Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Hiyuri, Felinae, chasseuse ~ [Finie]
Felinae :: Personnages :: Fiches :: ArchivéesAller à la page : 1, 2  Suivant
Lun 14 Sep - 21:10

Hiyuri
« Il y auras bien un jour, un jour peut-être, où le feu qui brûle en moi saura libérer mes ailes de la liberté. »

• Sur Felinae

• Nom : Hiyuri.
• Sexe : Femelle.
• Âge : 7 lunes.
• Clan : Felinae.
• Rang : Apprentie puis chasseuse (souhait).
• Race : Gouttière croisée Sacré de Birmanie.

• Pouvoir :
Hiyuri maîtrise le feu. Ce pouvoir ce déclenche quand elle le souhaite, sous forme d’une boule de feu étrangement bleu turquoise qui l’entoure sur une longueur d’à peu près 1 mètre. Ses flammes ne peuvent être que d’une chaleur extrême, à un tel point qu’elles aveuglent souvent. Ce pouvoir a un grand inconvénient, il est trop puissant, instable et imprévisible pour Hiyuri, qui a beaucoup de mal a le maîtrisée. Il lui arrive souvent d’en perde le contrôle, surtout quand elle est enragée, triste, ou sous le coup d’une puissante émotion. Son feu prend alors tant d’ampleur, s’étirant sur une distance deux fois plus grande qu’as la normal, qu’Hiyuri risque elle-même de se faire consumer, malgré son immunité contre le feu, et tombe dans l’inconscience d’où elle se réveille plus ou moi tard selon la puissance qu’ai pris son feu. La principale utilité de ce pouvoir et que toutes personnes s’approchant de lui ressent instantanément une immense chaleur, à faire roussir les poils, et qui peut parfois aveugler, si les flammes viennent d'apparaître dans leur explosion habituelle, juste devant eux. Si une personne s’approche trop ou qu'elle est  touchée par les flammes, elle prend elle-même feu, et se fait consumer dans d’horrible souffrance. Mais ce pouvoir à une immense faiblesse, l’eau. Si Hiyuri tombe dans un ruisseau, est sous la pluie ou qu’on l’arrose, elle ne peut utiliser ses flammes. La seule façon pour ça serait de lui faire perdre tous ces moyens, mais elle risquerait alors d’en mourir. Hiyuri n'a jamais vraiment essayée d'utiliser ses flammes turquoises dans un véritable feu, même si elle sais déjà qu'elle peut traversée une forêt dévorée par les flammes, vue son immunité contre les feux "normaux" quand elle est dans sa "boule" bleu, mais ça risquerait bien de provoquer une réaction en chaîne meurtrière pour tous le monde.

• Physique : Hiyuri est une assez grande pour son âge. Elle est musclée et gracieuse, et sais ce faire discrète. Son pelage mi-long est blanc aux pattes, à la queue, à la tête et aux oreilles grises perle très claire, se confondant presque avec le blanc, finement tigré de noire. Ses poils sont assez doux et duveteux, et tiennent bien chaud pendant les hivers. Sa truffe est brune très claire et la couleur s’étire sur la tête, s’estompant rapidement. Elle est assez fine, même avec son pelage, et possède de pattes longues et musclées qui lui permettent de courir sur de longues distances et lui donne une incroyable détente. Ses yeux sont d’une magnifique couleur bleu très clair, cristalline. Elle à d’étranges motifs en forme de plumes sur les épaules, qui s’illuminent d’une couleur turquoise légèrement scintillante quand elle utilise son pouvoir. Ces étranges motifs se sont développés autours de ses ailes, l’une blanche et l’autre tachée de bleue marine/noire.

Spoiler:
 

• Caractère :

A l’image de ses flammes, Hiyuri est instable et imprévisible. Elle sait superbement bien répondre aux menaces ou aux provocation. Elle est assez amicale, mais n’as pas vraiment beaucoup d’amis à cause, principalement, de son caractère très enfantin, et de ses actes et paroles parfois dérangeant. Elle possède une franchise et une honnêteté sans limite, qui gêne souvent. Malgré le faite qu’elle sois une grande gamine, elle est très mature et réfléchit dans les situations critiques. Elle est très courageuse et téméraire, même un peu trop, et fait souvent de bêtises à cause de son comportement entêter et de sa curiosité légendaire qui la mettent parfois en danger. Hiyuri est aussi très perspicace et assez intelligente, mais prend parfois les mauvaises décisions. Grâce ou à cause de ces gamineries, il lui arrive souvent de piquer des crises de surexcitation où il n’est pas rare de la voir sauter de partout en criant des trucs qui n’ont aucun sens, ce qui en rajoute encore sur sa réputation d’être quelqu’un d’étrange. Quand elle pique une colère, ce qui arrive, heureusement, rarement, elle peut être vraiment méchante et dire les choses les plus blessantes. Elle a un espèce de don pour mentir, et elle trouve toujours les bonnes excuses, mais elle culpabilise de mentir parfois sans réfléchir, et de blesser ses proches. Alors c’est pourquoi elle essaye d'être franche et honnête dans toute les situation pour ne plus à avoir à mentir. Ce « talent » lui permet aussi de vite découvrir si quelqu’un lui ment, surtout si elle connaît bien cette personne. Elle est assez timide et renfermée avec ceux qu’elle ne connaît pas et se méfie beaucoup, à cause de son passé. Sa timidité et sa méfiance la pousse souvent à ne pas trop se dévoiler aux autres et de plutôt écouter pour mieux les connaître. Elle en a peu à peu pris l’habitude et le fait maintenant presque inconsciemment.
Elle ressent parfois le besoin de s’isoler pour réfléchir longuement sur toute son existence et son histoire qui lui semble si sombre. Hiyuri est aussi très dissipée et se perd parfois dans ses pensées. Elle a une grande imagination débordante qui déteint parfois un peu trop sur sa vie. En vérité, c’est une lâche. Elle a adoptée son comportement de chaton pour ne pas à avoir à grandir, car son image des « grands » avais été tachée à jamais du sang de la seule sur qui elle pouvait compter, sa mère.Hiyuri déteste qu’un autre chat lui donne des ordres sans aucun respect, sans gentillesse. Elle hait aussi tous félins qui se croient au dessus des autres, les jaloux sans « bonnes raisons », les trop orgueilleux, les arrogants, les vaniteux, ect … Et n'hésitent pas à cracher les quatre vérités à la face de félins pareils.
Depuis la découvertes de son pouvoir les seuls personnes qui compte pour elle son sa famille, ses amies, ses camarades. On peut dire que d’un certain côté, elle est égoïste. Mais tous comme pour sa capacité à mentir, elle essaye d’y remédier.

• Histoire :

Du plus loin que peut remonter ma mémoire, la première image dont je me souvient sont des barreaux, m’entourant de toutes parts. Et penchée au dessus de moi, le visage tigré d’une chatte à la douce fourrure qui verse des larmes amères. J’étais couchée sur une espèce de fourrure douce à l’odeur étrange, posé sur un sol froid et métallique. Etant encore trop petite pour comprendre ce qui ce passait, je laissai la chatte qui portait presque la même odeur que moi se rouler en boule autours de mon corps, pleurant toujours. Cette chatte m’intriguait. Pourquoi pleurait-elle ? Je savais juste que c’était ma mère et qu’elle était triste. Dans mon insouciance enfantine, je me blottis un peu plus contre elle, dans l’espoir de la réconforter, de recevoir un peu de sa si douce chaleur et de son lait. Au début, je ne reçus rien. Ma mère au pelage gris tigrée me repoussait doucement du bout des pattes, toujours secouée de sanglots. Elle me regardait de ses beaux yeux cristallins, avec une infinie tristesse et une douleur amère.
Pourquoi maman ne veut pas de moi ? Pourquoi elle est triste ? J’ai fait quelque chose de mal ?
Ainsi s’interrogeai la petite chatonne que j’étais à l’époque, dans son innocence que je chérie tant à présent.
Ma mère finit tout de même par me nourrir, posant doucement son museau sur ma tête, et marmonnant de mots que je n’eue jamais l’occasion de comprendre.
Ce n’est que longtemps plus tard que je pus enfin comprendre le comportement de celle qui m’avait mis au monde. Je grandissais rapidement, et passais des jours assez mornes avec Aeline, ma mère, dans cette « cage » comme elle était citée par les autres chats que j’avais peu a peu appris à connaître. Ils vivaient tous autours de moi, et c’était toutes des chattes qui avais une portée ou attendais des petits. On vivaient tous ensemble, recluses dans ces « cages », disposée les une sur les autres dans une grande pièce aux mures blancs sales. Tous les jours, des grands « deux-pattes » venaient nous nourrir et remplacer l’eau. Ils n’étaient pas super gentil, et ne faisaient rien d’autre que venir et repartir, sans un mot, sans rien faire d’autre que de verser de l’eau et des petites boules sec dans les deux écuelles de nos cages. Je n’avais connue que cet endroit de toute mon enfance, et je brûlais de sortir découvrir le vaste monde. Je ne pouvait pas jouer avec les autres, découvrirent ce qu’il y avais après la grande ouverture par laquelle passait les « deux-pattes », qui laissait parfois passer une grande lumière éblouissante, qui semblait venir de nulle part, et une douce odeur riche qui appelait à l’aventure … Mais quand je questionnais ma mère sur ce rêve que je voulais atteindre, elle me répétait que ce monde là me dégoutterait bien plus vite qu’il ne m’émerveillerait. Elle me décrivait toutes les souffrances endurées par les félins dans le monde, et disais souvent à voix basse, comme si je ne devais pas l’entendre, que je n’aurais jamais dû naître.
J’ai préférée croire que ma mère n’avait jamais prononcée ces paroles, que j’avais tous imaginé. Comment, dans ma raison d’enfant, pouvais-je deviner que ma mère avais tous fait pour ne pas donner d’autre pauvre victime, d’autre gobay a tuer en laboratoire pour des testes qui vous transforme en monstre quand vous avez la malchance de survivre ? Mais quelques mois plus tard, je découvrais la triste réalité quand les hommes, de leurs pattes couvertes d’une matière glissante et désagréable, vinrent m’arracher à ma mère, qui eut tout juste le temps de me crier de m’enfuir dés que je le pourrais, et courir le plus loin possible, en direction du soleil couchant, avant que le deux-pattes ne me fourre brutalement dans une espèce de grande boîte déjà peine d’autre chatons que j’avais pus voir, jadis, dans les autres cages, a travers les barreaux de la mienne. Je poussais un pitoyable crie de détresse qui vint rejoindre ceux des autres petits et la dernière image que j’eu  avant que tous dérape fut le visage ravagé de larme et de douleur de ma chère mère. Comme possédée, elle essayait désespérément de me rejoindre, griffant, mordant, mutilant les mains qui essayaient de la maîtriser avec grand renfort de cris, de sanglots et de feulement féroce.
Tremblante de peur, les larmes coulantes à leurs tours sur mes joues, je ne pus m’empêcher d’admirer la force avec laquelle se battait la seule personne à m’avoir témoigner de l’affection durant les mois de ma vie ici. Les yeux écarquillés, je vis les hommes plaquer ma tendre maman contre le sol de la cage, et la piquer cruellement d’une longue lame effilée. Le sang s’échappait peu de la plaie, mais ma mère se tordait par terre, de l’écume aux lèvres, comme si elle endurait la pire des souffrances.
Mais que se passait-il donc ? Qu’avaient fait les « deux pattes » ?!
Bientôt, elle ne pus plus faire un geste, et eut juste la force de river une dernière fois son regard le mien, et je pus y lire tout l’amour qu’elle n’avait cessée de me donner, avant qu’elle ne ferme ses paupières et rende son dernière soupire.
Les griffes plantées dans la misérable couverture qui tapissaient le fond de la longue cage, je regardais ma mère, la gorge douloureusement nouée. J’espérai de toutes mes forces que ma mère se relèverait bientôt, qu’elle vaincrait tout les méchants deux pattes pour venir me sortir de là et m’amener découvrir le monde… Mais elle resta à terre, sans bouger, ses yeux maintenant vitreux toujours fixés sur moi. Un frisson glacé courut le long de mon dos. Du fond de mon cœur, je le savais, je le sentais. Elle n’était plus là.
Ma mère ? … Morte ? …
Ne pouvant retenir plus longtemps ma douleur, je l’hurlais dans les aires, la tête relevée à m’en faire mal. Des torrents de larmes trempaient a présent mes « camarades », qui me regardaient tous les yeux ronds, terrifiés, recroquevillés les un contre les autres dans un coin de la boîte. Mes hurlements stridents rapidement passés, je laissais les sanglots me secouer, anéanti. Je me couchais loin des autres, le cœur brisé à jamais. Je n’avais plus envie de rien. Je voulais juste mourir. Ces humains pouvaient faire ce qu’ils voulaient de moi. Je me fichais bien de ce qui allait se passer maintenant.
Les larmes courant toujours le longs de mes moustaches, l’esprit perdue dans les brume de ma tristesse sans nom, j’entendis faiblement un miaulement derrière moi, échangé entre deux félins, tandis que la boîte bougeait doucement, comme si on la transportait.
« Qu’est ce qu’elle a ? Pourquoi elle est entourée de flammes comme ça ?
-Je ne sais pas … Peut-être que c’est pour ça qu’on a tués sa maman. »
Je me tournais rapidement vers eux, les yeux écarquillés, outrée.
Comment osait-ils dirent çà ? …
Les deux chats, épouvantés, miaulèrent de peur en me voyant. Je les fixais, les yeux plissés.
Pourquoi avaient-ils peur ? Qu’est ce que j’avais fait ?
J’essuyais mes larmes d’un coup de pattes, en laissant d’autre coulées. Ne voyait-ils pas quelle douleur amère déchiraient mon cœur ?
L’un de chatons, une petite femelle blanche nacrée aux yeux vert perçant, déglutis difficilement.
« Pour…Pourquoi tu est couvertes de flammes bleus comme ça ?... »
Mais … De quoi parlait-elle donc ? Perplexe, je levais une patte et la regardai fixement, sidérer. Ma patte … Elle était bleue. Ou plus précisément, elle était entourée d’une sorte de feu, un feu turquoise. Les yeux exorbités, la bouche entrouverte, je relevais la tête, les yeux fixant un point invisible sur la masse de pelage des autres chatons qui me paraissait floue, et prononçais un seul mot :
« Oh. »  
Ce fut alors comme si j’avais déclenchée une réaction en chaîne dans mon corps. Le mélange d’émotion à l’overdose dans mon cœur, liant tristesse, haine, désespoir et surprise, déclanchas comme une gigantesque explosion bleu, et je hurlais à nouveau ma douleur. La boîte volas en éclat, et les flammes qui m’entouraient redoublèrent d’intensité, englobant les autres chatons, qui poussèrent des cries désespérées en essayant d’échapper aux feu. Mais ils finirent tous par se recroquevillés sur le sol, secoués de spammes, avant que leurs pelage brûlés laisse voire une peau carbonisé d’une horrible couleur noire. Une odeur de viande brûlés me montas bientôt à la truffe et les larmes qui avaient réussis à séchées un instant sous l’effet de la surprise recommencèrent à dévaler mes joues, tandis qu’horrifiés je reculais d’un pas avec un haut-le-cœur. Les humains couraient de partout autours de moi, complètement déboussolés. Ils ne semblaient rien comprendre à ce qui ce passait, tous comme moi. Leurs cries résonnaient dans la salle, mais je ne les entendais pas, trop bouleversée pour ça. Ils m’arrivaient sous forme de fond sonore sourd.
Qu’est c’était-il passé ? Un ignoble envie de vomir me montait à la gorge et je déglutissais lentement pour essayer de la réprimer. Mon sang palpitait douloureusement à mes tempes et j’eue bientôt la gorge sèche, tremblante de tous mes membres. Que s’était-il passé ?! Un violent vertige me pris soudain, me clouant sur place; Et d’un seul coup, sans prévenir, la vérité me sauta à la figure. C’était moi. Moi et moi seule. Je les avais tous tués. Tous ces corps sans vie et carbonisés gisant par terre. C’étais moi qui leurs avaient enlevés la vie. Un nouveau crie de terreur franchit la barrière de mes lèvres et je reculais encore, les yeux écarquillés ne pouvant plus quitter les cadavres éparpillés devant moi.
« Elle a un pouvoir, elle a un pouvoir ! Comment ça ce fait ?! »
De voix criaient encore tous autours de moi et les hommes se rapprochaient dangereusement. Je repris enfin mes esprits quand un des humains tendis sa patte vers moi, pour me prendre par la peau du cou. Sans réfléchir, obéissant à mes simples réflexes, je sortie les griffes et les planta sans aucune pitié dans la chaire molle de son bras. L’humain reculas en chancelant, et finit par tomber à terre en hurlant. Des flammes bleues avaient pris possession de son bras et grimpait maintenant sur tout son corps, en laissant derrière elles une peau brûlée jusqu’au os. Tous les scientifiques autours s’étaient figés, le visage pâle d’horreur. Je ne vis rien d’autre. Le cœur battant, le respiration courte, je chancelais brusquement et me vue se brouillas. Je luttais contre la douleur diffuse qui se répandait dans ma tête mais mes yeux finirent par se fermer sans que je puisse rien y faire et je me sentie tomber. Tomber dans un immense gouffre sombre, pourtant peuplée des cries d’agonie de chatons brûlés, et je senti comme des regards haineux, horrifiés et sidérés se fixer sur moi tandis que d’amère larmes qui n’étaient pas les miennes trempaient ma fourrure. Ils étaient tous autours de moi. Assis, le visage de chacun figé d’un masque indéchiffrable, m’observer dans ma détresse. Je plaquais mes pattes sur mes oreilles, pour les empêcher de comprendre les mots que je sentais flotter tous autours. « Non … Non ! Laissez moi ! Laissez moi … » Je n’avais pas à fermer les yeux pour faire disparaître ces images si douloureuses. La pénombre reprit possession de mon regard cristallin et cette fois, j’accueillis avec soulagement ce repos peuplé d’aucun cauchemar.    
A mon réveil, ce fut une lumière éblouissante qui m’accueillit. Elle semblait provenir d’une de ses lampes qu’il y avait accrochées au dessus de nos cages avant, mais beaucoup plus près de moi. Je refermais rapidement les yeux, ne supportant pas la lumière crue qui se déversais sur moi, et les rouvris une fois que j’eue tournée la tête sur le côté. Un bourdonnement sourd résonnait à mes oreilles, mais je n’y prêtais pas attention, trop bouleversée et perdue pour ça. Des grands deux pattes  m’entouraient, vêtus de fourrure blanche du bout des pattes à la tête. Certain couraient, les bras chargés de paquet de différentes couleurs et d’espèce de flacons, d’autre surveillait de jeunes chats couchés dans des cages de verre semblable à la mienne, et trois d’entre eux étaient penchés sur moi, m’observant avec curiosité. La salle où je me trouvait était immense, et peuplée d’établis étrange ou de table métallique et cage en verre. S’était blanc. Tout était blanc, bien trop blanc.
Encore faible, j’essayai tout de même de me relever. Mais ma vue se troubla et je retombais lourdement sur le sol glacial. La tête me tournait douloureusement et le sol tangua dangereusement, tandis qu’une envie de vomir me prenait à la gorge. Je me roulais en boule à l’endroit même où je m’étais réveillée, espérant de tout mon petit cœur qui battait à tout rompre dans ma poitrine que mes vertiges allaient passés. Mais à peine mon cœur avait-il le temps de se calmer, qu’un des hommes qui me regardait me saisit brutalement par la peau du cou, ma plaquant contre le sol, et m’enfonças un long bâton au bout acérée dans la dos.
Paniquée, j’hurlais de douleur en sentant avec horreur un liquide se mêler à mon sang, me brûler les veines tandis que mon corps était secoué de convulsion, et qu’une ignoble douleur se répandait dans mon dos. J’entendis un sinistre craquement derrière moi avant que mes yeux ne se ferment d’épuisement sous la souffrance qui redoubla d’ardeur en me privant de mes dernières forces, et que mon corps tombait au sol qu’il percuta avec un bruit sourd que je n’entendis à peine. Les yeux encore un peu entrouvert, je n’eut que le temps que de voire un récipient contenant un espèce de liquide bleu marin me tomber dessus sous les cries apeurés de ceux que je désignais maintenant comme mes bourreaux, tandis que la pénombre du sommeil m’envoyas de nouveau dans le noir total d’une nuit sans rêves, ni cauchemars.

J’ouvre à nouveaux les yeux.
La première chose que je vois, c’est que je suis de retour dans ma cage. Je sens mes pattes. Mon corps. Le sol métallique froid sous moi. Mais surtout, deux sortes d’excroissance dans mon dos. Je ferme les yeux et souffle doucement pour essayer de calmer les battements de mon cœur, et pour laisser échapper mon soulagement. Je suis vivante. J’ai survécue à l’injection de ce produit meurtrier dans mes veines.
Mais à quel prix ? Quelles horreurs m’ont poussées dessus ? Quel monstre suis-je maintenant ?
Quelque chose remue sous la brise de ma respiration sur les membres que je sens palpiter dans mon dos. Interloquée, j’incline ma tête en arrière pour essayer de toucher ses « trucs » de mes oreilles.
La respiration retenue dans la peur de découvrir quelque chose de répugnant, j’effleure une surface douce. On dirait des … plumes. Je ferme doucement les paupières, n’osant pas regarder ce qui a pus pousser dans mon dos à cause des humains et de leurs expériences de savants fous. Je n’ose plus faire un mouvement. Une horrible et ardente douleur se prépare peut-être à bondir dessus dés le premier mouvement brusque que je ferais… Pourtant, je me sens incroyablement bien. Rien à voir avec la dernière fois que je m’étais éveillée dans cette cage. Un peu rassurée de ce bien-être surprenant, j’hésite un instant avant de commencer à lentement me relever, gêner par la sensation nouvelle et inconnue de poids (pourtant léger) et de l’envergure de mes nouveaux membres dorsaux, dont je n’ose pas croire l’existence.

• Dans la vraie vie

• Pseudo le plus souvent utilisé : Hiyuri, Nuit-Cristalline ou encore Cristallinou :3
• Âge : 15 ans ~
• Comment as-tu découvert le forum ? Grâce à la vidéo d’Euca sur sa chaîne Euca Draw :3 (Merciiiiiiiiiii beaucooooooouuup <3 Pour tout ! Ce MERVEILLEUX forum, de me l'avoir fait découvrir et pour ma signa qui est juste ... JUSTE SUPERBEMENT PARFAAIIITE !! *0*  *Folle dingue*)
• Autre chose ? J’écris et lis beaucoup. Les félins sont mes animaux préférés ! *µ* Et je suis une fan incontestée des tomates 8D Et des mangas aussi *^* Et aussi que des trucs chelou 8D Et j’ai un goût assez prononcée pour les zombies, le sang, les tripes et tous ce qui vas avec C’ :  En faite, je suis juste folle ~

Code par xLittleRainbow


Dernière édition par Hiyuri le Dim 8 Nov - 3:02, édité 11 fois
Mar 15 Sep - 7:38
Bienvenue! 8D
Messages : 1128
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 26
Mar 15 Sep - 16:12
Bienvenue

Voilà une fiche bien remplie ^^ Cependant, il y a quelques petites choses qu'il faudra que tu revois.

Le pouvoir : Il est bien trop puissant. Si j'ai bien compris, elle peut créer une « gigantesque » boule de feu de la température de son choix, déclencher des incendies et, d'après ton histoire, prendre feu. Cela fait, à mon sens, trois pouvoirs, il faudrait donc en choisir un.
Les contraintes et conditions sont bien expliquées, mais je trouve encore son potentiel destructeur trop important. Il me faudrait, si tu choisis la boule de feu : une taille plus précise, parce qu'à l'échelle féline, « gigantesque » reste assez vague, et une limite de distance. Car si elle peut créer ce genre de boule de feu aussi loin qu'elle le souhaite, ça ne laisse pas beaucoup d'échappatoire aux adversaires n'ayant pas un pouvoir en rapport avec l'eau. Je sais pas si je me fais bien comprendre ^^'
Si tu choisis le déclenchement d'incendies, je suppose qu'il faudrait des combustibles, mais également une durée de vie aux flammes. Comprenons bien que si le feu brûle jusqu'à ce qu'il pleuve assez d'eau pour l'éteindre, toute la forêt peut y passer. Et il faudrait toujours une limite de distance, peut-elle déclencher un incendie très loin d'elle ou seulement prêt d'elle ?

Le physique : Je compte trois particularités physiques, c'est à dire l'absence de pupille, le marquage particulier et les ailes. Nous n'en autorisons que deux, donc il va aussi te falloir faire un choix.

Le caractère : J'ai bien vu que tu avais construit une personnalité détaillée à ta perso, et c'est très bien, mais tu te contredis sur un point. Je te cites « Elle possède une franchise et une honnêteté sans limite, qui gêne souvent » et quelques lignes après « Elle a un espèce de don pour mentir, et elle trouve toujours les bonnes excuses. » Du coup, on ne sait plus, elle est honnête ou menteuse ?

Penses aussi à te relire, il y a quelques petite fautes.

Pour ton avatar et ta signature, tu peux passer commande dans la partie graphisme ^^

Bonne installation.

_________________
Mon Deviant Art ♦ Page Facebook
"Le harcèlement ne paye pas, seule la patience est récompensée."Proverbe Neko =p
Mer 16 Sep - 18:15
Merci, pour le pouvoir je vais voire ce que je peut faire et réfléchir à la longueur que prendrons ses flammes quand elle créeras la boule, et supprimer les deux autres pouvoirs. Pour les particularités je vais supprimer l'absence de pupille quand elle utilise ses pouvoir et laissée les ailes et les marques sur les épaules :3
Ah oui, j'avais oubliée ce petit problème sur le caractère. J'ai rajoutée le faite qu'Hiyuri ai ce don pour mentir bien après avoir notée qu'elle avait une franchise et une honnêteté qui gênait x'3 Désolée, je vais corriger ça dès que je le pourrais ! Juste une question pour ce problème dans le caractère : puis-je mettre, par exemple, qu'Hiyuri à ce don mais culpabilise de mentir parfois sans réfléchir, et de blesser ses proches. Alors elle essaye d'être franche et honnête dans toute les situation pour ne plus à avoir à mentir ?

Merci encore ! :D
Messages : 1128
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 26
Mer 16 Sep - 18:47
Très bien, très bien, merci de ta compréhension ^^

Oui, tu peux mettre ça, c'est tout à fait plausible.

Fais-moi signe quand tu penses avoir fini, j'y rejetterais un œil ^^

_________________
Mon Deviant Art ♦ Page Facebook
"Le harcèlement ne paye pas, seule la patience est récompensée."Proverbe Neko =p
Mer 16 Sep - 20:06
Welcome ! J'adore ton piti perso ! Il nous faudra un lien ^^
Sam 19 Sep - 16:25
Oki, merci ^^
Bien sûr :3

Merci beaucoup, ce serait génial :D Faudrait que je passe voir ton perso :'3
Dim 20 Sep - 0:06
Super ! :3 Mais juste un piti truc, je dois aller sur liens ou sur ta fiche de présentation ? ^^
Dim 20 Sep - 0:22
Si tu veut un lien, c'est su ma fiche de liens ^p^

Tu n'as qu'à proposer une idée de lien, je pensais à "Apprentie" "Protégée"... x)
Dim 20 Sep - 0:28
Wi, ok !
Anw, mais je suis dans la guilde des Felinae moi x)
Dim 20 Sep - 10:13
Je sais , mais la protection d'une Soldate plutôt puissante n'est pas de refus, n'est-ce pas ? xD (pis je veut trop un lien amical avec ton persooooo UwU)
Messages : 349
Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 15
Dim 20 Sep - 10:43
Bienvenue :D

_________________





Take my hand through the flames, I'm just a sucker for pain


Plus de Kodaï ! ( ͡° ͜ʖ ͡°):
 

La ref~:
 


Dim 20 Sep - 23:21
Oui, je peut pas refuser ça x'D Il vas falloir que je réfléchisse à comment ça ce fait que ton perso aime bien le mien ~ Et je peut te mettre dans mon histoire ? :3
(C'est trop gentiiiil <3)
Dim 20 Sep - 23:22
Merci ! :D :cookie:
Lun 21 Sep - 12:40
Tu peut me mettre dans ton histoire ^^ je t'en voudrais pas xD
Lun 21 Sep - 19:58
Super :'3 Alors mon idée, c'était qu'avant mon évasion des laboratoires tu a été ma seule amie, et qu'ainsi, même avec mon admission à la guilde des Felinae, tu n'as jamais pus me haïr. Ca te vas ? :3 Ou tu veut changer quelques choses ?
Lun 21 Sep - 21:07
Non sa me vas =D
De mon point de vue, tu sera ma boule de poil préférée x) ( = apprentie )
Lun 21 Sep - 21:10
Super alors :3
Oh ouiiiii <3 J'ai plus qu'as concocté notre histoire dans ma présentation et d'aller sur ta fiche des liens avant de RP :''3
Messages : 1128
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 26
Lun 21 Sep - 21:14
Et être validée *surveillait tout en silence*
Parce que pas de validation, pas de rp (pas de bras, pas de chocolat //PAN//)

_________________
Mon Deviant Art ♦ Page Facebook
"Le harcèlement ne paye pas, seule la patience est récompensée."Proverbe Neko =p
Mar 22 Sep - 19:55
Hiyuri > Wiiiii ^^

Elli > Tu m'as tuée avec le "Pas de bras, pas de chocolat" x'DDDDD

Keïrano est actuellement décédée de rire.
Mer 23 Sep - 20:25
>Mais ça vas être compliquée a mettre en place tous ça x')

> J'ai actuellement rejoint le monde des morts de rires ~
Jeu 8 Oct - 17:49
As-tu passé commande pour ton avatar et ta signature ?
Jeu 15 Oct - 19:47
J'ai passé commande mais personne ne me l'a encore fait :3 Si ça tarde trop, je pourrais changer de pelage pour l'adapter à un de ses "jeux" qui me permettrai de faire mon perso ^^ (comme http://www.dolldivine.com/create-a-cat.php)
Ven 16 Oct - 19:47
Je vais demander à Shiranouille de te dessiner ! T'auras déjà ça en attendant ^^ (vu ton pouvoir, elle acceptera direct xD )

[EDIT :

Lien de sa boutique > http://felinae.forumactif.org/t952-les-scenes-de-rp-0-2-et-les-validations-0-3-chez-shiranui-shadowlight#13783 ]


Dernière édition par Keïrano le Dim 18 Oct - 21:17, édité 1 fois
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Usagi, felinae, chasseuse
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]
» Rachel Hunter, Chasseuse de Démon
» Pamy, felinae, éclaireuse
» Eole ~ Chasseuse Caméléon ~ Normalement finie è-è

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Fiches :: Archivées-
Sauter vers: