AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf [feat Yin]



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 17 Mai - 10:12


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
1, 2, 3 4, 5, 6 pas. Coup d'oeil en arrière, arrêt. J'y étais. Le Ruisseau. Un filet d'eau boueuse et nauséabonde se fryant un chemin parmi divers végétaux calcinés. Quoi de mieux pour un Ophéis ? Si cet endroit était inconnu de la plupart des Soldats, il ne devait pas en être pour les Ophéis, qui devaient se réjouir de cet endroit calme. Berk. Je fronçais le museau. Une odeur de mort planait dans l'air. Ainsi qu'une légère odeur de gibier. Tiens, voilà longtemps que je n'en avait pas chassé du gibier. Mais quoi de mieux qu'une belle journée brumeuse pour le chasser ? Avec un peu de chance, il ne me verra même pas. Et puis, pas la peine de le rapporter aux autres, on ne souffre jamais de faim.
Je levais donc le museau et ouvrait la gueule pour mieux sentir. Grossière erreur. Les senteurs infectes du lieu m'emplirent aussitôt la gueule. Je toussais. Crotte de souris ! J'avais choisi un lieu horrible. Mais bon, mon estomac me faisait bien sentir qu'il fallait que je chasse, alors j'allais chasser. Un bruissement de feuille m'indiqua qu'une souris ou je ne sais quoi se trouvait pas loin. A pas de loup, je me dirigeais vers le bosquet, et plissait les yeux. Pour l'instant, je ne sentais rien. Mais ce n'était pas étonnant vu toutes les odeurs parasitantes des alentours. Si je devais attraper cette proie, ce ne serait sûrement pas en utilisant mon odorat. Le toucher non plus d'ailleurs, sauf si elle me fonçait dedans. La pauvre d'ailleurs, et moi aussi pauvre de moi. Je m'imaginais sans peine la terrible souffrance qui allait s'emparer de mon être si tel était le cas.
Il fallait donc que je la tue. Vite.
Me restait donc la vue et l'ouïe, sachant que le goût ne me servirait probablement à rien tant que la souris ne serait pas dans ma gueule, sa tendre chair se brisant sous mes dents. Je me concentrais donc, et vis la future nourriture. Ce que j'avais d'abord pris pour une souris se révélait être en réalité un rat. Un gros rat bien dodu qui me fixait avec étonnement. Aussi, avec la brume qui m'entourait, on pouvait facilement comprendre ce qui le rendait si ahuri. Deux yeux violets flottants à quelques centimètres du sol, ce n'était pas commun.
Je bandais mes muscles, et attendait le moment propice où la tendre créature ferait son erreur, m'imaginant déjà le goût de ses poils dans ma gueule.

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 


Dernière édition par Hel le Dim 20 Mai - 11:26, édité 1 fois



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Dim 20 Mai - 11:14





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Ah ! Qu'il est laid ce filet d'eau. Là, vu de haut, il ressemblait à une vulgaire rigole d'eau croupie. C'en est même étonnant qu'il continue encore et toujours de s'écouler sans que quiconque n'ai eu l'idée de chercher à le boucher tant il est laid. Moi c'est ce que j'aurais fait. Enfin, c'était ce que j'aurais fait. Avant. Depuis que j'ai rejoint les Felinae tout est différent. Enfin les Caprae devrais-je dire, mais ce nom ne sied guère à mes oreilles. Mais bon, aujourd'hui j'ai appris à me plier à leurs loi. Cette part d'innocence que tous ces félins idéaliste me désole autant qu'elle m'impressionne. Comment peuvent-ils réellement croire qu'ils peuvent rivaliser avec les humains et leurs effroyables machines ? Ce sont eux qui nous ont rendus ainsi, sans leurs expériences nous ne serions pas plus intéressants que de vulgaires Linarions : certes de majestueux félins, mais dénués d'une réelle intelligence et surtout, sans défense. Ceux qui se plaignent de leur pouvoir mais continuent de l'utiliser sont des hypocrites. Je ne suis pas l'un d'eux, loin de là.

Je ne sais pas pendant combien de temps je fixe le ruisseau, perdu dans des pensées obscures, avant de me rendre compte que quelque chose bouge sous mes pattes. Instinctivement je me fond dans les ombres, mes anciens réflexes de soldat reprennant le dessus. Quelle est donc cette étrange forme féline mais transparente qui bouge sous mon arbre ? Je distingue de loin une paire d'yeux violets qui brille fortement et lâche un grognement. Encore des yeux violets ? C'est une mode ou quoi ? Néanmoins, plissant les yeux, je remarque que cette forme presque invisible semble être dans une position de chasseur. Ah ? Soudain la forme se mit à tousser, comme si elle avait respiré trop profondément les immondes relents présents en cet endroit. Idiote. Un rat passant non loin fut intrigué par cette étrange bruit et se dirigea vers les deux prunelles violettes qui brillaient au dessus du sol. Lui, petit imprudent, allait se faire manger tout cru. Dans un soupir, je descendis de mon perchoir, toujours sous ma forme d'ombre. Prenant bien garde de ne pas m'exposer ne serait-ce que d'un poil à la lumière, heureusement faible, qui passait ici, j'entamais une descente rapide et efficace droit vers le rat. Je me posais derrière lui, bien décidé à l'effrayer, juste pour voir la réaction de l'autre. Dans ce monde noir et blanc qui est devenu le mien, je ne laisse réapparaître qu'une seule griffe, une seule. Et tac. Je l'enfonce discrètement dans le popotin de la proie qui part en courant et dans un concert de couinement. Je ne peux m'empêcher de lâcher un sourire. Bien que l'autre ne me vois pas, je peux moi commencer à distinguer sa forme. On dirait une femelle ? Je n'en mettrais pas ma patte à couper mais j'en suis tout de même presque sûr. Ensuite elle semble palpable : l'herbe sous ses pattes et applatie tandis que moi, rien ne peut révéler ma présence, excepté le bruit que je fais et mon odeur mais celle-ci doit être bien dissimulée sous les senteurs âcres du lieu. Enfin, ses deux grands yeux brillent si fort que l'on peut voir la lumière qu'ils projettent sur le sol. Dans un claquement de langue je fais entièrement sortir uniquement mes yeux de l'ombre, matérialisant le moins possible le reste de mon corps, immitant cette étrange apparence qu'est la sienne. De moi elle ne doit voir maintenant qu'un contour sombre et flou et une paire d'iris dorés, à peu près le même spectacle qu'elle me donne si ce n'est que elle n'est pas floue mais parfaitement nette.

« T'es qui ? »

Ma voix est grave et mon ton sérieux : avec cette puanteur qui nous entoure, il se pourrait bien que cette femelle étrange soit animée de mauvaises intentions avec d'autres personnes que les rats sans que je le sache. Si c'est le cas, elle aura affaire à moi.

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Dim 20 Mai - 11:45


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
Une légère brise passa, faisant bouger les arbres. Mes poils se levèrent, bien qu'ils soit quasiment impossible de le remarquer. J'allais bondir sur ma proie, qui recommençait à me regarder bizarrement. J'aurais peut être pu avoir le pouvoir de lire dans les pensées des rats, ça aurait été utile à cet instant. Je souris en l'imaginant mort de peur. Un peu plus et il croirait avoir respiré trop de substances nocives. Mes muscles se tendaient au maximum, quand le rat poussa un glapissement et détala le plus loin possible de moi. Je fulminais intérieurement, mais me reprenais tout de suite. Quelque chose avait forcément fait fuir l'animal. Mais quoi ? Je levais la truffe, guettant une éventuelle odeur de chat. Rien, mis à part comme un léger fumet non-indentifiable. Je mettais dans un coin de mon esprit la pensée qu'un prédateur invisible pouvait venir me cueillir. De toute façon qu'il vienne, et je lui montrerai ce qu'est mon pouvoir. Au prix de ma souffrance peut être, mais son hurlement de douleur serait assez satisfaisant pour me refaire ma journée. Je redressais la tête au son d'une voix féline :
"T'es qui ?"
Deux grands yeux dorés me fixaient. J'arquais un sourcil. Sérieusement ? Des yeux dorés ? Même une musaraigne de l'Avant-Guerre pouvait en avoir comme ça. Mais bon, je n'avais rien à dire, les miens étaient d'une couleur devenue tellement commune qu'elle passait inaperçu.
J'ouvrais la gueule, sachant à qui j'avais affaire.
"C'est toi qui a fait fuir mon rat ? Yon c'est ça ? Ou Yan je sais plus mais un truc comme ça, le Soldat qui est parti dans le camps des ex-Félinae ? Ca te dit t'enlève la brume autour de toi ? Parce que je suis désolée, mais ça fait un peu lâche de ne pas se montrer si tu vois ce que je veux dire. Après, tu fais ce que tu veux mais c'est clairement moche.dis-je en agitant ma patte transparente dans sa direction.
J'avais entendu beaucoup de choses sur ce Soldat, mais n'avait jamais eu l'occasion de le rencontrer. Après, je n'avait pas forcément une haine contre les Caprae, mais s'il voulait se battre, je serait ravie de lui faire goutter de mes griffes.

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mar 22 Mai - 23:34





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Il me sembla, au moment où cet étrange félin leva la tête, apercevoir un sourcil relevé de manière sceptique. Elle -puisqu'au son de sa voix je pu affirmer qu'il s'agissait bien d'une femelle- prit la parole d'un ton dédaigneux, me désignant d'un geste grossier de la patte :

« C'est toi qui a fait fuir mon rat ? Yon c'est ça ? Ou Yan je sais plus mais un truc comme ça, le Soldat qui est parti dans le camps des ex-Félinae ? Ca te dit t'enlève la brume autour de toi ? Parce que je suis désolée, mais ça fait un peu lâche de ne pas se montrer si tu vois ce que je veux dire. Après, tu fais ce que tu veux mais c'est clairement moche. »

Ce fut mon tour d'arquer le sourcil. Ainsi c'était bien une soldate, et une taigneuse de plus. Néanmoins, si elle avait l'honneur de connaître mon nom, comme beaucoup d'autres soit dit en passant, j'ignorais tout du sien. Dans un haussement d'épaule je réapparus, montrant bien que je n'en avais que faire de ce qu'elle pensait. Alors comme ça j'étais moche ? C'était surtout pour nous mettre à égalité que j'avais fait celà, que ça lui plaise ou non ce n'était pas mon problème. Et visiblement ça en dit long sur ce qu'elle doit penser de sa propre appparence. Mes pattes reprennent leur substance, comme le reste de mon corps, et bientôt je me pose tout doucement sur un tapis d'herbe en décomposition. Ce n'est pas très confortable mais au moins ça a le mérite de protéger nos coussinets de la boue salissante et amère qui s'accumule le long du cours d'eau. Je ne prends pas la peine de répondre à sa question, tout du moins pas tout de suite. Je plonge mon regard dans le sien, essayant de distinguer quelque chose dans le fond de ces prunelles si criardes. Ses muscles ne me semblaient pas tendus, cependant ses oreilles pivotées et la position de sa queue me renseignait sur une chose : comme tout bon soldat qui se respecte, elle reste sur ses gardes. Ce n'est pas moi qui vais le lui reprocher d'ailleurs.

« Oui c'est moi qui l'ai fait fuir. D'ailleurs si j'étais toi j'éviterais de m'attaquer à des rats qui viennent droit de la décharge. Enfin seulement si tu tiens à la vie bien sûr. »

Mon ton était profondément désinvolte, mais ce n'était pas un conseil en l'air. Avec toute la pollution des sols et autres, de nos jours, les rats sont plutôt des mets à éviter si l'on ne tient pas à se vider entièrement par les intestins. Encore moins lorsque l'on est un soldat qui se nourrit chaque jour à sa faim. Cette simple pensée m'arrache un sourire amer. Manger à sa faim. Depuis quand je ne l'ai pas fait ? Pourtant je suis sûr d'une chose : jamais je n'ai été aussi heureux que chez les Caprae. Certes ce sont des utopiques, certes leurs conditions de vie sont affreuses. Mais ils ont cette paix et ce soulagement que je n'aurais jamais pu trouver au sein de la Caserne, pas avec le nom que je me suis fait. Pas avec cette réputation de soldat irascible et violent, cette image de matou cruel et fourbe. Quelle ironie. On se met à croire les rumeurs lorsque les sources de celles-ci se sont tues. Je ne sais pas ce qu'ils pensent de moi, à la Caserne. Est-ce qu'ils me voient comme moi je voyais les déserteurs ? Je n'en ai pourtant jamais entendu parler d'un de mon accabi. Je dois être un cas spécial alors.
Mais bref, ce n'est pas le moment de ressasser de vieux souvenirs, pas en compagnie ennemie. Surtout de tels souvenirs. Non. Je ne dois pas. Je bloque toute pensée. Je ne dois pas y penser. Sinon je finirais paralysé et à sa mercie. Non merci. Je relève la tête, droit, comme toujours, l'observant légèrement d'en haut étant donné que je la dépasse de quelques centimètres. Nous sommes encore éloignés, peut-être près d'un mètre nous sépare. Pourtant je peux enfin presque sentir son odeur : elle est fraîche, m'entraînant dans un vague élan nostalgique. Elle sent la maison. Moi je ne dois qu'à peine sentir le Caprae : je passe beaucoup trop de temps à l'extérieur pour que l'odeur de ma nouvelle guilde puisse réellement s'accrocher à mon pelage. Comme un solitaire. Au fond depuis sa mort c'est ce que je suis. Désespérément seul.

« Je peux connaître ton nom ? Et appelle moi comme tu veux mais si tu le faisais par le bon prénom, c'est à dire Yin, tu aurais l'air moins stupide. Moi au moins j'ai la politesse de te demander le tien étant donné que j'ignore qui tu es. »

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 23 Mai - 13:55


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
Le matou haussa un sourcil, un air étonné dans ses yeux dorés. Deux secondes plus tard, il réapparaissait. Je pus distinguer son pelage noir touffu. Bon, ok il n’était pas moche, c’était bien mieux comme ça. Mais il gardait ses yeux de musaraigne apeurée. Je prenais un temps pour le détailler. Ce qui attira tout de suite mon regard était ses griffes. Violettes, comme mes yeux, mais plus sombres, comme ternies par le sang de ses victimes. Je chassais cette pensée de ma tête. Je ne me rappelais plus de la couleur de mes griffes, mais elles devaient être dans le noir tâché d’un peu de sang. Sûrement, je ne les avais jamais. Je me reprenais quand il parla, sa voix rauque résonnant dans mes oreilles translucides.
« Oui c'est moi qui l'ai fait fuir. D'ailleurs si j'étais toi j'éviterais de m'attaquer à des rats qui viennent droit de la décharge. Enfin seulement si tu tiens à la vie bien sûr. »

Je reniflais. La vie ? Comment voulait-il me parler de la vie ? Je renifler. Je n’y tenais pas, au du moins, je m’en fichais. Mais lui, Quesque qui le faisait dire ça ? Je pris cette déclaration et la mis dans un coin de mon esprit. C’était toujours bon à savoir, il n’avait pas dis ça au hasard, j’en étais certaine.
Son regard se perdit dans le vide, comme absorbé par ses pensées. Un souvenir me revint lui aussi, fugace, prenant. Mon regard se troubla un instant. Je revis Balder. Dès que j’avais vu les yeux du félin, j’avais pensé à mon frère. Si j’avais su ce qui allait lui arriver, je lui aurais parlé une dernière fois, lui aurait dit que je l’aimais. Mais non, j’étais trop terrorisée à l’époque, trop faible.
Perdue dans mes pensées, je n’entendais pas le début de la phrase de l’autre. Mon regard redevint dur, et je plantais mes yeux dans les siens, projetant une auréole violette sur sa prunelle.
« […]Et appelle moi comme tu veux mais si tu le faisais par le bon prénom, c'est à dire Yin, tu aurais l'air moins stupide. Moi au moins j'ai la politesse de te demander le tien étant donné que j'ignore qui tu es. »
Ah. Donc il avait quand même un caractère le petit. Enfin, petit, il me dépassait quand même de quelques centimètres. Mais s’il était plus grand que moi, je ne me laissais pas démonter. Jamais.
« Ok, Yin, comme le Ying et le Yang en somme, t’es le noir j’imagine ? Parce que je t’imagine pas vraiment blanc, quoique, t’as rejoint les Capraes donc t’es pas adepte du carnage, petit chou. Dis-je en lui lançant une pique. J’allais voir ce qu’avait le matou dans le ventre. Et pour ce qui est du rat, merci pour le conseil mais j’ai un estomac résistant. Et je suis Hel. Je te serrerais bien la patte mais j’ai craché dessus à l’instant donc on va éviter hein ? Enchantée sinon, mais évite de faire fuir mon rat la prochaine fois, je vais devoir m’en trouver un autre après. »
Je remuais les oreilles et plantais mes griffes dans le sol. Ce chat m’avait l’air d’avoir de bons yeux, donc peut être verrait-il mon mouvement.

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 191
x Date d'inscription : 11/04/2017
x Age : 16
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
20/100  (20/100)
Agilité:
15/100  (15/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Dim 24 Juin - 8:56


Up !

_________________

«Words have the power
           to change us.»

FICHE DE LIEN    ▼△▼   FICHE DE PRÉSENTATION

Nishari vous parle en #cc6600



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 28 Juin - 17:53





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Je levais un sourcil sarcastique lorsque la femelle reprit la parole, toujours sur un ton affreusement insolent.

« Ok, Yin, comme le Ying et le Yang en somme, t’es le noir j’imagine ? Parce que je t’imagine pas vraiment blanc, quoique, t’as rejoint les Capraes donc t’es pas adepte du carnage, petit chou. Et pour ce qui est du rat, merci pour le conseil mais j’ai un estomac résistant. Et je suis Hel. Je te serrerais bien la patte mais j’ai craché dessus à l’instant donc on va éviter hein ? Enchantée sinon, mais évite de faire fuir mon rat la prochaine fois, je vais devoir m’en trouver un autre après. »

Cette fois-ci, un large sourire fendit en deux mon visage, accompagné d'un reniflement sincèrement amusé. C'est un beau sourire. Un vrai. Cruel. Sarcastique. Tellement approprié. Si seulement elle savait... Visiblement elle connaissait vaguement mon nom mais pas les histoires qui lui étaient affiliées. Je commençais ainsi à mieux cerner son côté provocateur. Paradoxalement, cela signifiait aussi que son pouvoir devait être très puissant pour que personne n'ai encore osé faire fermer sa grande gueule à coup de griffes bien placés afin de voir enfin disparaître son petit air fortement irritant. Je penchais légèrement la tête sur le côté, scrutant le moindre de ses faits et gestes. Si elle lançait l'offensive, je préfèrerai être au courant. Sous ses pattes le sol s'enfonça légèrement, presque imperceptiblement. Qu'avait-elle encore fait ? Cela me tira un nouveau soupir moqueur. Décidément elle en avait dans le ventre, bien que sa vantardise reste un grand frein à la possible positive opinion que j'aurais pu me faire d'elle. Je n'aime pas les irrespectueux.

« Je te trouve bien sûre de toi à affirmer que je ne suis tout blanc... Prends garde, on ne sait jamais, ces présomptions pourraient bien te coûter très cher. »

La menace n'était même pas dissimulée. Quand bien même elle était puissante. Quand bien même c'était une soldate - rôle que j'avais moi-même fièrement tenu pendant presque trois longues années de ma vie. Quand bien même je n'avais pas envie de me battre. C'était bien vrai, je ne ressentais plus le même plaisir à faire couler le sang, néanmoins réussir à moucher les plus insupportables des félins qui arpentent ces terres reste un agréable passe-temps. Mon sourire avait progressivement disparu, ne laissant qu'un air froid et figé sur mon visage. Mon air de base somme toute.

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 4 Juil - 14:30


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
Suite à ma réplique, le visage du chat se fendit d'un sourire cruel. Il se retenait visiblement de se jeter sur moi pour me faire taire. La seule chose qui l'en empêchait était sa non-connaissance de mon pouvoir. J'avais un avantage sur lui, je connaissais le sien, bien que ce que j'avais vu était très vague. Ben qu'il se jette sur moi, ce n'était pas très grave. Après tout qu'est-ce que c'était que la douleur ? Quelque chose de subjectif au final. Certains ne la ressentaient pas, ou s'en fichaient. A moi donc de faire de même.
Le félin se tenait toujours devant moi, imposant. Lui aussi était fier. De ce que j'avais entendu, c'était un excellent combattant, il devait se croire fort, presque invincible. Je pris plaisir à imaginer son air choqué qu'il prendrait si jamais je le touchait. Mais une petite voix dans ma tête me disait de me méfier. J'avais en face de moi un chat redoutable, presque une légende chez les Soldats. Et malgré la puissance de mon pouvoir, j'étais aussi vulnérable qu'un chat lambda aux griffes et crocs. Encore plus, sachant que la douleur de la griffure serait associée à la douleur du toucher. Je ne me souvenais plus de la sensation que procurait le sang en coulant d'une plaie infectée. Bien sûr je me coupais régulièrement, sans faire exprès, et je savais ce que ça faisait, mais depuis mon expérience je n'avais plus ressenti une seule griffure volontaire. Alors si le dénommé Yin comptait me refaire goûter au corps à corps, tant mieux d'une certaine façon, je me sentirais plus accessible.
Je soupirais. La vie me fatiguais, elle était trop compliquée. La voix du Caprae me ramena à la réalité.
« Je te trouve bien sûre de toi à affirmer que je ne suis tout blanc... Prends garde, on ne sait jamais, ces présomptions pourraient bien te coûter très cher. »
Sa menace explicite me confirma que son caractère était loin d'être celui d'une poule mouillée. Les fesses sur le sol, je me rendis compte que je ne lui avait pas dis mon nom.
"Ok le minou. Je retiens, t'aime pas les gens qui te tiennent tête. Malheureusement pour toi je suis pile le genre de personne que tu as l'air de détester. Hel au fait, tu m'as demandé mon prénom tout à l'heure. Fais en ce que tu veux je m'en fous c'est même pas le vrai.
Si Yin connaissait un peu la mythologie des Nordiques, il saurait ce que mon prénom voulait dire. Mais aucun chat pour l'instant n'avait su à qui il avait affaire avant de savoir la signification de ce nom.
Replongeant mon regard dans le sien, je tentais de me remémorer les histoires qui courraient sur mon interlocuteur. Aucune ne me revint en mémoire, à part que sa cruauté dépassait tout ce que je pouvais imaginer. Tant mieux, je n'avais pas envie d'avoir affaire à une énième poule mouillée, ce serait lassant.
HRP:
 

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 5 Juil - 15:44





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Hel s'assit. Elle ne sembla pas y faire attention, comme si ça n'avait pas d'importance à ses yeux, mais cela m'intrigua. Comment peut-on s'asseoir en une telle situation ? C'est une position dans laquelle on est moins réactif, moins à même de se défendre. Or, là, j'avais beau venir tout juste de la menacer, elle n'avait rien trouvé de mieux à faire que se mettre d'elle même en position de faiblesse. J'étais... Perplexe, oui. Peut-être n'avait-elle pas tellement conscience du risque que c'était prendre. Ou bien son pouvoir était vraiment bien plus puissant que ce à quoi je m'attendais...

« Ok le minou. Je retiens, t'aime pas les gens qui te tiennent tête. Malheureusement pour toi je suis pile le genre de personne que tu as l'air de détester. Hel au fait, tu m'as demandé mon prénom tout à l'heure. Fais en ce que tu veux je m'en fous c'est même pas le vrai. »

Je fronçais les sourcils. Pas méchamment, juste par incompréhension. Décidément cette rencontre était bien étrange, ses mots acerbes glissaient sur moi comme une lame de papier glisse sur une armure. Avait-elle oublié qu'elle m'avait déjà donné son nom à peine quelques minutes avant ? Ce devait être le cas, mais cela me plongea un peu plus dans la perplexité. Avait-elle des problèmes de mémoire ? Notre rencontre la déstabilisait-elle en un sens ou un autre ? Ou était-ce tout simplement une autre facette de son caractère, un soupçon de désobligeance ? En tout cas cela me tracassa légèrement. Juste assez pour que je m'assoie à mon tour.
Nous devions bien avoir l'air malin maintenant. Deux félins, un mâle et une femelle, l'un visible et possiblement immatérielle et l'autre invisible mais parfaitement palpable, provenant de deux clans ennemis, défiant l'autre de venir combattre, se retrouvaient là, assis l'un en face de l'autre, se jaugeant mutuellement du regard, et tout cela dans un paysage insolite et dégoûtant. La tension entre nous était étrange. Il y avait comme une sorte d'électricité innée qui chatouillait mes pattes. On aurait dit qu'un orage se préparait, alors que le ciel n'était pas si encombré. Lequel de nous deux lancerait l'assaut ? Le ferions nous seulement ? Et qui aurait l'audace de gagner dans ce cas ? Je ne connais pas son pouvoir. Se pourrait-il qu'il soit tel que celui d'Alec ? Ou bien était-ce un produit purement physique, action menant à une réaction ? Trop de questions sans réponses pour que je me permette de l'attaquer. D'ailleurs je ne sais même plus si j'en ai réellement envie : cette tension est bien trop latente pour qu'elle explose réellement, tout du moins je crois. C'est pourquoi, quand je me décidais à reprendre la parole, j'essayais de le faire le plus précautionneusement possible. Même si je ne réussis pas vraiment.

« Tu n'as aucune idée de ce que je peux détester. Et toi je ne te déteste pas, tu n'es qu'un détail, Hel. Tout comme je dois en être un pour toi puisque tu n'as même pas réalisé que tu venais de te présenter deux fois. »

J'avais parlé lentement, très lentement. Je m'étais forcé à articuler soigneusement chaque mot, détachant bien les syllabes une par une. Mon ton avait de même été pratiquement neutre. Pourtant, quand j'avais je me tus, je n'eu pas l'impression que l'orage entre nous s'était calmé. Loin de là.

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Sam 7 Juil - 13:45


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
En voyant le regard perplexe du Caprae face à ma nouvelle position, je souriais. Décidément je l'étonnais. Tant mieux, lui aussi était surprenant, avec son corps immatériel. Ça devait être étrange, une silhouette invisible assise devant un chat aux yeux dorés, n'appartenants pas au même Clan, ne se battant pas. Mes congénères Soldats m'auraient sûrement remué les oreilles s'il avaient appris qu'un traître se trouvait en face de moi sans que je ne l'attaque. C'était un peu manquer à mon devoir de seconde ligne. Pourtant, je n'avais pas vraiment une grande envie de lancer les hostilités. Après tout, que ce soit lui ou moi qui commençait, je souffrirais alors bon, je n'étais pas pressée.

C'est alors que, repassant notre conversation dans la tête, je compris d'où venait l'air étonné et les sourcils froncés qu'adoptait à présent le matou. Je me rendais compte que j'avais déjà donné mon nom. Ah. Problème de mémoire ? Sûrement, avec toutes les saloperies d'antidouleurs qu'on me mettait quand j'avais trop mal. Parce que les migraines, chez moi, ça nécessitait de grands produits pas forcément bons pour mon cerveau.

Je ne m'inquiétais pas plus que ça, il ne fallait pas que je sois déconcentrée. Un ennemi était en face de moi. D'ailleurs en parlant d'ennemi, je croyais que ma bourde ne l'ai un peu déstabilisé. Un sentiment de joie monta en moi. Si j'avais pu retourner mon erreur en ma faveur, c'était une bonne chose, et le félin ne serait que plus étonné de notre échange.

C'est alors qu'il s'assit aussi. Nous nous retrouvions donc face à face, nous jaugeant mutuellement et défiant du regard. Ça me plaisait cette situation. Mon avantage face à la connaissance de son pouvoir était non-négligeable, et empêchait l'autre d'attaquer. C'était un bon guerrier, la plupart des Capraes auraient déjà attaqué, les griffes en avant et la tête en arrière. Mais non. Lui était d'apparence calme, ce qui contrastait avec l'ambiance lourde de notre rencontre. Il reprit la parole.

« Tu n'as aucune idée de ce que je peux détester. Et toi je ne te déteste pas, tu n'es qu'un détail, Hel. Tout comme je dois en être un pour toi puisque tu n'as même pas réalisé que tu venais de te présenter deux fois. »

Il avait insisté sur mon nom d'une façon que je ne pouvais supporter. Mon échine s'hérissa légèrement, de façon imperceptible, et je répliquais d'une voix sèche.
« Effectivement, tu n'as aucune importance à mes yeux, Yin. Mais sache que j'ai un peu de mal avec les matous présomptueux et traîtres. Et d'ailleurs, si c'est pour faire des menaces tu ferais mieux de... »

Un bruit attira mon attention. Rien de bien méchant, juste un petit craquement dans un buisson environnant. Mais suffisamment intriguant pour que je me coupe dans ma phrase. Tournant la tête vers le taillis en question, je plissais les yeux. Le bruit se répéta, plus fort. Une sorte de grognement s'ensuivit, ainsi que l’émergence d'une patte griffue. Je me relevais d'un bond, sur le qui-vive. Le Caprae assis à côté de moi avait disparu de mon champ de vision, seul la bête captait mon attention.

Dans un autre grognement, une tête apparut, suivie du reste du corps. Un glouton. Je jurais intérieurement, j'allais devoir me battre, devant un ennemi en plus. Les petits yeux plissés de l'animal s'étaient tournés et nous fixaient à présent. Je retournais la tête vers le Caprae.

« Bon ben on dirait que tu vas devoir bouger tes petites fesses royales de Caprae, le chaton. On va voir ce que t'as dans le ventre. Juste évite de me toucher, même pas inadvertance, ce serait dommage qu'on se retrouve hachés par ce truc. »

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mar 10 Juil - 23:13





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Oups.
Touchée.
Le changement de l'odeur faible qui se dégageait de la féline, bien qu'étouffé par les immondes parfums alentours, ne m'avait pas échappé. La senteur qu'elle dégageait était devenue bien âcre, comme si elle était vexée. En tout cas elle n'était pas contente. Il me sembla même, bien que je ne l'affirmerai pas avec certitude, voir son pelage légèrement se soulever. Madame aurait-elle le poil qui s'hérisse ? J’eus un petit ricanement intérieur, ne tenant pas à la pousser à bout au point d'attaquer... bien que ce serait un bon moyen de connaître enfin son pouvoir.

« Effectivement, tu n'as aucune importance à mes yeux, Yin. Mais sache que j'ai un peu de mal avec les matous présomptueux et traîtres. Et d'ailleurs, si c'est pour faire des menaces tu ferais mieux de... »

Un bruissement sec mit fin aux menaces de la soldate. D'un même mouvement nous tournâmes la tête vers les buissons en question, dans un réflexe que tout bon combattant se doit d'avoir. Ou plutôt tout bon survivant. Seule une petite partie de mon esprit resta bloquée, un bref instant, sur les mots qu'elle avait utilisés pour me décrire. Traître ? De mon point de vue ce sont plutôt les humains qui m'ont trahi, mais soit. J'accepte volontiers la remarque. Présomptueux ? Deux possibilités : soit elle trouvait que je faisais trop d'hypothèse, soit elle me trouvait prétentieux. Bizarrement cela devait être le deuxième, bien qu'il ne me corresponde pas. Cependant, en cet instant, ce n'était même pas le cadet de mes soucis. Une énorme patte griffue sortit des buissons, énorme patte probablement suivie par un énorme corps. Immédiatement, avant même de me relever, comme le fit Hel, je me fondis dans les ombres. Chose étrange, lorsque je me retrouvais dans ce monde tout de blanc et de noir, je distinguais parfaitement la silhouette de la soldate. D'habitude, lorsque j'étais sous ma forme d'ombre, je voyais un monde d'un blanc laiteux, éclatant, aveuglant même, duquel ne se détachait que les silhouettes pâles des choses matérielles : les objets, les murs, etc, et les ombres, m'apparaissant comme des surfaces plus sombres, réconfortantes. Pourtant voilà : au milieu de mon champ de vision, là où la bête qui nous attaquait était une silhouette grisâtre, se trouvait Hel, parfaitement visible. Je distinguais bien son pelage, épais mais lisse, d'un gris particulièrement sombre, tout comme je voyais maintenant parfaitement la nuance nacrée de ses griffes et l'apparence touffue de sa queue. J'en eu même un frisson. Qui qu'elle fut, elle n'était décidément pas banale. Hésitant, je repris ma forme physique, trop troublé pour faire attention au carcajou qui venait de surgir devant nous, pourtant probablement ravi d'être tombé sur deux casse-croûtes, gardant mon regard fixé sur Hel. Je voyais à nouveau à travers elle. Que c'était étrange. Cependant son verbe acerbe me frappa hors de ma torpeur :

« Bon ben on dirait que tu vas devoir bouger tes petites fesses royales de Caprae, le chaton. On va voir ce que t'as dans le ventre. Juste évite de me toucher, même par inadvertance, ce serait dommage qu'on se retrouve hachés par ce truc. »

Il ne fallait pas que je la touche ? Son pouvoir est donc lié au toucher ? Et si c'est le cas même par inadvertance elle ne devait pas avoir de contrôle dessus. Voilà qui pouvait se révéler épineux. Cependant le temps n'était plus à la réflexion mais au combat. Enfin le plus malin aurait été de fuir, mais nous avions laissé le glouton bien trop s'approcher, Hel était à portée de ses griffes. J'aurais bien évidemment pu laisser la femelle se faire déchiqueter mais un je-ne-sais-quoi en moi me poussa à ne pas l'abandonner. Dans un grognement je me fondis dans les ombres et m'éleva dans les airs en me propulsant grâce à mes pattes arrières. Me voilà qui flottais au dessus de la bête, peut-être un ou deux mètres au dessus, parfaitement placé pour reprendre ma forme physique. A peine repris-je consistance que je tombais comme une pierre sur le glouton, pile poil sur le sommet de sa tête. Dans un bond je me réceptionnais agilement sur le côté, observant l'animal déséquilibré perdre son équilibre et tomber à plat ventre. Malheureusement mon attaque, bien qu'efficace, fut bien insuffisante pour l'assommer. C'est qu'elles sont coriaces ces grosses bêtes là. J'émis un grognement contrarié avant d'interpeler Hel, au moment même où nous dûmes sauter pour éviter un coup de patte enragé suffisamment puissant pour nous décapiter tous les deux à la suite.

« On va pas pouvoir gagner contre lui... Faut le distraire suffisamment pour réussir à s'enfuir. J'aurais sûrement plus d'aisance que toi pour le faire alors dès que tu vois une opportunité tires toi ! »

J'espérais bien évidemment qu'elle ne se mettrait pas à jouer la rebelle et qu'elle ferait sa butée. Sous ma forme d'ombre je n'aurais aucun mal à disparaître aux yeux et aux griffes du gros prédateur, mais je ne pouvais pas m'y risquer tant qu'elle était près de moi. Tant que nous étions deux elle était suffisamment débordée pour que nous puissions éviter ses attaques, mais dès que l'un de nous sera parti l'autre devra se démener pour ne pas finir en chair à saucisse.

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Dim 15 Juil - 9:57


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
Je perçu l'étonnement du matou avant de me retourner, mais je ne pus en deviner la cause. Me repositionnant, je ne le vis plus, et cela m’inquiéta un tantinet. Avait-il fuit ? Non, de ce que j'avais vu il n'était pas du genre à le faire. C'est alors que je me souvins de son pouvoir. Il pouvait se rendre invisible en faisant un truc avec ses ombres. Reniflant, je ne sentis pas son odeur, le museau trop saturé des effluves du glouton. Je le vis alors réapparaître sous mes yeux, et disparaître une nouvelle fois avant de s'abattre sur l'animal dans un positionnement guerrier. Quoi de plus normal après tout, un matou qui vole, ça courait les rues.
Malheureusement, l'ennemi ne se laissa pas avoir si facilement. A peine le chat eu t-il repris ses appuis au sol que le glouton se relevait. Dans un grognement rageur, sa patte abattis sur nous à grande vitesse, et nous dûmes sauter pour ne pas nous faire écrabouiller. Crotte, ça allait se révéler plus compliqué que prévu. Comme s'il avait entendu mes pensées, le chat se tourna vers moi et dit d'une voix rauque :

« On va pas pouvoir gagner contre lui... Faut le distraire suffisamment pour réussir à s'enfuir. J'aurais sûrement plus d'aisance que toi pour le faire alors dès que tu vois une opportunité tires toi ! »

J'écarquillais les yeux, ahurie. Non mais, qu'osait-il me dire ? Il me prenait pour une chatte faible et sans défense ? J'allais lui montrer de quel bois je me chauffais, et ça n'allais pas être une partie de rigolade. Les poils hérissés, je me mis à lui hurler dessus.

« Non mais vous êtes bien tous comme ça vous les mâles, je peux très bien combattre merci, tu ne sais rien de moi. Je ne suis pas du genre à fuir et toi non plus, alors nous nous battrons ensemble, et unirons nos forces même si tu n'es qu'un petit avorton qui se crois plus haut que son cul ! »

Furibonde, je me tournais vers le glouton et visais son ventre. Il bougeait régulièrement, mais je pouvais peut être l'atteindre ? Dans un saut maîtrisé, je me retrouvais juste à côté de lui. Étant à moitié invisible, il aurait plus de mal à me voir, ce qui me laisserait quelques instants de répis, du moins je l’espérais.
Me concentrant, je fermais les yeux, commençais à visualiser mes zones de douleurs. C'était un entraînement que plusieurs vétérans m'avaient appris, et j’espérais qu'il porterait ses fruits. Je respirais calmement, pris deux secondes, et sautais, ayant pour visée le ventre du monstre.
Mais j'avais mal jugé la force des réflexes de ce dernier, et me retrouvais propulsée contre sa patte, alors que je tentais d'atteindre ses poils. La douleur commença à se diffuser, petit à petit, puis pris de l'ampleur pour atteindre le pic de l'insupportable, autant chez moi que chez le glouton. Mes oreilles sifflèrent, mais j'entendais clairement le hurlement de l'animal, alors que j'étais en pleine panique de souffrance. Je sentis au bout d'une seconde sa prise se desserrer et le glouton me lâcher, et je profitais pour m'extirper rapidement de sous sa patte, alors que la douleur menaçait de me faire tomber de mes pattes. Ignorant la souffrance un court instant, je profitais du répis donné par le monstre pour m'éloigner de quelques mètres et me retourner. Déjà, la douleur diminuait et je recommençait à voir les contours des deux êtres à côtés de moi. L'espèce d'ours se tenait la patte, mais commençais à reprendre consistance, tandis que Yin était toujours face à lui. Tout cela s'était passé en quelques secondes mais ça avait été suffisant pour regretter une fois encore de ne as avoir pris mes cachets d'antidouleurs le matin même.
La douleur commençait à partir, et je pus me relever à nouveau, sans pour autant me rapprocher de l'animal.

_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 18 Juil - 23:51





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Hel était beaucoup, beaucoup trop prévisible.
Je lui parlais de logique, je lui parlais de fuite. Mon but était très simple : nous permettre de nous en sortir tous les deux vivants. Elle a transformé en cela en une volonté masculine de prouver ma virilité. Elle aurait tout aussi bien pu être un lepreshaun que je n'en aurais rien eu à carrer, femelle ou pas ce n'était pas une question de sexe. En revanche pour elle c'était visiblement une question d'ego. Au moment même où j'eu fini de lui exposer ma stratégie son poil s'hérissa encore plus qu'il ne l'était déjà et elle me hurla dessus :

« Non mais vous êtes bien tous comme ça vous les mâles, je peux très bien combattre merci, tu ne sais rien de moi. Je ne suis pas du genre à fuir et toi non plus, alors nous nous battrons ensemble, et unirons nos forces même si tu n'es qu'un petit avorton qui se crois plus haut que son cul ! »

Je serrais les dents, enragé. Là son égo risquait de nous tuer tous les deux, et il était hors de question que je perde la vie pour une vulgaire soldate insolente à qui, si la situation n'avait pas été aussi critique, je me serais fait un plaisir de mettre une bonne grosse baffe. Nous ne pouvions pas combattre, être du genre à fuir ou non ici ne signifierait donc qu'être prêt à mourir bêtement et inutilement ou non. Et moi je préférais fuir. J'étais même prêt à le faire. Elle tenait à finir scalpée et dévorée par un glouton ? Grand bien lui en fasse ! Pourtant j'étais incapable de partir. Peut-être parce qu'après la guerre il m'était difficilement supportable d'imaginer abandonner un soldat blessé je suppose. Ou peut-être tout simplement parce que j'étais en train de devenir faible, allez savoir.
Je vis Hel plonger droit vers le vendre du carcajou, tentant une manœuvre inédite. Malheureusement elle fut bien trop lente, encore plus que la bête, qui eut le temps de la cueillir du creux de la patte. Celle-ci se mit soudain à hurler, un cri fort et déchirant. Je vis, les yeux ronds, l'animal lâcher Hel, qui retomba au sol comme abrutie par une douleur dont je ne savais déterminer la cause, avant de se frotter la patte. La chatte courut plus loin, s'éloignant suffisamment de la bête. Le glouton commença peu à peu à reprendre contact avec la réalité, juste le temps qu'il me fallait pour jauger la situation. Nous pouvions fuir. Tout du moins si elle acceptait de m'écouter au lieu de continuer à faire l'idiote. Je disparus, laissant la perplexité figer l'animal et ainsi profitant de l'effet de surprise. Je courru vers Hel et lui criant en passant, au moment même où je redevenais visible :

« Bon maintenant tu la fermes et tu me suis ou on va se faire buter à cause de toi pigé !? Je viendrais pas à ton secours si tu décides de retourner te battre en suicidaire. »

J'espérais sincèrement que maintenant elle allait se taire et me suivre. Sinon j'allais m'occuper moi même de lui faire la peau.

© Kokca



x Messages : 61
x Date d'inscription : 18/10/2017
x Age : 14
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
30/100  (30/100)
Agilité:
25/100  (25/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 26 Juil - 12:18


Yin
Caprae

Hel
Soldate

「 1, 2, 3 nous irons au bois [...] 7, 8, 9 adieu au crâne d'oeuf」
Quand je me relevais, je sentis son agacement. Il voulait la fuite, et c'était logique. Je le sentais prêt à m'abandonner à mon sort et me laisser en plan, mais quelque chose le retenait. Quelque chose que je sus expliquer. Je reniflais. Faible. Il était devenu faible, en loyauté en tout cas. Il ne pouvait s'empêcher de porter secours à une chatte fatiguée. Je ne pouvais lui en vouloir, mais ça me mettais un peu sur les nerfs. Je vis le glouton se remettre peu à peu de la douleur que je lui avais infligé, alors que moi même je ne ressentais plus qu'un vague picotement, et Yin se rendre invisible pour courir en me lançant au passage :

« Bon maintenant tu la fermes et tu me suis ou on va se faire buter à cause de toi pigé !? Je viendrais pas à ton secours si tu décides de retourner te battre en suicidaire. »


Grumbl. Ce qu'il m'énervait celui-là. Mais je comprenais qu'il veuille fuir, l'animal était beaucoup plus fort que nous. Enervée, je le suivis rapidement dans les bois, et nous courûmes loin du monstre. Arrivés à bonne distance de la menace, je m'arrêtais devant un buisson et commençais à lui dire :

"Alors comme ça le grand Yin a eu peur ? Et en plus de surcroit du voulais me secourir ? Laisse mon tranquille d'accord ? Parce que sinon je te ferais la peau, immatériel ou non, douleur ou pas ok ? T'es qu'un sale chat arrogant qui ne perds rien pour attendre."

Intérieurement, je lui étais reconnaissante de nous avoir emmenés loin du danger, mais n'allais surtout pas lui dire devant lui. Une envie de pisser me pris, et je soulageais mes besoins derrière le buisson, gardant bien à l'œil le Caprae. J'avais une grande envie de lui sauter dessus, mais ne voulais pas vraiment souffrir, sachant que peureux comme il était, il allait sûrement se mettre dans ses ombres ou je sais pas quoi et m'échapper. Je lui devait de m'avoir entrainée loin du glouton, mais pas la vie, et j'allais sûrement pas lui témoigner une gentillesse ou autre, si ce n'est de ne pas lui cracher dessus à la moindre occasion.


_________________
Hel, Soldate, Seconde Ligne
Not the Goddess, I'm the N-I-G-H-T-M-A-R-E

Merci pour ces beaux dessins^^:
 



x Messages : 518
x Date d'inscription : 01/08/2015
x Age : 17
x Felicoins : 10


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
43/100  (43/100)
Endurance:
34/100  (34/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Ven 27 Juil - 21:19





Le chant des noyés

« Tous les enfants finiront par mourir. »
Pv Hel
Par prudence, nous avons continué de courir longtemps même après avoir échappé à ce monstre prêt à nous dévorer. Même si intérieurement j’étais plus qu’heureux d’avoir réussi à échapper à cet ursidé sans y laisser de poils, la présence irritante d’Hel me rappelait ma propre faiblesse : j’aurais dû la laisser mourir sans rien faire. Je le savais bien. Je n’espérais pas un merci, loin de là, encore moins qu’elle me montre un signe de gratitude, heureusement. Si en plus elle avait commencé à joué les mièvres cela n’aurait fait que me dégoûter encore plus de moi même. Foutue compassion. D’ailleurs sa remarque, acerbe comme toutes celles qui l’avaient précédées, me tira un sourire.

« Alors comme ça le grand Yin a eu peur ? Et en plus de surcroît du voulais me secourir ? Laisse moi tranquille d'accord ? Parce que sinon je te ferais la peau, immatériel ou non, douleur ou pas ok ? T'es qu'un sale chat arrogant qui ne perds rien pour attendre. »

Ce devait donc être sa manière de me remercier de lui avoir sauvé la vie. L’agressivité latente dont elle venait juste de faire preuve était le signe qu’elle se savait, en quelque sorte, redevable et qu’elle détestait ça presque autant qu’être faible. Reconnaître que l’on a eu besoin de quelqu’un pour nous sauver ce n’est pas très agréable pour l’égo, n’est-ce pas ? En tout cas pas quand on vit dans la Caserne où le moindre geste pouvant être interprété comme une démonstration de faiblesse fait soudainement la cible de toutes les moqueries et agressions. Je connais bien ce système, j’ai moi même été habitué pendant plusieurs saisons à reconnaître cette condition. Comme pour prouver son indifférence à mon égard mademoiselle se glissa derrière un buisson le temps de soulager sa vessie. Aurait-elle eu peur au point d’avoir envie de se pisser dessus ? J’en doute mais néanmoins l’idée me fait sourire un peu plus. De plus, désormais, je connaissais aussi son pouvoir étant donné que je venais d’en être témoin. Visiblement, un simple contact avec elle faisait subir, autant à elle qu’à sa victime, une profonde douleur à la limite du supportable. Pas forcément facile à vivre je le concède, mais très efficace pour se protéger des autres, surtout quand on a aussi mauvais caractère qu’elle et qu’on a le verbe facile. Si nous nous étions croisés deux ans plus tôt je crois que nous serions devenus meilleurs amis... ou pires ennemis. Quand elle eu enfin fini de se soulager et daigna se rapprocher légèrement sa marche était tendue, comme si d’un instant à l’autre elle allait me sauter à la gorge. Ç’aurait cependant été bien impoli, étant donné que je venais juste de sauver sa vie. Je ne pu m’empêcher de la taquiner à ce sujet, répondant d’un ton tout aussi piquant que le sien :

« Si s’enfuir parce que l’on est suffisamment expérimenté pour savoir que cette bébête là est intuable et accessoirement te sauver la vie est faire preuve de poltronnerie, décidément je suis bien heureux d’être un froussard en vie, c’est toujours mieux que d’être une courageuse chair à pâté. »

Mes mots traversèrent l’air, si tranchants que j’aurais pu jurer entendre le sifflement qu’ils produisirent. En un instant on se serait recru dans les mêmes conditions que tout à l’heure. Même si le ruisseau n’était plus à proximité immédiate on entendait toujours son léger gargouillement, alors que le fumet putride qui s’en dégageait se faisait moins puissant. Je discernai enfin l’odeur amère de la soldate, m’indiquant à nouveau avec précision l’endroit où elle était, que je ne la perde pas de vue. Maintenant elle était bien plus repérable, un nouveau point pour moi si besoin.

© Kokca

AdminAdmin


x Messages : 1293
x Date d'inscription : 02/05/2016
x Age : 21
x Felicoins : 50


Feuille de personnage
Force:
33/100  (33/100)
Agilité:
23/100  (23/100)
Endurance:
22/100  (22/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC9ZH-wNq7Irc3uRf9GyKzkg

   Dim 9 Sep - 16:35


Up ~

_________________


Merci Opaline blblblb *-*:
 


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Merci ma puce ♥:
 







Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: La Forêt Empoisonnée :: Le ruisseau-
Sauter vers: