AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Entre curiositées de ce monde [Feat Kamishio]

Invité



avatar
Invité


   Mer 6 Déc - 18:49


Mayël avait enfin traversé le désert. On l'avait prévenu que c'était risqué et que de l'autre côté elle serait peut-être proie des soldats. Comme d'habitude, elle n'écoute que son instinct. "Ils ont fait leur choix ! Ca regarde qu'eux si leur vie a pas d'importance !" Qu'elle dit à chaque fois qu'elle interrompe une conversation entre caméléons peureux. Comment ils peuvent être aussi soumis ?
Elle prit un petit sentier. Plusieurs d'odeurs y sont mêlé. Certaines appartiennent aux Felinae.
Felinae qui d'ailleurs n'avaient l'aire de ne pas la prendre au sérieux quand elle disait qu'elle s'était entraînée pour se défendre. C'est vrais quoi, ils se retournent tous sur elle quand elle passe. Elle fait a peine les deux tiers de la taille d'un chat adulte, ce qui lui a attiré pas mal de mécontentement de la part des guerriers. Ils la jugent trop vite; elle sait qu'elle est forte, rapide et intelligente. La taille n'a rien à voir avec sa capacité à se défendre. Il y en a même un qui a eut le culot de lui dire "Ils sont dangereux je vais t'escorter si tu veux pas aller ailleurs" le coup de sang qu'elle a eut ! D'un coup elle s'était retournée et lui avais craché dessus "Essaie un peu j'ai besoin de personne ! De personne t'entends ? DE PERSONNE !" Elle a continué sa route en balayant le chemin de la queue. Si ils croient qu'ils vont la faire rentrer au camp juste parce que deux trois tarés se baladent dans les environs, c'est raté et pas de peu.
L'odeur des felinae cependant n'était pas la seul. Aucune odeur de caméléon d'ailleurs. Sinon trop vielle pour être sentie. Il s'agit donc de l'odeur de soldats ou de solitaire. Mais cette odeur est forte, c'est peu probable qu'un chat de cette odeur ait su reste impartiale en étant aussi peu discret. Les menaces ont dû lui pleuvoir dessus. Enfin là n'est pas le sujet.
La jeune chatte arriva sur un premier tat d'ordure, puis un second puis un troisième. Celui où elle finit par se dresser doit mesurer un bon cinq mètres. Elle ne voit personne et décide de s'amuser un peu. Les effluves des rats et des souris mêlés à la puanteur de la décharge, merci bien mais la chasse, ce ne sera pas ici. Elle n'a pas faim de toute façon. Un petit éclat de lumière attira son attention. Une grande plaque argenté suffisamment large pour mettre trois chat comme elle est posée là sur la pente, à deux pas d'elle. C'est pas par hasard si elle est là !
Mayël sauta toutes les pattes jointes sur le plateau. La plaque dévala la pente à toute vitesse, la jeune intrépide rebondissant a l'intérieur. Elle encaissa les à-coups et finit sa pente en douceur.
Les oreilles sifflante -c'est que ca fait un de ces boucans-, elle descendit du plateau et marcha plus sur la périphérie de la décharge.
- "Si c'est ici que vivent les soldats, pas étonnant qu'ils soient autant détesté, ils doivent puer la charogne"
Elle aperçut une silhouette a une trentaine de mètres.
- "Elle n'at pas l'aire d'un soldat, ca doit être un Felinae, je ne sent pas son odeur elle est contre le vent."
Néanmoins, la chatonne marcha d'un pas rapide vers la nouvelle venue -les griffes sorties au cas où-

Invité



avatar
Invité


   Ven 15 Déc - 22:25


C'était une journée tout à fait banale, les soldats vaquaient à leurs occupations plus ou moins futiles, pendant que moi je me dirigeais tranquillement vers la forêt empoisonnée où l'on m'avait envoyé pour une raison que j'avais déjà oublier. En même temps j'avais une mémoire plutôt sélective, et donc ce n'était pas difficile pour moi d'ignorer les ordres dès que celles ci m'importunaient. Après être passée par de nombreux endroits en faisant bien exprès de faire un long détour, j'arrivais finalement à la décharge, où de nombreux monticules de déchets s'empilaient les uns sur les autres et surtout où l'odeur était tel que ça me donnait de violentes nausées rien que de m'en approcher, je devais partir d'ici le plus vite possible. Baillant doucement, je restais à une bonne distance des stupidités humaines, c'était trop pour moi, je n'étais pas du genre à me soucier de ces choses, mais là c'était impossible, je comprends mieux pourquoi on me disait de ne jamais m'aventurer par là. Une odeur vint me piquer le museau, une odeur autre que les déchets bien entendu, je levais la tête pour mieux la sentir, essayant tant bien que mal de chasser les senteurs nuisibles, c'était une odeur de caméléon. Grommelant légèrement en réalisant que si je voulais plus d'informations je devrais m'approcher, je me relevais de mon rocher avant de m'avancer dans la direction de l'odeur, super c'était vers la saleté humaine. Respirant par la bouche pour chasser un maximum ces nausées, je voyais une silhouette se dessiner au fur et à mesure de mon avancée, une silhouette bien plus petite que moi, mais bien plus trapue, je devais commencer à me méfier, bien que l'on disait que les caméléons étaient des pacifistes, il était possible que je tombe sur l'exception qui confirme la règle, et très franchement je n'avais pas très envie de me battre, surtout qu'en combat à part mon agilité, je n'avais rien à envier à un chat possédant une musculature importante et un pouvoir fonctionnel, pas comme le mien quoi. En m'approchant, je vis le décor changer littéralement, passant d'un vert radieux que l'on retrouvait à l'orée de la forêt, à un gris monotone et froid que l'on trouvait aux autres endroits de la forêt empoisonnée.

Bientôt plus aucun arbre n'était à vision, plus aucun buisson ne poussait, c'était vide de toute vie, à l'exception de cette ombre au loin. Mon coeur battait la chamade, j'avais peur de devoir me battre contre cette individu, peut être que ce n'était même pas un chat? Enfin...Possiblement si c'était bien un chat, étant donné qu'il portait l'odeur d'une des guildes autre que les soldats. Après plusieurs minutes, j'arrivais près de la chose que j'avais vu au loin, c'était une chatte, possédant littéralement une carrure de mâle, mais ayant un pelage absolument magnifique. Son pelage possédait de nombreuses couleurs se répartissant en tâches de différentes proportions sur son corps, mon dieu ce qu'elle était belle! Je grimpais sur un rocher en métal, mes yeux en amandes ouverts au maximum, je regardais un peu mieux la chatte en face de moi. Elle avait sorti les griffes? J'espère qu'elle ne m'avait pas prise pour une ennemie quand même, sérieusement vous avez vu un peu ma tête? Surtout que vu sa musculature...Attendez une minute, c'est son pelage gonflé qui donnait cette effet en réalité depuis un moment, elle ne devait pas être beaucoup plus grosse que moi en fait ! Je souriais doucement, ses yeux étaient d'un bleu étrange, ni clair ni foncé, plutôt...mmh...indéfinissable. Je me couchais doucement, laissant mon corps se poser sur la surface la plus propre possible, bon, je n'avais certainement toujours aucune chance contre elle, mais bon les valeurs étaient un peu remises à 0. Je cherchais comment engager la conversation, si elle avait sorti les griffes, c'était qu'elle s'était sentie menacée par va savoir quoi, et surtout si son pelage était gonflé c'était probablement pour paraître plus impressionnante que ce qu'elle n'était réellement, donc probablement pour intimider son adversaire. Je devais me montrer prudente avec ce genre d'individu, c'était souvent des personnes qui complexaient sur quelque chose, elle sur sa petite taille par exemple, après les caméléons n'étaient pas connus pour être particulièrement grands. Ces personnes pouvaient se montrer agressives à la moindre petite pique, même si ce n'était pas dans le but d'être méchant à la base. Je pouvais peut être commencer par faire les présentations, amicalement, je sais que je suis censée me méfier, mais bon, j'ai la flemme de me méfier aujourd'hui.

"-Salut jeune Caméléon, comment vas tu? Qu'est ce que tu viens faire ici? Sache que directement tu peux te détendre, je ne cherche pas à me battre avec toi, surtout que pour être sincère, j'en ai assez de me battre avec tous les chats de ma guilde à la base" Je lui souriais doucement, avec une expression chaleureuse, je ne voulais pas que cette rencontre soit sous le signe de l'animosité, surtout que je dois avouer encore avoir mal au dos après m'être entraînée avec d'autres jeunes avant hier. A moins que ce soit après avoir passé la nuit avec Cupcake? Allez savoir ! Je continuais de regarder la caméléon d'un air amical, laissant le bout de ma queue remuer doucement, chassant des insectes qui cherchaient à venir se poser sur mon pelage, ne me dites pas que j'ai déjà attrapé l'odeur de cet endroit quand même?! Je soupirais doucement, me concentrant sur mon interlocutrice, elle était si petite, bien plus petite que moi, elle ressemblait presque à un chaton...Je clignais des yeux plusieurs fois pour ne rien laisser transparaître de mes émotions, cette personne n'avait clairement pas à voir ce qu'elle pouvait évoquer, et très franchement, j'avais pas envie qu'elle ne m'attaque à cause de ça. Je me concentrais plutôt sur son pelage, c'était définitif, je le trouvais absolument magnifique, surtout la tâche qui traversait son visage, ça faisait une sorte de masque qui la rendait absolument adorable. J'aimais les chats colorés comme ça, même si personne ne pouvait égaler ma Cupcake, son pelage qui nous explosait les yeux, mais qui me plaisait tellement à la fois, si bien qu'on me demandait souvent si j'étais masochiste par moment. Je rigolais intérieurement, puis je m'étirais doucement, chassant mes pensées, je devais peut être arrêter de totalement divaguer, et continuer la conversation ! J'ouvrais doucement la gueule pour m'exprimer d'une voix douce et amicale comme à mon habitude. "-Comment t'appelles tu? Et surtout quel âge as tu? Nous devons avoir à peu près le même âge non?" Je continuais de lui sourire avec douceur, je sentais que cette rencontre serait peut être finalement une bonne chose, surtout quand on se souvenait que je séchais totalement une mission, je pourrais dire que j'avais rencontré quelqu'un d'autre à Cupcake pour la rendre un peu jalouse et l'avoir pour moi~

Invité



avatar
Invité


   Dim 17 Déc - 21:56


La potentielle soldat se coucha lentement, li loin ni près de Mayël qui s'arrêta net. Cette dernière évalua le potentiel de l'autre, pesant dans sa tête les atouts et les faiblesses. Bien que n'ayant jamais vu de soldats, elle partit du principe que c'en était une -quoique pas agressive- et que leur allure donnait autant de précisions que chez les caméléons, dont elle avait cartographié les aptitudes. Médiocre comparé à celles de celle qui l'a entraînée.
La chatte allongée avait un corps fin, élancé mais sa musculature semblait plutôt peu développée. Mayël eut un pincement au cœur en supposant que celle-là devait être un Felinae plus qu'un soldat. On lui avait dit tant de choses, raconté tant d'histoire sur ces chats à priori sanguinaire, violents, vulgaire et assoiffé de pouvoir. Elle rit intérieurement. Qui sait, dans yeux, une lueur de doute avait-elle pu filtrer car l'intruse -paradoxale car elle avait prit parti que partout où elle irait, ce serait sa place- lui adressa la parole, amicale.
"-Salut jeune Caméléon, comment vas tu? Qu'est ce que tu viens faire ici? Sache que directement tu peux te détendre, je ne cherche pas à me battre avec toi, surtout que pour être sincère, j'en ai assez de me battre avec tous les chats de ma guilde à la base"

Mayël tenta de rester impassible. Bon, déjà l'autre savait que c'était une caméléon. Bon, l'autre vient d'ici c'est déjà ca. Par contre, le fait de lui demander ce qu'elle venait faire ici et lui dire qu'elle ne veut pas se battre, ca c'est plus compliqué. Ces deux idées dans cette phrase, cella fait très protecteur, possesseur du lieu et ca, ça remet en question directement la place de la caméléonne au rang d'intruse. C'est une façon de voir les choses qui ne lui plaît pas.
Depuis toujours, on lui a dit que sa place était avec les caméléons. Pourtant, elle se sentait plus chez elle partout ailleurs. Sa tanière d'enfance utilisé par des autres, rien ne la retenait sur son territoire de naissance. Tout ce territoire, peu importe à qui il est, c'est chez elle.

"-Comment t'appelles tu? Et surtout quel âge as tu? Nous devons avoir à peu près le même âge non ?"

Décidément , elle est étrange. Lui rappeler implicitement qu'elle est intruse puis sympathiser lui semble tellement contradictoire. Mais est-elle Felinae ou Soldat ? Mayël laissa la question en suspension dans un coins de sa tête tout en observant la chatte crème. Une petite tâche marron, -un peu plus claire que ses propres tâches- sur le museau et ses oreilles. Ca lui donne un aire aimable. A moins que ce soit sa façon de sourire. On lui ferait confiance comme à une amie d'enfance n'est-ce pas ?
La caméléon se ramassa sur le cotés gardant la tête orientée vers l'autre, sans rentrer ses griffes mais avec une expression plus détachée sans se passer d'une certaine animosité. Le courant n'avait pas vraiment passé avec les Felinae, lui rappelant sans cesse sa taille. L'avantage perdu de chez les Caméléon : quand on ne se bat pas, la critique physique est moins courante. Au prix de rester terré et attendre la fin de sa vie sans voir le monde. C'est pour ca qu'elle est partie. Le pelage toujours irisé et les muscles tendus, elle commença à marcher sur un arc de cercle en fixant la Felinae-Soldat, -toujours sans savoir vraiment lequel des deux- puis elle rompit le silence qui s'installait.

" De là ou je viens, les soldats sont réputés pour être trop fort pour que nous puissions vivre dans le vaste monde. On m'a toujours dit d'y rester parce que ce serait soit disant mieux pour moi mais j'ai autre chose à faire vous-tu, je ne crois que ce que je vois, ils sont faibles et ils ont peur, ceci altère leur jugement. Donc tant qu'a les quitter à l'improviste, je suis venu pour vérifier et au passage je voulais visiter. Donc je visite, tout simplement."

Elle avait parlé d'un aire détaché comme a son habitude, déclarant tout ceci d'une voix fluide en insistant sur les faits tel que les 'ils sont', les 'ceci' et les 'donc', d'un aire logique.
La caméléon la contourna que un quart de cercle avant de s'arrêter en basculant la tête vers l'autre avec ce qui ressemblerait presque à un sourire. Elle ouvrit la gueule pour humer l'odeur désormais palpable.

"Et on dirais qu'ils se trompent sur le compte des soldats. Tu en es une de soldat ? Parce qu'a l'odeur, même si je ne la connais pas, ca semble logique... Mais j'ai un doute, tu pourrais éclairer sur le sujet n'et-ce pas ?"

Passer l'étape de la réponse en posant une autre question. Elle ne voudrait pas donner des informations importantes à qui que ce soit. Après tout, c'est vrais qu'elles ont a priori le même âge.

Invité



avatar
Invité


   Jeu 28 Déc - 16:33


La femelle en face de moi commençait alors à se ramasser sur elle même, sans doute pour paraître plus impressionnante qu'elle ne l'était réellement, de mon côté je plissais les yeux, qu'est ce qu'elle s'apprêtait à faire cette idiote? Je tentais de garder mon sourire, bien que celui ci devait avoir l'air légèrement plus crisper à cause du fait que je me posais de plus en plus de question sur la nature de ma rencontre. Alors qu'elle me fixait le regard à la fois détaché mais empli d'animosité, elle se lançait dans un discours auquel je dois avouer ne pas avoir tout compris, je penchais ma tête sur le côté, bougeant mes pattes avants pour me remettre dans une position plus agréable. Une visite? La Faiblesse d'un des clans que je supposais celui des Caméléons? Rejoindre les soldats? Qu'est ce qu'elle racontait bon sang?! Elle se mit doucement à me tourner autour pendant quelques seconde, faisant confiance à mes réflexes je ne bougeais pas d'un pas, gardant mon sourire crispé et mes griffes rentrées. Puis elle commençait à parler des soldats, comme quoi sa tribu se trompait, me demandant si j'étais un soldat car mon odeur semblait l'indiquer, me demandant alors de lui donner raison. Je me mis doucement à rire, un rire un peu moqueur, mais j'avoue que cette fille me faisait rire intérieurement, bien qu'elle suscitait mon incompréhension la plus totale. Les soldats n'étaient déjà pas aussi forts que beaucoup le pensaient, leur soit disant force provenait du fait qu'ils pouvaient être armés par les hommes. Cette femelle au beau pelage tricolore se trompait, et surtout semblait être sure du contraire, alors qu'en fait, tous ce qu'elle avait tenter d'avancer c'était qu'un ramassis de mensonges provenant du cerveau d'une chatte arrogante. Secouant doucement le bout de ma queue pour montrer mon agacement, je perdais mon sourire, regardant celle ci avec un regard un peu plus perçant, si j'étais sortie du camp, c'était pour fuir les soldats forceurs et narcissiques, se croyant tout permis, et surtout croyant que le monde leur appartenait. Ce n'était pas pour retrouver une femelle à la cervelle ramollit par une tournée de mensonges plus grosse qu'elle, elle allait voir si elle souhaitait se comporter comme ça, elle n'allait clairement pas être la seule à le faire. D'un ton légèrement sec et cassant, je commençais alors à m'exprimer.

"-Pense tu réellement tes dires? C'est ça la nouvelle jeunesse des caméléons alors? Des chats mous du bulbes croyant que les soldats sont leurs nouveaux héros? Et bien pour te répondre, oui je suis une soldate, et crois moi que ce n'est pas un poste que j'ai choisi. Les soldats sont des ordures pour la plupart, fuyant les responsabilités que le monde leur impose. Si tu cherche à devenir comme eux, c'est que la sélection naturelle n'a alors plus aucune incidence ici. Dommage, je pensais faire une bonne rencontre ici, peut être voir quelqu'un de gentil, les caméléons ont une bonne réputation auprès des résistants après tout, nous serions nous trompés? J'aimais ton pelage, mais je vois que la couverture d'un objet ne reflète pas toujours son contenu." Je montrais légèrement les crocs dans une moue méprisante, je ne sortais toujours pas les griffes cependant, je voulais voir ce que cette pseudo philosophe avait un dire. Je la regardais toujours fixement, mes yeux amandes ne la quittant pas une seule seconde, gardant mes défenses prêtes, si elle attaquait, alors je devrais probablement répliquer, même si je n'étais pas très forte, je ne savais pas faire très mal, mais mon agilité de ma rapidité que je tenais de ma race faisait de moi une combattante sur la durée. Je soupirais intérieurement, j'en avais assez de cette jeunesse qui ne semblait plus faire attention à rien sauf au pouvoir, le temps sur terre qui nous est attribué est extrêmement court, si ils pouvaient le comprendre, alors ils pourraient profiter de choses simples. Je ne souhaitais plus parler, maintenant la balle était dans son camp, elle pouvait choisir d'attaquer, ou choisir de continuer à parlementer, ou bien choisir de partir, c'était ses choix, pas les miens. Un sourire se dessinait sur mon visage alors que des idées me venaient en tête, je n'aimais pas tant que ça me moquer des femelles, mais quand l'une d'entres elles se comportaient comme un mâle sans cervelle, alors je supposais que je pouvais faire une exception à mon code de l'honneur? Je descendais de mon perchoir, m'approchant doucement d'elle, faisant rouler mes hanches et mes épaules, parlant d'une voix mielleuse. "-Dis moi un peu qui tu es, toi la grande philosophe. Et dis moi surtout si tu serais dégoûtée de savoir que tout les soldats n'étaient pas des monstres surpuissants."

Je m'asseyais devant elle, la regardant de ma hauteur, gardant un sourire moqueur au visage, quand on était stupide, alors on ne méritait pas mieux que l'humiliation. Je regardais son visage, je ne voyais que de la beauté gâchée par une dose trop importante de fierté et de narcissisme. Je soupirais encore une fois intérieurement, qui étais tu réellement petite? Je cherchais à penser un peu à ce que la jeunesse aurait pu devenir, je faisais moi même partie de cette jeunesse, mais je ne me pensais pas comme eux dans la plupart des cas. Je ne cherchais pas le pouvoir, je ne cherchais à les combats, je cherchais simplement le bonheur que j'avais perdu quelques mois plus tôt. Je la regardais avec une certaine touche de dédain, je n'arrivais plus à supporter ce genre de personnes, plus j'en côtoyais, moins je pouvais les voir en image. Je posais doucement ma patte sous son menton, me baissant à son niveau, lui relevant ainsi la tête de force., je chuchotais quelques mots devant elle, montrant mes crocs, ces mots ne lui étaient pas spécialement destinés. Ils étaient destinés à tout ceux qui se comportaient comme ça, ils ne comprenaient pas que leur comportement n'était même pas animal, ils n'étaient plus rien d'autres que des monstres auquel ont auraient arraché le peu de coeur qui leurs restait. Ils ne pensaient pas aux personnes qu'ils pouvaient blesser, aux personnes qui ne souhaitaient pas les voir ainsi, à leurs familles, car oui, la plupart avaient encore une famille. Pensant à ça, les larmes me montaient aux yeux en pensant à ma mère, que penserait-elle de sa fille ? Elle aurait probablement honte. C'est alors que je me retournais d'un geste violent, pour cacher mon désarroi.

"-Maintenant retourne auprès des tiens, tu n'as pas à te comporter comme ça quand tu possèdes des personnes qui peuvent te comprendre, même si tu pense que ta forme physique est un problème, alors affronte les moqueries, mais pas en devenant comme les soldats."

Mon ton était neutre, bien que sanglotant, je n'arrivais pas à me sortir ma mère de la tête, elle me hantais tellement, surtout depuis quelques jours, je devais aller la voir au cimetière, au plus vite. Les mots que j'avais chuchoté me revenaient alors en tête, comme un marteau. "Ne soit pas ce que le monde ne t'a pas destiné à être, soit juste ce que tu cherche à être, tant que tu as un endroit ou aller, alors tu sais que tu fais le bon choix."

Invité



avatar
Invité


   Ven 29 Déc - 0:03


Elle pensait en avoir fini avec les présentations mais l'autre lui dit ;
"-Pense tu réellement tes dires? C'est ça la nouvelle jeunesse des caméléons alors? Des chats mous du bulbes croyant que les soldats sont leurs nouveaux héros? Et bien pour te répondre, oui je suis une soldate, et crois moi que ce n'est pas un poste que j'ai choisi. Les soldats sont des ordures pour la plupart, fuyant les responsabilités que le monde leur impose. Si tu cherche à devenir comme eux, c'est que la sélection naturelle n'a alors plus aucune incidence ici. Dommage, je pensais faire une bonne rencontre ici, peut être voir quelqu'un de gentil, les caméléons ont une bonne réputation auprès des résistants après tout, nous serions nous trompés? J'aimais ton pelage, mais je vois que la couverture d'un objet ne reflète pas toujours son contenu."

Visiblement, elle n'a pas compris un traitre mot de ce qu'elle venait de dire. C'en est presque navrant. Mais bon, elle est partie donc, on va la laisser parler.

"-Dis moi un peu qui tu es, toi la grande philosophe. Et dis moi surtout si tu serais dégoûtée de savoir que tout les soldats n'étaient pas des monstres surpuissants."

En effet, elle a dû mal s'exprimer, mais bon elle ne vas pas s'en arrêter là par vrais ?

"-Maintenant retourne auprès des tiens, tu n'as pas à te comporter comme ça quand tu possèdes des personnes qui peuvent te comprendre, même si tu pense que ta forme physique est un problème, alors affronte les moqueries, mais pas en devenant comme les soldats."

Bon, parler pour rien dire ca va un moment mais alors ca c'est la meilleur ! Elle la considère comme une complexée maintenant ! Il a un gros gros problème de communication. C'aurait dû être prévisible en un tel lieu, avec des chats inconnu ; ici, personne ne se terre. Mais de tels accusations doivent être levées, bien que tout ne soit pas faux.

"Bon, je vais répondre à tes questions dans l'ordre parce qu'il y a un bon nombre de choses qui ne sont a priori pas claire"

Mayël avait sortit cette phrase comme on crache un juron, avec des syllabes bien distinctes qui martèlent bien le rythme. Comment prendre pour des héros des individu avec des portraits aussi péjoratifs ? Elle s'assit, a priori elle devrait rendre ca moins violent .

"Oui, je pense réellement mes dires mais a priori je les ai mal formulé donc je vais reformuler en te répondant"

Plus que de l'agressivité, c'est du mépris qu'elle avait constaté chez l'autre ; on ne méprise pas Mayël. On la déteste, on la hais, on la craint, on l'aime ou pas mais on ne la méprise pas. Enfin dans son sens à elle, elle n'a rien à se reprocher donc on n'a pas à la mépriser.

"Donc pour commencer, non je ne les prend pas pour des héros, juste pour des... Obstacles. Tu sais là bas chez les caméléons, on dit juste qu'ils  trop fort, cruel et violent pour que nous, pacifiques, on puisse vivre là où on veux. En gros on m'a toujours dit de rester terré là bas sans nourrir l'espoir de venir vivre ma vie devant le museau des soldats. Enfin venant de mon entourage, j'aime pas trop les gens, mais c'est pas important. Quand a la suite de ta première déclaration, je n'ai rien à redire, c'est ton avis alors ce que j'ai à y redire ca change rien, tu peux bien penser ce que tu veux"

Elle rétracta ses griffes, a priori l'autre ne constitue de danger que pour une seule chose ; son amour propre au pire des cas.

"Bon du coup, je suis Mayël, je suis caméléon, je crois pas que j'ai autre chose à rajouter d'important si ce n'est que tu es la seule avec qui je vais parler un peu. Mais sinon oui, je serais dégouté que je m'aperçoive que les soldats ne sont pas monstres surpuissant, puisque ca baisse encore d'un niveau les caméléon. Si on n'est pas capable de se battre contre des individu lambda, a quoi ca sert que l'on soit cloitré sur notre territoire soit disant pour nous protéger ? A rien."


Elle espérait que maintenant tout est claire. Mais il y a encore deux trois choses  qu'elle voudrais remettre en place

"Ensuite, non je crois pas que j'ai envie de rentrer, si le danger est encore moins grand que ce qu'on dis, c'est une raison de plus pour pas retourner dans mon trou paumé en plein milieu du désert. J'ai mieux à faire, c'est que c'est long du désert jusqu'ici" Elle avait dit ca d'un ton décidé.

"Hormis tout ca, tu n'as pas l'aire vraiment en forme. Enfin je dis ca à cause de ta voix, si je t'ai blessé, tu peux me le dire, ce n'étais pas mon but. Bon but c'est avant tout de faire mon petit tour, soldats ou pas si ils sont si terrible je verrais bien"

Après tout, l'autre à beau être soldat, elle n'est pas plus dangereuse que ca a priori. Occupée à élaborer ce qu'elle allait répondre et a retenir les paroles de la soldat, Mayël n'avait pas porté plus attention que ca a ses expressions. Elle avait eut l'aire tendue, agressive, puis méprisante et enfin désœuvré. Non ce n'est pas le mot... Ni triste, c'est entre les deux.
Elle ne trouvait pas le mot, le pouvoir des mots, c'est une arme contre ceux qui ont un minimum de remise en cause personnelle.
Temps pis pour le terme exacte. Mayël frotta ses pattes sur le sol affin d'en déplacer quelques débris pour s'installer plus agréablement. Elle avait un aire détaché, elle est étrange pour une soldat. Surtout si elle s'assume tel quel ! Après tout, celle qui fut son mentor était une ex soldat, et même si elle n'avais pas pu lui transmettre tout son savoir avant de disparaître, elle avait pu lui en parler un peu ; arrogant, manipulateur, dangereux et surentrainé. C'est bien pour ca qu'elle a voulut subir le même genre de formation, pour n'avoir à craindre personne. Pas comme ses lâches de confrères qui ne font que se cacher.

Modérateur des RPs et des présentationsModérateur des RPs et des présentations


x Messages : 140
x Date d'inscription : 12/08/2017
x Age : 17
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
60/100  (60/100)
Endurance:
27/100  (27/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Lun 29 Jan - 14:04


J'archive ;;





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Théorie] Lien entre le monde Pokémon et l'Atlantide.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Assouvir le monde. Quoique non, y a trop d'imbéciles - Feat Night Fury.
» [Théorie] Pokémon serait le monde réel ?
» Contexte : l'histoire de l'Entre monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: