« Sur cette terre déchue, seule la survie prime » - Le Passeur.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Nouvelle vie, nouvelle rencontre [Feat Schrödy]



x Messages : 21
x Date d'inscription : 15/02/2018
x Age : 16


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
20/100  (20/100)
Endurance:
15/100  (15/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Dim 15 Avr - 20:20


Opaline
Soldate

Schrödinger
Soldat

Nouvelle vie, nouvelle rencontre

Je me suis réveillée tôt ce matin. Le soleil entamait tranquillement son ascension dans le ciel tandis que ses rayons commençaient tout juste à envahir le paysage. La lumière éclairait progressivement ma chambre tout en réchauffant doucement mon pelage. Assise sur le rebord de la fenêtre, je profitai de ce spectacle matinal. Les gros nuages chargés de neige avaient enfin cédé la place à la douceur du printemps, la saison la plus agréable de toutes. Ni trop chaude, ni trop froide, elle était parfaite. Même si l'hiver a été rude cette année, je m'en étais plutôt bien sortie grâce à mon pouvoir et à mes flammèches. Ceci dit, j'appréhendais beaucoup l'arrivée de l'été qui sera un vrai calvaire pour moi et mon épaisse fourrure. Je lâchai un soupir. Alors profitons.

D'un bond, je sautai de mon perchoir et atterris sur mon matelas. Sans faire de bruit, je sortis de ma chambre. Beaucoup de félins dormaient encore, mais quelques chats passaient tout de même dans les couloirs. Certains hochèrent la tête en passant pour me saluer, d'autres ne firent même pas attention à moi. Mais au moins, tout était encore calme. Pour l'instant, personne ne se bousculait en râlant. Dans tous les cas, je ne voulais pas rester ici. Aujourd'hui, j'avais l'intention de sortir. Cependant, mon estomac n'était vraiment pas d'accord. D'un grognement, il me fit signe de passer par la case "cantine" avant de faire ma petite promenade. Honteuse, je priai pour que personne n'ait entendu cela et pressai le pas vers la cafétéria sans me retourner.

Arrivée à destination, je ne fus pas surprise de ne voir que quelques matous déguster un bon bol de croquettes. Ce "plat" n'était pas très ragoûtant, mais pour éviter de faire râler une nouvelle fois mon ventre je me forçai à manger. Comme d'habitude, cette nourriture desséchée n'avait pas beaucoup de goût, je préférais largement les cuisses de lapins fraîchement chassés et une petite souris juteuse en guise de dessert. Mes pensées commencèrent alors divaguer. Je me souvenais de ma vie d'autrefois, où j'étais encore une chasseuse Felinae qui ne se souciait de rien, qui aimait l'aventure, qui était naïve et intrépide, qui ne pensait qu'à courir après les lièvres, à dormir à la belle étoile et à vivre une merveilleuse histoire d'amour. Elle me manquait terriblement cette vie. J'y repensais souvent, j'y rêvais même. Je me revoyais aux côtés de mes anciens camarades à ramener les plus belles proies de la forêt tout en me faisant féliciter par notre chef. La mine assombrie par la nostalgie, je ne fis plus attention au goût des croquettes et aux chats qui m'entouraient. J'étais juste perdue dans mes souvenirs. Mes tendres souvenirs.

_________________
• ◦˚ஐ˚◦ • • ◦˚ஐ˚◦ •

"Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre"



Merci Hanaou pour cette super signa' ♥️ Jtm bb


Sha, j'adore:
 


Tornado c'est vraiment très beau.
Vraiment:
 

AdminAdmin


x Messages : 11
x Date d'inscription : 16/08/2017
x Age : 17


Feuille de personnage
Force:
45/100  (45/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mar 17 Avr - 20:49




Il ne fait plus froid. Enfin.


Le retour des beaux jours signifie que  aussi et surtout autre chose : je commence à perdre mes poils. Par paquets de mille. C'est donc tout naturellement que lorsque je relève la tête, aux premières lueurs de l'aube, je constate que mon matelas est littéralement recouvert de touffes de poils. Mon pelage est déjà devenu moins dense, les mois de diètes qui ont marqué mon corps sont enfin remarquables. À vrai dire, étant déjà grand de nature, je ressemble maintenant à une vraie brindille. Soupirant longuement, je commence à balayer mon matelas d'un geste fluide de la patte. Que c'est ennuyant...

Lorsqu'enfin je finis ma corvée de nettoyage, le soleil se montre en entier à l'extérieur. Le temps est clément, les nuages sont fins et éparses, rien à voir avec la couche de moutons gris qui avait encombré le ciel tout l'hiver. Cette année il avait été incroyablement enneigé et venteux, gelant tous les félins sortis. Bon, l'été, de même, est difficilement vivable : il fait si chaud que l'on pourrait croire que le monde entier fond. Je ne parle même pas de l'automne à vrai dire, quand les déluges de l'enfer tombent du ciel et embourbent le monde entier. Décidément, le printemps est la seule saison pendant laquelle le monde ne marche pas sur la tête... enfin même cela ce n'est pas gagné à vrai dire, car si la météo est agréable, ceux qui en profitent ne le sont pas toujours.

Lorsque mon ventre laisse échapper un vague bruit contrarié, j'émet moi même un grognement. Il faudra bel et bien passer par la case cantine avant que j'espère pouvoir sortir. C'est donc tout naturellement que je sors de ma chambre et me dirige vers la plus grande salle de la Caserne : le réfectoire. Bizarrement il est relativement vide ce matin, seuls quelques groupes de matous éparses se penchent sur leur plat de croquettes. Dans un soupir je me dirige vers un des bacs et commence à manger sans grand enthousiasme. Des flots de lumière ont beau sortir des larges fenêtres ouvertes sur le toit, c'est comme si tout était sombre à l'intérieur. Rien n'était intéressant. Ni person...

Si. Il y a quelque chose. Quelqu'un. Elle arrive tout juste, les yeux dans le vague, comme perdue dans ses souvenirs. Son pelage blanc la fait briller dans la lumière du petit matin, comme un ange tombé du ciel et piégé parmi les démons. Sur ses deux oreilles rougeoient de petites flammèches qui me sont étrangement familières... j'ai le furieux sentiment de l'avoir déjà vue. Je la connais. C'est sûr. Mais d'où ? J'ai vécu tellement de vies... Est-ce que c'était lors de mon premier séjour chez les soldats ? Chez les Caméléons quand j'étais petit ? Ou bien chez les Felinae ? Oui ça doit être ça... Mais pourquoi ? Pourquoi elle m'a tant marqué... ? Ça y est ! Je me souviens ! Il y avait eu toute une rumeur autour d'elle, comme quoi elle serait tombée amoureuse d'un soldat. Avait-elle fini par le rejoindre ? Elle ne semble pourtant pas être là très volontairement... D'un pas discret je me dirige vers elle, osant à peine la déranger.

« On se connaît non ? J'suis sûr qu'on s'est déjà vus avant... Ton nom c'est Opa-quelque-chose c'est ça ? »

J'essaie de rester calme et respectueux, mes grands yeux verts brillant de calme et de compassion. Elle a l'air si profondément triste, si profondément nostalgique, que je n'ose même pas la déranger tant que ça.

_________________



x Messages : 21
x Date d'inscription : 15/02/2018
x Age : 16


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
20/100  (20/100)
Endurance:
15/100  (15/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mar 17 Avr - 23:21


Opaline
Soldate

Schrödinger
Soldat

Nouvelle vie, nouvelle rencontre

Je mâchais lentement les fades croquettes qui se trouvaient dans mon bol. J'étais totalement perdue dans mes pensées, le regard plongé dans le vide. Cette fois-ci, elle avaient dérivé jusqu'au jour où j'ai rencontré Kaï. Ma gorge se serra, si bien que j'en arrêtai de manger. J'avais tellement envie de le revoir, mais en même temps tellement peur... Peut-être m'avait-t-il déjà oublié. Cela faisait si longtemps, et nous nous sommes vus si peu de fois. D'ailleurs, il s'est sûrement trouvé une compagne. Ça ne m'aurait pas étonné, il devait être très convoité par beaucoup de femelles. Cette idée m'horrifiait. Mais je l'aurai bien mérité. Si j'avais été raisonnable, je ne me serais jamais faite capturée...

Une présence me sortit de mes pensée. Quelqu'un s'était effectivement penché vers moi. Intriguée, je tournai mon regard et découvrit qu'un grand matou brun aux grands yeux verts fluorescents s'était approché. Je me mis aussitôt sur mes gardes, un réflexe qui provenait de l'ancien camp dans lequel j'avais été importée. Cependant, il n'avait pas l'air hostile, au contraire, son regard brillant était rassurant et doux. Je me détendis alors tranquillement et penchai légèrement la tête sur le côté d'un air curieux. Le chat prit alors la parole :

"On se connaît non ? J'suis sûr qu'on s'est déjà vus avant... Ton nom c'est Opa-quelque-chose c'est ça ?"


Je souris, amusée bien qu'un poil gênée. Je ne me souvenais pas de ce chat brun, ou du moins j'avais de très vagues souvenirs. Dans tous les cas, il avait réussi à me sortir la première syllabe de mon prénom alors on s'était sûrement déjà croisé quelque part. Peut-être était-ce une connaissance de mes parents, autrefois. Ou alors il a fait partit des Felinae et on se serait vus là-bas. Ça m'étonnerai mais bon, pourquoi pas ?

"C'est presque ça, fis-je après un petit rire enjoué. Je me nomme Opaline."

Je pris un air désolée et regardai mes pattes. Je réfléchis un instant, tentant de me rappeler d'au moins un ou deux souvenir. Un chat brun, yeux fluorescents, plutôt menu... On n'en trouve pourtant pas partout des chats comme ça, si ? Justement, sa simplicité faisait son originalité. Et pourtant rien ne me revenait en tête. J'avais beau fouiller dans ma mémoire, mais impossible de me souvenir de quoi que ce soit sur ce drôle de matou.

"Toutes mes excuses, je ne me souviens pas de toi... J'espère que tu ne m'en veux pas trop."


Je n'osais pas trop le regarder dans les yeux, de peur de l'avoir vexé. Mais une idée me vint soudainement en tête. Peut-être que si je connaissais son prénom...

"Et toi ? Comment t'appelles-tu ?"

Avec un peu de chance, entendre son nom m'aiderait à me rappeler de ce félin. Il avait l'air amical en plus, je m'en voudrais de l'avoir blessé parce que je l'avais oublié...

_________________
• ◦˚ஐ˚◦ • • ◦˚ஐ˚◦ •

"Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre"



Merci Hanaou pour cette super signa' ♥️ Jtm bb


Sha, j'adore:
 


Tornado c'est vraiment très beau.
Vraiment:
 

AdminAdmin


x Messages : 11
x Date d'inscription : 16/08/2017
x Age : 17


Feuille de personnage
Force:
45/100  (45/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 18 Avr - 13:38




Elle est plutôt jolie...


Bien sûr que je l'ai remarqué avant, mais maintenant que je suis proche d'elle et qu'elle a levé ses deux grands yeux de braise vers les miens, cela se remarque encore plus. Elle est plus jeune que moi, mais semble tout de même suffisamment mature pour son âge. Quand elle m'entend essayer de prononcer son prénom elle sourit, signe que j'ai vu juste.

« C'est presque ça. Je me nomme Opaline. »

Le petit rire qu'elle lâche est tout bonnement adorable. Je me demande si elle est toujours amoureuse de ce soldat... Elle prend soudain un air gêné et regarde ses pattes, l'air autant songeuse que perplexe. Quand elle semble enfin sortir de sa réflexion intense, elle fait une petite moue et reprend la paroles avant même que je n'ai osé reparler.

« Toutes mes excuses, je ne me souviens pas de toi... J'espère que tu ne m'en veux pas trop. »

J'hausse les épaules, l'air désabusé. Je n'étais pas chez les Felinae depuis longtemps lorsqu'elle en a brusquement disparu, et si je n'ai que vaguement entendu parler d'elle suite à des rumeurs, il me semble tout à fait logique qu'elle n'ai pas de souvenir de moi. Elle semble néanmoins décidée à combler cette lacune puisqu'elle me demande avec un sourire chaleureux :

« Et toi ? Comment t'appelles-tu ? »

Je hausse à nouveau les épaules, certain que mon nom ne lui rappellera rien :


« Mon nom c'est Schrödinger, mais comme tout le monde trouve ça ou trop long ou trop compliqué, on m'appelle Schrödy. Et te casses pas la tête non plus, c'est normal que tu ne me reconnaisses pas je pense, je n'étais pas chez les Felinae depuis longtemps lorsque tu les as quittés... »

Je me demande si parler de notre ancienne guilde la peinera. Dans le doute, je préfère ne pas trop m'aventurer sur ce sujet si épineux. Une question me tournait cependant dans la tête : était-elle là volontairement, comme moi ? Ou avait-elle été forcé de venir grossir les rangs des soldats bien malgré elle ? Je fis à cet instant une drôle de grimace à l'idée qu'elle ai été manipulée par ce soldat dont elle était amoureux.

« Dis, est-ce que t'es là volontairement ? Je veux surtout pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais disons que tu n'as pas l'air... ravie, de notre condition. »

J'espère sincèrement n'en avoir pas trop dit, cela me ferait de la peine de voir une si jolie frimousse amicale devenir froide et énervée après moi pour une question trop intrusive. Je lui fais un nouveau sourire légèrement désolé, comme un enfant qui sait qu'il ne devait pas faire quelque chose mais que sa curiosité a poussé à bout. En cet instant on pourrait croire que c'est moi le plus jeune de nous deux, j'ai beau faire presque une tête de plus qu'elle elle m'intrigue tant que je baisse la tête en signe d'excuse. J'espère qu'elle voudra bien répondre malgré tout à mon impertinente demande...

_________________



x Messages : 21
x Date d'inscription : 15/02/2018
x Age : 16


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
20/100  (20/100)
Endurance:
15/100  (15/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Mer 18 Avr - 22:10


Opaline
Soldate

Schrödinger
Soldat

Nouvelle vie, nouvelle rencontre

« Mon nom c'est Schrödinger, mais comme tout le monde trouve ça ou trop long ou trop compliqué, on m'appelle Schrödy. Et te casses pas la tête non plus, c'est normal que tu ne me reconnaisses pas je pense, je n'étais pas chez les Felinae depuis longtemps lorsque tu les as quittés... »

Oh alors il faisait partie des Felinae... Ceci dit, même son nom un peu compliqué ne me disait rien. Mais bon, il ne m'en voulait pas alors tout allait bien. Pourtant, je serrai quand même les dents. Non pas parce que je ne me souvenais pas de lui, mais à cause de ces dernière paroles.
"lorsque tu les as quittés..."
Ça sonnait comme si je l'avais voulu, comme si que j'étais partie de mon pleins grès, abandonnant volontairement les miens sans prévenir. Je n'ai jamais voulu devenir une soldate, ce statut me dégoûtait. Pourtant, je savais que Schrödy ne voulait pas me blesser. Mais je devais avouer que ça m'avait tout de même fait un peu mal. Ou alors, j'étais juste un peu trop susceptible... Evidemment, je ne voulais pas faire de peine à ce gentil matou, alors je camouflai mon air vexé par un joli sourire.

« Dis, est-ce que t'es là volontairement ? Je veux surtout pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais disons que tu n'as pas l'air... ravie, de notre condition. » continua-t-il.

Je secouai doucement la tête de gauche à droite en détournant le regard. Jamais je ne serais venue chez les soldats volontairement. Jamais. Certes, j'ai étais stupide, je me suis jetée dans la gueule du loup pour revoir le chat que j'aimais. J'étais tombée amoureuse et tous savent à quel point l'amour peut nous rendre dingue... Alors je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même si j'étais retenue ici. Après quelques secondes de réflexion, d'un ton calme, je répondis :

"Non, je ne suis pas là par envie, malheureusement. Et si je ne suis pas "ravie", c'est parce que je ne trouve pas ma place ici. Je ne connais presque personne, je n'aime pas l'ambiance que dégage cet endroit, ni le goût de cette nourriture. Je ne me sens pas chez moi."

Sur ces mots, je poussai le bol de croquettes du bout de la patte en soupirant. Ce n'était pas ça, la vraie vie. Même si la guerre des Hommes faisait rage, on pouvait tout de même vivre heureux. Et là, je n'étais pas heureuse. Il me manquait quelque chose, j'en étais sûre. La présence de Kaï peut-être. Sûrement même. A cette pensée, j'eu terriblement envie de me blottir dans son pelage. Mais Kaï n'était pas là pour me rassurer ou me câliner. Il y avait juste un grand vide. Lorsque je me rendis compte que j'étais encore partie trop loin dans mes pensées, je secouai légèrement la tête et reportai mon attention vers Schrödy. Je lui souris une nouvelle fois mais cette fois-ci ça ne suffisait pas à cacher le chagrin qui voilait mes prunelles de feu.

_________________
• ◦˚ஐ˚◦ • • ◦˚ஐ˚◦ •

"Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre"



Merci Hanaou pour cette super signa' ♥️ Jtm bb


Sha, j'adore:
 


Tornado c'est vraiment très beau.
Vraiment:
 

AdminAdmin


x Messages : 11
x Date d'inscription : 16/08/2017
x Age : 17


Feuille de personnage
Force:
45/100  (45/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 19 Avr - 20:25




Elle est triste.


Cela se voit dans le fond de son regard, cela se sent dans le mouvement désabusé de sa tête. Elle semble un instant profondément, comme si elle regrettait quelque chose. Ou quelqu'un. Comme si elle regrettait d'en être arrivée là.

Regarder quelqu'un réfléchir sans rien dire c'est long. Regarder quelqu'un souffrir ça l'est encore plus. Je suis profondément désolé. J'ai l'impression de pouvoir palper sa peine, comme si au moindre effleurement ce serait à moi de me prendre une gifle de douleur et de tristesse. Mais elle finit par reprendre la parole et cette sensation s'évapore.

« Non, je ne suis pas là par envie, malheureusement. Et si je ne suis pas "ravie", c'est parce que je ne trouve pas ma place ici. Je ne connais presque personne, je n'aime pas l'ambiance que dégage cet endroit, ni le goût de cette nourriture. Je ne me sens pas chez moi. »

Elle repoussa son bol d'un geste écoeuré, secouant la tête comme si ça n'avait pas d'importance. Elle me sourit, un peu faussement peut-être, puisque ses prunelles sont empreintes d'une tristesse profonde. Je me sens réellement désolé pour elle, même si je ne partage pas son sentiment.

« Tu sais, je crois que jusqu'ici tu n'es tombée que sur les plus mauvais côtés de la vie de soldat. Tu peux me croire, je m'y connais sur tous les avantages et inconvénients de toutes les situations. »

C'était vrai. J'ai vécu toutes les vies, mais c'est aujourd'hui celle de soldat qui vaut le mieux. Je ne sais pas si j'arriverai à la convaincre, mais je peux au moins essayer. Si cela peut lui permettre d'oublier sa peine au moins un instant....

« Regarde, viens avec moi. »

Je me redresse, lui montrant d'un signe de la tête de me suivre. Il fallait sortir de cet endroit macabre. Je ne sais pas où elle dort mais je sais aussi que nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Certains ont la chance d'avoir une belle vue depuis leur fenêtre et c'est mon cas. Après m'être discrètement assuré qu'elle me suit bien, je prends la direction de ma chambre. Dans le couloir on ne croise personne, tout le monde n'est pas encore levé à cette heure. Cela me rassure en même temps, je n'aimerais pas qu'elle ne me crois pas, on ne sait jamais ce qui peut nous tomber sur le coin de la truffe.

« Bon, je ne peux pas forcément garantir la bienveillance de la majorité des soldats, mais la plupart d'entre eux ne sont pas si méchants. Après tout paraître sec tout le monde le fait, c'est une forme de protection, on évite de se faire marcher sur les pattes. »

C'est complètement vrai. Si l'on espère avoir une belle tranquille, loin de tout conflit ou de tout harcèlement, le mieux est de paraitre froid et distant, même si on ne l'est pas par nature. C'est mon cas et je dois bien avouer que c'est la seule chose qui me manque de chez les Felinae. Tout du moins les Felinae d'avant.
Ce fut à mon tour de m'assombrir en me remémorant la mort de Dariel et le changement de la guilde. Peut-être était-ce le seul moyen pour elle de subsiter, mais le refuge chéri n'est plus. Je ne le dis cependant pas de suite à Opaline, préférant lui laisser un peu de répit avant de lui apprendre que son ancien refuge ressemblait désormais à la caserne.

Lorsque je pousse la porte de ma chambre, le soleil est aveuglant. La fenêtre donne droit vers les ruines de la Ville Engloutie, offrant en spectacle un sable blond et des vestiges d'une civilisation passée. Je trouve cela magnifique, mais j'ignore si ce sera aussi son cas.

« Je sais que la vie de soldat n'est jamais ce que l'on espère pour l'avenir, mais parfois c'est le mieux qu'on peut avoir... Crois moi, tu n'aimerais probablement pas être une felinae par les temps qui courent. »

Même si je crains d'en avoir trop dit, le secret me brûle tant les babines que je ne vais pas pouvoir le garder trop longtemps.

_________________



x Messages : 21
x Date d'inscription : 15/02/2018
x Age : 16


Feuille de personnage
Force:
25/100  (25/100)
Agilité:
20/100  (20/100)
Endurance:
15/100  (15/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Jeu 19 Avr - 22:53


Opaline
Soldate

Schrödinger
Soldat

Nouvelle vie, nouvelle rencontre

« Tu sais, je crois que jusqu'ici tu n'es tombée que sur les plus mauvais côtés de la vie de soldat. Tu peux me croire, je m'y connais sur tous les avantages et inconvénients de toutes les situations. »

Je penchai la tête sur le côté. Y avait-il vraiment des avantages lorsqu'on servait de cobaye en plus de servir d'arme de combat. Certes, jusque là, j'ai eu la chance de n'avoir affronté aucun chat. Mais pendant combien de temps ? De tout façon, je refuserais de tuer ou capturer un de mes anciens camardes Felinae, quoi qu'il m'en coûte. Cependant, Schrödy avait vraiment l'air d'avoir envie de me montrer ses fameux "avantages". En se redressant, le matou gris me fit :

« Regarde, viens avec moi. »

Curieuse, je me relevai également et le suivis. A vrai dire, j'avais hâte de découvrir ce qu'il trouvait agréable chez les soldats. J'espérais presque me tromper au sujet de cette guilde que détestais tant. Si je pouvais avoir une meilleure vision de celle-ci, peut-être arriverai-je à mieux à m'intégrer... Poussée par la curiosité, je me mis à trottiner au côté de Schrödy, la queue haute et les yeux pétillants.

« Bon, je ne peux pas forcément garantir la bienveillance de la majorité des soldats, mais la plupart d'entre eux ne sont pas si méchants. Après tout paraître sec tout le monde le fait, c'est une forme de protection, on évite de se faire marcher sur les pattes. »


Il avait raison. De toute façon, j'avais bien compris depuis un certain temps que le monde n'était ni tout noir, ni tout blanc. Je poussai juste un soupire en guise de réponse, ne sachant que dire d'autre. Nous continuâmes de marcher dans les couloirs pendant quelques secondes jusqu'à ce que Schrödy entre dans une des chambres. En entrant à mont tour dans la pièce, je dû cligner des yeux plusieurs fois avant de m'habituer à la lueur du soleil. La chambre du félin gris était très exposée aux rayons, ce devait être embêtant en été, la chaleur devait être étouffante. D'ailleurs, celui-ci s'arrêta devant la fenêtre. En m'approchant, je plissai les yeux et aperçu une bande de sable qui s'étendait jusqu'à l'infini. C'était très impressionnant, je n'ai vu que très peu de fois le désert ! Les yeux écarquillés, j'observai le paysage. Un peu plus loin se dessinait les contours de la Ville Engloutie, endroit que j'ai également très peu exploré. Je n'avais jamais pensé à m'y aventurer depuis mon arrivée ici...

« Je sais que la vie de soldat n'est jamais ce que l'on espère pour l'avenir, mais parfois c'est le mieux qu'on peut avoir... Crois moi, tu n'aimerais probablement pas être une felinae par les temps qui courent. » continua-t-il.

Mon air enthousiaste s'éteignit de suite. Que s'est-il passé pendant mon absence ? Cela fait très longtemps que je n'ai pas revue mes anciens camarades, il aurait pu leur arrivé n'importe quoi sans que je ne sois au courant. Cette pensée me fit serrer les crocs. Mon regard plus brûlant que jamais se détourna du paysage pour se planter dans celui de Schrödy. D'un ton était un peu sec mais d'une voix tremblante qui trahissait ma peur, je fis :

"Que veux-tu dire par là ? Il leur est arrivé quelque chose de grave ?"

_________________
• ◦˚ஐ˚◦ • • ◦˚ஐ˚◦ •

"Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre"



Merci Hanaou pour cette super signa' ♥️ Jtm bb


Sha, j'adore:
 


Tornado c'est vraiment très beau.
Vraiment:
 

AdminAdmin


x Messages : 11
x Date d'inscription : 16/08/2017
x Age : 17


Feuille de personnage
Force:
45/100  (45/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
25/100  (25/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Ven 20 Avr - 23:06




La bombe vient d'exploser.


À partir de maintenant c'est fini. Le retour en arrière ne sera jamais possible. Son enthousiasme s'est éteint aussi vite que la flamme d'une bougie dans une tornade. Ça me brise le coeur quand elle me regarde avec cet air paniqué, tentant tant bien que mal de dissimuler son angoisse derrière une façade sèche. Son regard me brule de l'intérieur, les reflets de braise qui dansent dans ses prunelles consument tout mon esprit. Et la voilà qui demande. Je sais déjà quelle est la seule réponse qu'elle attend. La seule que je ne peux pas leur donner.

« Que veux-tu dire par là ? Il leur est arrivé quelque chose de grave ? »

Je suis gêné. Peut-être que pour elle ça ne sera pas une si grave avancée dans l'histoire de la guilde, mais pour moi ça l'est. D'un ton hésitant je commence de suite par le plus dur. Le plus insupportable.

« Dariel est mort... »

Ces mots me semblent bizarre, comme si j'avais la bouche emplie de terre. Cela fait si longtemps... Je le sais, et pourtant, en l'apprenant à Opaline, c'est comme si je ne pouvais pas y croire moi même. J'aurais aimé le savoir. J'aurais aimé être sûr que si je retourne chez les Felinae, ceux qui ont été ma famille un an durant, je la retrouverai telle qu'elle était dans mes meilleurs souvenirs : apaisée, ouverte. Unie et fraternelle. Elle me manque dans le fond. J'ai beau retrouver cette solidarité chez les soldats, je n'arrive pas à y retrouver cette volonté de bien faire commune à tous mes anciens camarades.

Dans un geste compatissant, je me colle à Opaline, tentant de comprendre son sentiment. Comment j'avais été moi ? Quand j'avais appris cette nouvelle ? Je ne sais plus. C'est comme si toute ma peine avait été oubliée, ne laissant derrière elle qu'un soupçon de nostalgie.

« Et... Alec a reprit le commandement de la guilde. À vrai dire la guilde entière ressemble à un camp de soldat maintenant, c'est plus du tout... Comme avant. À ton avis pourquoi je suis ici  maintenant ? »

C'est vrai après tout, je ne suis venu ici que pour cela. Échapper à cette monarchie instaurée par un félin sans égal, sans remords, sans attaches. Je préfère vivre chez les soldats plutôt que de retourner chez les Felinae. Mon menton tremble légèrement tandis que je retiens des à grand peine des spasmes de colère froide. Je hais la guilde telle qu'elle est maintenant. Pourquoi ne pouvait-elle pas subsister comme avant ? Nous vivions bien, pas la peine de s'embêter avec un système strict et inégalitaire. Ce sont ses frissons de rage qui me prennent, et il me faut respirer lentement pour me calmer. Lorsqu'enfin mes muscles s'apaisent, je remarque, légèrement dépassé par la situation, que j'ai creusé de larges sillons avec mes griffes dans le sol. Oups. Mon pouvoir était actif au bon moment dis donc, ç'aurait été un coup à perdre la moitié de ma patte. J'ose à peine retarder Opaline, lançant d'une voix encore tremblante :

« Les Felinae... Je crois qu'ils ne seront plus jamais pareils. Je crois que veux qui te manquent n'existent même plus... »

_________________





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouveau compte pour une nouvelle vie
» Entrainement d'une nouvelle recrue... Super. [Feat Dyna]
» Une nouvelle apprentie soigneuse.(feat Lune)FINI
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: La Ville (territoire Soldat) :: La caserne-
Sauter vers: