AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
The path that joins us. 『 Gaïa FEAT Pygmalion 』



x Messages : 15
x Date d'inscription : 20/07/2018
x Age : 15
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
6/100  (6/100)
Agilité:
5/100  (5/100)
Endurance:
4/100  (4/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 9 Aoû - 10:50


THE PATH THAT JOINS US.
❝ Oh summer, summer, summer and sun~ ❞


Solitude.

Il fait bon, là, à l'ombre. C'est exactement ce à quoi t'inspires actuellement la fraîcheur en dessous des branchages sous lesquels tu te reposes actuellement. Il y a tout pour que ça soit véritablement parfait : des arbres, de l'ombre, du silence. Beaucoup de silence. Et de la solitude. Vraiment pas mal de solitude. Tu inspires l'air, bien que réchauffé par les températures estivales, et expires lentement comme pour te détendre. Te voilà enfin disposant d'un minimum de répit. Allongée dans l'herbe, tu contemples les feuillages ombragés et verdoyants, remuant lentement dans un doux bruissement. Ta queue remue doucement en caressant le sol. Un insecte vole autour de toi et vient butiner le pollen de tes fleurs, il semblerait que ce soit une abeille. Tes babines se redressent en un faible sourire, angélique et serein. Il ne t'a jamais semblé que tu pouvais être plus tranquille que cela. Qu'il fait bon de vivre lorsque l'on ne traverse plus le désert...

En effet, tu avais recherché ces derniers jours un peu de calme, ne serait-ce qu'une pincée. Dans tout, dans rien, surtout dans rien. Ce n'est pas que tu n'en avais jamais eu besoin jusque là, ni qu'il était impossible pour toi d'en avoir, mais plutôt que ta crise d'adolescence te rendait maintenant exécrable. Avec tout ; même ta propre personne. Alors, pour t'éloigner de tout ce monde, toute cette masse de vie et d'enjeux multiples, tu as décidé de fuir ailleurs. Ras-le-bol de survivre en milieu hostile ! Ce matin, donc, après être allée rendre visite à certaines Nourrices afin de réclamer ta précieuse salade, après quoi tu es allée ramasser quelques affaires et ranger ton petit nid. Tu es partie à la recherche du félin qui te forme au rang de Messager, l'a prévenu sans aucune remarque supplémentaire et t'en es allée, la mine bien haute et décidée. À l'instant même où tu te le remémores, un détail frappant survient dans ton esprit : mais en fait, pourquoi tu fais ça, maintenant ?

Sorrel t'avait bien dit que sortir du camp n'était pas une idée de génie ; c'était même bien au contraire un élan de folie déraisonnable venant d'une jeune féline comme toi. Qui sait quel fou se trimbale dehors, aurait-il pu dire. Sorrel, pourtant, n'est plus là... Il s'en est allé tout ailleurs. Ton coeur se serait un peu alors que tu songeais à lui, que tu voyais son visage en franchissant un étage et déposant tes coussinets sur le sable chaud. Es-tu vraiment prête à partir ? Non, tu reviendras. Ce n'est qu'un repérage, comme une espionne, comme... Une adolescente qui cherche un peu de silence dans ce monde assourdissant. Tu reviendras et cette fois, tu ne t'enfuiras pas. Plus jamais. Pour lui. En continuant de grimper la pente, tu sentais le soleil cognait contre ta fourrure. Tu grondais en serrant la mâchoire en ressentant cette sensation pour le moins désagréable. Nous ne sommes qu'à l'aube d'une journée que celle-ci te paraît déjà interminablement longue et torride. Vive la saison estivale. Et vivement que l'ombre revienne...

Tu as marché un certain temps sous le cagnard, n'étant pourtant pas à l'extrême de ses capacités. Toutefois, tu ne pouvais t'empêcher de te sentir mal quant à cette expérience désagréable. Lorsque tu as vu se dessiner le début de la ville, avec ses tours de béton et de grisaille, tu as hurlé intérieurement « De l'ombre ! ». C'était un alléluia de victoire. Tu as alors commencé à courir vers cet univers si surprenant, étrange et mystérieux. Tu as toujours bien apprécié la ville, surement pas car elle est proche des Soldats, encore moins car elle dégouline de goudron en été, non. Plutôt car elle te rappelle les bons souvenirs. Qu'elle te rappelle Sorrel et... Tu fronças les sourcils, abaissas les oreilles et fonças à toute allure, plus déterminée que jamais. Il te fallait juste y aller. Au moins ça. Et passé au travers pour oublier, sans jamais ne perdre de vue la terrible et belle vérité. Triste aussi. Courir.

Tu cuisais littéralement tout comme dans un four. Et puis, tu t'es demandé si finalement ce n'était pas une folie. Une folie oui, avec des Soldats, une folie dangereuse, mortelle. Et si quelqu'un venait à t'agresser ? Qui sait ce dont le monde est capable de faire, il donne bien le change, après tout. Et quels crétins s'y promènent. De plus, le sol bouillonnant en dessous de tes coussinets commençait vraiment à te faire un mal terrible. Tu longeas les murs à la recherche de moins chaleur, commençant à t'en lasser. Tu continuas à ramper dans la faible l'obscurité, diminuant. Il te fallait trouver un autre endroit. Lorsque tu aperçus non loin un brin de forêt, tes oreilles se redressèrent vivement et tu souris de toutes tes crocs. Il te fallait atteindre ce point de toute urgence, de commençais réellement à te dessécher comme une limace sous le soleil. Te voilà accourant maintenant à la recherche de réelle tranquillité. Et lorsque tu pénétras enfin dans les bois, tu soufflas un bout coup. De l'ombre pour de vrai. Des plantes. Le Paradis !

C'est ainsi que tu retrouvas là. Sur le sentier. Bon, c'est vrai. Cela a mis un temps phénoménal pour toi d'atteindre la ville, du moins c'est ce que tu as cru ressentir, mais maintenant tu es bien tranquille. Ce fut un soulagement pour toi, un véritable bienfait pour ta santé mentale. Ce contact plus proche avec ton environnement te rassure, t'apaise, et maintenant tu y es enfin. Malgré la chaleur estivale, tu arrives à ressentir l'herbe se mêler à tes poils, tu perçois le chant des oiseaux, le bruissement des feuillages. Rien ne viendrait perturber le calme. Rien.

Enfin, ça, c'est toi qui le dis.

_________________
PrésentationLiens
If we come from the sky, each of us is a piece of star.

❤️ Merci Opaline pour cette Gaïa plus que Kawaii. *u* ❤️
Elle vous sourit avec une douceur charismatique en Menthe (#16B84E).

AdminAdmin


x Messages : 1295
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 21
x Felicoins : 50


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
23/100  (23/100)
Endurance:
22/100  (22/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Dim 9 Sep - 16:32


Up ~

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Merci ma puce ♥:
 


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» Commande de Path of Destroyers
» Path of Might Chapitre 2 : La mission [Rang B]
» Petit poney, stop le joins!
» Aurélie ► I walked across an empty land, I knew the path like the back of my hand...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: