AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
LAST DAY ON EARTH || pv. Rainbow

Hail to the KingHail to the King


x Messages : 537
x Date d'inscription : 18/07/2015
x Age : 27
x Felicoins : 35


Feuille de personnage
Force:
49/100  (49/100)
Agilité:
46/100  (46/100)
Endurance:
43/100  (43/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.deviantart.com/mlssio

   Ven 12 Jan - 22:22


Last day on earth
Passer la souris ici pour lire

Voilà plus d'un mois que Dariel avait quitté ce monde. Alec avait eu le temps d'installer sa hiérarchie, de revoir ses rangs, d'assigner ses membres à ceux-ci et surtout, de trouver des gens pour le remplacer si le besoin est. Aujourd'hui, il avait laissé le camp à Khaleesi et Enkiro, ces derniers protégeant leurs camarades et principalement l'Héritier. Le petit prince entamait déjà ses aventures dans le nouveau monde et le voir grandir aussi vite réchauffait le cœur du mâle brun. C'était si beau, de se dire que la vie pouvait toujours trouver sa place dans la fin du monde. Et cela réchauffait le cœur du Roi. Il avait confiance en Felinae et il fera tout de son vivant pour rendre cet Empire encore plus fort, plus puissant et plus grand. Mais le félin aux cornes rouges le savait très bien, à force de voler trop près du soleil, on en brûle ses ailes. Il devait donc faire très attention, que ce soit à lui, à son royaume, à ses proches, à ses membres, aux autres.

Et c'était à la lueur terne du soleil qu'Alec s'aventurait en dehors de son territoire. Il cherchait un endroit où déplacer sa Citadelle si un soucis arrivait. Ils étaient peut-être cachés dans la sylve, mais après tout ce temps, ça ne l'étonnerait pas que les Hommes ne tardent pas avant de les rejoindre. C'est en ce début d'après-midi que le Roi se dirigeait, seul, vers le désert. Il en aurait pour de longues heures de marche, sûrement. Sa démarche était lente, ses muscles roulaient sous son court pelage brun tacheté. Ses puissantes cuisses portaient les lourds sabots qui finissaient ses grandes pattes à chaque foulée. Sa longue queue rêche fauchait le ciel à chaque pas, dansant dans l'air. Elle était placée droite, signe qu'il était en alerte. La pointe de flèche qui trônait au bout de cette dernière suivait le mouvement fluidement. Ses deux paires de cornes ornaient sa belle tête carrée, dont la mâchoire puissante finissait le museau. Sa petite truffe rectangulaire jonchait le bout de son museau, et ses grandes moustaches ondulées flottaient dans l'air. Il était imposant, menaçant. Et le pire, c'était ses yeux. Son regard était froid, détaché, mais pourtant vif. Il était aux aguets, il était prêt à tout. Ses deux prunelles hétérochromiques glissaient rapidement sur le paysage autour de lui, celles-ci soulignées par de lourds cernes sombres, accentués par les marquages de son pelage. On voyait que sa fatigue était présente, mais qu'elle n'affectait en rien ses réflexes. Le seul bruit que l'on entendait résonné dans la Zone en Mutation était son gant, dont les griffes s'entre-choquaient à chaque pas, de par leurs longueurs importantes. Ce bruit cinglant était accompagné par les claquements de ses sabots sur le sol humide de la Zone.

Le temps n'était pas vraiment au rendez-vous, il neigeait depuis plusieurs jours et le sol était recouvert de neige. Par endroit, des trous dans ce manteau blanc apparaissaient et la terre trempait salissait les êtres qui la foulaient. Alec avait fait trempette dans l'un de ces creux, il y a quelques mètres de là, salissant ses pattes, évitant tout contact avec le gant. Il se demandait pendant combien de temps la nature fera des siennes. Enfin, c'était compréhensible, la pauvre Mère Nature devait être à bout que des êtres aussi minuscules que les Hommes se fassent la guéguerre entre eux, détruisant ce si beau cadeau des Dieux. Ce n'était juste pas possible que cet écosystème se développe, dans un monde aussi grand que l'espace, que la vie y apparaissent et y évoluent. Tout ça devait être dicté par les Dieux, Alec en était sûr. Il devait obligatoirement avoir une force plus puissante que tout ce qui existe sur Terre, quelque chose qui dirige tout, qui est plus fort que les Hommes, omniprésent. Mais si Dieu existait, pourquoi laissait-il faire tout cela ? N'était-il pas censé aimer les Hommes comme il aimait ses fils ? Etait-il mort ?

Alec réfléchissait. Depuis quelques minutes ? Plusieurs heures. Le félidé avait traversé la Zone en Mutation, slalomant entre les bestioles qui peuplaient les terres du Mexique, évitant les affrontements, en quête d'un futur refuge. Il devait protéger les siens. Ils étaient tous plus important que sa propre vie. Il les chérissait comme ses enfants, même si Ahmès était le plus gâté. Le chérubin grandissait vite, bientôt, il suivra les traces de son Père. Alec en sera fier. Mais s'il voulait que le petit démon puisse grandir dans de bonnes circonstances, il devait l'éloigner des dangers. Il devait le protéger, plus qu'il ne protégeait sa guilde. Ses pattes foulèrent bientôt le sable froid du désert. C'était rare, mais ce dernier portait aussi un fin manteau nacre. C'était beau, même si le soleil, qui chutait déjà vers son lit, créait des rayons aveuglants qui éblouissaient le Felinae. Ses pattes caressèrent la surface douce et glacée, le mâle s'aventurant en territoire inconnu.

Le voilà. Le prix de son dû. La Chapelle. Ce si majestueux bâtiment, dont le toit était percé par-ci par là, dont le sol était faiblement recouvert d'une couche d'herbe verte. Ce sol jouait aux échecs avec les matières organiques, et la pierre qui jonchait autre fois ce dernier. C'était d'un côté beau et poétique de voir la nature reprendre ses droits, mais c'était aussi très triste de voir cette civilisation se battre à mort en oubliant elle-même ses racines et les restes d'une vie plus ancienne. Ces pensées apportaient un faible pincement au cœur au félidé brun. Il espérait sincèrement que Felinae n'oublierait pas l'existence du mâle au cours des générations. Il l'espérait vraiment.

Toujours aux aguets, Alec fit rapidement le tour de la Chapelle, évitant d'être repéré par un quelconque être vivant. Il avait évité les affrontements, il ne débuterait pas maintenant. L'endroit était bien trop beau pour être souillé du sang d'un animal ou d'une plante chimiquement transformée. C'était vraiment beau. Les rayons orangés du soleil déclinant chargeaient le bâtiment d'une ambiance calme, presque stoppée dans le temps. Le sol par endroit recouvert d'herbe laissait apparaître de petites fleurs, frêles mais jolies. C'était reposant. Le mâle décrivait le paysage en tournant lentement autour du bâtiment, dont les murs étaient creusés par quelques rares trous. Il était silencieux. Il avait même limité le son de ses sabots et de son gant, ces derniers se posant doucement sur le sol meuble. Une odeur avait titillé ses sens, Alec avait pourtant gardé son calme, restant aux aguets, les muscles tendus, prêt à affronter n'importe quel ouragan. Peut-être qu'il ne devrait pas se battre ? Il l'espérait fermement.
Hruskans pour Epicode

_________________

« Puis je vis un Ange descendre du ciel »
Apocalypse 20,1-10 ▬ Les mille ans écoulés, Satan, relâché de sa prison, s’en ira séduire les nations des quatre coins de la terre, Gog et Magog, et les rassembler pour la guerre, aussi nombreux que le sable de la mer; ils montèrent sur toute l’étendue du pays, puis ils investirent le camp des saints, la Cité bien-aimée.

Merci Terra!
Merci Opaline!
Hail to the King!:
 

Invité



avatar
Invité


   Sam 13 Jan - 18:19


Il faisait froid. J'avais horriblement faim, la famine de l'hiver était trop dure pour moi. Je ne sais pas si j'y arriverais cette fois. Déjà la saison dernière avait été difficile. Je pensais qu'on serait deux à affronter la tempête  de la saison froide. Mais il a disparut. Le vie est partit, il n'est plus la.
Ma patte avant me fait horriblement mal, elle qui avait était fragilisé  depuis l'hiver dernier, ne semble pas s'être amélioré, non. Ca c'est aggravée. Je ne sais plus quoi faire. Je n'arrive presque pas à chasser, déjà avec le manque de proie de la saison.

J'essaie de marcher, j'ai quitté la forêt depuis deja un bon moment, et je sens le sable du dessert se glisser dans mes coussinets, mais j'ai l'impressions que ma vue se brouille, par moment. Peut-être ais-je mangé quelque chose que je ne devais pas ? Je n'en sais trop rien, j'ai même l'impressions que mes pensées se brouille désormais.
Il y a une seule chose que je sais ou j'irais. Ce monument anciens, ces ruines, edifie par mes humains mais qui fait ressortir des couleurs. J'y avais connue une patte amical. Je ne pense pas la retrouver, mais le lieu est paisible, je l'apprécie. Je veux me reposer, ca me fera surement du bien je le sens. Surtout que ma patte ne supporte plus beaucoup.

Je commence à voir au loins ce que je voulais, je ne peux pas courir, je marche lentement, mais j'en suis bien contente au fond d'être arrivée. Personne ne m'embettra, je pourrais enfin regarder le ciel sans avoir ouïe de prédateur.
Peut-être y aura-t-il aussi un endroit pour ce désalterer ? J'ai tellement soif.  Mes pattes commence à fouler la surface étrange de ce lieu et j'y rentre doucement, mais quelque chose semble me bloquer. Ma tête me tourne, et ma vue devient flous.
Je ne sais pas quoi faire, mais j'ai peur. Que m'arrive-t-il  ? Pourquoi je voie flous ? Pourquoi j'ai l'impressions que ma tête  va exploser?

Sous le stresse j'essaie d'avancer, trop rapidement hélas ce qui me fait chuter à plusoeurs moment, oubliant ma patte blessé. Je ne sais pas ou je vais, mais j'ai peur et je voie les tâches coloré des choses humaine, qui autrefois etait jolie, desormais je ne pouvais plus voir cela.
Puis du coin de l'oeil malgré que c'etait flous, quelque chose ressortait vivement. Ca ressemblait à un félin, du rouge ressortait sur la moitié de son corps, pour le reste impossible à savoir, je voyais trop mal.
C'était un danger ou pas ?
Mais à peine j'essayais de penser, que la douleur dans ma tête s'intensifia.
Je ne sais pas ce que je fis ensuite, je ne le comprendrais surement jamais, mais je fonca sur le félin, sans m'arrêter, sans réfléchir, juste que je me rapprochais de ce que je voyais flous. Mais même la parole semblait rompus à ce moment la.
Je voulais juste que tout s'arrête, que la douleur n'existe plus.

Hrp:
 

Hail to the KingHail to the King


x Messages : 537
x Date d'inscription : 18/07/2015
x Age : 27
x Felicoins : 35


Feuille de personnage
Force:
49/100  (49/100)
Agilité:
46/100  (46/100)
Endurance:
43/100  (43/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur https://www.deviantart.com/mlssio

   Sam 13 Jan - 19:15


Last day on earth
Passer la souris ici pour lire

Qu'étais-ce ? Du mouvement. Jamais il ne pourra être seul et tranquille se dit-il. La forme ? Féline. Elle titubait. En quelques instants, Alec décrivit l'intrus. C'était un chat, au manteau aussi blanc que la neige, soulignés d'une orgie de couleurs. Ce dernier tanguait sur ses pattes, semblant aussi fragile que les dernières feuilles qui s'accrochent aux arbres. Vu l'odeur que projetais cet inconnu, c'était une femelle. Elle sentait le froid, la maladie, la faim. Famine.. Famine. Famine, troisième cavalier de l'apocalypse, celui qui monte le cheval noir. Il symbolise le manque, l'amaigrissement, la disette. Il est toujours accompagné d'une balance. La balance de la vie ? Devait-il réparer les injustices entre tous et donner aux plus démunis ce que les autres ont ? Ou tout simplement voler pour son propre plaisir ? L'Apocalypse.. Conquête, Guerre, Famine, Mort. Felinae. La chapelle ? Le refuge du pécheur. Alec était dans la chapelle. Il était le mouton noir et face à lui se trouvait la brebis égarée. Dommage. Si le félidé porte l'apparence du Malin, ce n'est pas pour rien. Pourtant, le Roi ne fit aucun mouvement, face à ce spectacle morbide de la marche mortuaire. Il regardait, immobile. Sa voisine tourna son regard vers lui, elle avait les yeux voilés, flous. Elle était désorientée. La faim ? Sûrement. La maladie ? Vu sa tête, c'était plausible. Elle souffrait. Il le voyait dans son regard déboussolé. Il devait réorienter l'agneau perdu.

L'Agneau débuta une course désarticulée, se dirigeant rapidement mais maladroitement vers Alec. Il ne pouvait pas aider cette âme en peine. Il ne pouvait pas l'aider à retrouver son chemin, Famine était en train de lui faire tourner la tête. Elle semblait souffrante et vu ses pas fragiles, Alec ne prit pas longtemps à trouver le point de fragilité. Patte avant-droite. Fracture ? Plaie ? Il n'y avait pas grand-chose de visible sur la surface blanchâtre où le dégradé multicolore disparaissait. Le Felinae compris que cette blessure datait d'un petit moment, mais visiblement, le froid mordant avait réveillé une douleur lointaine. C'était simple, il n'aurait pas grand-chose à faire pour se défendre. Il ne voulait pas abattre ce félin, peut-être qu'elle recouvrira sa sanité s'il la blessait ?

Elle n'était maintenant plus très loin et en une fraction de seconde, le mâle se décala faiblement, évitant l'impact si proche. A la place, il redressa son gant à quelques centimètres du sol. Etant grand, il n'avait pas besoin de faire un gros effort. Sa voisine était très faible. Alors doucement, on entendit le bruit si particulier de la chair qui s'écarte au passage de l'acier. Les immenses griffes de son gant déchirèrent la peau de la patte avant droite de la solitaire, traversant le fin rideau de poils. Ses griffes glissaient comme dans du beurre, il n'avait pas besoin de faire une grande résistance. C'était rapide, propre et vif. Lorsque la chatte passa entièrement à côté de lui, le grand félin attrapa le bout de la queue colorée de cette dernière et d'un geste rapide et fort de la tête, il l'envoya volé de là où elle venait. Le bruit du corps qui heurta le mélange de pierre et de terre résonna dans toute la chapelle. C'était sûrement douloureux. Qui sait. Alec se tenait droit, le regard vide, les immenses lames gouttaient de sang, celui-ci glissant sur le métal froid. Il avait encore taché son arme.. Une petite gouttelette se tenait sur le coin de ses babines et d'un mouvement de patte, il le frotta, l'essuyant. Il fit quelques pas, s'approchant de la solitaire.
Hruskans

_________________

« Puis je vis un Ange descendre du ciel »
Apocalypse 20,1-10 ▬ Les mille ans écoulés, Satan, relâché de sa prison, s’en ira séduire les nations des quatre coins de la terre, Gog et Magog, et les rassembler pour la guerre, aussi nombreux que le sable de la mer; ils montèrent sur toute l’étendue du pays, puis ils investirent le camp des saints, la Cité bien-aimée.

Merci Terra!
Merci Opaline!
Hail to the King!:
 

Invité



avatar
Invité


   Dim 14 Jan - 17:19


C'était rapide et bref. Même en ayant la vue flouté je pouvais distinguer la forme flous se déplace légèrement.  J'imagine qu'elle avait raison de faire cela, mais mes pensées etaient irrégulières. Je ne sais pas ce que le félins fit, mais quand j'étais à son niveau une douleur horrible me saisis à ma patte déjà blessé. C'était froid, c'était tranchant, c'était douloureux. Je voulais crier sous le coup de la douleur.
On m'enlève cette chose qui déchirer ma patte violemment, bien pire qu'un simple coup de griffe. Qu'un coup de métal rouillé dans la patte. Mais aucun son ne sortait de ma bouche. C'était éteint ou même trop violent pour laisser un son s'en échapper. Puis je sentis quelque chose, une force tirer sur ma queue. L'environnement tourna autour autour de moi.

Mes pattes avaient quitter le sol pour être dans les airs, et les murs de la chapelle tournaient autour de moi. J'eus le souffle coupé quand mon dos heurta assez violemment le sol dure. Je roulais encore avant de finir sur le flanc. Ma vue finis par être plus nette qu'avant. Mais j'étais haletante. Je levais légèrement ma tête pour voir l'etat de ma patte avant droite et vit avec horreur que le sang ne cessait de coulait à flot. Une plaie, bien ouverte était présente et le sang s'eparpillait déjà sur le sol, abondemment.  
Mon stresse augmentait vivement, c'est peine si j'arrivais a respirer. J'allais faire quoi maintenant ?
Je ne pourrais plus l'utiliser ? Et si je ne peux plus l'utiliser, comment vais-je chasser? Déjà la saison froide est assez horrible mais alors la. Je suis reelement foutus. Je vais être  seule. Je vais devoir attendre que la mort vienne frapper en souffrant c'est ca ? Pourquoi ?
Juste pourquoi tout ca ? Pourquoi cette injustice ? Pourquoi être comme ca ?
Je sens les larmes qui monte et jette un oeil à la forme flous. Le félin que je peux voir maintenant est massif, robuste est grand. La moitié de son corps est rouge, et ses pattes arrieres ne sont pas félins. Je ne sais pas quel animal serait-ce. Le reste de son corps, son pelage est tacheté de noir, les yeux ambre il me semble. Il a egalement deux cornes sur le sommet de la tête, c'est étrange.
Malgré l'odeur métallique du sang qui imprègne désormais mon nez, j'arrive à savoir que le félin mâle est un Felinae.

Un Felinae. Des gentils pour les uns, des ennemis pour les autres. Tout dépend du lieu ou on vit, ou ln nous éduque et voila que nous agissons comme des robots à croire tel ou tel chose.
L'instinct de survie et le stresse tente de prendre le dessus, et avec mon autre patte j'essayais de stopper la coulée du sang. Mais rien a faire dans ce cas la. Ca continuait. Et je ne connaissais rien au soins. Mes peu d amis ne seront pas la cette fois pour m'aider et je suis bien trop loin.
Je finis par laisser ma tête retombé sur le sol dure, les vertiges etant toujours la eux. Je regardais l'étrange félin. Il allait faire quoi maintenant ? Partir sans un mot ? Sans un nom ? Comme ca ?
Je voudrais tellement que tout s'arrête, pourquoi tout est si dure ?

La réalité. Le néant. Le désarrois. La solitude. Voila ce que je pensais. Serais-je encore une fois une proie pathétique pour un mâle ? Une chose frêle, qui doit souffrir parce que je suis colorée a cause d'actes idiots ? Le petit arc en ciel est innofensif, c'est connus. Ca peut pas etre lechant un arc en ciel. C est beau et doux, on peut en faire ce que l'on veut !
Est-ce que je vais mourrir de facon si pathétique ?  Surement. Ce mâle j'ignore qui sait.
Avec un grognement de douleur et malgré le sang suitant, je finis par me relever, ma patte avant droite en l'air. Je e regardais dans ses yeux ambres. Est-ce que son regard m'effrayais ? Un peu mais en même temps pour je ne sais quelle raison, c'était rassurant. Peut-être parce que ca rappelait le soleil ? Doux, reposant, chaleureux.

-Qui es-tu ? Dis-je en grognant. Mais faible par rapport a ce que je voulais.





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LAST DAY ON EARTH || pv. Rainbow
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» Liquid Rainbow...♪ |libre|
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: