Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Yuëna ─ Il ne suffit pas d'être con. Il faut être fier de l'être. Soldat, première ligne.
Dim 19 Juil - 0:33

Yuëna
« Le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres. »

• Sur Felinae

• Nom : Yuëna. (You - é - na)
• Sexe : Femelle, aux dernières nouvelles.
• Âge : 6 années de vie, dont 4 vouées aux Hommes.
• Clan : Soldats.
• Rang : Première ligne.
• Race : Savannah.

• Pouvoir :

« Tout bruit écouté longtemps devient une voix. »

Elle peut contrôler le son. C'est-à-dire qu'elle peut faire entendre à sa cible tout ce qu'elle souhaite du moment que c'est un son qu'elle a déjà entendu et dont elle peut se souvenir.
- Sa cible doit se trouver à 20m d'elle grand maximum. Il se retrouvera dans une "bulle" dans laquelle le son que Yu a choisi se jouera.
- Elle peut également décider de la direction de laquelle le son vient. Par exemple, elle peut vous faire entendre un hurlement dans cette bulle, mais vous l'entendrez comme s'il venait de votre droite.
- Évidemment, elle peut également vous enfermer dans le silence.
- La bulle de Yu a un diamètre maximal de 10m. Ainsi, toutes les personnes se trouvant à moins de 10m de la cible entendront le son en question. Bien évidemment, la bulle peut également être plus petite et simplement recouvrir une seule personne.

Ceci dit son pouvoir a deux inconvénients.
- Le premier, qui est en soi une ironie dérangeante, est qu'elle perd un peu de sa mémoire à chaque fois qu'elle use de son pouvoir. Ce n'est pas grand chose : juste un nom, un visage, un son, et seuls les cas les plus graves lui font oublier une personne. Mais à la longue, au fil des années passant, elle perd de plus en plus. Pour preuve, elle n'a pratiquement aucun souvenir de sa vie d'avant l'expérience.
- Le second est plus ou moins lié. C'est simplement que si elle utilise son pouvoir trop longtemps, elle aura une migraine, dû aux ultrasons qu'elle perçoit lorsque la bulle est activée. De plus, plus la bulle est grande, plus elle les entendra.

• Physique :

« — Ah ! je t'aime ! — Moi aussi, je m'aime. »

« Des monstres. »
Oui, c'est comme ça que certains parlent des chats génétiquement modifiés. C'est aussi comme ça que certains se considèrent. « C'est un monstre ». Que ça soit à son égard ou non, Yuëna entend souvent cette phrase. A chaque fois, ses oreilles démesurément grandes se dressent sur sa tête, quand un sourire, discret mais moqueur, s'affiche sur son visage affiné par l'âge.
Autrefois, elle refusait d'être considérée comme telle. Ce n'est pas parce qu'ils sont différents des autres qu'ils sont des monstres. Ça valait pour elle aussi. Il est vrai que sa patte avant gauche est couverte d'épaisses écailles brunes, qu'elle se termine par cinq doigts possédant de solides griffes en impressionnant plus d'un de par leur taille et que sa queue est tout autant écailleuse et d'une longueur effarante... Mais ça ne faisait pas d'elle un monstre, pas vrai ? Elle restait un chat avant tout, avec des poils d'un roux terne, tirant sur le brun clair, parcouru de taches d'une teinte semblable, bien que se rapprochant du noir. Possédant deux oreilles fonctionnelles, bien que la droite est désormais repliée vers l'avant, s'étant cassée suite à une bataille, et deux yeux vert printanier auxquels rien n'échappe.
En vieillissant, elle a finalement compris que juste ressembler à un chat n'était pas suffisant. Pour ceux ayant réussi à échapper aux Hommes, juste « être né chat ou avoir des parents chats » ne suffit pas. A leurs yeux, si vous n'avez ne serait-ce qu'une anomalie, vous n'êtes qu'une erreur de la nature, qui méritez de mourir. En comprenant ça, sa vision du monde a changé.
Elle ne s'est sincèrement jamais dit « Je suis un monstre », cette pensée ne l'a même jamais effleurée. Même si elle aime l'affirmer aux autres... Après tout, il est vrai qu'elle est différente, que cette patte et queue trapues sont à première vue intimidantes... mais elle aime cette partie d'elle-même. La différence l'attire : soyez discordant à en être fou, étrange à en être incompris, transformé à en être méconnaissable, et vous saurez captiver son regard. Et puis depuis sa transformation, elle est bien plus forte. Peut-être plus lente, car traîner une telle masse derrière elle est quelque peu encombrant – et encore, depuis le temps elle a su s'y adapter et trouver d'autres solutions – mais sa force est sans égale. Avec sa patte écailleuse, elle peut sans énorme effort casser une patte, peut-être même briser une crâne si elle y met plus de force.
Cette imposante puissante, cette force monstrueuse que lui donnent ses membres reptiliens, créent un désaccord parfait avec son corps, délicat et menu. Quant à ses trois autres pattes, hautes et toutes aussi fines, on peut facilement apercevoir leurs muscles dessinés sous la peau de la demoiselle.

En bref, pour elle, l'expérience n'a jamais été un malheur, une malédiction, et elle n'a jamais été un monstre. Car ces attributs, ces anomalies comme certaines pourraient les nommer, l'ont rendue forte. Et c'est tout ce qui compte à ses yeux.

Spoiler:
 

• Caractère :

« Le bonheur est à ceux qui se suffisent à eux-même. »

Yuëna est ce genre de personnes toujours tout sourire. Parce que rien n'a d'importance. La vie n'est qu'un jeu. Les jeux sont fait pour rire, pour s'amuser ! Alors pourquoi montrer un visage froid ? un visage triste ? Yuëna est ce genre de personne qui a le contrôle total sur sa vie, et qui vous le montre. Elle est le maître de ses actions, et est si bonne manipulatrice que les vôtres ne sont que l'ombre de ses mots. Et pourtant, face à ce sourire éclatant, face à ces yeux charmeurs, on ne ressent que la chaleur d'une femelle de 6 ans, qui a toujours des blagues à sortir.. Souvent mal placées et de mauvais goût, rarement amusantes qui plus est, ses plaisanteries ne sont pas apprécié de tous, mais elle, ça l'amuse. Alors elle continue d'en sortir, encore et toujours plus.
Parce que le présent est tout ce qui compte pour elle. Son pouvoir lui fait oublier des choses ; mais elle s'en fiche éperdument. Après tout, le passé est passé ! Qu'a-t-on à gagner en le ressassant sans cesse ? Les souvenirs sont, à ses yeux, tout aussi inutiles que les espoirs que l'on peut porter envers le futur. Dans ce monde, tout est bien trop fou et incertain pour pouvoir se reposer sur de telles conneries. C'est une chose sur laquelle vous ne pourrez pas la faire changer d'avis : le présent est la seule chose qui importe.

Yuëna a de l'ambition. Beaucoup d'ambition. Elle aime commander, manipuler. Avoir des gens à ses ordres lui fait plaisir et la fait se sentir forte. Dans ce but là, elle a travaillé dur, s'est entraînée sûrement plus que la plupart des soldats, à ne pas en dormir la nuit. Elle a fait des sacrifices et s'est contentée de suivre les ordres qu'on lui donnait sans jamais broncher. « Celui qui sait obéir saura ensuite commander. » C'est ce qu'elle dit toujours, et elle sait que c'est la vérité. Un jour, elle commandera, soyez-en certains. C'est pour cette raison qu'elle suit la hiérarchie à la lettre. Si vous êtes plus expérimenté qu'elle, elle sera plutôt docile. Par contre, les petits bleus tout juste arrivés n'ont rien à faire dans ses pattes ; allez donc jouer au chef avec d'autres chats assez cons pour vous suivre.
D'ailleurs, elle vous le dira très bien en face, car si Yuëna a quelque chose pour elle, c'est sa franchise. Si vous lui cassez les pattes, elle n'ira pas par quatre chemins pour vous le dire, se contentant de vous expliquer avec un dédain agaçant que vous la faites chier. Et si ça ne vous suffit pas, elle poursuivra en vous expliquant avec une précision effarante qu'est-ce qui lui déplaît chez vous. Tant que vous prierez pour qu'elle se taise, ce qu'elle ne fera évidemment pas. C'est sa particularité : si on la provoque, elle se mettra à parler énormément pour ne rien dire. Enfin, si, ça veut dire quelque chose. C'est probablement ce qui est dérangeant en fait, car elle vous répétera inlassablement la même chose, usant de mots différents, rentrant dans bien trop de détails, vous enfonçant le pieu au plus profond de votre âme, jusqu'à vous briser.
Ce n'est pas quelque chose qui l'amuse énormément pourtant. Certes, c'est amusant, voir tout ces chats paniqués se fêler avec langueur, mais ce n'est pas son passe-temps non plus. Car c'est marrant deux minutes, mais à la longue, c'est chiant d'avoir autour de soit tout ces gamins qui chialent à n'en plus pouvoir. Donc, si elle finit par vous détruire ainsi, c'est que vous l'avez cherché. Ou bien, elle n'a pas fait exprès. Après tout, elle n'est pas totalement méchante.

Cela dit, on ne peut pas non plus la dire gentille. C'est vrai, parfois elle laisse penser qu'au fond, elle n'est pas une mauvaise fille, que les circonstances ont fait que... Mais non, ne rêvez pas trop. C'est juste une passe, un jour comme ça... ou bien l'ennui. Parce qu'avoir pitié de quelqu'un au point de vouloir l'aider, c'est pas vraiment son genre.
Yu est individualiste au plus profond de son âme. Sa devise est « Marche ou crève », ce n'est pas plus compliqué que ça.  Elle n'en a rien à foutre de votre vie, crevez donc, ça lui fera des vacances. Elle ne vous sauvera pas, elle ne vous aidera pas, et il faut vraiment que vous ayez quelque chose de plus que les autres pour réussir à attirer son attention. Après tout, la loi du plus fort règne en ce monde. Alors non, Yu n'est pas gentille, elle ne perdra pas son temps à vous aider à combattre pour sauver votre vie alors qu'elle risque déjà la sienne.
A vrai dire, la seule démonstration de gentillesse qu'elle peut vous montrer si vous ne la connaissez pas, c'est vous protéger. Pas d'un ennemi, pas d'un combat, mais d'une moquerie. En effet, s'il y a bien quelque chose que Yuëna déteste, ce sont les moqueries à l'égard des autres. Surtout par rapport à leurs anomalies ou leurs pouvoirs. Alors, si vous vous moquez d'un chat par rapport à cela, elle pourrait bien vous botter les fesses, si rapidement que vous n'aurez même pas le temps de comprendre ce qui vous arrive. Si froidement que vous aurez l'impression que le vent souffle sur votre coeur, alors que ce n'est que sa patte écailleuse qui vous écrase la poitrine.
On ne rigole pas de ça avec elle, car à ses yeux, les expériences sont un don. Un miracle dont personne ne devrait avoir honte. Alors elle exterminera tout ceux qui en rient, peu importe qui ils sont.

Enfin, elle n'en reste pas moins imprévisible, du genre à partir au combat sans plan... ou du moins, disant ne pas en avoir. Parce que non, elle ne fonce pas simplement tête baissée dans le tas. Certes, elle le fait au début... mais elle abandonne rapidement cette technique pour une stratégie plus élaborée et qui assure sa survie... au dépit de celle des autres. Et tout cela en solo, car notre chère Yu est dépourvue d'esprit d'équipe. S'assurer de rester en vie tout en accomplissant sa mission est déjà bien assez difficile pour qu'elle doive en plus s'occuper des petits jeunes incapables de se défendre correctement.
Après tout, elle a une peur bleue de mourir. Se retrouver face à la mort la terrifie au plus haut point ; c'est probablement son plus gros point faible. Avec l'âge et l'expérience, elle a réussi à dompter cette peur et il lui arrive parfois à jouer avec sa vie. Mais c'est de son choix. Si elle n'y est pas préparée, une situation critique la fait facilement paniquer.

Mais tout ça, il va vraiment falloir creuser en elle pour que vous l'appreniez. C'est un véritable défi que d'essayer de comprendre ce qu'il se passe dans la tête de Yuëna, qui peut tout aussi bien faire preuve de sagesse comme de folie, et ce en l'espace de quelques secondes. En tout cas, si vous voulez vous rapprocher d'elle, il faudra que vous ayez quelque chose. Car attirer son attention, captiver son regard, c'est quelque chose de difficile. Elle ne s'attache que rarement, et quand bien même elle s'accroche à vous, elle ne vous fera pas confiance. Car elle ne fait confiance à personne en ce monde, à part elle. Enfin elle dit ça, mais évidemment, il y a des exceptions.

Pour finir, je rappellerai que Yuëna n'a pratiquement aucun souvenirs de sa vie passée avant l'expérience, et ceux datant de son arrivée sont dans le brouillard de sa mémoire. Elle se souvient vaguement qu'elle a été déçue par l'amour, mais ne sait comment ni pourquoi. Elle sait être née et avoir grandi dans une grande portée, mais quels étaient les noms de ses frères et sœurs et leurs visages, elle ne le saurait le dire.
Et plus le temps passe, plus son pouvoir à d'emprise sur sa mémoire. Autrefois, il se contentait d'aspirer les souvenirs les plus vieux qu'elle posséfait, mais désormais, il lui arrive d'oublier le nom de ses collègues et des chats avec qui elle peut parfois traîner, même si elle ne le veut pas.
M'enfin, c'est pas comme si ça la dérangeait beaucoup.


• Histoire :

« Laissons le passé être le passé. »


Inutile.
C'est le mot qui convient le mieux pour décrire la Yuëna de cette époque.
Elle était inutile.
Faiblarde.
Peureuse.
Incapable de faire quoique ce soit, à part pleurnicher.


Yu, autrefois, n'était rien d'autre qu'une pleurnicharde. Une petite femelle qui ne restait jamais seule, bien trop effrayée par le monde extérieur. Parce que si elle croisait un monstre, elle mourrait. Après tout, elle ne savait pas se battre. Simple chaton, elle se contentait de fuir à longueur de journée. C'était d'ailleurs la seule chose qu'elle savait faire.
Fuir.
Son unique capacité, la chose qu'elle faisait le mieux, c'était courir, partir loin des monstres et des combats, telle la lâche qu'elle était.

* * *

Yuëna est née dans une portée nombreuses. 6 chatons, en la comptant. Quatre femelles et deux mâles.

L'aîné était un mâle : Kanyë. En réalité, il n'était pas vraiment de cette portée, ayant été adopté par la famille après qu'il fut trouvé seul dans le coin d'une forêt. Cela avait toujours été évident, à la fois pour lui que pour les autres. D'une part, il était petit, bien plus que n'importe qui d'autre dans le groupe. Mais d'autre part, il était plus âgé de quatre mois par rapport à ses sœurs et son frère. De plus, son poil était majoritairement blanc et ses taches qui auraient dues être nombreuses ne l'étaient que peu, remplacées par des rayures brunes se dessinant le long de son corps.
Caractériellement, il était un mélange de Daën et Mayëna. Doux et sympathique, très aimant envers ses sœurs, il prenait son rôle de frère très au sérieux, bien que moins que son cadet. Il était gentil, et gardait les secrets mieux que personne. Prudent car conscient des dangers du monde, sa maturité était à envier. Il voyait le bien partout, et gardait les secrets mieux que quiconque.
Après lui venait les jumelles : Yuëna et Mayëna. Yuëna, aussi appelée Yu, avait le pelage plutôt terne et brun, et était aussi fine que sa mère, quand Mayëna avait le pelage plus clair et un peu plus vif. Cela dit, elle restait toute en finesse également. Leur visage était si similaire qu'on aurait pu les confondre si leur pelage n'avait pas été différent. Après tout, elles partageaient ces mêmes yeux d'un vert printanier.
Caractériellement, Yu était une vraie tapette. Hurlant, pleurant, une pleurnicharde parfaite, vraiment.... Elle avait peur de son ombre, et se montrait plus pessimiste qu'un chaton ne devrait l'être. Pour elle, ces jeux de bagarres que ses frères et sœurs adoraient n'étaient que des dangers potentiels, elle ne s'en approchait pas. Jamais. Aimant beaucoup sa famille, elle leur disait sans cesse d'arrêter leurs jeux dangereux, mais ils n'écoutaient évidemment pas, s'amusant à la taquiner un peu plus chaque jour. Dans ces moments là, celle la défendant était Mayëna, surnommée Mayu par la portée. C'était une chatte douce et gentille, sachant calmer n'importe qui par sa douceur. Elle était tendre et souriante, passant son temps à régler chaque dispute qu'il pouvait y avoir entre eux. « Si l'amour devait s'incarner, il le ferait par ton biais, Mayu » répétaient ses parents. Elle n'était pas non plus très courageuse, et, trop calme pour ça, ne jouait pas avec eux. Mais, de nature gaie et optimiste, elle s'amusait à les voir faire, et réconfortait souvent sa jumelle avec des mots d'encouragement. Elle était comme un rayon de soleil pour celle-ci.
Après elles naquit Daën. Il était grand et costaud, le plus imposant de la portée. Il avait tout tiré de son père : même ses yeux couleur feu était les jumeaux de ceux du paternel. Son pelage tirait sur le gris, le faisant un peu plus ressembler à sa mère qui avait la particularité d'être une Savannah grise.
Au niveau du caractère, il était téméraire, probablement trop, et était prêt à tout pour protéger ses sœurs, qui passaient avant tout. Dans son esprit, il était le frère, le mâle qui devait protéger les plus jeunes quoi qu'il en coûte. Il s'imprégna de ce rôle tout le long de sa jeunesse ; au point qu'il en devint violent. C'était probablement trop. Mais pour lui, ce n'était jamais assez.
Haku fut la suivante. Son poil à elle était terne, manquant de couleur. Elle était plus carrée que les jumelles, ses muscles étant plus développés. Ses taches se rapprochaient vraiment du noir. La seule chose apportant la couleur en elle était ses yeux, d'un bleu apaisant, semblable à celui de sa petite sœur.
Moralement c'était une chatte calme et méthodique. Elle faisait les choses avec logique, et avait un esprit bien plus scientifique que la plupart des chats. Confiante et sûre d'elle, Haku était du genre à ne pas souvent sourire, à rester de marbre dans une situation critique, ne cédant pas à la panique. C'était la sœur sur laquelle on pouvait compter pour se sortir de n'importe quelle situation. Son intelligence les sortirait d'ici, et chaque chaton de la portée le savait. Ils avaient confiance en elle et en son sang froid.
Et enfin, la petite dernière, ce fut Caprice. Le contraire parfait de Haku. Très haute sur pattes, plus même que Daën, sa souplesse et son agilité faisaient envier n'importe qui. Elle n'avait peut-être pas beaucoup de force, mais sa rapidité rattrapait tout. On pouvait donc voir un éclat doré passer. Car oui, Caprice avait le pelage doré et luisant, ce qui faisait encore plus ressortir ses yeux bleus.
Elle était téméraire, sans peur. Audacieuse et optimiste. La meneuse de la bande, en quelques sortes. De son point de vue, la vie n'était qu'un jeu. Perdre, gagner, tout ça n'était décidé que par les concernés. Le mot « destin » était totalement exclu de son dictionnaire, tout comme le mot « logique ». Cependant, Caprice était ce qu'on peut appeler un « génie ». Elle avait l'esprit rapide, son intelligence dépassait même celle de sa sœur, simplement qu'elle ne l'utilisait pas, préférant s'amuser. Malgré tout, elle connaissait très bien son potentiel, et s'en vantait sans cesse, très orgueilleuse.  Elle se chamaillait toujours avec Haku, qui lui faisait sans cesse la morale, mais d'un autre côté, elles s'entendaient à merveille et se complétaient extrêmement bien. Dès le moment où il fallait protéger le groupe -enfin, surtout les jumelles qui étaient les princesses à sauver dans tout ça- elles savaient faire équipe pour trouver la meilleure solution sans faire trop de dégâts.

Tout cela créait une portée complémentaire et qui s'entendaient à merveille – probablement plus que les autres portées.

Cela est sûrement dû au fait que, à peine sevrés, leurs parents entreprirent de faire le voyage pour rentrer chez les Caméléons. En effet, suite à la naissance des chatons, ils voulurent se dépêcher de faire le transfert, pensant que les petits seraient plus en sécurité là-bas. Mais sur le chemin, les Hommes les attendaient. Ils réussirent à protéger la portée, en les cachant précipitamment dans un trou, mais eux-mêmes furent attrapés, laissant les six chatons se débrouiller seuls dans la nature.
Contre tout attente, ils s'en sortirent.

Ce trou dans lequel ils furent cachés était leur nid. Pas très spacieux, mais suffisamment pour qu'ils rentrent à eux six. Ils faisaient des tours de gardes la nuit, et la journée ils apprenaient du mieux qu'ils pouvaient à chasser.
Mais évidemment, à leur jeune âge, c'était bien trop difficile.

Ils commencèrent rapidement à s'affaiblir, rendant la chasse plus compliquée encore. Et puis, Kanyë, le meilleur chasseur de la bande, se fit blesser après avoir manqué de prudence. Trop concentré sur la proie en face de lui, il ne fit pas attention et se fit attaquer par un des ces insectes mutants. Ce fut un miracle qu'il y survive. Haku, tentant de se servir des bénéfices des plantes alentours, réussit à le maintenir en vie quelques heures, mais dès le lendemain, le pauvre chaton était aux portes de la mort. C'est là qu'ils apparurent.
Un couple de chats solitaires et généreux, qui prit en charge la portée toute entière et soigna Kanyë, bien qu'il en garda une cicatrice. Les deux matous avaient subi une expérience, mais les petits n'en étaient pas étonnés ; ils avaient grandi chez les Felinae, après tout. Ainsi, ce couple leur apprit à chasser, un peu à combattre également. Ils leur apprirent le nécessaire pour survivre en ce monde, mais également pour s'amuser malgré les dangers.
A eux huit, ils formaient une famille.

Cette vie là, remplie de rires et de bonheur, dura deux ans.

* * *

Et puis, par un jour d'été, ils arrivèrent : les soldats les encerclèrent en un rien de temps. La portée entière avait passé deux ans à les fuir en se moquant d'eux et leurs pauvres stratagèmes, réussissant toujours à leur échapper.
Ainsi, comme d'habitude, ils prirent leur position de défense. Formant un cercle, les jumelles au milieu devait s'apprêter à fuir. Une fois que leurs cadets auraient créé un chemin, les trois aînés se fraieraient un chemin pour s'enfuir, puis avec l'aide de leurs parents adoptifs, les benjamins les rejoindraient. C'est comme ça qu'ils avaient toujours procédés, et ce jour là n'aurait pas fait exception, si le couple, lorsqu'il s'était jeté au combat, n'avait pas été tué sur-le-champs. Cela perturba tous les plans de la bande.

Les jumelles, pétrifiés par la peur, finirent par rester immobiles. Daën préparait déjà sa vengeance quand Haku, elle qui n'avait jamais cédé à la panique, semblait prête à tout abandonner, au bord des larmes. Seuls Kanyë et Caprice, bien qu'énervés et tristes, semblaient garder toute leur tête. Et ainsi, refusant d'abandonner, Caprice attrapa Mayëna, qui se laissa faire, et commença à courir, traînant son aînée. Lorsqu'un soldat la prit en chasse, elle lança du mieux qu'elle put sa grande sœur au loin puis lui hurla de fuir, ce que la jeune chatte aux yeux verts tenta de faire, en vain. Un soldat la plaqua violemment au sol, et bien que Caprice attaqua ce même soldat pour qu'il la lâche, cela ne résulta à rien, puisque Mayëna avait perdu connaissance suite au choc. Kanyë avait bien essayé de faire de même avec Yuëna, mais les autres gardes le surveillait de si près qu'il en était devenu incapable de bouger. Ainsi  incapable de se défendre, la portée fut transportée jusqu'au camp.

Sur le chemin, Daën dut porter sa sœur évanouie sur son dos, malgré les blessures qu'avaient laissé sa bataille pour tenter de résister. Son expression était sombre, et Yuëna préféra ne pas s'approcher de lui dans cet état. Elle ne donnait pas cher de leur peau aux soldats. En déviant un peu son regard vers la gauche, Yu aperçu Haku, marchant doucement à côté de son aîné, comme étant une autre personne : elle qui avait d'habitude toujours un visage inexpressif et serein, semblait totalement perdue et apeurée, en proie à la panique.
Yu, elle, était étrangement calme. Bien sûr, elle avait été horrifiée par le meurtre de ses parents, mais quand tout le monde s'attendait à la voir hurler en pleurant, elle se contentait de les suivre en silence. C'est sûrement parce qu'elle était trop occupée à s'en faire pour sa jumelle, ou peut-être car elle s'en voulait de trouver ces soldats, qui avaient tués ses parents, cools. De même pour Caprice, qui semblait étrangement silencieuse aux yeux de Kanyë, qui ne se gêna pas pour lui faire remarquer.

Pourquoi tu as tant essayé de protéger Mayu ? Quand bien même nous sommes attrapés, les Felinae nous sauveront, tu sais.
Et l'expérience ? Rétorqua sa cadette d'un ton sec. Tu as déjà oublié ce que nos parents nous ont dit ? L'expérience n'a que peu de taux de réussite, la plupart des chats finissent par perdre leur personnalité et leur tête, se contentant d'obéir aux Hommes comme des zombies.
Tu t'en fais trop, renronna gentiment Kanyë pour la rassurer. Je suis sûr que tout se passera bien. Nous sommes tous forts.
Espérons-le, se contenta de lui répondre Caprice après un soupir.

Puis elle accéléra le pas pour le devancer, passant devant. Alors elle sait, pensa Yuëna en cet instant. Pour avoir essayé de protéger Mayu avec tant de vivacité, c'est qu'elle savait.
Mayëna avait toujours été de faible constitution. Mais, ne voulant pas inquiéter ses frères et sœurs, elle ne l'avait jamais dit à personne. Seule Yuëna et leurs parents étaient au courant. Du moins, officiellement, puisqu'il semblait que Caprice le savait aussi. Et vu à quel point elle était proche de Haku, celle-ci devait le savoir également. Ainsi, si on suivait cette logique, seuls les deux frères ignoraient la nature de ses excursions nocturnes fréquentes, et ses « disparitions » trop nombreuses.
Mais une chose était sûre.
Ca serait un miracle que Mayëna sorte de l'expérience indemne.

Ils finirent par arriver au camp sans plus de complications.
Mais contre tout attente, aucun des six chats n'était réellement effrayé. Ils étaient méfiants, et bien sûr savait ce qu'ils allaient subir. Mais chacun des chatons vouait un peu d'admiration à ces chats aux anomalies. Celle qui en avait le plus, c'était Yuëna. Elle, la petite peureuse et pleurnicharde, observait ces grands matous avec des yeux brillants d'admiration. Et malgré sa peur incontrôlable de mourir, elle espérait finir aussi intimidant qu'eux.

Comme prévu, la portée entière subit l'expérience.
Kanyë, lui, gagna des cornes d'antilopes et finit avec un troisième œil. Il avait la capacité de voir la chaleur corporelle des être vivants.
Yuëna se vit pousser une queue et une patte de lézard. Son pouvoir fut de contrôler le son.
Mayëna eut droit à des yeux et des crocs de serpents. Ceux-ci par ailleurs, contenaient un poison paralysant.
Daën finit par voir son pelage prendre une teinte rougeâtre. Il pouvait faire exploser les vaisseaux sanguins de ses adversaires au toucher.
Haku finit avec quatre oreilles, et la moitié du corps d'une chèvre. Elle pouvait contrôler la gravité autour d'elle.
Caprice quant à elle, se vit attribuer des ailes et des bois de cerf, et contrôlait le vent à sa guise.

Comme un miracle, la portée entière survécut. Ça aurait été un miracle encore plus grand s'ils en étaient tous sortis indemnes.
Mais ça ne fut pas le cas.

Mayëna, comme prévu par ses sœurs, se transforma en un de ces zombies sans cervelle, écoutant simplement les mots des Hommes. Yuëna, bien que détruite à cette pensée, tenta de ne pas y prêter garde et de passer à autre chose. Pour ses frères et sœurs, ce fut la même chose. Ils tentèrent de passer outre que leur sœur était devenue une soldat à part entière, quand eux rejoindraient les Felinae dès qu'ils le pourraient.
Enfin... c'était le plan.

Les Felinae arrivèrent en effet les sauver après quelques temps passés à obéir aux ordres. Comme prévu, la portée étant désormais réduite à cinq se joignirent à eux, espérant s'évader de ce lieu, espérant pouvoir échapper aux Hommes. C'était sans compter sur Mayëna. Incapable de penser par elle-même, elle s'interposa entre Yuëna et la sortie, menaçante.

Mayu, s'il te plaît... Tu ne me reconnais pas ? Ne serait-ce qu'un peu ? C'est moi ! Yu !

Sa jumelle sortit les griffes, comme un avertissement. Et dès lors, Yuëna fut perdue, incapable de savoir quoi faire. Elle savait que pour passer, elle devrait se battre. Mais elle, la petite Yu faiblarde, se battre à mort ? Contre sa jumelle, qui plus est ? Elle ne le pouvait pas. Vraiment pas. Un nouveau feulement de Mayu, et Yuëna tenta de tenter le tout pour le tout pour rattraper les autres, déjà loin devant. Elle prit son élan et fonça droit sur Mayëna, avant de sauter, lui passant par dessus.
Mais elle avait oublié un détail.
Sa longue queue reptilienne, qu'elle ne contrôlait pas encore correctement, était lourde et pendante. De cette manière, son adversaire n'eut aucun mal à l'attraper et la faire atterrir de force, l'écrasant au sol avec violence. Ainsi couchée sans moyen de résister, Yuëna s'avoua vaincue, et attendit simplement la morsure fatale venant de sa jumelle, étalée au sol avec les yeux fermement fermés par la peur.
Mais soudainement, avant que Mayëna en ait eu le temps, Caprice intervint.
Yuëna se souvient encore du bruit de ses ailes s'ouvrant, le frottement des plumes, et le cri de douleur de sa jumelle lorsqu'elle se prit de plein fouet les bois de sa benjamine.
Elle se souvient d'avoir ouvert les yeux, surprise, et d'avoir vu Caprice face à elle, ailes déployées, dans un saut magistral qui lui servait d'esquive.
Et ainsi, après avoir esquivé les crocs venimeux de son aînée, Caprice put se retourner vers l'autre jumelle, alarmée.

Fuis ! Lui cria-t-elle avec vigueur. Maintenant !

Elle n'eut pas besoin de le répéter que Yuëna détala à toute vitesse, tentant du mieux qu'elle put de rattraper ses frères, espérant que Haku soit déjà en sécurité.
Celle-ci avait totalement changé après la transformation, n'ayant plus rien de l'imperturbable femelle aux stratégies parfaitement logiques et implacables. Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, déclarant à qui voulait bien l'entendre qu'elle n'était qu'un monstre, yeux écarquillés par la terreur.
Elle stoppa finalement sa course effrénée quand elle l'aperçut au loin, accompagnée de Daën. Celui-ci se retourna à l'entente d'une telle arrivée, et reconnaissant Yuëna, lui demanda d'une voix posée :

Yu ? Tu n'aurais pas croisé Kanyë en chemin ? Il est soudainement parti en courant sans explication et... Attends, pourquoi t'es aussi essoufflée ?
Mayu...
Mayu ?
Mayu était gentille et je suis sûre qu'au fond elle l'est toujours et je l'aime beaucoup malgré tout je veux dire c'est ma jumelle mais avec l'expérience elle a perdu la tête tu sais et là elle m'a attaquée quand j'ai voulu m'enfuir alors Caprice m'a aidée en l'attaquant et là elles sont en train de se battre et tout est de ma faute et si ça finit mal je-
Se battre ?! S'exclama Haku, ce qui était sa première réaction depuis un moment. Où ça ?

Stoppant son monologue désespéré, Yu ne répondit pas, se contentant de partir en courant par là où elle était arrivée. Caprice était forte, alors elle allait sûrement bien. Enfin c'était sûr, hein, après tout, elle avait toujours été la meilleure en tout, excellente en combat et tout, contrairement aux jumelles, alors un combat contre Mayu, c'était facilement gagné, pas vrai ? …

Elle n'eut aucune réaction en voyant le sang gicler du cou de Caprice, éclaboussant le visage de Mayëna. En fait, il lui fallut quelques secondes pour comprendre que sa jumelle venait littéralement de trancher la tête de leur sœur, avec un visage impassible qui plus est. Elle finit par comprendre. Mais l'horreur qui aurait du se dessiner sur son visage n'apparut jamais, remplacé par la curiosité. C'était de Mayu dont on parlait après tout. La petite sœur de Yu, sa jumelle, qui avait une constitution faible et était plus gentille que n'importe qui d'autre dans le monde...et pourtant, elle venait de trancher la tête de celle qui avait essayé de la sauver sans même sourciller et sans forcer. Elle était devenue forte. Alors, si elle l'était, Yuëna aussi pouvait désormais faire de telles choses ?
Se rendant soudainement compte de son manque de réaction et ses pensées morbides, Yuëna s'en voulut. Elle aurait dut hurler, pleurer, appeler à l'aide... mais elle n'en ressentait pas le besoin, ni l'envie. Elle était juste attirée par cette force nouvelle que semblait posséder Mayëna. Mais cela ne fit qu'aggraver encore sa culpabilité. Alors, elle prit la fuite. Car c'était tout ce qu'elle savait faire. Elle ne remarqua même pas Kanyë apparaître d'on ne sait où pour tuer Mayëna, et était déjà trop loin pour voir Daën venger ses sœurs en attaquant son grand frère jusqu'à ce que celui-ci meurt. Elle se contenta de fuir, loin, loin, très loin, sa même prendre la peine de s'enfuir avec les deux survivants, trop effrayée à l'idée de leur réaction.
Puis elle utilisa son pouvoir pendant des heures et des heures, s'enfermant dans le silence. Elle voulait oublier. Oublier sa lâcheté, sa curiosité, son attirance, le dégoût qu'elle se portait... Tout oublier, jusqu'au moindre détail. Mais son corps était faible et elle ne mit pas longtemps à atteindre ses limites, tombant dans les pommes.

* * *

Cela faisait désormais quelques mois que Daën et Haku avaient fuit pour rejoindre les Felinae quand elle était restée chez les soldats. Et à vrai dire, elle s'y plaisait. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de faire quoi que ce soit de vraiment bien, elle restait une peureuse juste bonne à fuir, mais avec l'aide de Hatter, elle s'améliorait et changeait un peu plus chaque jour.
Hatter, c'était son compagnon.
C'était un chat costaud au poil sombre ayant deux ans de plus, qui l'avait aidée lorsqu'elle était paralysée par la peur, détruite par la douleur et désespérée du plus profond de son cœur. Il l'avait veillée quand elle avait failli mourir après avoir trop utilisé son pouvoir dans l'espoir d'oublier son passé.
Elle en était folle amoureuse, et ne doutait pas un seul instant de l'amour qu'il lui portait.
Il avait toujours été là pour elle après tout. Ca avait été le seul.
Cela dura juste l'instant de quelques mois, peut-être un an. Elle était encore un bleu à vrai dire à cette époque, encore trop faible pour être promue.

Et pourtant, elle accoucha d'une portée de trois chatons venant d'Hatter. Yuëna aimait ses petits de toute son âme. Trois femelles qu'elle adorait plus que tout, et qu'elle voulait envoyer chez les Felinae le plus rapidement possible pour qu'elles aient une vie meilleure.
Mais plus les chatons grandissaient, plus Hatter s'éloignait.
3 mois après, Yuëna en eut marre et lui demanda d'expliquer son comportement qu'elle décrivait comme étant non-dignes d'un père.
Ce fut la fin brutale et violente d'un rêve qui se déchirait avec fureur.

Tu veux que je te dise pourquoi ? Lui demanda-t-il étonné qu'elle lui pose une telle question.
Oui, s'il te plaît.

Le mâle s'approcha alors d'une des petites sans un mot de plus. L'enfant lui sauta aussitôt sur la patte avec joie, ravie de voir son père qui n'était que rarement présent. Celui-ci s'abaissa à son niveau, comme s'il s'apprêtait à lui faire une lèche affectueuse en guise de pardon. Mais au lieu de ça, il sortit les griffes et envoya la petite au loin avec tant d'intensité qu'elle mourut en se cognant la tête contre un mur. Yuëna n'eut même pas le temps de réagir qu'il attrapa la seconde et l'écrasa au sol quand la troisième mourut entre ses crocs. Puis il laissa tomber leurs corps et enleva le sang sur son pelage d'un air totalement insensible, qui ne faisait que raviver encore plus fort la rage de Yuëna qui était au bord des larmes. Elle tremblait de colère, ses yeux d'ordinaires doux et montrant de la faiblesse lançaient des éclairs, son poil était hérissé et ses griffes sorties. Ses pupilles s'étaient réduites en deux fentes si fines qu'il était dur de les apercevoir, et ses crocs se plantaient dans ses lèvres si profondément qu'elle en saignait. En un instant, elle avait fini par haïr son compagnon au plus haut point, et cela ne semblait même pas le déranger. Puis, quand il eut fini de se laver, il reprit la parole d'un ton monotone, comme si c'était la suite logique des choses :

Parce qu'elles étaient faibles. M'enfin je t'en veux pas, quelqu'un d'aussi faible que toi ne pouvait pas donner naissance à un être fort après tout, expliqua-t-il, un sourire mesquin collé au visage.

Yu ne savait pas quoi lui répondre, trop prise dans sa rage pour ça. D'un côté, elle ne voulait pas y croire : il avait toujours été adorable et attentionné, loin d'être violent et impassible, encore moins mesquin. Mais d'un autre, cette réalité qui s'imposait à elle semblait plus probable que ces mois d'amour parfait. Alors elle savait que c'était la réalité vraie, la seule et l'unique. Il n'y avait pas de place pour le doute.

Tu me détestes ?
Oui.

Réponse instantané de la femelle.

Tu veux me tuer ? Continua-t-il alors que son sourire malsain s'élargissait de plus en plus.
Non.

Surprise se dessinant sur le visage de Hatter.

Je veux te torturer, te faire souffrir, reprit la femelle aux yeux verts.

Le sourire de son compagnon s'élargit plus encore qu'il ne l'était déjà, comme heureux d'entendre de telles paroles. Il ouvrit la gueule pour lui répondre quelque chose, mais Yuëna ne lui en laissa pas le temps. Elle se jeta sur lui avec rage sans qu'il ne s'y attende... Et sans perdre plus de temps, elle le frappa de toutes ses forces sur le crâne de sa patte écailleuse, espérant que cela le sonnerait, ne serait-ce qu'un peu. En vue sa maigre force, elle doutait que cela durerait longtemps, et se préparait donc à lancer une nouvelle attaque. Alors, quand il s'écroula au sol avec du sang s'échappant de la blessure, elle resta pantoise.
Méfiante, elle s'éloigna en un saut agile et attendit. Attendit. Et attendit, encore et toujours plus.

Ha...tter ?

Aucune réponse. Il est mort ? Se demanda-t-elle après un moment. Sans pouvoir y croire, elle s'approcha doucement, s'attendant encore à ce que ce soit un piège et qu'il se relève subitement. Mais il resta immobile. Doucement, elle passa ses doigts écailleux sur sa tête, jusqu'à la plaie. Sa patte fut recouverte de sang, et le matou ne bougeait toujours pas.
Comprenant enfin qu'il était bel et bien mort, elle scruta sa patte empreinte de sang. Elle l'avait tué, sans même le vouloir. Loin d'être effrayée ou triste, ses yeux brillaient d'admiration et de confiance. Cette force nouvelle qu'elle possédait, elle en était fière.
Et ainsi, sans perdre plus de temps, sans même jeter un dernier regards aux corps de ses trois filles, elle s'éloigna. Elle qui aurait donné sa vie pour elles quelques instants plus tôt semblait se ficher éperdument d'elles. Son pas était sûr. Rempli de rage et d'ambition. Sa patte écailleuse frappait le sol avec fureur à chacun de ses pas. Elle n'avait plus rien à voir avec la petit Yu incapable et pleureuse d'il y a quelques instants. Car désormais, elle était capable de blesser et tuer.
Un sourire se dessina sur son visage à cette pensée.

Tremblez tous.

• Dans la vraie vie

• Pseudo le plus souvent utilisé : Hishaköteki
• Âge : J'aurai 16 ans le 30 août x3
• Comment as-tu découvert le forum ? Euca e_e
• Autre chose ? PANDAAAAAAAAAA °A°

Code par xLittleRainbow


Dernière édition par Yuëna le Dim 9 Aoû - 21:36, édité 11 fois
Dim 19 Juil - 0:40
Bienvenue ! :3

Je trouve ton perso très intéressant! ^.^
Dim 19 Juil - 3:31
Bienvenue!
Dim 19 Juil - 9:05
Welcome here. o/
Dim 19 Juil - 23:51
Ho, une future soldate, tout comme Heiko ^^
Mais apparemment c'est la seule a détester sa situation
Lun 20 Juil - 17:55
Bienvenu ! ^w^
Mar 21 Juil - 9:43
Yuyu elle pète la classe e_e
Dim 9 Aoû - 21:34
JAY FINI OMFGEY <3
CETTE FICHUE FICHE EST ENFIN FINIIIIIE ! applaudissez-moi svp ;_; (vous pouvez aussi me frapper, sisi /pan/)

Et merci à vous tous, avec beaucoup de retard du coup .______. Désouléée ;; je pensais pas prendre autant de temps e_e (et maintenant j'go vite-fait coder ma fiche de lien 8D /meurt/)
Dim 9 Aoû - 21:47
Je valide ta fiche jeune lézard e_e
Hatter *^*
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❤ Il ne suffit pas de tourner la page... Des fois il faut changé de livre. ❤ /Il est décédé suite à un suicide/
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» Ça suffit.
» Il suffit d'un rien pour être heureux [pour élèves]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Fiches :: Archivées-
Sauter vers: