AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Rencontre avec un menhir [Feat Nemhir]

AdminAdmin


x Messages : 1295
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 21
x Felicoins : 50


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
23/100  (23/100)
Endurance:
22/100  (22/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Lun 20 Aoû - 22:45


Et me revoilà ici. Encore. Je poussai un soupir, entouré une nouvelle fois d'humains marchant, parlant, courant, faisant toute sorte d'activités dont je n'avais cure. Contrairement à ma première venue ici, je ne les regardai pas. Du moins pas assez pour observer leurs actions, leur train de vie. Quelques coups d'oeil de temps en temps me permettaient uniquement de vérifier que personne n’essaierait de me faire du mal, comme la dernière fois. Je me souvenais encore très bien de l’adolescent qui m'avait jeté une pierre sur le visage. Même si la coupure avait cicatrisé, ma méfiance était encore à vif. Les humains d'ici détestaient les membres de l'Armée. Celle-ci les bridait, les parquait, les règlementait sans jamais leur demander leur avis. Je comprenais leur haine et leur frustration. Mais malheureusement, c'était nous, chats modifiés au services des militaires, qui trinquions pour tout le monde. Si la majorité des habitants avaient peur de s'en prendre à un félin par peur des représailles, quelques inconscients s'y risquaient, menés par la soif de vengeance pour une vie qui aurait pu être meilleure.
Malgré le fiasco de ma dernière mission ici, rentré d'une bagarre assez violente avec un collègue, j'avais encore été envoyé patrouiller en ces lieux. Peut-être que les militaires me trouvaient assez effrayant pour tenir à carreau les civils. Ou peut-être qu'ils se disaient que je faisais si peu peur que ces mêmes civils se montreraient plus aptes à commettre des infractions au règlement. Je n'avais pas vraiment envie d'avoir la réponse à cette question. Peu importe laquelle elle était, elle ne me plairait pas.
Je tournai vaguement la tête vers un enfant, pouvant à peine marcher. Non, je ne voulais pas inspirer la crainte. Je voulais être respecté, oui, mais pas en imposant une force fictive. Je n'étais pas comme ses soldats qui jouaient à "qui a la plus grosse" à tout bout de champ. Je me fichais éperdument de mes collègues.
Bientôt, ils seraient mes ennemis.
Et je dois dire que cette pensée me réjouissait grandement. Peu de membres de l'Armée avaient mon affection. Et bon nombre avaient disparu. C'était comme si le destin même refusait que qui que ce soit ne m'intéresse encore ici. Opaline, Nishari... L'une n'était pas vraiment soldate à mes yeux, l'autre était brisée et avait montré une empathie dont j’ignorai l’existence à la caserne. Je ne voulais pas rencontrer d'autres soldats. A quoi bon s'attacher à un rarissime félin honnête, alors que d'ici quelques mois je serai Capraes et ennemis de tout ces félins réunis ?
Non, vraiment, j'allais tout faire pour ne parler qu'au strict minimum de soldat durant les mois à venir.
Oh, un soldat.
Ah bah oui, bien sûr. Le félin clair était loin de moi mais avançai en ma direction. Je ne savais pas si c'était intentionnel ou non et à vrai dire je m'en foutais pas mal. Je ne voulais pas lui parler, tout simplement. Gwei dirait que je ne suis pas assez sociable, je dirai que pas grand monde n'est digne d'intérêt.
Mais alors que je comptai le contourner discrètement, un détail apparu dans mon champ de vision. Un humain. Un homme d'âge mûr aux multiples cicatrices, le regard haineux. Il observait le soldat, les muscles tendus. Je serrai les mâchoires, que comptait-il faire ? Mon collègue ne l'avait pas encore vu, ou du moins il ne montrai aucun signe de méfiance. Je restai immobile, tendu, observant chaque détail. C'est quand l'homme prit une pierre et se prépara à la lancer que je réagi enfin.

- Attention !

Je hurlai dans ce qui devait être un miaulement strident pour les humains autour de nous, déviant leur attention sur moi. Mais trop tard, la pierre était déjà lancée, et elle faisait au moins la taille de la tête du félin. Je ne pouvais rien faire si ce n'est observer la trajectoire du projectile dans une scène qui sembla être au ralenti.

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Merci ma puce ♥:
 





x Messages : 15
x Date d'inscription : 07/08/2018
x Age : 21
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
35/100  (35/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mar 21 Aoû - 13:21


Ce n'était pas le projectile d'une arme à feu mais cette pierre aurait probablement tuer n'importe quel chat.

Nemhir n'aimait pas beaucoup ce quartier à cause du nombre important d'humains. Oh pas qu'il ne les appréciait pas, il avait disons, un avis bien particulier sur eux. Mais ceux qui vivaient dans le Quartier Ouest étaient différents de ceux de la caserne, ils ne tenaient pas vraiment aux chats de l'armée et hiérarchiquement parlant, ils étaient au même stade qu'eux, voir un peu en dessous. En clair, s'il était saugrenu pour un habitant du coin de s'attaquer à un félin, il suffisait qu'une mauvaise rumeur à leur encontre circule pour qu'une véritable révolte se déclenche, d'autant plus que les hautes instances humaines de l'armée ne semblaient pas tenir plus que ça à ce petit regroupement de peuple. Rien de tel pour créer une ambiance d'hostilité.
Lorsqu'il patrouillait ici, Nemhir faisaient toujours les mêmes chemins. Il y en avait plusieurs, évidemment mais selon l'utilité et la nature de ce qu'on lui demandait ainsi ses rondes étaient toujours les mêmes, tracées et réfléchies pour être les plus efficaces possible. Aujourd'hui ce n'était qu'un peu de surveillance, s'assurer que tout allait bien et que tout resterait ainsi. Le chat blanc et noir passait par les hauteurs pour avoir un aperçu général avant de revenir plus profondément dans les bas fonds pour entendre les secrets de la malices qui se tramait. Il ne comprenait pas le langage des hommes alors il ne s'attardait jamais vraiment entre eux, non lui ce qu'il cherchait, c'était leurs chats. C'était des domestiques, des civils comme il les appelait, pour la plupart assez miteux, simple matou vivant aussi misérablement que leurs hommes, les aidant à chasser les rats du grain et pour l'assiette. Ils ne valaient pas grand chose pour l'armée, et largement moins qu'un Caprae aux yeux de Nemhir mais le soldat savait une chose, pour connaître le peuple, il fallait être proche de lui. Alors à chaque fois qu'il venait ici, il échangeait quelques formalités avec les chats du coin, ainsi si les humains s'agitaient, il le savait.

Cependant à ce moment là, ce n'était pas un civil qui traînait dans la même rue que lui mais un soldat. Le chat tacheté ne le connaissait pas personnellement mais rien d'étonnant, les soldats semblaient à avoir plutôt tendance à  rester à la simple formalité plutôt que d'aller plus loin dans le relationnel. Le chat le plus entourer était surtout celui qu'il était conseillé d'avoir en patrouille plutôt que le plus sympathique. Etrangement, depuis l'acident plus personne ne voulait partir patrouiller avec Nemhir, ce n'était pas ça qui allait convaincre les supérieurs à revenir sur leur annulation pour son passage au rang de vétéran.
Si le soldat blanc reconnaissait ainsi l'autre chat comme soldat, c'était par ses rayures bleues et des rayures bleues, il en avait déjà vu à la caserne. Les félins aux allures non habituelles, il y en avait plein mais ils restaient toujours plus reconnaissables que des chats d'une banalité effroyable comme lui. Peut-être avait-il  connu le nom du soldat présent un jour, probablement même mais il avait oublié beaucoup de chose.

Nemhir n'aimait pas marcher à même la rue dans une foule du quartier ouest, il aimait encore moins y croiser un collègue. Un soldat, ça mettait les hommes sur le qui-vive mais ça passait, deux, ça les rendaient nerveux et par continuité, ça rendait nerveux le chat tacheté. Sa queue fouettait l'air d'à-coups secs tandis que ses oreilles pivotaient à chaque bruit. Pourtant il restait imperturbable dans sa ronde, du moins jusqu'à ce que l'autre soldat ne lui fasse relevé la tête vers lui et toute son attention par un miaulement à faire vriller même les tympans d'un chat.
Et il reçut la pierre en pleine tête.

Surpris, il ne put empêcher une roulade sur le côté du au choc. Il resta un instant coucher au sol, étourdi par le coup, n'entendant autour de lui que des murmures dans une activité arrêtée et peut-être le bruit de bottes fuyant la scène puis Nemhir se releva doucement. Il ne voyait que très flou, une partie de son visage avait été éclaté, un œil au même titre que sa mâchoire avait été transformé en bouilli noire de laquelle coulait lentement, accrochés par la matière visqueuse de son corps, des résidus de la pierre lancé. Nemhir n'avait pas de vrais os, par conséquence, une blessure pouvait tout de suite paraître importante mais à contrario, ça ne durait que quelques instant. Maintenant assis sur le sol, le chat se reformait et au bout de quelques instants, il toucha son visage de sa patte comme pour s'assurer que tout était là avant de balayer l'assistance des yeux. Le regard des hommes, au croisement du sien, se détournait puis la foule reprit son activité après ce moment de suspens bien qu'elle prenait soin de s'éloigner des soldats au moins de plusieurs mètres.

Nemhir se releva pour aller à la rencontre du collègue félin. Il avait un visage comme contrarié, lançant des regards nerveux tout autour, comme s'il cherchait quelque chose, peut-être pas l’agresseur, non il cherchait plus bas. Arrivé en face du félin tigré, il le regarda dans les yeux.

« Ont-ils tous réussi à rentrer ? »

En réalité, Nemhir était un peu perdu. Les coups dans la tête, ça lui réussissait de moins en moins depuis son accident et là il buguait sur une autre époque. Il jeta à nouveau des regards autour de lui, cherchant toujours avant d'agiter ses oreilles puis secouer un peu la tête et reprendre contenance avec un air beaucoup plus assuré dans un début de maîtrise de situation.

« Oubliez soldat, faites moi un rapport court je vous pris, que s'est-t-il passé ? »


En réalité, il n'avait pas vu grand chose avant le chose à par la pierre s'écrasant dans son visage.

_________________

AdminAdmin


x Messages : 1295
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 21
x Felicoins : 50


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
23/100  (23/100)
Endurance:
22/100  (22/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Mar 21 Aoû - 18:31


Le soldat prit la pierre en pleine tête. Je serrai les dents en imaginant la douleur de l'impact, ne pouvant néanmoins pas quitter des yeux le corps du félin. N'importe qui serait mort en recevant pareil projectile en plein dans le visage. Ou un traumatisme démesuré, quoi que ce soit. Mais la suite me fit écarquiller les yeux, comme si je découvrais à l'instant les pouvoirs de guérison. Tout d'abord, je ne pu qu'observer la blessure hideuse du mâle bicolore. La pierre avait fait beaucoup plus de dégâts que la logique l'aurait voulu. Avait-il un corps mou, ou quelque chose dans le genre ? Je n'eus pas le temps de me poser d'autres questions. Il se releva en position assise, me surprenant et faisant reculer les humains au passage. J'entendais des cris de surprise, de peur, des enfants qui posaient des questions. Le chat, lui, ne semblait pas étonné du tout. Il avait vaguement passé sa patte sur sa plaie, ou plutôt ce qu'il en restait, et s'était levé.
La situation était tendue mais je constatai avec soulagement que l'agresseur avait reculé. Il ne devrait pas commettre une autre idiotie. Je jetai quelques coups d'oeil autour de moi, méfiant. L'ambiance était électrique mais je sentais que cela se calmait doucement. En regardant à nouveau droit devant moi, je manquai de sursauter quand je remarquai que le matou s'était approché de moi. Je plissai légèrement les yeux, tendu.

- Ont-ils tous réussi à rentrer ?

Je clignai plusieurs fois des yeux dans l'incompréhension la plus totale. Quoi ? Qui ? Qu'est-ce qu'il racontait encore celui-là ? Il me fixait droit dans les yeux, bizarrement sûr de lui. Je ne remarquai aucune modification physique mais il était certain qu'il avait un pouvoir après l'incident de la pierre. Il semblait légèrement plus vieux que moi, mais pas assez pour être un vétéran. Conclusion, il ne m'était pas supérieur hiérarchiquement parlant. Je ne comptai pas faire le malin mais nous dirons que c'était une information à prendre en compte. Finalement, il secoua la tête en me posant une nouvelle question.

- Oubliez soldat, faites moi un rapport court je vous pris, que s'est-t-il passé ?

J'arquai un sourcil. Je ne su deviner s'il était poli ou s'il me prenait de haut. Dans le doute, je ne relevai ni la façon dont il m'avait appelé, ni sa façon de parler. Peu importait, tant qu'il ne faisait pas partie de ces idiots agressifs pour un rien, je m'en contenterai. Je jetai un oeil aux humains en lui répondant d'un air un peu blasé, comme si la réponse à sa question était évidente.

- Tu t'es pris une pierre lancée par un civil.

Je soupirai, espérant qu'il laisserait passer cet affront. Les Hommes vivant au quartier ouest n'avait aucunement le droit de nous blesser. Cependant, pour m'être aussi prit un projectile dans la face, je n'avais jamais reporté ce genre d'incident. Tout était déjà trop compliqué entre militaires et civils pour ajouter un nouveau conflit à la liste.

- A vrai dire, je pensais que tu allais trépasser sur le coup.

Mon ton était désintéressé et je regardai à peine le collègue dont j'ignorai le nom. Cela devait être réciproque par ailleurs. Je n'aurai pas dit que je me fichais de sa vie. Auquel cas je n'aurai pas prit la peine d'essayer de le prévenir, même si cela avait été plus instinctif qu'autre chose. Néanmoins, j'avais et je n'aurai jamais énormément d'affection pour les félins vivant avec moi à la caserne. J'étais cependant curieux de savoir de quel caractère pouvait se vanter celui qui venait de survivre à une grosse pierre en pleine tronche.

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Merci ma puce ♥:
 





x Messages : 15
x Date d'inscription : 07/08/2018
x Age : 21
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
35/100  (35/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 22 Aoû - 14:55


L'autre chat était neutre, voir assez désintéressé par la situation tel un jeune chat que l'adolescence incitait à se blaser de tout. Malgré une apparence d'âge adulte et probablement un rang égal au sien, ce matou lui faisait penser à un bleu, attitude similaire. Nemhir n'en tint pas rigueur, il y avait des chats comme ça, il fallait faire avec. Oui, il s'en était douté qu'on lui avait jeté une pierre sinon il n'aurait pas eu le côté du visage de déformé. Coup d'oeil bref de la foule, le chat tacheté essaya d'analysé chaque témoin, chaque personne présente, guettant surtout le moindre signe de nouveau lancé de pierre ou d'assurance soudaine. Cependant l'autre soldat ramena l'attention de Nemhir sur lui avec sa remarque comme quoi, il aurait du être mort.

« Ah c'est vrai, ça peut surprendre la première fois mais ce n'est rien, il y a pire comme incident. Ce qui est problématique, c'est la tête. Le lanceur est bon, il doit avoir l'habitude de tuer des rats ou autres petites proies. C'est problématique s'il s'attaque aux chats. »

Il laissa un temps de pause, regardant à nouveau la foule, sentant la tension de celle-ci qui détestait être épié par des animaux aussi malin qu'eux mais dont ils ignoraient le langage. Surtout si ces-dits animaux étaient sous la tutelles d'hommes hiérarchiquement puissant. Nemhir revint sur l'autre soldat, devenu d'un naturel nerveux, il n'aimait pas trop être ainsi au sol bien qu'il s'efforça à garder les oreilles droites vers son collègue.

« C'est pour cela, vous ne devez pas oublier à quoi l'agresseur ressemble, notez les signes les plus distinctifs pour les mettre dans un rapport en rentrant. Les supérieurs verront pour les mesures à prendre ensuite mais au moins, les autres seront prévenus de faire attention et on évitera d'y envoyer des bleus trop jeunes, ils sont déjà suffisamment facile à perdre comme ça. »


Oh bien sûr, tout ça le chat tigré devait le savoir mais à expliquer tout ça, ça permettait surtout à Nemhir de réfléchir tout haut, il avait d'ailleurs rapidement rompue le contact visuel et commençaient à faire quelques pas, sa queue d'agitant au gré de la réflexion. Puisle soldat tacheté passa à côté du tigré, comme s'il allait pour continuer sa ronde, quoique d'un pas plus rapide peut-être, passant entre des caisses, visiblement plus pour s'en servir de protection contre d'éventuels d'autres projectiles plutôt que par rapidité du trajet.

« Venez soldat, nous devons aller questionner les civils... des civils chats. On gagnera du temps à savoir si c'est un cas isolé ou non. Si les humains de ce quartier commencent à s'échauffer contre l'armée ou s'ils ont envie de manger du félin, mieux vaut tuer le mouvement avant qu'il ne soit trop grand. Un bataille entre humains, c'est bien la dernière chose qu'un chat peut espérer. »


A cette pensée, le poil du dos du chat clair se hérissa tandis que sa queue se gonfla complètement. Ses moustaches frémirent également comme s'il voyait déjà la scène devant ses yeux, pourtant, il continuait à parler sans sembler avoir remarquer les signes de son corps.

« Eux n'utilisent pas les mêmes armes... »

_________________

AdminAdmin


x Messages : 1295
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 21
x Felicoins : 50


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
23/100  (23/100)
Endurance:
22/100  (22/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Dim 9 Sep - 18:58


- Ah c'est vrai, ça peut surprendre la première fois mais ce n'est rien, il y a pire comme incident. Ce qui est problématique, c'est la tête. Le lanceur est bon, il doit avoir l'habitude de tuer des rats ou autres petites proies. C'est problématique s'il s'attaque aux chats.


Je restai impassible, n'agitant qu'une oreille lorsqu'il prit la parole, mais je ne sentais pas vraiment ce chat. Il y avait chez lui quelque chose d'étrange qui me mettait mal à l'aise. Sa façon de parler, d'agir, il y avait un je-ne-sais-quoi qui ne me plaisait guère. Il faut dire que je n'avais jamais été très agile avec les félins se comportant différemment de "la norme". Peut-être étais-je plus fermé d'esprit que je ne voulais l'admettre, ou tout simplement incapable de m'adapter à ce qui m'était inconnu sur le plan comportemental.
Quoiqu'il en soit, je m'étais attendu à ce qu'il m'offre plus de détail sur son pouvoir afin de mieux comprendre ce qu'il venait de se passer, mais je suppose que cela attendrait. Je revoyais encore la pierre pénétrer violemment son crane, le projetant au sol, puis lui se relevant comme si rien ne s'était passé. Ce genre de pouvoir m'étonnerai toujours. Ces chats étaient-ils immortels ? Je n'avais pas vraiment envie d'aller chercher la réponse à cette question.
Mon collègue jeta un œil à la foule, ce que je fis également sans vraiment y réfléchir, simple action instinctive. Je sentais une certaine tension, une ambiance glaçante. Nous nous regardions tous du coin de l’œil, immobile. Je ne voulais provoquer personne en fixant trop intensément quelqu'un. Mon collègue ne semblait pas se soucier d'éviter un nouvel incident. Du moins pas à ma façon. Il scrutait de temps en temps la foule, semblant chercher qui aurait bien pu oser lui lancer le projectile.

- C'est pour cela, vous ne devez pas oublier à quoi l'agresseur ressemble, notez les signes les plus distinctifs pour les mettre dans un rapport en rentrant. Les supérieurs verront pour les mesures à prendre ensuite mais au moins, les autres seront prévenus de faire attention et on évitera d'y envoyer des bleus trop jeunes, ils sont déjà suffisamment facile à perdre comme ça.

Il était d'un sérieux exemplaire. Le genre de soldat parfait dont tous les militaires pourraient rêver. Une arme immortelle que l'on ne pouvait neutraliser. D'une fidélité larmoyante. Navrante. Je restai silencieux, observant le chat que j'aurai dû être si je n'avais pas mêlé lâcheté durant deux ans et traitrise les mois qui suivirent. Un soldat prenant son rôle à cœur, droit sur ses pattes, sérieux et digne de confiance. J'étais presque attristé qu'un chat aussi parfait dans son rôle conçoit au meurtre de centaines de cobayes, tout cela pour une guerre qui ne le concernait en rien. Peut-être essayais-je égoïstement de me donner bonne conscience. J'étais celui qui allait sauver ces chats de la tyrannie humaine. Ou peut-être étais-je celui qui allait trahir ceux qui l'avaient vu grandir, qui l'avaient élevé et nourri chaque jour depuis sa tendre enfance.
Mon collègue, lui, ne me regardait même plus. Il faisait les cents pas, le regard vague, comme si son cerveau entier était en ébullition. Je ne pris même pas la peine de me prêter au jeu de deviner à quoi il pouvait bien penser. Son travail, sans aucun doute. Avait-il une vie à côté de celle-ci ? Des centres d'intérêts ? Des amis ? Ou ne vivait-il que pour les Hommes, créé par les Hommes. A jamais les Hommes. Là était l'entièreté du problème. Des milliers d'humains réduisant une planète entière à l'état d'usine géante, l'épuisant de toute ses ressources. Et après ?
Le tacheté s'éloigna un peu de moi, me laissant croire que notre rencontre s'en arrêtait là. Cependant, il m'interpella rapidement.

- Venez soldat, nous devons aller questionner les civils... des civils chats. On gagnera du temps à savoir si c'est un cas isolé ou non. Si les humains de ce quartier commencent à s'échauffer contre l'armée ou s'ils ont envie de manger du félin, mieux vaut tuer le mouvement avant qu'il ne soit trop grand. Un bataille entre humains, c'est bien la dernière chose qu'un chat peut espérer.

Je poussai un léger soupir mais obtempérai. Je n'avais rien à gagner en jouant au soldat asocial à tout bout de champ. Je le rejoignis donc, d'un pas cependant moins dynamique. Je restai cependant tendu, méfiant. Non pas contre le félin, mais envers ces dizaines d'humains qui commençaient à peine à retourner à leurs occupations. Mais oseraient-ils attaquer deux chats en même temps ?

- Eux n'utilisent pas les mêmes armes...

Pour cette fois, je rejoignais l'avis du bicolore. J'étais sans doute trop pacifiste pour accepter la moindre guerre. Je ne réagis pas plus que ça à son évocation de civils chats. Après la capture des domestiques des caravanes du refuge, cela ne me semblait pas abracadabrantesque que certains aient échappé aux mailles du filet ou que les humains de ce quartier aient aussi leurs propres domestiques. Peu importe, apparemment cela arrangeait les affaires des militaires. Ces chats devaient être une source d'information inébranlable. Mais comment les soldats pouvaient-ils savoir que ces "civils chats" ne leur mentaient pas ? Après tout, si les humains du quartier ouest leur offraient gîte et nourriture, ils n'avaient aucun intérêt à les balancer. Je gardai cette réflexion pour moi-même, me disant qu'exciter mon camarade avec ces interrogations ne rendrait cette entrevue que plus longue. C'est en passant près de lui que je glissai mes premiers mots depuis la tirade du matou.

- Kaï. J'ai un prénom avant d'avoir un grade.

Mon ton n'avait pas été spécialement froid, sans être amical non plus. Mais je lui faisais comprendre que je n'appréciais pas que l'on me nomme par la simple évocation du mot Soldat. J'espérai simplement qu'il n'était pas automatisé au point de penser que l'appellation de Soldat ne me convenait pas et que je réfutais mon appartenance à cette idéologie. Cela me semblait trop extrême, mais je ne devais pas oublier que je ne connaissais rien de ce rigolo. J'enchainai donc rapidement sur quelque chose qui occupera plus amplement ses pensées.

- Tu connais beaucoup de ces chats vivants ici ? Ils doivent être comme un réseau d'informateurs je suppose...

J'avais commencé à marcher, d'un pas assez lent pour qu'il me rattrape. Ensuite, je comptais tout simplement me caler à son rythme. De temps à autres, je dressai une oreille ou lançai un regard, vers la foule, à demi cachée par les caisses. Ma queue se balançait de gauche à droite dans une régularité parfaite, entre la méfiance et le calme plat.

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Merci ma puce ♥:
 





x Messages : 15
x Date d'inscription : 07/08/2018
x Age : 21
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
35/100  (35/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 4 Oct - 20:57


[Pardonne moi pour le temps de réponse, j'ai été surprise dans mon emploi du temps j'ai eu du mal à m'organiser D:]

Il sentit son camarade se rapprocher de lui, voir même commencer à le dépasser mais le matou tigré n'attira l'attention de Nemhir que lorsqu'il miaula son nom. Aux premiers mots, le tacheté pointa ses oreilles vers lui. Kaï... c'était noté, ça serait bien plus court à mettre dans le rapport que « soldat gris  tigré de bleu à l'air nonchalant », on doublerait en efficacité s'il avait le numéro qui lui était associé mais ça, il fallait l'avouer, même si Nemhir connaissait le sien et ce malgré l'accident, des chats dans son cas, il ne devait pas y en avoir beaucoup. Il ne releva ni le ton, ni ce qui pouvait ressembler à une protestation à préféré son nom à son grade, le chat blanc et noir était probablement trop pragmatique pour ça. Il ouvrit la gueule, pour annoncer lui aussi son nom, toujours dans un objectif d'efficacité mais il n'eut le temps de ne dire que les début, lâchant un « Nem.. » qui se fit tout de suite couper par une question du fameux Kaï.

Est-ce qu'il connaissait beaucoup de chats ici ? Oui probablement, il y avait même moyen qu'il se soit assuré de combien ils étaient, de comment ils s'organisait voir même de connaître chaque noms dans la mesure du possible où ça lui permettait de les répertorier. Oui probablement qu'il avait eu un jour ce genre d'organisation afin « d'avoir un réseau » comme disait son collègue ou au moins pour se permettre de garder le contrôle sur la zone. Mais aujourd'hui, il était bon à tout recommencer, et il le ferait, il ne perdait pas de vu sa volonté de faire changer d'avis les haut gradés afin de devenir le vétéran qu'on lui avait promis.

« Quelques uns oui, probablement plus. Ça permet d'avoir des yeux là où on ne regarde pas. »

Peut-être que certains le reconnaîtraient mais lui non, parce qu'il avait fait une erreur un jour, parce qu'il avait connu de prêt les armes des hommes. Mais Nemhir n'était pas du genre à se laisser abattre, il n'avait pas le temps pour ça. Le soldat tigré ayant ralenti, le tacheté le rattrapa assez vite avant de prendre plus ou moins la tête du duo, convaincu de là où il se rendait, se faufilant entre les caisses et les débris que les humains avaient laissés à l'abandon ça et là pour des raisons que probablement eux même ignoraient.
Puis il commença à prendre de la hauteur, grimpant sur des piles de caisses, passant sur les pans de murs, rejoignant les toits. C'est d'ailleurs au cours de cette ascension qu'il se stoppa à un moment d'un arrêt net, brutal et sans avertissement, comme un flash lui traversant l'esprit soudainement. Il se tourna vers le soldat Kaï :

« Ah, on m'appelle Nemhir. »

Pour le rapport, il n'avait pas réussi à lui dire son nom en entier précédemment. Ce détail rectifié, il continua la route jusqu'à s’engouffrer par la vitre cassé d'un grand bâtiment. Ancienne fonction : inconnue. Nouvelle fonction : entrepôt pour les humains de la zone. Il n'y avait pas que des caisses, il y avait aussi un peu de matériel et une odeur de nourriture, un endroit parfait pour des rats et qui disait rat, disait chat. Il fallait maintenant en trouver un.

_________________





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» On en aura jamais fini avec les emmerdes! [feat. Perséphone] ~ 18+
» Course-poursuite avec un navet ~ Feat Astoria
» Il faut toujours être en bon termes avec le voisinage ! [feat. Joshua M. Eddison]
» Quand Héros rime avec Zéro (feat Caracole)
» Lire rime avec amusement, non ? ( Feat Felias, Jinn, Richie Tozier, Noa, Hanzo, Shun, Nina Antonov, Tori Clark, Anguiss, Lizzie and Myo' )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: La Ville (territoire Soldat) :: Quartier Ouest-
Sauter vers: