AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Objets du passé, déchets du présent [FEAT June]



x Messages : 467
x Date d'inscription : 26/04/2016
x Age : 15
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
27/100  (27/100)
Agilité:
27/100  (27/100)
Endurance:
19/100  (19/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Sam 11 Nov - 11:29


Je me crispai et descendis le plus précautionneusement le petit monticule de ferraille où  j'étais et qui peuplait avec d'autres déchets d'une autre époque le sol crade et poussiéreux du lieu aux sinistres souvenirs. Je retins mon souffle et atterris avec un bruit mat au sol, soulevant de petits nuages de poussières qui me firent tousser malgré moi violemment pendant quelques minutes. Une fois l'air s'étant assaini de l'absence de particules volantes potentiellement étouffantes, je jetai un bref regard aux alentours et repris la route. Je tâchais d'être le plus discret possible- mise à part ma précédente quinte de toux involontaire. On raconte que de nombreuses créatures sûrement dangereuses traînent ici. Mon odorat me confirme la présence de quelques êtres vivants, mais je ne saurai dire auxquels elle appartient. Je levai la truffe en l'air et reniflai avec concentration, quelques gouttes de sueur coulant dans mon cou. L'angoisse ou plutôt l'inquiétude commençait à se transmettre dans toutes les parties de mon corps, créant ainsi une surdose d'adrénaline. Je sentais mon sang couler dans mes veines comme si ce fut une boisson énergisante. Je n'aime ni cet endroit, ni cette ambiance. Tout est trop... silencieux... cela rend presque chaque ombre macabre d'aspect. Et le soleil tape violemment sur l'endroit malgré que l'on fut en automne. La lumière et la chaleur de ses rayons se réverbéraient et se renvoyaient en des faisceaux aveuglants et éreintants sur les divers métaux des anciens immeubles, véhicules et je ne sais quoi qui ont été détruits et abandonnés.
J'avais la bouche sèche et la vue un peu trouble. Je décidai de me mettre à l'ombre, derrière un pan de mu qui constituait sûrement l'une des tanières des humains qui feu habitaient ce quartier. Comme quoi c'est assez pratique d'en apprendre sur leur mode de vie auprès des sentinelles qui surveillent le Sentier et les dehors du camp, ainsi qu'aux anciens Soldats devenus Felinae. Ca permet d'éviter d'être totalement perdu parmi tous ces objets aussi étranges que gigantesques.
Je soufflai un coup, et m'assis sur mon arrière-train. Le temps est vraiment déréglé chez les humains. A la forêt, pas de souci, hiver est égal à neige, printemps à fleurs, été à soleil et automne à feuilles mortes. C'est pas plus compliqué que ça. Alors qu'ici en plein été on trouve de la neige et en hiver des canicules. Je ne comprends pas comment ils fonts, eux et les Soldats, pour vivre dans de telles conditions. Personnellement je les plains. Ne jamais savoir s'il faut s'attendre à guetter le froid ou à être détrempé de sueur, c'est perturbant j'imagine. M'enfin bon, cessons de penser à ces créatures bipèdes et à leurs complices félins. Occupons-nous plutôt de notre tâche.
J'inspirai un coup et tentai de percevoir et d'identifier tous les êtres à proximité, les yeux fermés. Quelques rongeurs (rats?)... hmm pas d'odeur repérable de chat et je n'arrive pas à repérer celle d'éventuelles créatures. Je rouvris les yeux, la mine un peu déçue. J'espérais trouver du premier coup Eriandalaf. A croire qu'il se planque bien le vieux bougre, ou alors c'est qu'il n'est pas ou plus ici; pensée qui me désespère autant que m'exaspère. Où es-tu?

Quelques jours plus tôt, Kaï, le chat que je considère comme un meilleur ami et qui au passage est un Soldat, m'a indiqué qu'un chat correspondant au signalement de mon père adoptif avait été repéré dans le Quartier Nord. J'ai répété en boucle ces infos dans ma tête pendant une à deux journées, n'osant agir avant de bien réfléchir, puis, je décidai de me lancer dans cette aventure. "Oui mais si ça se trouve il se cache pour qu'on ne le retrouve pas, qui que ce soit, que ce soit le chat qu'il a élevé tout jeune ou non."  , pensai-je. Ne devrais-je pas lui fiche la paix?
Oui mais j'aimerais au moins m'assurer qu'il va bien. Il a disparu soudainement comme ça. On m'a dit qu'il s'était fait capturer. Si tel est le cas, je dois le libérer. Et s'il ne l'est pas, m'assurer que tout va bien. J'ai peur pour lui. Bien qu'il soit énergique et vigoureux, il se fait un peu vieux. Je ne supporterai pas l'idée qu'il se fasse tuer dans d'atroces souffrances par quelques horribles créatures déformées pour ensuite être avalé en trois bouchées comme s'il ne valait pas plus que ça.
Et puis, j'ai sa gavroche. Si j'arrive à maîtriser mon pouvoir aussi bien, c'est grâce à elle. Alors ça veut dire qu'il est, lui, dans l'incapacité de contrôler le sien correctement sauf s'il s'avère très adroit grâce à l'expérience des années. Je ne connais pas les détails de son utilisation, mais j'espère qu'il n'a pas eu à s'en servir, car chaque pouvoir a son prix.
Je retirai un instant ma coiffe et passai ma patte entre mes longs et sombres poils couvrant le dessus de mon crâne, car je commençais à chauffer un peu. Je m'obligeai à remettre la gavroche sur ma tête pour ne pas qu'il lui arrive quelque malheur- être perdue par exemple.
Tout d'un coup, une odeur vint frapper mes narines. Un chat! Je me concentrai. J'arrivai à percevoir les bruits de l'avancée du félin. Serait-ce?...
Je me collai au mur, près du bord, attendant avec appréhension l'identité du nouveau venu. Et l'odeur se précisa, m'ôtant par la même façon le petit espoir que j'avais. Ce n'est pas lui. Mais... cette odeur... ça sent... c'est...
Je fronçai les sourcils en m'accrochant à cette effluve. Hmm non y'a pas d'odeur métallique ou de sang séché. Pas un Soldat. Un Solitaire? Hmm. Je ferai mieux de... BIGRE!
J'écarquillai grand les yeux. Au moment même où une chatte arriva à ma hauteur, deux odeurs vinrent s'ajouter à la sienne, et cette fois des odeurs menaçantes et bien connues: des Soldats!
Je n'attendis ni une ni deux, je m'accélérai, attrapai la jeune demoiselle et fonçai vers un refuge fait de bouts de métal qui protégeait bien de la vue, mais qui puait assez pour couvrir nos odeurs. Je n'avais pas d'autres choix que celui-ci, les deux ennemis arrivaient rapidement vers le mur où nous étions, la jeune chatte et moi, trois secondes plus tôt.
Je plaquai mes pattes sur sa gueule pour qu'elle n'émette pas de bruits qui pourraient malencontreusement signaler aux matous notre présence, et tournai la tête sur le côté, les oreilles dressées, attentif aux sons émis par les chats à la botte des humains. Des bribes de conversation nous parvinrent avec clarté car quasiment tout s'entend ici.

- Raah j'en ai marre de cet endroit, il fait chaud! Et puis l'est où l'intérêt de faire une patrouille de surveillance dans un coin où seuls des rats et d'autres bestioles peu recommandables n'attendent que l'occasion de nous sauter à la gorge?
- Arrête de te plaindre et avance. Moi non plus je ne tiens pas à rester très longtemps ici. Et puis les ordres sont les ordres. A moi que tu ne veuilles finir ta vie en cobaye? Très peu pour moi en tout cas.
- Ouais mais c'est abuser franchement.
- Comme tu l'as dit si tôt, il fait chaud; fais-moi le plaisir de garder ta salive avant que je t'arrache la langue.

S'ensuivit un blanc entre les deux Soldats. J'étais tendu et crispé à l'extrême, les yeux plissés. Je retenais à demi ma respiration. Faites qu'ils passent vite. Très vite. Qu'on ne risque plus de les croiser. Je ne suis pas venu ici pour me chamailler avec la "guilde" ennemie avec la mienne. Je fronçai les sourcils. Qu'ils viennent me retirer ma liberté. Je saurai les accueillir comme il convient.
M'enfin le problème c'est que je suis un peu en tort là. C'est leur territoire ici. Un Felinae n'a rien à fiche là. Dans la sylve c'eut été différent. Mais là je ne pourrai que fuir s'il y a confrontation, car les attaquer consciemment ne serait pas digne d'un chat qui a de l'honneur. J'aurais honte. En plus ils ont l'air assez euh... mécontents?... insatisfaits? de leur situation. Je ne me sentirai pas la lâcheté de m'en prendre à eux. D'autant plus qu'ils me battent en puissance numérique. Et même. Je suis pas là pour me bagarrer avec d'autres chats. Alors mieux vaut rester discrètement dans son coin.


Dernière édition par Gweithwyr le Sam 1 Sep - 22:49, édité 4 fois

Modérateur des RPs et des présentationsModérateur des RPs et des présentations


x Messages : 140
x Date d'inscription : 12/08/2017
x Age : 17
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
60/100  (60/100)
Endurance:
27/100  (27/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Ven 27 Juil - 0:35





Baby it’s cold outside

Novembre, Quartier Nord
Aujourd’hui il fait un froid glacial, et ta pauvre fourrure ne suffit plus à elle seule. Tu en es arrivée à un point où il te faut un supplément pour te tenir au chaud. Pour se faire, tu as recours à plusieurs moyens : sac poubelle, sac plastique, vieilles fourrures, cuir synthétique… (et autres carabistouilles humaines trouvées dans les égouts). Mais, aujourd’hui, tu te balades avec une vieille veste, qui a dû appartenir à une grand-mère humaine, en fourrure synthétique. C’est ridicule, mais c’est mieux que rien. De plus, avec cette couleur -osons dire les choses- merdique, tu te fonds parfaitement dans la masse. Pourquoi? Eh bien ça s’accorde avec le décor -encore une fois- de merde du Quartier Nord. Mais que fait une jeune Solitaire comme toi dans le Quartier Nord? La nourriture se fait rare, et puis pour trouver des trucs humains, rien de tel que le Quartier Nord. C’est un choix de première catégorie !!!

Tu étais enfin arrivée. Enfin “enfin”. Des égouts à ici, c’est vraiment pas compliqué.
Bref t’es arrivée. Un petit talu de terre, avec un truc, une sorte de masse grise. Tu te disais “mmmmm morceau de métal”. Première erreur, faire encore confiance à tes yeux. Deuxième erreur, c’est pas un morceau de métal. De toute manière, tu t’en es rendue compte assez rapidement quand le “bout de métal” a plaqué ses deux pattes imprégnée d’odeur Caprae sur toi pour t’emmener dans un endroit puant la mort. Tu comprenais que dalle et surtout tu avais envie d’hurler jusqu’à entendre et sentir légèrement des Soldats :

« Raah j'en ai marre de cet endroit, il fait chaud! Et puis il est où l'intérêt de faire une patrouille de surveillance dans un coin où seuls des rats et d'autres bestioles peu recommandables n'attendent que l'occasion de nous sauter à la gorge? »

« Arrête de te plaindre et avance. Moi non plus je ne tiens pas à rester très longtemps ici. Et puis les ordres sont les ordres. A moins que tu ne veuilles finir ta vie en cobaye? Très peu pour moi en tout cas. »

« Ouais mais c'est abusé franchement. »

« Comme tu l'as dit si tôt, il fait chaud; fais-moi le plaisir de garder ta salive avant que je t'arrache la langue. »

Puis un blanc dans la conversation des deux Soldats. L’autre Caprae était en sueur. Tu ne sais pas trop pourquoi. Après tout, les deux Soldats ont l’air très stupides, ça doit pas être compliqué de faire une diversion et de se barrer en courant. C’est normal d’avoir peur, mais eh, un peu de frisson c’est cool aussi. Certes, il est complètement en territoire ennemi, mais avec toutes ces odeurs, impossible que ses ennemis le sentent. Pour toi, c’est une autre histoire, tu peux te barrer à tout moment. En fait, ce serait plutôt drôle si tu te faisais capturer et puis pshouuu, tu utilises ton pouvoir devant eux. Aha.

« T’es qui toi. »

Tu chuchotais très trèèèès bas, histoire de pas trop te faire remarquer. Puis, encore une fois, tu peux toujours te barrer facilement. Au pire s’il se fait attraper… C’est la vie ¯\_(ツ)_/¯
Puis qu’est ce qu’il fait là de toute manière? C’est hyper dangereux mine de rien. Même si on fait abstraction de ces idiots de Soldats, il reste les humains. Et clairement, ça se voit que vous n’êtes absolument pas l’un des leurs.

___________________________________________________________
BABY IT'S COLD OUTSIDE
___________________________________________________________


HRP:
 



x Messages : 467
x Date d'inscription : 26/04/2016
x Age : 15
x Felicoins : 0


Feuille de personnage
Force:
27/100  (27/100)
Agilité:
27/100  (27/100)
Endurance:
19/100  (19/100)
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

   Sam 1 Sep - 22:04


Les Soldats se turent, laissant le silence pénétrant de ce lieu dépotoir prendre place comme un seigneur dans ces lieux, pendant que la Solitaire me chuchotait:

-T'es qui toi.

Je ne répondis pas tout de suite, préférant attendre que les oreilles des deux bougres s'en fussent moins près de nous, mais la relâchai, sentant qu'a priori elle ne ferait pas de bruit involontairement... enfin bref qu'elle sait se débrouiller comme une grande, chose dont je ne doutais pas, mais enfin, étant d'un caractère parfois impulsif, je l'avais foutue dans ce coin puant dans un instinct protecteur qui vient de je ne sais où.
Entendant leurs coussinets effleurer le sol, indice de leur éloignement de notre position, à l'inconnue et moi, je me détendis légèrement. C'eut été une belle déconfiture de se faire prendre en territoire ennemi boudiou.
Cela me permit de prendre conscience de la fraîcheur soudaine du lieu. Le soleil avait disparu, et je sentais enfin le frisson de l'automne qui avait secoué ma fourrure à la Sylve et pendant mon trajet jusqu'ici, réapparaître discrètement. Drôle de météo, c'est n'importe quoi ici. Ou peut-être que ce jour-ci était-ce tout spécialement fait pour me conforter dans mon idée que je ne préfère rien à la bonne vieille Sylve et ses grands champignons imposants. Oui, la température, après m'avoir cogné sur le crâne mes premiers moments sur ce Quartier inexploré, frôlait presque le glaciaire si j'osais. J'espère que je ne choperai pas de saleté de rhume à cause du changement thermique, manquerait plus que ça enfin.
Je fis quelques pas en arrière en veillant à ne pas effleurer un bout de métal qui n'aurait pas hésité à claironner avec le sol en un tintement sonore, enfin tout du moins assez pour être éventuellement perçu par les deux lascars plus loin si cela advenait pendant un moment où ils se concentraient et que leur discussion était calme. Je me raclai discrètement la gorge, et, regardant droit dans les yeux la femelle, répondis distinctement à voix basse, une lueur franche sur le visage.

-Comme tu dois certainement le deviner à mon odeur, je suis un Caprae. Désolé de t'avoir bousculée ici, j'ai pas de mauvaises intentions.  

Je fis un petit sourire amical et battis de la queue, jetant un bref et discret regard par delà notre cachette pour m'assurer que le "danger" était hors d'atteinte. En réalité, c'est surtout que je cherche à éviter un affrontement inutile. Je suis ici pour chercher, pas pour bastonner.
Oh mais. Tiens. Ça tombait bien que je tombe sur cette Solitaire en fait! Je vais pouvoir l'interroger! Enfin d'abord faire rapidement connaissance? Deux trois mots, et après il faudra absolument que je voie si elle peut m'apprendre quelques choses intéressantes. A défaut d'avoir trouvé Eriandalaf, j'ai peut-être trouvé un potentiel informateur, et, si en prime elle m'apportait des nouvelles inédites qu'elle aurait ouïes en tant que Solitaire et dont ma Guilde n'a pas encore eu vent, alors je ne dois pas hésiter.
En espérant qu'elle ne disparaisse pas par magie, sinon j'aurais l'air bien fin. Au pire je reprendrai mes recherches, mais je risquerais de passer à côté de ce que pourrait éventuellement m'apprendre la grise. Le regard curieux, je la scrutai calmement. Normalement, elle n'est pas un de ces Soltaires anti-guildes anti-capraes ou que sais-je, sinon elle m'aurait déjà arraché la patte toute crue toute ronde.
J'agitai les oreilles et frissonnai légèrement. Mon pelage d'hiver n'est pas encore à maturité, mais je sens que j'en aurai fort besoin lors des chutes de neige et des tempêtes à prévoir. Déjà, cette année ça a été assez rude. Espérons que le climat sera plus clément envers nous, et que l'on aura assez à manger.
La famine est la dernière des choses à éviter, car elle peut apporter des épidémies comme elle affaiblit les organismes. Il faut rester forts et inébranlables, toujours prêts à agir. Des chats placent certainement leurs espoirs ou leur désespoir en nous et nos activités, alors pas question de les décevoir en se faisant lapider.
Be strong!





Contenu sponsorisé


   


Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: La Ville (territoire Soldat) :: Quartier Nord-
Sauter vers: