui me rassura d'avantage. Sa voix était loin d'être hostile.

-Je m'appelle Kaï.

Kaï ? Ce nom me rappelle une tragédie qui a eu lieu chez les Soldats. Mais j ai du mal à mettre la patte dessus. Son nom. J'ai l'impression qu'il manque une sonorité quand je le répète dans la tête. Comme si son nom a une suite. C'est peut-être moi qui me l'imagine après tout. Bon au moins il m'a dit son nom, et cela ne me rappelle pas du tout un souvenirs de chat sadique. Il doit surement être normale dans sa tête alors. Quels chance si c'est vraiment exact ! Ce pourrait-il que ce chat soi un Soldat certes, mais qui es loin de propager le mal ? Est-il un Soldat sympathique ? Je voulais dire oui à cela a l'intérieur de moi, mais il était encore trop tôt pour le dire. J'avais toujours des doutes. Mais le Kai reprit vite parole d'une voix certes calme, mais ou la curiosité s'y mêlait:

-Tu es une ancienne soldate ? J'ai la vague impression de t'avoir déjà vu quelque part.

La question me piqua au vif et me leva subitement le poil hérissée et les oreilles arrière mais les griffes elles, étaient rentrées. Certains aurait pu dire que cela était une réaction un peu trop forte pour une simple question curieuse. Mais que voulez-vous ? Je n'y pouvais rien. La peur m'habitais. Pas d'être face a un Soldat, mais un Soldat sadique, un groupe de soldat sadique qui avaient besoins d'assouvir leurs besoins sauvage, pour ensuite vous laisser sur le sol froid souillée, brisée et en larme. Mais je repris vite mes esprits, parce que le chat face à moi ne me disais rien de méchant dans mon esprit. Et peux vous dire qu'on oublie jamais le visage des chats qui ont abusé de vous dans la nuit malgré vos cris suppliant de protestations. C est à cause d'eux que mon cœur avait noirci. J'avais fini par avoir peur de mon propre compagnon a chaque fois qu il me touchait, pour ensuite du jour au lendemain ne ressentir plus rien pour personne. Les mâle en particulier me faisait peur et m'intimidait énormément. C'est peut être aussi pour cela que j'ai du mal a parler à Kaï. L'amitié et l'amour avait disparut. Je m'en voulait tellement de les avoir blessé. Mon compagnon fut même mort. Je me considérais comme un monstre sans cœur pour les avoir blessés ainsi. J'étais parti pour être solitaire, je ne voulais pas cause de tord aux guildes en les faisant souffrir.
Je réalisa que je regardais toujours avec agressivité le Kaï. Je clignas des yeux deux fois avant d'enlever cette agressivité de mon regard. Je ferma les yeux pour me calmer, mais les oreilles aux aguets du moindre mouvement. Il n'avait rien à voir la dedans. Je n'avais pas à être agressive envers lui qui semblait surtout curieux. D'ailleurs depuis le debut il essaye surement d'être sympas. Et moi j'envenime la situation a cause d'un passé stupide. Je rouvre mes yeux calmement pour le regardais. Mon pelage reprend place, et je prend parole d'une voix que j'essaye calme mais je m'en veux de ma réaction. Je n'arrive même pas a le regardais droit dans les yeux. Mon regard cesse de fuir.

-Désoler. C'est pas contre toi, c'est juste que... ta question m'as piqué...

Que pouvais-je lui dire d'autre ? Je ne savais pas comment lui expliquer clairement pourquoi j'étais aller dans cet état il y a quelque instant. Je me rassois alors tranquillement et me rend compte que je lui ais toujours pas répondus a sa question. Je pouvais aux moins répondre à sa question, ne serait-ce que pour faire pardonner.

-Oui, je suis bien une ancienne Soldats. Lui dis-je d'une voix calme mais dénué de toute émotions.

Une idée me vint en tête afin de pouvoir dissiper ces doutes que j'ai toujours sur Kaï. Je vais lui révéler mon pouvoir. Pourquoi ? Parce que les Soldats, mais les vrais, les sadiques se sont toujours moque de mon pelage et de mon pouvoir niais à leurs yeux. Si Kai savais mon pouvoir, je verrais bien sa réaction. Il savait maintenant mon nom et mon statut d'ancienne Soldats, que j'ignore encore comment il va réagir. Car je ne lui laisse pas le temps répondre. Je prends parole d'une voix calme, mais douce :

-Enfaige mon pouvoir envoie des ondes a l'aide mes deux pattes avant. Ca envoie une chaleur douce et reconfortante chez le chat touche. Et ensuite il revit ses meilleurs souvenirs. Ca me permet de leur montrer ce qu'ils sont au fond d'eux véritablement.

Un petit sourire apparue sur mon visage. J'étais quand même fière de mon pouvoir malgré tout les tords qu'il m'a cause. Maintenant il ne s'attendait plus qu'a voir sa réaction. J'avais d'ailleurs un peu peur de celle-ci. Je m'attendais surtout a ce qu'il se moque enfaite. D'ailleurs pourquoi les Soldats cesseraient de se moquer d'un pouvoir qui ne fait aucune souffrance ? Mais je ne pus contrôler les deux mots qui suivirent hésitant :

-Et toi ?

Invité



Anonymous
Invité


   Mar 16 Aoû - 12:36


La femelle colorée se tendue immédiatement. Le poil hérissé, le regard froid et agressif, la queue battante. Kaïgaan baissa les oreilles, surpris d'une agressivité si soudaine. Bon, au moins, sa question n'avait pas été posée dans le vent, il y avait bien quelque chose à voir avec les soldats. Rainbow resta quelques instants dans cette position menaçante, bien que son pelage lui donnait un côté inoffensif. Finalement, elle changea du tout au tout, pour redevenir la chatte calme et timide qu'elle était précédemment. Kaïgaan espérait que sa question, aussi simple soit-elle, ne l'avait pas trop chamboulée. Enfin, cela en avait bien l'air. Elle semblait tendue, ce qui était tout de même normal face à un soldat. Celui-ci tentait donc d'être le plus calme possible, mais ne s'approchant pas pour autant. Il se méfiait quelque peu moins d'elle, juste le minimum pour rester en sécurité, mais cela ne semblait pas réciproque. Elle finit tout de même par se calmer, prenant la parole d'une voix calme, ponctuée de gêne.

-Désolée. C'est pas contre toi, c'est juste que... ta question m'as piquée...

Donc oui, il avait fait mouche. Enfin, il ne pensait pas autant la secouer. Rainbow se rassit tranquillement. Bien, la tornade était passée. Le soldat espérait juste qu'elle ne fasse pas partie de ces chats qui changeaient d'humeur à la moindre phrase. Ils étaient assez difficile à gérer, on ne savait jamais quoi leur dire pour ne pas les froisser. Enfin, cela semblait aller puisqu'elle reprit encore une fois la parole. Mais cette fois-ci, son ton était neutre, dénué de toute émotion.

- Oui, je suis bien une ancienne Soldat.

Oh, ça cache quelque chose cette soudaine insensibilité.

Enfin, Kaïgaan n'allait pas trop pousser sur le sujet. Après tout, il ne la connaissait pas, cela serait assez mal convenu de tenter de percer ses secrets immédiatement. Il avait sa réponse, pas très concluante, certes, mais il ne pouvait pas aller plus loin sans recevoir une nouvelle fois le regard de la mort. Les yeux rosés de Rainbow s'illuminèrent soudainement. Quoi encore ? Elle prit la parole d'une voix bien plus calme et douce. Décidément, elle changeait de ton à chaque phrase.

- Enfaite mon pouvoir envoie des ondes à l'aide mes deux pattes avant. Ça envoie une chaleur douce et réconfortante chez le chat touché. Et ensuite il revit ses meilleurs souvenirs. Ça me permet de leur montrer ce qu'ils sont au fond d'eux véritablement.

Elle ponctua sa phrase d'un léger sourire. Elle pouvait... Refaire vivre leur meilleurs souvenirs à ses adversaires ? Cela pouvait être assez pour les déstabiliser le temps d'un combat, cela pouvait être utile. Raaah, il pensait trop comme un soldat. Il n'était pas si différent de ses collègues, cherchant toujours le meilleur moyen d'utiliser un pouvoir pour se battre. Après tout, ils avaient été éduqués, entrainés pour se battre. Ces pensées étaient devenues comme une seconde nature. Cela n'était pas si mal, puisqu'il avait trouvé comment Terra pouvait utiliser son pouvoir pour retourner un insecte deux fois plus grand qu'eux. Il ne pouvait le nier, l'entrainement créé par les humains permettait aux félins d'être très réactifs dans la bataille, ne pensant qu'au meilleur moyen de gagner un combat. Mais le pouvoir de Rainbow était si... Pur. Il voyait très bien les humains la mépriser pour son peu d'utilité. Eux qui adoraient tant la violence, venaient de créer tout le contraire de ce qu'ils désiraient. Était-ce pour cela qu'elle s'était enfuie ? Cela ne lui revenait pas. Enfin, il ne pu pas y penser plus longtemps qu'une question lui parvint aux oreilles.

- Et toi ?

Kaïgaan releva la tête vers la femelle, les oreilles dressées. Il remue légèrement les moustaches. Son pouvoir allait paraître si puissant comparé au sien, alors qu'il présentait énormément d’inconvénient. Il répondit donc d'un ton calme, comme depuis le début de cette rencontre.

- Je peux produire de l'électricité à partir de mes coussinets. Cela ne fonctionne que si je touche un adversaire. Il ressent alors le courant à l'intensité que j'aurai choisi.

Il ponctua sa phrase en montrant son coussinet bleu une seconde avant de reposer sa patte au sol. Oui, il était fier et aimait bien son pouvoir, convenant à sa personnalité. Mais s'il voulait faire mal à quelqu'un, il devait souffrir aussi. Enfin, au moins il ne l'utilisait que lorsqu'il le fallait vraiment, privilégiant la parole pour se sortir de la majorité des situations. Il sourit en coin à Rainbow, espérant ne pas lui avoir fait peur avec la description approximative de son pouvoir. Dire qu'elle pouvait faire revivre les plus beaux souvenirs à ceux qu'elle décidait. Les plus beaux souvenirs... Quels pouvaient être ceux de Kaïgaan ? Il n'avait pas eu de réel beau souvenir depuis qu'il avait eu l'âge de quitter sa mère. Tout s'était enchainé si vite. Sa soeur, si caractérielle, avait défendu l'honneur de leur mère en tuant leur géniteur. Puis elle s'était faite tuer lors d'une expérience, et leur mère mourut d'épuisement. Et il était là, le plus lâche et timide de la fratrie, devenu soldat entrainé et prévoyant une évasion. Sa soeur aurait été tellement meilleure. Elle ne craignait rien, était courageuse et protectrice. Une vraie furie, pourtant exceptionnellement douce avec sa famille. Elle valait tellement plus que lui, sur tous les domaines. Ses meilleurs souvenirs ne pouvaient être que lorsqu'ils étaient encore enfermés dans leur cage avec leur mère. Insouciants, ne se doutant pas de tous les malheurs qui les attentaient. Pourtant, à chaque fois qu'il repensait à sa famille, leur visage disparaissaient lentement de ses souvenirs. Le passé s’effaçait doucement de sa mémoire. Leur visage étaient flous, lointains. Même leur voix, si douces et réconfortantes avaient du mal à lui parvenir aux oreilles. Et cela le terrifiait. Kaïgaan avait peur d'oublier les seuls êtres qu'il avait réellement aimé, et qui l'avaient aimé en retour... Non non non, stop. Il sortait de ses pensées en secouant doucement la tête. Décidément, la moindre phrase le faisait voyager. Enfin, il devait se reconcentrer, arrêter de s'arrêter sur le passer. Il allait juste réussir à se rendre triste. Il regarda donc Rainbow, souriant légèrement. Pour éviter qu'elle ne se concentre sur la soudaine tristesse qui émanait de ses yeux, il lui posa une question qu'il espérait ne pas être trop douloureuse pour elle.

- C'est parce que ton pouvoir ne convenait pas aux Hommes que tu es partie ?

Hum, peut-être avait-il été un peu brusque, chamboulé par ses souvenirs floutés par le temps. Il s'empressa donc de rajouter, se souvenant de la réaction de la femelle lors de sa dernière question.

- Non laisse, désolé, cela doit être assez personnel.

Il toussota, gêné de sa bourde. Allons, il n'allait quand même pas perdre son sens de la parole pour quelques malheureux souvenirs ? C'était le passé, il n'apportait que de la tristesse et il se devait de l'oublier. Tsss, depuis quand était-il devenu aussi sensible ? Il ne devait pas être ainsi. Toutes ces rencontres l'avaient adouci, et voilà ce qu'il était devenu. Tsss, pathétique. Ce n'était pas lui. Enfin, pas tout à fait. Il ne devait pas être ainsi...

Invité



Anonymous
Invité


   Mer 17 Aoû - 1:28


Le matous releva sa tête les oreilles dressées. Ses moustaches remuèrent. Moi je retins ma respirations par nervosité. Je me demandais ce qu'il allait répondre. Il finit par prendre parole, de cette même voix calme, que je m'étais vite habituer à entendre.

-Je peux produire de l'électricité à partir de mes coussinets. Cela ne fonctionne que si je touche un adversaire. Il ressent alors le courant à l'intensité que j'aurai choisi.A la fin il me montra ses étranges coussinets de couleur bleu.

Je sentis alors quelque chose gonfler en moi. Et ce n'étais rien d'autres que de la joie. Pourquoi ? Parce que pour la première fois un chat et en particulier un Soldat n'avait pas rit à l'évocation de mon pouvoir, qui pourrait paraître si niais aux yeux des autres. Mon frère et mon père avaient été les seules à le trouver beau. Même mes anciens amies amis et mon ancien compagnon s'en été moquer, même si cela n'avait pas été bien méchants. A cette époque j'en été habituer et ils étaient pas méchants avec moi, je les avaient bien aimées. Mais cela faisait tellement du bien de pas entendre une moquerie malsaine. Je repense à la réponse de Kaï. Celui-ci pouvait donc produire de l’électricité et toucher à un adversaire. C'était un pouvoir puissant. Surtout comparé au miens. Par contre je trouvais c'est marrant sur un point. Il avait aussi son pouvoir qui sortait des pattes, bien que c'était complétement différents. D'ailleurs ses coussinets bleu ressortent très bien avec ses rayures bleu sur son corps. Enfaite maintenant que j'y pense, ces rayures me font penser à l’électricité. Je remarqua que Kaï sembla se perdre dans ses pensées, mais son regard passait entre beaucoup d'émotions que je distinguais pas. Je me demandais à quoi il pouvait bien penser. Je le regarda. C'est un étrange Soldat. Il est pas comme les autres, après je ne le connais que depuis quoi ? Seulement un moment. Je ne sais rien de lui, à part son nom et son pouvoir. Et le fait qu'il est loin d'être sadique, ça désormais j'en suis sûr. Un Soldat sympas, c'est drôle de ce dire ça, mais pourtant je sais que ça peut être possible. Je l'avais bien été moi après tout ? A calmer les pauvres félins en cage quand je devais passer à l'infirmerie des humains pour me soigner, après que les groupes de Soldats sadique, m'avaient.... Mouais enfin bon faut que j'arrête de penser ça maintenant, j'ai qu'a ressasser ça ce soir quand je serais seule comme la plupart du temps. Essayons de parler comme un chat normale, Faut que je réapprenne à parler correctement moi. Même si il doit s'agir d'un mâle. Faut arrêter certains sont sympas et n'ont rien à voir avec les horreurs que sont capable de commettre les mâles sadique. Mais je sortit rapidement à nouveaux de mes pensées quand un mouvement attira mon attentions. En effet Kaï secouait sa tête comme pour chasser quelque chose qui le dérangeait. Son regard était étrange. Mais je ne saurais dire quoi. Il avait surement dû penser à des chose sombres et pas du tout heureuse. Je me demande bien quoi. Il emit un sourire qui me surpris. C'était un sourire sympathique non moqueur. C'était beau. Puis il reprend parole, mais comme avant, il y avait cette curiosité.

- C'est parce que ton pouvoir ne convenait pas aux Hommes que tu es partie ?

Mes oreilles se dressèrent à cette question et mon regard se serra. Non pas contre la question mais parce que ça me refaisais penser à pleins de choses du passé. C'est ce passé qui m'énerver et m'apeurer. Je détestais avoir peur. Mais le matous ajouta avec empressement très perceptible.

- Non laisse, désolé, cela doit être assez personnel. Il finit en toussotant vers la fin, comme si il voulait chasser ce qu'il avait dit auparavant.

Moi par contre je fus complétement surprise du matous. Je dois avouer que la encore franchement, je ne m'y attendais clairement pas. Surtout d'un chat Soldat. Il venait de s'excuser. Aucun chat ne s'était jamais excuser auprès de moi. Ça fait vraiment bizarre. Surtout que j'avais comprit que le matous n'avait posé cette question que par curiosité. Je ne serais plus agressive comme avant contre lui. C'est juste que chaque chose qui me rappelait le passé me piquais profondément. Je réalisa que ça faisait depuis avant que je le regardais avec de grand yeux surpris. Je devais vraiment avoir l'air abrutis à ce moment là. C'est géniale ça... Je clignas des yeux, puis ce fut alors à mon tour de m'excuser de m'être ainsi comportée en le regardant fixement pendant un moment.

-Heum, excuse-moi de t'avoir fixé comme ça, c'est juste que j'ai pas l'habitude qu'on me dise ce genre de chose. Je t'en remercie d'ailleurs. Ça fait du bien de voir un Soldat pas comme les autres.

Je m'arrête alors réfléchissant à ce que j'allais lui dire. Je voulais tout de même répondre à sa question, c'était pas fait dans le sens méchants, il avait dit cette question par simple curiosité. En prenant du recul, je pouvais comprendre qu'il se demandait la raison de mon départ de chez les Soldats. Mais je réalisa que même si je n'avais pas vécu ces choses avec le groupe de Soldat sadique, j'aurais pas supporter de rester chez les Soldats de toute façon. C'était trop horrible de voir la mort et la souffrance omniprésente. Je préférais largement rendre le sourire et encore plus grâce à mon pouvoir. D'ailleurs si je n'avais pas perdus mes émotions et que j'avais encore un cœur, peut-être aurais-je rejoins même une guilde ?

Mais pourquoi je pense à ça ? On se fiche de comment ça aurait dû être. L'horrible vérité reste la.

J’inspirais alors profondément. J'allais lui dire pourquoi j'étais partie. Pourquoi je lui disais ça, alors que je venais de le rencontrer ? Parce que de toute façon après je serais à nouveau seule, qu'il voulait savoir et qu'il était loin d'être comme les autres. De toute façon je fuyait tout le monde comme la peste. Même si au fond je voulais les revoir je me forçais à ce qu'il ne s'approche pas de moi. J'avais un cœur noir, je voulais pas blesser. Il y a assez de souffrance dans ce monde. Je regarde Kaï alors et commence par parler d'une voix calme, pourtant je sens qu'a certain moment elle dérape. Je n'arrive pas à la contrôler et cela m'énerve moi même.

-Les Hommes ? Ils n'y a jamais rien qui les satisfaits eux de toute façon. Non pour te faire une rapide explication, je suis partie pour autre chose. Mon pelage et mon pouvoir étaient niais aux yeux des Soldats, principalement ceux qui étaient sadique. Au début c'était simple moquerie, puis ça a gagner en intensité avec de la violence physique. Je refusais de faire du mal à d'autres chats. Alors ils ont continué toujours en gagnant de l'intensité jusqu’à....Jusqu’à ce qu'ils volent votre innocence. Et après ça ils continuent malgré vos protestations à assouvir leurs besoins médiocres.

Je ne lui parle pas de mon coeur devenus noir en reniant les seules amis que j'avais eu. Mon regard avait finit par se perdre dans la vague de souvenir. Le dire à voix haute pour la première fois à quelqu'un. Pourquoi ça faisait mal ? J'avais l'habitude de ses souvenirs pourtant alors pourquoi la ça faisait mal ? Et pourquoi c'était à lui que je lui disais ? C'était un Soldat après tout. D'ailleurs qui sait peut-être peut-il se retourner contre moi maintenant!

Non arrête de penser ça, les mâles ne sont pas tous comme ça. Arrête d'être parano comme ça.

Je cligne des yeux chassant vite l'humidité de mes yeux. Je ne voulais pas montrer ma tristesse maintenant, je préfère pleurer seule dans le soir et encore j'aime pas pleurer. Je tourne ma tête à droite. Bizarrement je n'ose pas le regarder, malgré que mes doutes sur une possible ruse se sont désormais évaporer, j'ai toujours un peu peur. D'ailleurs j'aime pas avoir peur. Ça me frustre.
Pourtant je réfléchis à dire quelque chose qui pourrait être un peux plus joyeux. Je n'aime pas les ambiances sombre et triste. Alors je dit quelque chose de complétement illogique d'une voix calme et douce mais nerveuse :

-Tu voulais tester mon pouvoir ?

Mmmmm. Bon d'accord, la c'était débile de dire ça, mais c'est la seule chose qui me rassurais pour je ne sais quelle raison. C'était sortis de ma bouche en même temps que ma pensée. Bha oui quand on a l'habitude d'être seule on parle tout seule avec ses pensées sauf que la j'avais oublier qu'il avait quelqu'un. Je tourne ma tête vers lui, les oreilles rabaissait à moitié  par gêne à cette question. Je reprend parole nerveusement, mais je ne peux m'empêcher de rire légèrement constatant ce que j'avais dit.

-Heu, oublie, c'était une question complétement débile.

Je suis toujours gênée pourtant j'ai un léger sourire nerveux à la fin. Ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas ris, même ne serait-ce qu'un petit peu comme ca. Ca fait du bien, mais j'attendais la réponse de Kaï toujours gênée.

Invité



Anonymous
Invité


   Jeu 18 Aoû - 21:42


La femelle colorée le regarda un moment, les yeux grands ouverts, l'air surprise. Et voilà, il avait encore posé une question embarrassante. Depuis quand était-il si curieux et maladroit ? Kaïgaan se retint de remuer les moustaches, il se comportait comme Terra, mais en moins bavarde. Hum... Ce n'était pas une si bonne chose en fait. Il n'aimait pas vraiment ce qu'il était devenu, honteux de sa soudaine douceur et de son intérêt pour la vie des autres. Enfin, il n'y avait rien de réellement honteux, mis à part le fait qu'il avait été entrainé et élevé pour faire son travail sans jamais se poser de questions éthiques. Il avait été façonné depuis son enfance pour éviter toute forme de douceur, ne prêtant pas attention au mal potentiel qu'il devrait faire. Alors, vous le comprendrez, il changeait et devenait bien différent que tout ce qu'on lui avait appris. Kaïgaan était actuellement dans une période de sa vie où beaucoup de questions se posaient dans sa tête, martelant ses pensées sur son identité. Car en effet, il ne savait plus vraiment qui il était. Là résidait son problème. Élevé comme un soldat, avec leur froideur et agressivité naturelle, solitaire, bagarreur, ne se souciant pas des autres. Mais devenant plus attentionné, capable de risquer sa vie pour un ennemi, détestant les humains, sa façon de penser se rapprochant des Felinae sans pour autant être comme eux. Il était perdu entre ces deux camps. Qu'il le voulait ou non, il avait été créé par les Hommes et même s'il les détestait, il se sentait comme lié à eux, arborant une chaîne invisible que lui-même ne voulait pas briser. La vie de soldat était son point d'ancrage, la quitter serait perdre tout ses repères, tout son passé. Peut-être avait-il peur de plonger dans un monde, dans un mode de vie sont il ignorait tout. Pourtant, d'un autre côté, il voulait aider les chats captifs, les libérer du joug des humains. La plupart de ses collègues le répugnaient et il passait généralement de meilleurs moments en compagnie de Felinae ou de Caméléons. Ainsi, il était perdu dans un vaste océan, cherchant sa propre identité. Il ne savait plus vraiment qui il était désorm...

- Heum, excuse-moi de t'avoir fixé comme ça, c'est juste que j'ai pas l'habitude qu'on me dise ce genre de chose. Je t'en remercie d'ailleurs. Ça fait du bien de voir un Soldat pas comme les autres.

Kaïgaan releva la tête vers Rainbow, remuant les oreilles en entendant sa voix cristalline. Il se perdait de plus en plus souvent dans ses pensées... Il était ainsi "un soldat pas comme les autres". Ce n'était pas la première fois qu'on lui disait cela. Il était "le soldat qui ne se comportait pas comme un soldat normal". Comme il le pensait, un entre-deux. Un chat que les autres craignaient au premier abord pour ensuite se sentir plus à l'aise. Et le même scénario se répétait sans cesse. L'étonnement, l’incompréhension, puis le soulagement se lisait sur le visage de ses interlocuteurs, heureux qu'il ne soit pas le monstre que les humains voulaient le voir devenir. Un expérience ratée, un sujet récalcitrant. Mais Kaïgaan leur obéissait, alors il demeurait "libre". Rainbow prit soudainement une grande inspiration. Pour se calmer ou préparer un longue tirade ? Quoi qu'il en soit, elle aussi transportait un lourd fardeau, visiblement traumatisée par quelque chose.

- Les Hommes ? Ils n'y a jamais rien qui les satisfaits eux de toute façon. Non pour te faire une rapide explication, je suis partie pour autre chose. Mon pelage et mon pouvoir étaient niais aux yeux des Soldats, principalement ceux qui étaient sadiques. Au début c'était simple moquerie, puis ça a gagné en intensité avec de la violence physique. Je refusais de faire du mal à d'autres chats. Alors ils ont continué toujours en gagnant de l'intensité jusqu’à....Jusqu’à ce qu'ils volent votre innocence. Et après ça ils continuent malgré vos protestations à assouvir leurs besoins médiocres.

Leur besoin médiocres... Les yeux du soldats gris s'écarquillèrent en comprenant ce qui se cachait derrière ces mots. Soudainement, il se sentit sale, honteux d’appartenir à ce camp remplis d'âmes effroyables. Il regardait Rainbow, choqué et désolé. Que pouvait-il dire, répondre ? Il n'avait jamais été confronté à cela. Kaïgaan était habitué à voir la violence physique, le sang, les blessures, des choses ignobles mais qui pouvaient cependant être guéries, soignées, qui disparaissaient avec le temps. Mais là... Elle avait été blessée dans son âme, dans son corps. Il baissa la tête, maigre excuse face à l'ampleur des actes de sa guilde. Rainbow... Malgré ces mots si agréables à son égard, n'avait-elle pas peur de lui ? Il faisait tout de même parti de la guilde des chats qui l'avaient violentée. Kaïgaan se demandait si elle n'avait pas encore de sombres pensées envers lui, une méfiance justifiée. Il se sentait coupable, alors qu'il n'avait rien fait, honteux de faire partie de ces crapules. Les yeux humides, la chatte colorée détourna le regard. Le soldat ne pouvait rien faire pour l'aider, n'osant pas s'approcher d'elle, maintenant plus par peur de l'angoisser que par méfiance. Soudain, elle prit la parole, changeant encore de ton.

- Tu voulais tester mon pouvoir ?

Kaïgaan dressa les oreilles, surpris et... Apeuré ? De quoi pouvait-il avoir peur ? Revivre son passé, pouvoir à nouveau se souvenir des visages merveilleux des deux seuls êtres qui avaient comptés pour lui. Leur voix, leur odeur, leur affection... Il voulait les ressentir, se replonger en enfance, loin de tout ces fardeaux qu'il portait aujourd'hui. Cependant, il avait peur. Peur d'avoir mal, d'être triste, de montrer sa faiblesse à quelqu'un d'autre. Une telle vague d'émotion le rendrait vulnérable émotionnellement, tel un nouveau-né venant de perdre sa mère. Et sa vie de soldat le faisait détester tout ce qui, de près ou de loin, pouvait évoquer de la vulnérabilité. Depuis son enfance, on lui répétait d'être froid, de ne pas se laisser aller à ses sentiments, d'être fort et insensible. Et il l'était devenu. De ce fait, il était terrorisé à la simple idée de pouvoir ressentir quelque chose qu'il n'avait plus ressenti depuis bien longtemps. Le bonheur, l'insouciance, la paix... Tout cela, il l'avait oublié, et avait peur de s'en rappeler. Il entendit un léger rire, suivi de quelques mots.

- Heu, oublie, c'était une question complétement débile.

Kaïgaan sourit légèrement, gêné lui aussi. Il détourna également le regard, affolé par ses sentiments contraire à tout ce qu'on lui avait ordonné. Un rire gêné sorti de sa bouche, avant des paroles hésitantes. Il parlait plus vite que d'habitude, affolé devant un telle proposition.

- Non je... Je ne sais pas. C'est que ça doit surement être assez déstabilisant de soudainement revivre des souvenirs aussi marquants...

Dont il mourrait d'envie de se rappeler. Il baissa la tête en soupirant, hésitant. Une telle vague d'émotion potentielle lui faisait peur, et il avait du mal à le cacher. Son regard, son ton, tout trahissait son hésitation. C'était la seule fois où il aurait l'occasion de revivre les plus beaux moments de sa vie, et il n'osait pas franchir le pas, par peur de ses sentiments. Il en mourrait d'envie, tout son être lui criait de dire ne serait-ce qu'un "oui" à la femelle, mais aucun son ne sortait de sa gorge, terroriser à l'idée de ressentir des émotions aussi douces, aussi pures, qu'il avait oublié.

HRP:
 

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 19 Aoû - 3:03


Je vois alors le matous me sourire, mais il à l'air visiblement gêner, mais je ne sais pas pourquoi. Néanmoins cela me met en confiance, et enlève ma gêne que j'ai eu. C'est la que je le vois détourner son regard, ce qui me choqua d'ailleurs. Je e m'attendais pas à une telle réaction de la part du Soldat. Je le regard alors dans les yeux cherchant pourquoi il détourne ainsi son regard. Il pense profondément cela se voit, j'ai l’impression de voir une multitude d'émotions dans son regard. Je comprend qu'il pense alors à ma propositions. Il ne sait surement pas quoi en penser. Cela se comprend aussi, on ne sait pas comment réagir face à ça. Il finit par émettre un rire, le même que j'avais eu quelque instant. Un rire gêné. Il finit par prendre parole, mais sa voix est hésitante, cela s'entend comme la pluie qui tombe.

- Non je... Je ne sais pas. C'est que ça doit surement être assez déstabilisant de soudainement revivre des souvenirs aussi marquants... Dit-il d'un débit plus rapide qu'auparavant et affolé ?

Il finit par baisser la tête et soupira. Il réfléchissait et il était perdu, ça se voyait clairement. Il a peur, je le sais, j'ai déjà vu la peur j'ai certains chats avant que je ne les touches contre leurs gré. La plupart du temps je l'avais fait sur de jeunes Soldats tout frais. Ce sont leurs mères qui me suppliait de le faire afin de remontrer ce qu'ils étaient chaton, qu'ils n'avaient pas toujours besoin de tuer. Mais ça a toujours finis mal pour moi. Quand je le faisais chaque fois qu'il revenait à eux ça se terminer mal. Ils disaient qu'avec mon pouvoir inutile j'allais les faire devenir niais comme moi. Pourtant chez certains ça avait marcher leurs semant le doute. Je savais que même sur ceux qui refusaient d'entendre raisons, ça marchait quand même. Je le savais.
Mais en attendant, je devais faire quelque chose qu'au plus profond de moi on me soufflait. J'allais faire revivre un souvenirs heureux a ce chat parmi des centaines. Mais pour ça je devais le calmer et le prendre par surprise le plus calmement possible sans qu'il ne pense que j'allais l'attaquer. Je devais le prendre par surprise, je savais comment faire depuis le temps. Je me leva alors doucement, malgré les battement frénétique de mon cœur. Je commença à avancer calmement, cassant toutes les frontières que je m'étais faite, sur ne plus jamais approcher un Soldat, un mâle en plus. Pendant un bref moment je dû fermer les yeux, tant mon esprit hurler de m'enfuir, me rappelant le passé maudit.

C'est mâle ! Un Soldat ! Un Soldat ! Fait demi-Tour !

Mais je rouvrit les yeux calmement pour ne pas alerter Kaï, j'étais déterminer à lui faire revivre quelque chose qui lui rappellerait ce qu'il était avant. Ce qu'il était au fond. Et malgré la peur qui irradiait mon corps, j’essayai de cacher les tremblement de mes pattes arrières. Tout en marchant doucement, je parlais d'une voix claire et douce, avec un léger sourire pour essayer de le mettre en confiance un maximum possible.

-Mon pouvoir fait revivre parfois des souvenirs que même toi tu ne t'en rappelles plus. Il sont souvent d'une grande joie, aucune tristesse n'est présente dans ce souvenirs. Généralement quand on reviens à nous on est souvent heureux d'avoir revécu ce souvenir entièrement. Ton subconscient et remplis de souvenirs heureux bien plus que tu le penses. Mon pouvoir va en choisir hein aléatoire.

Je suis face à lui, mon cœur battant encore plus fort que j'ai l'impression qu'il va sortir a tout moment, mais j'essaie de contrôler ma voix et mes tremblement. Je commence aussi à charger mes forces dans mes deux pattes avant, et je reprends encore.

-Ça me permet de monter au chat ce qu'il est vraiment dans le fond, car parfois on oublie ce qu'on est vraiment à cause de certains événement. Chose courante chez les Soldats. Cela ne te rendra pas triste cela fortifie généralement tes convictions, ce qui te pèsent sur le cœur. Cela endurcie ta déterminations.Elle montre l'innocence que tu avais.

Je le regarde dans les yeux, ses yeux d'un bleue si profond. Je sens que mon pouvoir et prêt, alors je lui dis une dernière chose avant de le toucher, malgré mais tremblement de plus en plus forts et ou l'impression que mon cœur va s'arrêter à tout moment. Je n'avais pas approcher d'un Soldat aussi près depuis si longtemps et encore moins un mâle. Même si celui me parait sympas et même gentille, j'ai toujours peur malgré moi, je ne peux le contrôler. De même voix alors je repris :

-Ça peut résoudre tes doutes et tes nombreuses questions.

Et avant qu'il ne puisse rien faire ou bien réagir, je me lève sur mes deux pattes avec force. Mes pattes avant tenant fermement ses épaules, mais sans les griffes bien sûr. Je sens l'onde allé dans son corps, je sens la force accumuler dans mes pattes disparaître, avaler par l'onde que je venais de lui envoyer. Désormais il allait d'abord ressentir une douce chaleur rassurante l'envahir avant qu'il ne plonge dans un souvenirs heureux. Ici il n'allait que s'écouler cinq secondes, mais pour lui son souvenir pourrait paraître bien plus long.
Quand je me remet à quatre pattes je m'écroule à terre à cause de mes tremblement trop intensifs et mon cœur qui manque un battement quand j'avais touchait son pelage. De plus je pense avoir mis presque toutes mes forces dans mon pouvoir pour lui transmettre une meilleurs ondes, l'un de ses plus beaux souvenir que j’espérais. Je ne sais pas pourquoi, mais je voulais que Kaï revive un beau souvenirs. Je l'avais vu dans ses yeux le doute, il le méritait, et j’espère que cela l'aiderait. Mais pour le moment ma tête me tourne horriblement à cause de mon pouvoir.
Je remarque que je suis a ses pattes, le museau devant ce qui me met en alerte et essaye de reculer à terre du mieux que je peux mais c'est dure. J'arrive seulement à m'éloigner qu'un peu, tandis que lui est toujours debout comme une statue encore bien devant moi.
Je sens que j'ai de nouveaux peur malgré ça, j'ai peur de sa réaction. Ce qui est normale puisque j'ai toujours eu des retours violents des Soldats car je l'ai touchais à leur insu, parfois même pour me défendre.
J'ignorais comment Kaï allait réagir à ça, surtout que je l'avais touché sans qu'il le voulait.

Qui sait peut-être va-t-il réagir comme les autres ? Peut-être sera-t-il violent ? Et si il faisaient comme eux en....

Non il ne ferait pas ça ? Il n'est pas sadique pourtant, ça se voit ! C'est juste moi. Juste moi qui a peur et qui doit surement être parano. De toute façon cela ne sert à rien, je ne peux pas bouger, je suis étourdis et mes tremblement sont toujours là bien qu'ils sont moins violent, je n'arriverais pas à les calmer tant que je ne connaitrais pas la réaction de Kaï. Je n'aie pas le choix, je doit attendre à terre, pendant qu'il est debout face à moi, encore plongé dans ses souvenirs. Il reste encore deux seconde depuis que je l'ai touché.
Je fais tomber ma tête lourdement au sol, et le regarde d'un air appréhendant sa réponse avec peur et curiosité. Je ne sais pas quoi penser. Je ne sais rien. Tout ce que j’espère c'est qu'il ne va pas se mettre en colère après que je l'ai touche sans son autorisation. Enfaite j'en suis même arrivé au stade ou la violence physique n'est même plus le danger le plus important pour moi. Je ne veux juste pas qu'on me brise encore, plus que je ne le suis déjà. J'essaye de respirer pour calmer avec mes tremblement persistant. La dernière seconde vient de s'écouler. J'en retins même ma respirations.

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 19 Aoû - 12:23


Un instant passa, pendant lequel Kaïgaan continuait de regarder ailleurs, tentant de rester loin du regard pur de la femelle multicolore. Tsss, que pouvait-elle penser de lui ? Un soldat, entrainé à la guerre, qui se comportait comme un chaton apeuré. Il avait connu de meilleurs jours, c'était un fait. Sa fierté en prenait un sacré coup, et ce n'était pas fini. Mais un mouvement vint troubler son champ de vision. Rainbow s'était levée et marchait en direction du mâle gris, avec une douceur marquée. Le soldat tourna immédiatement la tête pour pouvoir la voir, plissant les yeux. Pourquoi s'approchait-elle de lui tout à coup ? Son regard était doux, et sa démarche calme était apaisante. Elle arborait un léger sourire, communiquant autant de douceur que le reste de son corps. Puis, vint sa voix. Cristalline, envoutante.

- Mon pouvoir fait revivre parfois des souvenirs que même toi tu ne t'en rappelles plus. Il sont souvent d'une grande joie, aucune tristesse n'est présente dans ce souvenirs. Généralement quand on reviens à nous on est souvent heureux d'avoir revécu ce souvenir entièrement. Ton subconscient est remplis de souvenirs heureux bien plus que tu le penses. Mon pouvoir va en choisir un aléatoire.

Son attitude, son corps, tout chez elle évoquait un ange d'une douceur sans pareille s'approchant avec précaution d'un autre félin. Et pourtant, Kaïgaan demeurait debout, les yeux plissés. Il ne bougeait pas, regardant la chatte colorée de haut en bas, le doute marqué sur son visage. Il avait envie de reculer au fur et à mesure qu'elle avançait, mais ses pattes refusaient toute action. Aucune tristesse... Ses oreilles remuèrent alors qu'il hésitait encore. Le souvenir ne serait pas triste, mais après ? Il serait replongé dans ce monde froid et noir, dans le présent parsemé de doutes. Il avait peur de se laisser aller, se relâcher la pression, chose qu'il n'avait pas faite complétement depuis des lustres.

- Ça me permet de monter au chat ce qu'il est vraiment dans le fond, car parfois on oublie ce qu'on est vraiment à cause de certains événement. Chose courante chez les Soldats. Cela ne te rendra pas triste cela fortifie généralement tes convictions, ce qui te pèsent sur le cœur. Cela endurcie ta déterminations. Elle montre l'innocence que tu avais.

Elle ne laissait que très peu de silence peser aux alentours, entourant constamment le soldat de sa voix tendre. Qui il était dans le fond... Oui, il l'avais oublié, si tenté qu'il l'avait déjà su un jour. Rainbow était maintenant face à lui et il sentait son souffle chaud lui caresser les moustaches. Elle avait plongé ses douces prunelles rosées dans le regard bleu glacial du soldat. Son regard était perçant, et pourtant d'une tendresse sans pareille. Le soldat ne bougeait pas, il ne le pouvait. Au fond de lui, il savait ce que Rainbow prévoyait de faire, bien qu'il tentait de le chasser de son esprit. Mais elle savait donner confiance, apaiser, et malgré ses doutes, Kaïgaan n'arrivait plus à bouger. Puis vint une nouvelle phrase, plus courte, mais plus profonde.

- Ça peut résoudre tes doutes et tes nombreuses questions.

Ses... Doutes ? Comment pouvait-elle savoir ? Avait-il l'air à ce point perdu ? Mais avant qu'il ne puisse fournir la moindre réaction, elle se leva et lui agrippa les épaules avec une fermeté sans nom. Kaïgaan était paniqué et il ne put qu’émettre un maigre cri de détresse avant de sombrer.

- Non ne fait pa... !

______

Kaïgaan avait les yeux fermés, couché. Que se passait-il ? Il sentait une fourrure contre lui, entendant deux voix féminines. Le sol sur lequel il était couché était dur et froid, mais la fourrure à ses côtés le réchauffait grandement. Son esprit était brouillé, comme s'il venait de se réveiller. Une odeur lui parvint au museau. Une odeur douce, agréable, mais pourtant couplée à une senteur de métal, de peur aussi. Une des voix devint plus claire, et il pu en comprendre les mots.

- Allez Kaï réveille-toi ! Tu n'as fait que dormir de toute la matinée espèce de fainéant !

Cette voix... Kaya ? Il ouvrit les yeux, premièrement aveuglé par la lumière artificielle du couloir de la ménagerie, puis il distingua enfin le pelage de sa soeur. Une magnifique femelle aux pelage encore duveteux, gris perle marqué de blanc. Ses yeux était d'un bleu parfait, clair mais brillant. Son visage était doux, celui d'un jeune chaton. Ses traits arrondis étaient adorables. Elle le regardait d'une mine joyeuse, un grain de malice dans le regard. Kaïgaan tourna lentement la tête vers une deuxième chatte, bien plus grande. Elle paraissait maigre et fatiguée, quelques os saillaient sous son pelage. Elle était grise également, mais plus claire que Kaya. Elle arborait quelques détails gris très foncé sur l'ensemble du corps, lui donnant une apparence de guerrière, dissimulée sous la tendresse incroyable de ses yeux ambrés. Ils étaient jaunes, brillant de milles feux, tels deux sol... Sol quoi ? Mais, il y avait bien quelque chose d'extrêmement lumineux dehors, non ? Dehors ? Qu'est-ce que le dehors ? Enfin, peu importait. Les histoires de sa mère développaient son imagination mais il avait tout de même du mal à visualiser à quoi pouvait bien ressembler le monde hors de leur cage. Enfin, il s'en fichait. Il avait sa mère, si affectueuse, et sa soeur, au caractère bien trempé mais attentionnée. Le chaton se leva joyeusement puis s'étira rapidement, pressé de jouer avec sa soeur.

- Attrape-moi si tu peux !

Impatiente, Kaya courait déjà dans la cage. Pour les chatons d'à peine deux mois qu'ils étaient, elle paraissait immense. Mais leur mère pouvait difficilement y marcher. Le chaton gris plus foncé se mis en chasse, courant derrière sa soeur en riant de bon coeur. Ce même rire résonnait entre les cage, se propageant dans le couloir bordé d'autres prisons. D'autres chats regardaient la petite famille s'amuser, riant, maigre consolation face à l'enfer qu'ils vivaient. Contrairement aux deux chatons, ils savaient ce qui les attentaient, et leur regard triste trahissait leur peur. Peur du futur, peur de ce qui allait arriver aux petits. Mais Kaya et Kaïgaan n'en savaient rien. Ils sautaient allégrement sur leur mère, s'accrochant à ses long poils doux pour ne pas tomber.
Après leurs moments de jeux, ils allèrent manger dans la gamelle déposée au fond de leur cage, remplie de nourriture sentant très fort, mais dont le goût ne serait jamais aussi bond que celui de leur mère. Rassasiés , ils trouvèrent une croquette plus grosse que les autres et s'amusèrent avec jusqu'à être totalement épuisés. Alors, comme chaque jours, ils se couchèrent contre le ventre chaud de leur mère, qui les lécha avec tendresse. Alors qu'il s'endormaient, bercés par les léchouilles rapeuses de leur mère, celle-ci parla de sa voix douce mais forte, telle une lionne protégeant ses petits.

- Soyez toujours ainsi mes amours. La vie ne sera pas toujours aussi tranquille, mais je sais que vous serez assez forts pour la défier. Protégez les plus faibles et croyez en vos convictions. D'autres chats auront besoin de vous, ne croyez pas tout ce que l'on vous racontera, car certaines créatures voudront vous transformer en ce que vous n'êtes pas. Résistez intelligemment, puis aidez tout ceux qui en auront besoin. Je suis certaine que vous serez capables de grandes choses.

Kaïgaan ne comprenait pas vraiment le sens de ces paroles. Qui étaient ces créatures voulant le changer ? Personne ne le changerait jamais, qu'ils essaient ! Oui, il se méfierait toujours des autres, même si pour l'instant, il ne savait pas ni qui et ni pourquoi. Le chaton bailla avant de parler, déjà à moitié endormi.

- Quand je serai grand, on pourra tous vivre dans le dehors, et tout le monde pourra courir où il voudra...

Sur ces derniers mots, il s’endormit contre sa mère en souriant dans son sommeil.

______

Kaïgaan rouvrit les yeux en haletant, comme s'il n'avait pas respiré durant des heures. Toujours debout, ses pattes étaient écartées, tremblantes, faibles sous le poids de son corps. Il regardait le sol, les yeux écarquillés, choqué de ce qu'il venait de vivre. Sa vision était trouble, embrumée. C'est alors qu'il comprit, à la poussière foncée au sol, qu'il venait de pleurer, sans même s'en rendre compte. Les larmes coulaient encore, sans qu'il ne ressente aucune tristesse. Alors pourquoi pleurait-il ? Il sentait quelque chose dans son coeur. C'était chaud, douloureux et agréable en même temps, le secouant de part en part. Il releva la tête sans changer de position, apercevant un pelage arc-en-ciel se dessiner, jusqu'à former la carrure frêle de Rainbow. Il ouvrit la bouche, haletant encore bien que commençant à se calmer. Il la regarda sans pouvoir émettre aucune pensée, complétement chamboulé. Puis, au bout de quelques instants, il trouva le souffle nécessaire pour parler.

- Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu m'as fait ?

Il la revit s'approcher de lui, le touchant aux épaules. Il revit ses souvenirs, sa mère, sa soeur, ses jeux, leurs voix, leurs visage. Enfin. Enfin il s'en rappelait. Ils étaient clairs dans sa tête, dessinés précisément dans son esprit. Il pouvait entendre leur voix, sentir leur odeur... Comment avait-il pu les oublier ? Plus jamais. Reprenant enfin complétement son souffle, il ferma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir. Il expira longuement, revenant à la réalité. Ces paroles prononcées par sa mère... Est-ce qu'elle savait ce que ses petits allaient devenir ? Il devait aider les autres, il l'avait promis à sa mère qu'il chérissait tant. Des émotions inconnues se bousculaient dans son coeur, mais il commençait à reprendre le contrôle de son corps, retenant certaines larmes. Revenu dans le présent, dans ce monde froid et sec, il se rendit enfin compte que Rainbow était couchée sur le flanc, l'air apeurée. Kaïgaan commença à marcher vers elle, les pattes lourdes, tremblantes. Pourtant, il ne s'était jamais senti aussi léger. Son coeur flottait, et même s'il n'arrêterai pas de se poser des questions, du fait de sa personnalité réaliste, il savait maintenant où il en était et où il devait aller. Peu importait si les Felinae ne l'acceptaient pas une fois sa mission accomplie, peu importait s'il n'arriverait jamais à totalement se défaire de l'emprise des Hommes, il devait libérer les prisonniers, aider ceux qui en avaient besoin. Peut-être que là demeurait son identité. Il était l'entre-deux. Ce n'est pas qu'il n'appartenait à aucun camp, il appartenait aux deux. Voilà ce qu'était la paix ? Il s'avança vers Rainbow, mais alors qu'il se baissait pour l'aider à se relever, il fut pris d'un vertige, encore chamboulé. Il grogna, simple réflexe dû au malaise, avant de se reconcentrer sur la femelle colorée.

- Ça... Ça va ?

Les yeux de Kaïgaan n'étaient pas totalement ouverts, venant de se réveiller d'un rêve. Il avait encore l'esprit embrumé mais baissa tout de même la tête pour aider la femelle à se relever. Elle venait de faire quelque chose d'incroyable, le secouant jusqu'au plus profond de son âme.

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 19 Aoû - 17:22


Kaï revint alors à lui, je le remarqua car il haletait, les yeux grand ouvert. Je voyait ses membres trembler et les larmes qui avaient coulé sur son museau jusqu’à atterrir sur le sol. J'avais l'habitude de cette réaction chez certains chat. C'était souvent quand le souvenir était trop intense. Je le vis même baisser sa tête, le regard braqué au sol. Ses yeux étaient grand ouvert, comme si il était choqué. Moi j'étais toujours à terre, ne bougeant pas d'un seul poil, je le fixais intensément. Puis il finit par relever sa tête, et ses yeux bleu se posèrent sur moi, toujours avec une expressions si choqué. Il semblait chambouler, secoué, complétement. Il haletait toujours, j'imagine que cela à dû lui faire bizarre de revivre un souvenirs parmi tant d'autre. Je me demande si ça lui à fait revivre un souvenir récent ou très anciens, de son temps ou il était encore jeune et innocent. Ces souvenirs la de l'enfance sont les plus purs et les plus puissant. Voila pourquoi j'avais mis une bonne dose. Et vus sa réaction ça devait probablement être ça. Sa voix retentit alors, brisant le silence :

-Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu m'as fait ?

Ho ho. Ces deux mots retentirent dans mon esprit. Le souvenir qu'il avait revu à du lui faire quelque chose d'assez puissant. Ça prouve qu'il en avait clairement besoin pour être dans cette état. Pourtant sa réaction me fige encore plus que je ne le suis déjà. Il a l'air vraiment choqué, peut-être même qu'il est en colère contre moi, après tout je l'ai touché contre son gré. Le pire c'est que je peux pas me battre ou alors mes geste seraient gauches, j'ai encore le tournis.
Il ferma alors ses yeux, je compris qu'il essayer toujours de calmer son esprit, chambouler d'avoir revécu un souvenir si lointain qui avait l'air si réaliste pendant un moment. Et cela est loin d'être faux, revivre et revoir des êtres qui nous étaient chère et qui sont partit depuis longtemps, ça fait bizarre dans le fond. Mais je sais que ça aide à se sentir mieux. Le souvenir est choisis en fonctions des doutes ou d'un trouble que le chat pourrait ressentir. J’espère que cela l'a au moins aidé. J'aimais aimé les chats, même si cela n'appréciait pas, je m'en fichais. Mes oreilles se dressèrent quand j'entendis un long soupir, Kaï venait d'expirer toute l'air qu'il avait garder pour se calmer. Toujours mon regard plongé dans le siens je remarqua que ses yeux étaient embrumé, les différentes émotions qu'il avait accumulé en l'espace de cinq seconde avait dû le secoué pas mal.
C'est la que je vis le matous qui commençait à marcher en ma directions, mais je voyais à ses pattes qu'elles tremblaient, signe encore de l'intensité trop forte des émotions. Par contre le fait qu'il se rapproche tendit mes muscles prêt à craquer, je savais toujours pas ce qu'il allait faire. Il arriva à mon niveau, tout proche, d'ailleurs je ne compris pas toute de suite ce qu'il faisait, mon pelage se hérissa légèrement face à cela, mais je le forçais à rester en place, de toute façon mes tremblement n'était plus qu'infimes, ça n'allait pas tarder à partir. Il  eut un mouvement gauche en étant face à moi suivit d'un grognement, qui dressa mes oreilles, mais je fis le lien avec son mouvement gauche. Il avait peut-être eu un vertige, ou peut-être était-il encore trop chamboulé avec cette afflux de divers émotions. Quoiqu'il en soit je ne bougea pas, car ce grognement n'avait rien d'hostile, juste un simple grognement. C'est alors qu'il prit parole, me mettant en surprise :

-Ça... Ça va ?

Je le regarde mais ne répond pas, trop surprise par ca. Il me demande comment je vais ? Pas de griffure alors ? C'est bizarre...C'est vraiment bizarre. Kaï finit par baisser la tête et je compris enfin ce qu'il faisait. Il essayer de me relever, ce qui m’étonna, mais je suivit son mouvement et commença à me relever, malgré ses moustache qui me chatouiller le museau, je n'en dit rien. Une fois relever, je finis par m'assoir un peu gauchement, car ma tête me tournais toujours. Je ne pouvais pas encore fuir, je devais attendre que cela passe. Ça ne mettrait pas longtemps, mais je préfère attendre, plutôt que de partir et glisser comme un chaton qui apprend à marcher. Et même si ma peur ne m'avait toujours pas quitter, car elle m'habitais maintenant depuis longtemps, je pouvais pas l'enlever d'un claquement de patte, je me sentais déjà bien mieux en sa compagnie. Il m'avait pas attaquer, ni en colère. J'imagine juste qu'il a dû être chambouler par tout ça. Je lève ma patte avant droite et la frotte contre ma tête pour essayer de me remettre au clairs et chasser les étourdissement. Et peut-être aussi pour remettre mes idée en place sur le fait que c'est un Soldat qui n'agis pas du tout comme les autres. Mais d'abord je me décide à lui répondre, avec une question qui me ronge. Je le regarde à nouveaux dans les yeux et prend un voix calme et douce :

-Heum, oui ça va juste quelques étourdissement.Je fait une pause avant de quand même élancer ma question. Tu...Tu n'est pas fâché contre enfaite ?

Je tombe dans mes pensées car il a du remarquer qu'il pleurait, et je sais comment ca se passe. La fierté, je le sais parce que j'en avais encore même après tout ça, je détestais pleurer face à d'autre chat ou montrer même ma douleur ça me frustrer, mais pourtant c'était si dure à cacher. Alors avant qu'il ne me réponde je ferais mieux de lui expliquer, peut-être que ça le calmeras. Je repris donc de ma voix calme :

-Les larmes qui coulent c'est tout à fait normal, c'est une réactions toute à fait normale. Quand on est plongé dans un souvenir, on ne peut pas contrôler ces émotions...Même pour les félins les plus fort. Ho et je te rassure, je ne vois pas tes souvenirs, donc soit tranquille, j’espère que ce souvenir t'aideras.

Je ne rajouta pas plus, je voulais déjà savoir sa réponse. Je ne pense pas qu'il va m'attaquer, cette idée commence vraiment à sortir de mon esprit. Je le sens, et même si je suis toujours méfiante au fond de moi, je suis beaucoup plus tranquille. J'espère sincèrement que ce souvenir l'aura aidé si il est plongé dans la doute. Généralement ça aide. Je le regarde à nouveau dans son regard, me demandant qu'elle sera sa réponse.

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 19 Aoû - 21:02


Rainbow finit par se relever, tremblotante. C'était l'utilisation de son pouvoir qui l'avait mise dans cet état, ou était-ce autre chose ? En effet, elle avait l'air d'avoir peur. Pas terrorisée, mais ce genre de méfiance qu'on la plupart des chats traumatisés. Ah bien, sûr, qu'il était bête. Enfin, il valait mieux se comporter normalement et sa confiance viendrait petit à petit. Enfin, normalement pour un félin venant de se faire retourner le cerveau. La femelle s'assit et Kaïgaan ne mis pas longtemps à faire de même. Il était fatigué, non pas physiquement mais mentalement, émotionnellement. Rainbow avait l'air exténuée aussi, ses pattes tremblaient, se calmant toutefois. Elle se frotta la tête à l'aide de sa patte, comme si elle aussi avait du mal à revenir sur terre. Attendez... Avait-il vu ses souvenirs ? Le soldat remua les oreilles, gêné à cette idée. Après tout, il venait de revivre son plus beau souvenir, en tant que jeune chaton, en cage, entouré de matous bien moins innocents que lui. Ils devaient le trouver bien niais à cette époque... Enfin, il n'avait que deux mois tout de même. Et ces chats, qu'étaient-ils devenus ? Il n'en avait reconnu aucun, donc ils n'étaient jamais devenu soldats à leur tour. Ils devaient soit être encore en cage, soit être morts... C'était il y a si longtemps. Deux années s'étaient écoulées, et pour Kaïgaan c'était il y avait une éternité. Le regard de Rainbow vint soudainement se plonger dans celui du soldat et sa voix calme et douce lui parvint aux oreilles.

- Heum, oui ça va juste quelques étourdissement. Tu...Tu n'es pas fâché contre moi enfaite ?

Le mâle électrique dressa les oreilles, surpris. En colère ? Avec ce qu'il venait de vivre, la colère était peut-être la dernière émotion qu'il pouvait ressentir. C'était vrai qu'elle l'avait pris par surprise, ne lui demandant même pas son avis. Mais cela aurait été inutile, puisqu'il se serait constamment défilé jusqu'à leur séparation. Non, elle avait bien agi. Et heureusement, sinon Kaïgaan n'aurait jamais vécu un pareil moment. Mais avant qu'il ne puisse la rassurer sur ce point, elle reprit.

- Les larmes qui coulent c'est tout à fait normal, c'est une réaction toute à fait normale. Quand on est plongé dans un souvenir, on ne peut pas contrôler ces émotions... Même pour les félins les plus forts. Ho et je te rassure, je ne vois pas tes souvenirs, donc soit tranquille, j’espère que ce souvenir t'aidera.

Le soldat fut soulager qu'elle n'avait pas pu voir son passé. C'était la dernière chose qu'il lui restait de sa famille et il ne voulait pas le partager. C'était son seul jardin secret, que seul lui connaissait. Repenser à ce souvenir lui procurait une paix incroyable, et il savait qu'il ne l'oublierait plus jamais. Quant à ses larmes, elles venaient se s'arrêter de couler, même si les yeux du félin gris étaient encore embrumés et la voix rocailleuse. Elle l'avait vu pleurer, il s'en rendit soudainement compte. Personne ne l'avait vu verser une larme depuis fort longtemps, et il était quelque peu soulagé par ses paroles. Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait un gros matou chialer comme un chaton, elle devait avoir l'habitude de les voir se démolir leur fierté. Oui, là Kaïgaan était redescendu bien bas, il ne pourrait pas faire son vantard devant cette femelle avant longtemps. Elle l'avait vu sous sa facette la plus vulnérable, chose qu'il détestait montrer. Et elle avait pourtant tant fait... Il ferma les yeux un instant, repensant une énième à ce qu'il venait de revivre. Rainbow avait le pouvoir de changer les félins. Non, justement, elle pouvait les rendre comme ils devaient être, comme ils étaient avant que le monde ne les pollue de sa tristesse et de sa haine. Elle pouvait tant faire. Finalement, il prit enfin la parole, les yeux toujours fermés, s'exprimant d'une voix calme, douce, bien plus posée que précédemment. Le choc était passé, il se sentait toujours étrange dans son coeur mais il était plus stable émotionnellement.

- Être fâché ? Pourquoi le serais-je ? Tu as bien faire de faire cela. Je t'en serai éternellement reconnaissant.

Et il était sincère. Elle venait de lui ouvrir les yeux, de le faire aller mieux même si ses doutes ne s'envoleraient pas aussi vite, mais surtout, elle l'avait aidé à se souvenir parfaitement de sa soeur et de sa mère. Et ça, il ne pourrait jamais la remercier au niveau de son acte. Il ferait tout ce qu'elle voudrait, elle n'avait qu'à demander et il accourrait. Aider tout ceux qui étaient dans le besoin hein... Cela sonnait niais dans son esprit, mais peu importait. Et puis, il pouvait toujours le faire en restant le chat moqueur et fier qu'il était déjà. L'ancien Kaïgaan et le nouveau ne devait pas forcément être en conflit. Ils pouvaient très bien ne faire qu'une personne : Le Kaïgaan du jour de sa rencontre avec Rainbow.

Invité



Anonymous
Invité


   Sam 20 Aoû - 4:11


Je vis le matou tomber dans une profonde réflexion, cela se lisait sans aucune difficulté dans ses yeux. Il finit par même fermer ses yeux, peut-être pensait-il à ce que j'avais dit ? J'ignorais en tout cas. Je ne lisais pas dans les pensées et heureusement d'ailleurs, j'aurais jamais voulus lire toutes les choses malsaines que les Soldats sadiques pensaient ! Je me demandais toujours ce qu'il avait dû avoir comme souvenir puissant et si cela l'avais aidé. Ben quoi, j'ai bien le droit d'éprouver de la curiosité comme n'importe quels chat tout de même  non ? C'est alors qu'il prend parole, les yeux toujours clos, mais sa voix est différente. Bien qu'elle est toujours calme, il semble apaisé ? Et sa voix est douce, un peu quand on reçoit un rayon de soleil sur le pelage en plein hiver.

-Être fâché ? Pourquoi le serais-je ? Tu as bien faire de faire cela. Je t'en serai éternellement reconnaissant.


Mes oreilles se dressèrent et mes yeux agrandis comme des chouettes. Ma bouche s'ouvrit mais aucun son n'en sortait. On ne m'avait au grand jamais, mais alors vraiment jamais remercier. Surtout pour ça. Pendant un moment je le regarde consterné, puis je cligne des yeux et décide de lui répondre. Mais mes oreilles se baisse par gêne :

-Hé bien je t'ai pris par surprise, on sait jamais, tu pourrais très bien être en colère mais ce n'est pas le cas. Et tu sais, c'est pas grand chose, à mon avis "éternellement" c'est un peux grand, c'est juste un souvenir...Qui aide, en tout cas j’espère. Riais-je nerveusement.

Mouais bon en gros je parlais pour rien dire à tout les coups, mais vraiment que pouvais-je répondre à cela quand c'est la première fois qu'on te remercie sincèrement ? Je ne saurais le dire, mais si il y a une chose que je sais c'est que le compliment de Kaï m'a vraiment fait du bien, ca m'a réchauffait comme on pouvait le dire dans l’expression. Je réalisa alors seulement maintenant que j'étais contente d'avoir vraiment rendus un chat content. C'était cool enfaite. Je baisse ma tête et lève ma patte avant gauche, pour l'observer.

Les couleurs de l'arc-en-ciel, c'est ce que je suis entièrement, jusqu’à mon nom.

Je regarde encore les nombreuses couleurs de l'arc en ciel sur ma patte. Cela me fait sourire de voir toute ces couleurs. Un arc-en-ciel, quand on en voit un dans le ciel, ça fait sourire, ça apporte joie, consolation, ça aide. Je baisse alors encore plus mon regard vers mon collier. Même si il s'agit d'un reste du passé maudit, c'est un souvenirs qui m'a toujours aider dans mes convictions sur le Bien et Le Mal, ils peuvent chacun être inverse. Ce qu'on voit de noir, peut renfermer la plus belle lueur blanche, tout comme le blanc, peut cacher une lueur noir. C'est ce que je voyais dans ce collier.
Je suis libre désormais, loin des Soldats sadiques, j'ai une vie à vivre, je dois effacer le passé, je peux aider des chats à être de nouveaux ce qu'ils étaient ! Ce qu'ils sont dans le fond ! Aider les pauvres chats contre les Soldats Sadique ! Mais peut-être ça bien plus tard, quand j'arriverais enfin à avancer et à remettre les pattes la ou se terraient les prisonniers. Je sais ce que je vais faire, je vais aider des chats en difficulté, dans le doute. Sans pour autant qu'ils ont besoins de me connaitre. C'est mieux ainsi. Je serais une arc-en-ciel solitaire.

Solitaire.

Ce mot fait disparaître mon sourire. Passée toute une vie de solitude dans ce monde est-ce vraiment joyeux ? Pourrais-je un jour avoir à nouveaux de vrais amis avec qui rire ? Et même un compagnon ? J'aurais pu rejoindre les Felinae, ces félins si courageux. J'enviais leurs forces et leurs respects d’autrui, leurs solidarité si intense chez eux.
Non, je risquerais forcément de leur faire du mal, c'est sur c'est arrivé une fois dans le passé, je vois pas pourquoi ce serait autrement. Je regarde à nouveaux mes couleurs arc-en-ciel qui me remonte le moral, me refaisant sourire. Je reporte alors mon attentions sur Kaï, je me demande ce que fait un Soldat de sa trempe chez les Soldats, il parait vraiment sympas.
Ouais c'est ça, sympas et loin d'être un tyran, il a l'air prêt à aider, après tout il ne m'as pas du tout attaqué. Après je pourrais très bien me tromper. Je pris parole calmement mais avec un sourire :

-Tu sais tu as encore bien réagis, je me rappelle une fois que pour me défendre d'un horrible Soldat, j'ai usé de mon pouvoir sur lui. Je te jure que quelque seconde après, il était complétement entrain de pleurer comme un océan. Je sais pas ce qu'il a vu mais on mon avis ça à du le marquer ! Ou je riais à la fin me rappelant ce Soldat.

Il l'avait cherché, mais je savais qu'ensuite il ne s'en était plus jamais pris aux jeune Soldats, les Frais. Je regarde Kaï avec humeur, je sais pas pourquoi mais le fait d'avoir aider et parler de quelque chose qui m'avait fait rire m'a fait du bien. Je crois que depuis longtemps, j'étais enfin un peu heureuse, sans peur.

Invité



Anonymous
Invité


   Dim 21 Aoû - 11:00


Rainbow eu l'air surprise de la réponse du soldat. Décidément, il passait son temps à la surprendre, elle devait vraiment être habituée aux soldats plus malfaisants. Elle lui répondit enfin après avoir cligné des yeux, baissant légèrement les oreilles.

-Hé bien je t'ai pris par surprise, on sait jamais, tu pourrais très bien être en colère mais ce n'est pas le cas. Et tu sais, c'est pas grand chose, à mon avis "éternellement" c'est un peu grand, c'est juste un souvenir...Qui aide, en tout cas j’espère.

Oh, si tu savais à quel point...

La femelle multicolore n'avait pas l'air de comprendre l'importance de ce souvenir pour Kaïgaan. Il se rappelait désormais parfaitement du visage des deux chats qui avaient réellement comptés pour lui, il avait moins de doutes et savait ce qu'il devait faire. Il doutait moins de son identité, se sentant bien moins perdu. Et cela, personne d'autre n'aurait pu le faire. Et même si son côté réaliste lui ferait se reposer des questions, il pouvait les affronter avec moins de douleur. Il se sentait déterminé, fort, mais ne perdait pas son sang-froid naturel pour autant. Il ne devait pas se sentir pousser des ailes et faire l'idiot. Il avait peur de se voir trop transformé après cette expérience, mais il était toujours lui-même, ce matou fier et moqueur, quelque peu froid et méfiant, mais son coeur était en paix et il savait où était son chemin maintenant. Il baissa les oreilles quand il leva les yeux vers Rainbow. Elle avait l'air perdue dans ses pensées, le regard fixé sur sa patte aux couleurs flamboyantes. Kaïgaan en profita pour l'observer plus attentivement. Son pelage blanc présentait des tâches arc-en-ciel sur le bout des pattes, des oreilles, sur le dos et la queue. Ces couleurs étaient très vives, sautant aux yeux. C'était bien différent du pelage monotone du soldat, dont le bleu était la seule couleur voyante. Elle portait également un collier assez discret puisque le mâle électrique ne le remarqua qu'à ce moment là. Noir et blanc, portant le symbole du yin et du yang. Il était curieux de savoir ce qu'il représentait pour elle. Simple souvenir ou symbolique profonde. Hum, peut-être qu'il allait se taire sur ce point. Après tout, chacune de ses questions avaient fait réagir la femelle colorée, et pas qu'un peu. Peut-être avait-il un talent pour les questions embarrassantes... Dire qu'il y avait quelques mois, il étaient beaucoup moins curieux, se fichant éperdument de la vie de ses congénères. Enfin, il n'était pas devenu très sociable non plus. Juste ce qu'il fallait pour ne pas aller envoyer paitre tous les chats qui entraient en communication avec lui, ce qu'il faisait sans gêne auparavant. Finalement, après un long moment où Rainbow parut passer par milles émotions, elle sourit et pris la parole calmement.

- Tu sais tu as encore bien réagis, je me rappelle une fois que pour me défendre d'un horrible Soldat, j'ai usé de mon pouvoir sur lui. Je te jure que quelque seconde après, il était complétement entrain de pleurer comme un océan. Je sais pas ce qu'il a vu mais on mon avis ça à du le marquer !

Hum, Kaïgaan supposait que tout ce que devait voir un félin durant l'utilisation du pouvoir de la femelle devait être très marquant. Après tout, c'était son meilleur souvenir... C'était assez ironique, de pouvoir se défendre en prodiguant un bonheur extrême. C'était assez original il fallait l'avouer. Kaïgaan, toujours assis, passa un coup de langue sur son poitrail, dont les poils avaient été dressés suite au choc émotionnel qu'il avait reçu. Il en avait encore des frissons. Cette nuit allait être bien spéciale... Il répliqua calmement entre deux léchouilles.

- Je pense que tu as dû marquer profondément tous les félins que tu as touché...

Et ce n'était qu'un euphémisme. Il la regarda en coin avant de replonger son museau dans ses poils blancs, terminant sa rapide toilette. Peut-être que certains chats étaient tout de même redevenu comme avant, barricadant leur coeur aux émotions données par ce souvenir. Mais Kaïgaan n'aurait pas pu, surtout qu'il avait besoin d'un tel chamboulement pour aller mieux.

Invité



Anonymous
Invité


   Mer 24 Aoû - 3:57


Kaï se lécha le poitrail, pour remettre quelque poils rebelles sans doute. Il réfléchissait surement. Enfin c'est ce que je croyais, je ne suis pas dans la tête des félins après tout. Entre quelque coup de langue il reprit de sa voie calme à laquelle je m'étais déjà habitué.

-Je pense que tu as dû marquer profondément tous les félins que tu as touché...

Je vis son regard croiser miens avant qu'il ne reprenne sa toilette. Je pensa alors a ce qu'il venait de me dire. Il n'avait pas faux je le sait, combien de Soldat ais-je pus voir le doute se lire dans le regard ? Sur ce qu'ils sont devenus alors qu'ils étaient si différente étant petit ? Mais la plupart avaient préférer se voiler la face, continuant leurs chemins sombre et en sang. Mais dans le fond, ils avaient eus des doutes sur eux-mêmes, sur ce qu'ils étaient devenus. Des monstres. C'est tout ce qu'ils étaient de toute façon pour moi, mais pouvait-on vraiment leur en vouloir dans le fond ? Ces chats ont perdus leurs âmes, leurs identités, leurs ancienne vie. Et même leur cœur. Mais je les méprise grandement et ne souhaite jamais en recroiser un. J'essaierais en tout cas. Je pris parole à mon tour, pour lui répondre calmement.

-Je sais que la plupart ont été touché émotionnellement, ça se lisait dans leur regard et quand il revenait a eux. Mais tu sais comment ça se passe quand tu touche à la fierté de certains Soldat Sadique non ?

Je n'avais pas dit ça dans le sens méchants bien sur, c'était surtout une affirmation et puis j'imagine que Kaï comprenait ou je voulais en venir. Il vivait bien au milieu d'eux, et puis même lui pouvait être un chat fière ce que je peux aussi clairement comprendre. Tout chat a forcément sa propre fierté, c'est normal. Je le regarda longuement, je me demandais ce que ce chat pouvait être chez les Soldats. Il n'avait pas l'air d'être méchants, peut être je pouvais encore me tromper, mais je mettais cette idée de plus en plus loin de moi. Et il n'avait pas non plus l'air d'être un chat qui se laisse faire. Un Soldat gentils, ces deux mots paraissent si contradictoire et pourtant, ils existent. D'un côté ça prouve que tout peux exister. Mais je me décida à lui poser la question, après tout, je pouvais bien être curieuse un tout petit peu tout de même ? Bon je sais, je sais, c'est un vilain défaut, mais Kaï m'intrigue énormément la dessus.

-Dis moi, tu fais quoi au juste chez les Soldats ? Enfin je veux dire comme travaille, ou comment ça  se passe chez toi ?Je fis une bref pause avant de reprendre. Pardonne moi si c'est indiscret, je suis surement trop curieuse.

Mes oreilles frétille à mon grand désarrois ou je finis par passer ma patte dessus pour calmer cela. Au moins il croira que c'etait une simple démangeaisons. Je me demande si il va me répondre à ça. Bon et moi je pourrait faire quoi ? Il fallait que j'arrête de trainer près des environs des nids de Soldats, c'est beaucoup trop risqué pour moi. Et même si j'allais vivre seule, je compte quand même vivre moi, je tiens à ma vie tout de même.

Mmm peut-être qu'il pourrait m'indiquer à lieu tranquille ?

Je n'étais jamais allée au delà du sentier et de l'orée, pour moi c'était l'inconnue, mais il était peut-être temps de changez d'aire. Qui sait, peut-être qu'au delà se trouvait une nouvelle vie bien meilleurs, ou je retrouvais tout mon bonheur d'antan, je pourrais peut- être parfois aidé des chats en difficulté qui sait ? Je souris a cela, et reporta mon intentions sur Kaï. Je me demande bien ce qu'il va me répondre, je verrais bien ce que m'apporte mon vilain défaut de curiosité.

Invité



Anonymous
Invité


   Mer 24 Aoû - 22:57


Après avoir fini sa légère toilette, Kaïgaan bailla doucement. Il n'était pas si fatigué, surtout que revivre une expérience passée réveillait plutôt bien. Mais bon, il avait eu une journée chargé et l'après-midi touchait à sa fin, il ne pétait plus vraiment le feu. Après avoir réfléchit à ses paroles, enfin, c'est ce qu'il pensait, Rainbow prit la parole d'une voix calme. L'atmosphère était décontractée désormais.

-Je sais que la plupart ont été touché émotionnellement, ça se lisait dans leur regard et quand il revenait a eux. Mais tu sais comment ça se passe quand tu touches à la fierté de certains Soldat Sadique non ?

Oh oui il le savait. La plupart des soldats se croyaient supérieurs à toute vie et dès que l'on touchait un peu à leur égo, fâcheuse tendance de Kaïgaan, ils se braquaient immédiatement. Le second degré était assez rare à la caserne, quelle tristesse. Enfin, le mâle électrique avait de la matière pour donner libre court à son côté moqueur. De plus, la provocation était assez plaisante, ayant toujours une petite pique à lancer au moindre soldat trop imbu de lui-même. Il ne manquait jamais une occasion de rabaisser un collègue agaçant. Ah, il se souvenait de Ryuk, ou même de Tardon. Quelles plaies ces matous... Mais c'était de ces chats là qu'il avait le plus de plaisir à se moquer. Ils réagissaient au moindre mot c'était assez amusant. Des brutes sans cervelles, désolant. Enfin, il savait que tous les soldats n'étaient pas aussi idiots, juste une écrasante majorité. En fait, il y avait les félins heureux de faire leur travail, détestant les Felinae, et ceux trop lâches pour s'enfuir. On devine facilement à quelle catégorie appartient Kaïgaan. Alors oui, il prévoyait une évasion, mais avant sa rencontre avec Gwei, qui avait d'ailleurs changé sa vie, il correspondait parfaitement au type "Je suis pas taré mais profite du confort". Enfin, les soldats n'étaient pas vraiment une bonne compagnie, excepté pour se défouler de temps à autre. Rainbow reprit la parole, d'une voix qui semblait plus curieuse.

-Dis moi, tu fais quoi au juste chez les Soldats ? Enfin je veux dire comme travail, ou comment ça se passe chez toi ? Pardonne moi si c'est indiscret, je suis surement trop curieuse.

Kaïgaan remua les oreilles.

- Non non ce n'est pas indiscret.

Sa voix demeurait neutre et calme, pour le simple fait qu'il réfléchissait à toute vitesse, se demandant s'il devait avouer son petit secret.

- Tu sais je n'ai pas une vie bien différente de mes collègues. Patrouille, mission, entrainement... Rien de bien spécial.

Il hésita une dernière seconde, laissant sa phrase en suspens, avant de terminer sa réplique. Oh, Rainbow devait certainement être digne de confiance, mais ce n'était pas assez pour Kaïgaan. Le soldat n'accordait pas facilement sa confiance et se méfiait toujours, au moins un peu, de tous les chats qu'il rencontrait. Pourtant, la femelle colorée lui avait tout de même permis de se remémorer un souvenir important. Mais tout de même, il ne lui faisait pas entièrement confiance. Après tout, il se savait pas grand chose d'elle, mise à part le passé qu'elle avait bien voulu partager. Il était très méfiant, c'était un fait. Le matou gris posa alors une question, histoire de détourner l'attention de la femelle de ses activités de soldats.

- Pourquoi as-tu préféré être solitaire ? Tu sais les Felinae sont bien différents des soldats.

Elle n'avait pas l'air du genre à vraiment aimer la solitude, gentille comme elle l'était. Et tout comme elle, Kaïgaan était curieux de ce que pouvait être la vie de solitaire, sans personne pour nous aider. Après tout, il quitterait bien les soldats un jour ou l'autre, et rien ne disait que les Felinae l'accepteraient.

Invité



Anonymous
Invité


   Ven 26 Aoû - 2:49


Le matou secoua ses oreilles à la questions que je venais de lui demander. Il répondit de sa voix calme habituelle.

-Non non ce n'est pas indiscret.Il fit une pause avant de reprendre rapidement. Tu sais je n'ai pas une vie bien différente de mes collègues. Patrouille, mission, entrainement... Rien de bien spécial.

Et ?

J'étais pourtant sur que Kaï allait continuer dans sa phrase, mais non elle s'était arrêté brutalement comme si il pensait à quelque chose. Peut-être parce que je n'étais plus Soldate, il voulait peut-être éviter de dire certaines chose. Je pouvais comprendre, je ne chercher pas à lui faire des ennuis, j'étais juste curieuse. Voir si les chose avaient changé depuis une lune, mais non, c'est cette simple routine que les Soldats exécuter comme de simple robots. Comme des chiens quand j'y pense. D'ailleurs ou sont-ils passés eux ? Les "meilleurs amis" de l'homme ? Avait-il disparut totalement ? J'en avais vus sur des images de mon temps en laboratoire, mais jamais en vrai. Ça devait être assez bizarre quand j'y pense. Ils ont surement dû muter eux aussi, j'imagine. Ou bien l'espèce à disparut, et puis zut qu'est-ce que je m'en fiche totalement !
C'est alors que Kaï reprit parole me sortant de mes pensées absurde sur une espèce surement potentiellement disparut et dont je me fichais bien.

- Pourquoi as-tu préféré être solitaire ? Tu sais les Felinae sont bien différents des soldats.

Je clignas  plusieurs fois des yeux un peu surprise, je ne pensais pas que le matou avait pensé à une telle questions. Je réfléchis alors me demandant ce que je savait réellement sur les Felinae. Non vraiment, je n'en avais jamais vu en vrais, en liberté, juste quelque uns enfermé en cage dans le laboratoire, mais dont je n'avais jamais le temps d'y aller. Si je me faisais choper je voudrais même pas essayer. Pourtant certains au loin ont éveiller ma curiosité. Je ne connaissais les Felinae que au travers des histoires qu'on nous racontait ou dans leurs actes. Un peu comme on m'avait annoncer la mort de mon père tuer par des Felinae. C'est ce que on m'avait dit. Mais au fond de moi il y avait toujours un doute. Je me décida a lui répondre, réfléchissant moi-même sur ce que je disais.

-Hé bien, je ne sais rien des Felinae. Au départ quand je suis partie après ce que j'avais fait, j'avais pensé au Felinae, mais je me suis ravisée. Je ne connaissais aucunement leurs mode de vie.Je fis une pause avant de reprendre rapidement. Et puis si c'est pour tuer des Soldats ça m'interresse pas. Ça tuerait des familles, tous les Soldats ne sont pas des être ignoble, tu l'as bien démontré. Par exemple toi, je sais pas si tu as déjà des chatons, mais je ne pense que tu voudrais les savoir mort par des Felinae ? Pourtant je ne voudrais pas que ça t'arrive si tels est le cas, ils ne font que suivre ce qu'ils pensent être juste j'imagine. Et dû coté des Felinae c'est la même chose, les Soldats détruisent des familles Felinae et Caméléons. Et je je ne veux pas leurs faire de mal. Voila pourquoi j'ai choisis être solitaire.

Je continuas de penser et fis la toilette de mon épaule droite. Cela m'a toujours aidé à penser étrangement. Puis je relevas ma tête avant de reprendre. J'avais surtout l’impression que je pensais tout haut.

-Néanmoins, si il y a une chose avec laquelle je suis d'accord avec les Felinae, c'est qu'ils aident les prisonniers à s'echapper. C'est une bonne chose. J'aurais bien voulus, mais je ne sais pas vraiment me battre. Enfin si pour me défendre, mais face a de gros lourdaux je ne pense pas que je serais d'une quelconque utilité à moins d'être devenus du pâté.Je fis une pause afin de reprendre une respirations calme.Être solitaire est un choix, bien qu'il est difficile de trouver un endroit ou dormir en sécurité etre tout le temps sur ses gardes, et tu ne peux compter que sur toi même si tu as faim ou est malade. Je suis bien contente quand je fait la rencontre de chat amical !

J'avais accentué la fin de ma phrase avec un sourire, avant d'enrouler ma queue arc-en-ciel autour de mes pattes et de le regarder. Je me demande si il comprendra ce que je venais de dire, je sais que chacun a son point de vue mais bon. C'est comme ça que je vois les choses. Après je ne sais pas, peut-être que je me trompe carrément sur les Felinae. Je devrais peut-être en observer pour me faire une idée claire et nette.

Invité



Anonymous
Invité


   Sam 27 Aoû - 22:46


La femelle parut surprise de sa question. Bien, c'était la journée des questions surprenantes. Elle réfléchit quelques secondes avant de répondre à la curiosité du soldat.

-Hé bien, je ne sais rien des Felinae. Au départ quand je suis partie après ce que j'avais fait, j'avais pensé au Felinae, mais je me suis ravisée. Je ne connaissais aucunement leurs mode de vie. Et puis si c'est pour tuer des Soldats ça m'interresse pas. Ça tuerait des familles, tous les Soldats ne sont pas des être ignoble, tu l'as bien démontré. Par exemple toi, je sais pas si tu as déjà des chatons, mais je ne pense que tu voudrais les savoir mort par des Felinae ? Pourtant je ne voudrais pas que ça t'arrive si tels est le cas, ils ne font que suivre ce qu'ils pensent être juste j'imagine. Et dû coté des Felinae c'est la même chose, les Soldats détruisent des familles Felinae et Caméléons. Et je je ne veux pas leurs faire de mal. Voila pourquoi j'ai choisis être solitaire.

Hum, elle n'avait pas tort. Il n'y avait pas de blanc ou de noir, juste du gris plus ou moins foncé dans les deux camps. Faire partie d'un camp nécessitait de faire du mal à l'autre. Enfin, pas forcément. Il n'avait jamais fait de mal à un Felinae. Enfin pas directement ou quand il était seul. Peut-être que surveiller des prisonniers était une forme de méchanceté. Mais il n'avait jamais tué, ce qui était assez étonnant pour un soldat. Il se débrouillait toujours pour ne pas avoir à achever un captif ou faire quoi que ce soit qu'il pourrait trop regretter. C'était une forme de lâcheté, puisqu'il n'assumait pas son camp et les malheurs qu'il engendrait. Raaah, il devait arrêter de constamment douter de lui-même. Désormais, il savait où il allait, grâce à Rainbow, et devait aller de l'avant. Oui, voilà. Il resta néanmoins bêtement bloqué sur une phrase. "Si tu as déjà des chatons". Non, il n'était pas encore père mais... Ooh, il plongeait trop dans ses pensées là. Nope nope nope, on ne pense pas à des gosses, et encore moins à l'amour. Lui qui tombait si facilement amoureux avait été si préoccupé par sa mission de sauvetage qu'il en avait oublié cette question que beaucoup de chats se posaient. Non, il avait le temps et de toute façon qui voudrait bien de lui ? Pour des raisons évidentes, il ne se voyait pas avec une soldate souhaitant rester avec les humains. Mais s'il rejoignait les Felinae, il serait tout de même un ancien soldat, méprisé. Peut-être devrait-il devenir solitaire avec son épopée ? Même s'il était de nature assez peu sociable, il ne se voyait pas vraiment vivre complétement seul avec tous les dangers de ce monde.

-Néanmoins, si il y a une chose avec laquelle je suis d'accord avec les Felinae, c'est qu'ils aident les prisonniers à s'echapper. C'est une bonne chose. J'aurais bien voulus, mais je ne sais pas vraiment me battre. Enfin si pour me défendre, mais face a de gros lourdaux je ne pense pas que je serais d'une quelconque utilité à moins d'être devenus du pâté. Être solitaire est un choix, bien qu'il est difficile de trouver un endroit ou dormir en sécurité etre tout le temps sur ses gardes, et tu ne peux compter que sur toi même si tu as faim ou est malade. Je suis bien contente quand je fait la rencontre de chat amical !

Il comprenait ses raisons... A moitié. Après tout, elle pouvait très bien jouir de la protection des Felinae sans pour autant devenir une chasseuse de soldats. Mais il était vrai que ces chats libres n'hésitaient pas à affronter leurs ennemis, jusqu'à la mort, pour les leurs. Finalement, ils étaient aussi des soldats, mais leur maître était la liberté. Raaah, maintenant il hésitait à éventuellement rejoindre les Felinae. Décidément, c'était la journée des questions et des doutes. Il soupira légèrement, redescendant sur terre.

- Oui j'imagine que la vie ne doit pas être facile pour toi...

Alors qu'il profitait allégrement sur confort des Hommes. Il se sentait assez pitoyable il faut dire. Une femelle courageuse contre un soldat lâche. Il s'était posé plus de questions en cette soirée que durant toute la semaine.

- Qu'est-ce que tu faisais aussi prêt de la caserne ?

Sa voix était devenue plus dure. Ce n'était pas une accusation, mais la conversation devait de gagner un degré de sérieux. Car après tout, avec le pouvoir dont elle était doté, elle devait éviter tout danger. Et là voilà au beau milieu de la ville avec son pelage très discret. Elle avait eu de la chance sur ce coup...

Invité



Anonymous
Invité


   Mer 31 Aoû - 2:48


Kaï sembla songeur pendant un bref moment, je me demandais bien a quoi il pouvait penser en ce moment. Mais dans tout les cas cela ne me concerne pas, c'est lui. Je suis vraiment curieuse aujourd'hui. Ça faisait longtemps que ma curiosité n'était pas revenue au galop en moi comme ça. J'imagine que c'est bon signe si cela me permet de bien me sentir, comme "avant" tout ça. Mes oreilles s'orientèrent dans sa directions lorsque je l'entendis soupirer, dont mes yeux suivirent la directions.

-Oui j'imagine que la vie ne doit pas être facile pour toi...

Cela me fait vraiment penser ses paroles. Je ne me suis jamais visualisé comme ça, pour moi il y a toujours pire, comme ceux en cage, les reproductrices, les petits qu'on arrache à leurs mère, voir la mort devant soit, tuer, et les milliers de mort dont leurs âme sont partis bien trop tôt pour la plupart. J'ai toujours vécu ma vie dans la souffrance, enfin peut-être un jolie quart de vie avec mon frère que je n'oublierais jamais pour son geste, tout comme mon père. J'avais a force l’impression que la vie c'était ça, vivre dans la peur, les pleur et le mal. Ça parait logique quand on a vécu toujours comme ça de dire que pour nous, hé bien tout ça paraissait normale. Même si la conscience au fond nous disaient le contraire. Non ce que je me disais toujours pour tenir c'est qu'il y a pire, et que je suis en vie, en bonne santé, même si le mentale et mon cœur était à revoir chez le réparateur. Le matou reprit parole mais son ton n'était pas le même qu'avant auquel je m'était vite habitué. Bien que c'était toujours un ton assez calme on percevait clairement que celui-ci c'était endurcis. Pourtant cela ne me fis rien, car il posait une simple questions.

- Qu'est-ce que tu faisais aussi prêt de la caserne ?

Je pouvais bien comprendre qu'il se posait cette questions, après tout je me trouver quand même dans le quartier Nord, au milieux de ce qu'il reste des vestiges du passé et un endroit qui grouillait clairement de Soldats. Bref un endroit qu'il fallait clairement pas fréquentait si on tenait à la vie, c'était un endroit suicide, une allé sans retour. Et pourtant j'y étais. Je savais que j'avais eu de la chance de tomber sur Kaï, sinon je n'aurais pas donné chère de ma peau. Ça j'en étais sûr ! Je le regarda tout comme avant, calmement. Mais je ne pus m’empêcher de repenser à ce qu'il m'avait dit auparavant.

-Je m'estime avoir encore une belle vie, car je suis en bonne santé pour le moment, je suis en vie, je suis libre. C'est ce qui est le plus important. Ce qui est fait est fait, regretter le passé ça ne sert a rien, c'est laisser son esprit dans le passé et son corps dans le présent. Même si c'est dure parfois, il faut braver. Je veux aller de l'avant, je veux voir le future. Je m'arrêta alors, songeuse, puis jeta un œil au ciel. J'imagine que je pourrais bien lui expliquer pourquoi j'étais la, ce n'était pas dangereux après tout. Si j'étais aussi proche de la caserne c'est parce que je cherchais un endroit ou dormir. Le sentier grouille de Soldats ce soir. D'habitude j'erre la-bas, mais je me suis dit qu'il serais grand temps d'explorer la forêt et ses environs. Pour m'enfoncer loin. C'est ce que je compte faire demains. Tu sais ca fait qu'une lune que j'ai deserter, je ne suis jamais aller plus loin que le sentier et le désert.

Je ne dit pas que c'était parce que certains Soldats m'en empêcher, ce détail ne servaient pas à grand chose. D'ailleurs je réfléchissa. Est-ce que Kaï connaissait bien les environs de la forêt ? Il pourrait m'indiquer le chemin de la forêt pour demain. Je sais que je ne connais presque pas ce chat, pourtant je sais que la dessus je peux lui faire confiance, je sais qu'il n'y pas de piège juste de la sincérité. Ça se lit, ça se voit. Je le regarde a nouveau et sur un ton amicale je lui pose ma questions.

-D'ailleurs, tu pourrais m'indiquer un chemin qui mène à la forêt ? Je compterais le prendre demain.

J'avais agitais ma patte avant dans toute les directions, pour montrer que je ne savais pas par ou aller. Mes gestes avaient accompagné ma parole, c'était rare quand ça m'arrivais. Ça pourrait paraître comique, mais j'imagine qu'on peut tout de même un peu sourire même quand on est assis dans le lieu la plus horrible après tout non ?

-

Invité



Anonymous
Invité


   Jeu 1 Sep - 0:01


Rainbow lui répondit assez rapidement, après un bref instant à songer.

-Je m'estime avoir encore une belle vie, car je suis en bonne santé pour le moment, je suis en vie, je suis libre. C'est ce qui est le plus important. Ce qui est fait est fait, regretter le passé ça ne sert a rien, c'est laisser son esprit dans le passé et son corps dans le présent. Même si c'est dure parfois, il faut braver. Je veux aller de l'avant, je veux voir le future.

Kaïgaan avait l'impression de parler à un de ces vieux sages qui s'arrêtaient sur l'essentiel, sur le bon, alors que les jeunot ne pensaient qu'à se battre pour des choses aussi futiles que leurs maîtres ou leur honneur. Elle n'avait pas tort, bien entendu, mais le soldat était bien trop réaliste et pessimiste pour se conformer à ce genre de propos. Oui, être en vie et libre était déjà une bonne chose par ces temps durs. Oui, il fallait se concentrer sur le futur. Mais il ne fallait pas non plus oublier le passé. Rainbow le lui avait prouvé, le passé pouvait éclaircir une vision, transformer les chats et les faire redevenir ce qu'ils étaient originellement. De plus, il trouvait ça un peu trop minimaliste de uniquement se dire "Je vais bien alors soyons positif". Elle allait bien, Kaïgaan n'était pas mal non plus. Mais énormément de chats souffraient encore et toujours à cause des Hommes. Enfermés dans des cages, pondant des chatons pour les voir devenir des tueurs sanguinaires. Non, il ne pouvait ignorer ce carnage. Alors peut-être qu'il était pessimiste, négatif, sans espoir, n'ayant aucune estime de lui-même, mais il vivait dans le monde réel. Un monde pourris, détruit, qui ne se relèvera plus jamais de ses cendres. Car c'est là qu'ils vivaient tous. Sur les cendres d'un passé glorieux, détruit par la folie humaine. Ses pensées si lointaines avaient l'air d'avoir duré longtemps, mais seules quelques secondes s'étaient écoulées quand la femelle multicolore repris la parole, répondant à sa question.

- Si j'étais aussi proche de la caserne c'est parce que je cherchais un endroit ou dormir. Le sentier grouille de Soldats ce soir. D'habitude j'erre la-bas, mais je me suis dit qu'il serais grand temps d'explorer la forêt et ses environs. Pour m'enfoncer loin. C'est ce que je compte faire demains. Tu sais ça fait qu'une lune que j'ai déserté, je ne suis jamais aller plus loin que le sentier et le désert.

Ah oui, elle n'avait pas d'endroit fixe où dormir. Cela devait être étrange de constamment changer d'endroit où dormir... Kaïgaan aurait du mal, pour la simple et bonne raison qu'il a été habitué depuis l'enfance à avoir son propre endroit où coucher. Une chambre individuelle au confort plutôt satisfaisant. Si tout se déroulait selon ce qu'il imaginait, il rejoindrait très certainement les Felinae, à moins qu'il ne décidait de devenir solitaire. Il hésitait, mais dans tous les cas il devrait dormir dehors. Enfin, les Felinae avaient des litières couvertes apparemment. Mais ils dormaient en collectivité, brrr, c'était encore pire. Kaïgaan aurait du mal à s'y faire... Bien si Mephisto avait autant de mal à dormir qu'il le disait, cela promettait de belles discussions en perspective.

-D'ailleurs, tu pourrais m'indiquer un chemin qui mène à la forêt ? Je compterais le prendre demain.

Ah, il était l'heure de jouer au GPS. Bien, elle allait se diriger vers un endroit assez sécurisé. Enfin, si on oubliait les patrouilles de soldats, les plantes chelous et les animaux mutants. Mais bon, elle aurait un ruisseau, l'orée et une forêt assez grande pour y cacher son pelage arc-en-ciel. Kaïgaan lui répondit de son ton redevenu plus zen.

- Si tu continue vers le nord tu arriveras à un ruisseau. Les environs seront un bon endroit où passer tes nuits.

Enfin, il l'espérait, puisqu'au final la seul nuit qu'il avait passé hors de la caserne avait été avec Mephisto, dans le centre de la forêt, après s'être fait attaquer par un ours dégelasse. Il aurait également pu rebondir sur le côté très positif de la femelle, mais se ravisa en se disant qu'il valait mieux qu'elle soit heureuse ainsi plutôt qu'en imaginant constamment le pire. Kaïgaan inspira et ne pu retenir un bâillement. Arf, il allait avoir l'air d'un fatigué maintenant. Il n'était pas spécialement épuisé, mise à part que la journée touchait à sa fin et qu'il venait de subir le plus grand choc psychologique depuis ses deux années de vie.

Invité



Anonymous
Invité


   Mar 27 Sep - 0:06


HRP:
 

La matou sembler connaitre le territoire car sa réponse ne tarda pas à arriver à mes oreilles.

- Si tu continue vers le nord tu arriveras à un ruisseau. Les environs seront un bon endroit où passer tes nuits. Me dit-il d'un ton redevenus calme.

Alors que je mémorisais ce qu'il venait de dire, je vis du coin de l’œil qui bailla, mais ne fit aucun geste qui pourrait lui faire croire que je le regardais. Il était fatigué ? Bon d'un certain côté ça pourrait se comprendre après tout on était la fin de la journée, le soleil n'était pas loin de disparaitre et j'ignorais complétement ce qu'il avait bien pu faire de sa journée.

-Merci beaucoup pour l’indication, au moins je saurais ou mes pattes m’emmènent. J'ai toujours rêvé d'explorer des endroits inconnues étant petite. Sourais-je.

Je  me leva ensuite pour m'étirer de tout mes muscles, ça faisait du bien, puis je bailla à m'en décocher la mâchoire. A croire que le braillement du félin était contagieux. Je soupira longuement en regardant le paysage qui m'entourer. C’était un simple soupir, le genre qui dit "hé bien que vais-je faire ?"
En effet, je me demandais si j'allais reprendre le même endroit que la dernière fois pour y passer la nuit. C'était un endroit caché dans les débris, ensuite je partirais demains. Quoique en plein jours, je serais surement plus voyante non ? Ce serait peut-être plus juste de partir maintenant ou au moins sortir de la ville désormais. C'était surement plus raisonnable. Je regarda alors Kaïgaan.

-Je pense que partir de nuit serait plus juste vus mon pelage, j'arriverais à être mieux discrète à mon avis. En tout cas on va essayer.

Je commença alors à marcher, vers la directions indiquée, puis m’arrêta, pour me retournas et le regarder une dernière fois avant de ce qui me semblait partir d'un endroit sombre, pour y démarrer une nouvelle vie.

-Merci beaucoup! Peut-être nous reverrons-nous un beau jour dans les bois ? Lui dis-je souriante, ma queue ondulant au grès de la légère brise.

Au fond de moi même je ne savais pas quoi penser, mais le revoir un jour, mais si cela sera lointain ne me déplaira surement pas, discuter avec lui fut un moment agréable.

Invité



Anonymous
Invité


   Mar 27 Sep - 11:01


HRP:
 

La femelle sourit gentiment, comme elle l'avait fait si souvent depuis le début de leur conversation.

-Merci beaucoup pour l’indication, au moins je saurais ou mes pattes m’emmènent. J'ai toujours rêvé d'explorer des endroits inconnues étant petite.

Rainbow se leva, s'étirant longuement, certainement pour se préparer au petit périple qui l'attendait pour trouver un endroit où sommeiller. Elle était restée jeune, quelque peu innocente malgré tous les malheurs qui l'avaient touchées. Ainsi, elle rêvait d'exploration hein... Kaïgaan s'en fichait pas mal, de découvrir de nouveaux endroits, d'élargir son monde. Il n'était pas vraiment fan de l'inconnu, surtout dans un monde peuplé de créatures étranges voulant la mort de tout ceux qu'ils croisaient. Wait, on ne parlait pas des humains actuellement ? Enfin, nous étions tous un peu comme cela, à vouloir être l'espèce dominante au détriment des autres. Kaïgaan ne voulait pas découvrir de nouveaux horizons, pour la simple et bonne raison qu'il avait bien trop à faire dans ses propres frontières. Il n'avait pas besoin d'aller voir ailleurs pour vivre des choses puissantes, ça non. Enfin, Rainbow voulait s'éloigner des soldats, et elle avait bien raison au vu de ses projets. Le soldat électrique espérait tout de même qu'elle puisse trouver des chats avec qui vivre. Pour une chatte comme elle, possédant autant d'empathie, cela devait être épuisant d'être à ce point seule. Quant à Kaïgaan, il quitterait les soldats en temps voulu, quand plus rien ne l'attacherait à ce groupe de fous dangereux. Mais comme d'habitude, il se disait qu'il resterait toujours une part de lui qui serait un soldat, une créature des humains. Enfin, il avait une mission, il devait l'accomplir. Peut-être que ses problèmes d’identité se régleraient avec le temps. Peut-être pas... Il entendit un léger soupir, puis vit que le regard de Rainbow était plongé dans le sien.

-Je pense que partir de nuit serait plus juste vus mon pelage, j'arriverais à être mieux discrète à mon avis. En tout cas on va essayer.

Oui, cela semblait être le choix le plus intelligent à faire. C'était certain que la discrétion ne devait pas être son fort avec un pelage aussi coloré. Si la nuit devait pouvoir l'aider, la seule lumière de la lune suffisait à savoir qu'elle était présente. Elle avait été son dernier rayon de soleil avant la tombée de la nuit. Elle commença alors à partir, marchant doucement quelques pas avant de se retourner vers le soldat gris.

- Merci beaucoup! Peut-être nous reverrons-nous un beau jour dans les bois ?

Oh, il l'espérait bien. Cela avait été une très belle rencontre qui l'avait pas mal chamboulé d'ailleurs. Kaïgaan espérait du fond de son coeur que Rainbow puisse trouver un plus grand bonheur. Elle méritait d'être heureuse, tout comme elle lui avait donné une paix, même éphémère en lui rendant son passé. Néanmoins, rien ne pourrait enlever le côté pessimiste se posant toujours des question du mâle électrique. Si cela l'avait aidé, il allait continuer de douter, peut-être moins, mais les doutes faisaient partie de lui. Enfin, il sourit doucement à Rainbow, lui disant au revoir d'un voix douce, paisible.

- Merci à toi. J'espère que l'on se reverra aussi.

Cela faisait quelques temps qu'il n'avait pas eu un regard aussi paisible, en paix malgré ses doutes. Oui, cette femelle avait fait beaucoup pour lui, et il ne pensait pas que quelqu'un puisse l'aider autant de sitôt. Il prit une grande inspiration, remplissant ses poumons de l'air frais, mais néanmoins pollué, de ce début de nuit urbain.

HRP:
 

Invité



Anonymous
Invité


   Mar 25 Oct - 3:08


HRP:
 

Kaï me sourit doucement avant de prendre une voix calme et douce.

-Merci à toi. J'espère que l'on se reverra aussi.

Je lui sourit en retour après une ondulations de la queue, lui signifiant que j'exprimais les mêmes pensée si un jour je le recroiserais.
Puis je me tournai, pour ensuite partir en courant, traversant les différents débris qui jonchaient le sols, les bouts de ferraille sautant par dessus certains objets assez gros. De temps a autres je m'arrêta pour identifier les différentes odeurs possible des environs, histoires de voir qu'il n'y avait pas une mauvaise surprise quelque part dans le coin. Je regardai le ciel pendant un bref moment, les étoiles commencé pointer dans un ciel orangée encore.
Je repris ma route quand je vis qu'il n'y avais aucun danger, jusqu’à ce que je commence à fouler un peu de sable, m'éloignant désormais de la ville, ou j’espérais n'y jamais remettre les pattes. Puis je m'arrêta, car devant moi se dressée des arbres, la verdure. J'étais arrivé. Enfin. L'endroit que j'avais toujours rêver étant plus jeune. Je souris de bonheur. Parce que une nouvelle vie commençait, et que désormais je devrais laisser le passé ou il était et essayer d'avancer. Je sais que être seule ne va pas être facile, j'ignore toutes les bêtes, mais au moins je serais libre ! Loin de la ville.
Je tournas ma tête vers la droite pour voir les derniers rayons du soleil disparaître.

Merci Kaï !

Pensais-je, car j'avais eu clairement de la chance d'être tombée sur lui, il avait réaliser mon rêve définitif. J'étais à mon nouveau chez moi. Je pris une grande inspirations avant de sourire et de m'engouffrer dans la forêt pour y disparaître totalement dans la pénombre grandissante.





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Bien commencer :: Archives :: Felinae V1.0 :: Autre V1.0-
Sauter vers: