Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
BAD FEELINGS { Ft Nishari }
Messages : 19
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 18
Mer 23 Aoû - 3:26
Le soir venait de tomber sur la ville. Aedan s'était roulé en boule contre ses soeurs, qui était aujourd'hui sa seule famille. Elles aussi, d'ailleurs, n'avaient plus rien à part lui. Elles avaient toujours été là dans n'importe quel moment de sa vie, et il aimait les avoir au plus proche de lui. Mais ce soir là, il se sentait légèrement tourmenté, et il n'arrivais pas à mettre la patte sur ce qui le tracassait. Il sentait simplement son coeur se serrer contre sa poitrine, et les larmes lui arriver aux yeux sans qu'il n'est besoin de les cligner. Agacé de cette detresse qu'il ressentait, il décida de sortir en catimini. Il posa alors délicatement une patte devant l'autre, puis poussa un minuscule soupir. Maintenant qu'il était debout, il devrait quitter la pièce sans faire le moindre bruit, sinon, ses soeurs le retiendrait. Et Aedan n'était pas d'humeur à rester là, à se morfondre.

Il s'avanca alors lentement vers la sortie, slalommant entre d'autres chats endormis. Il faillit grommeler dans sa barbe, mais s'arrêta lorsqu'il entendit un bruit derrière lui. Se retourner ne lui servirait à rien, il savait déjà très bien qui se trouvait assise là, à le fixer alors qu'il s'en allait. Il poussa un soupir et secoua la tête. Une sorte de deuxième soupir lui parvint, avec un petit grommellement. Aedan leva les yeux au ciel et souffla sec. C'est alors que le silence revint. Sa soeur et lui avaient toujours eu le chic pour s'entretenir sans que personne ne les entendent. Pourtant, Liya et lui venaient de discuter un peu, à l'instant. Elle voulait qu'il revienne se coucher, elle était fatiguée, il était tard, ce n'était plus le moment de sortir. Avec un simple souffle rauque et sec, Aedan lui fit comprendre qu'il ne voulait rien savoir de plus, et que sa décision était prise : aussi simple que cela.

Plongé dans ses pensées, le vieu Soldat ne se rendit pas compte qu'il venait de sortir du batiment principal aussi facilement. Le ciel était noir, les étoiles brillaient de mille éclats. Soudain apaisé, il s'assit à la porte et observa la voie lactée pendant plusieurs minutes. L'air fraîs de la soirée venait lui souffler dans les poils, et la lune l'éclairait particulièrement bien, cette nuit là. Malgré sa vue floue, il appréciait regarder les étoiles, les détaillés, ou bien se les imaginer comme il les voyaient avant. Sa vue avait prit un sacrè choc, après sa mutation, et c'est ce qu'il regrettait le plus.

Aedan se secoua alors les puces. Une petite balade ne lui ferait sûrement pas de mal : il n'avait pas peur de se perdre, ses moustaches et son museau étaient là pour le remettre sur le droit chemin. Il s'aventura alors plus loin dans la ville, étrangement calme cette nuit-là. Les oreilles bien droite sur son crâne, tous les sens en alerte, il trottinait légèrement. Le retraité savait parfaitement où il se rendait : les égoûts. Car c'était là l'endroit le plus sûr pour sortir et rentrer de la ville. Même les Felineas empruntés cet égoût, il le savait depuis des lustres. Pourtant, il n'avait jamais rien fais pour l'arrêter, car après tout, cet endroit était une sorte de frontière, pour lui. Un sens emmenait chez les Soldats, l'autre chez les Sauvages.

C'est alors qu'il s'engrouffra dans ce lieu si sombre. Il n'y voyait clairement plus rien, mais pour le moment, il se sentait encore serein, car aucune odeur étrange (autres que celles... des égoûts) ne venait lui titiller les narines. Il ralentit pourtant l'allure, car il ne savait pas à quoi s'attendre, ici bas. Alors qu'il marchait tranquillement le long de l'égoût en espèrant vite arriver à l'air frais, il sentait alors une vibration étrange sous lui. Ses moustaches et son nez remuèrent. Tiens donc, un Soldat, par ici. Il semblait venir en sens inverse de lui, et donc arriver de chez les Sauvages. Curieux, et malgré tout sur ses gardes, il s'assit en attendant que le personnage entre en contact avec lui.

Alors qu'il allait s'adresser au Soldat avec dédains, son nez lui signifia une odeur famillière. Intriguè, il leva le nez, renifla doucement. Ses moustaches vibrèrent, ses oreilles pointèrent vers l'avant. Surprit, il murmura :

- Nishari.

Il savait qu'elle était juste devant lui, et qu'elle aussi l'avait sûrement reconnu, car elle avait une meilleure vue que lui. Presque ému de la croiser après si longtemps (elle n'avait alors que sept mois quand il l'avait prise comme élève - et voilà bien deux mois qu'il ne l'avait plus vu). Il lui sourit, parce qu'il savait qu'elle le voyait, et fit bouger ses oreilles en signe d'affection. Il décida pourtant de l'interroger directement sur son rendez-vous.

- Il se fait un peu tard pour une virée, tu ne trouves pas ? Un sourire malicieux faisait briller ses yeux rosées.

_________________


autres signas:
 


"Je ne suis pas un petit soldat de plomb mais un grand homme dont c'est le cœur et le sang qui sont criblés de plomb." - Thiriet Maxime
Messages : 101
Date d'inscription : 11/04/2017
Age : 15
Mar 26 Sep - 4:06
HRP:
 

Nishari s'était réveillé ce matin - enfin quelques minutes avant l'aube - en ayant envie de se promener. Elle est allée sur le toit de son immeuble préféré qui était presque délabré pour regarder les premières lueurs du jour, puis quand le soleil était bien levé, elle est retouner dans la caserne pour manger le déjeuner, pour ensuite ressortir pour éviter de faire des missions toute la journée. Elle avait pris le chemin le plus long pour se réchauffer un peu les pattes, en sachant qu'elle allait rentrer durant la soirée. En même temps, elle voulait voir les humains avec leurs expressions effrayés lorsqu'ils voient un chat modifié. C'était presque amusant.
C'était déjà midi lorsqu'elle arriva vers le ruisseau, pour boire une gorgée d'eau, elle n'était pas dégoûté de sa couleur brunâtre. Après que l'eau a apaisé sa faim et sa soif, elle reprit sa route vers la fameuse Chapelle, elle allait parfois là-bas durant la nuit, les étoiles étaient magnifiques qu'on pouvait facilement s'hypnotiser rien qu'en les regardant.

Elle y passa toute la journée au Chapelle, somnolant de temps en temps, pratiquant ses mouvements de combats et en lapant l'eau fraîche. C'était rare qu'elle se promenait autant durant la journée, car généralement elle faisait sa promenade seulement dans la ville, mais elle sentit dans ses pattes qu'elle devait s'aventurer plus loin. Parfois, elle se demandait comment on se sent lorsqu'on est un Felinae, Caméléon ou un solitaire, est-ce qu'on se sent libre ? Est-ce qu'ils sont impitoyables comme eux, les Soldats ? Elle se posa plusieurs autres questions, dont elle ne connaîtrait sûrement pas la réponse.
La femelle décida de rentrer à la Caserne, là où se trouverait tout ses collègues pas-si-pacifique.
Le soleil prit place à la lune dès qu'elle vit les immeubles de la ville, en voulant rentrer plus discrètement, elle choisit d'aller traverser l'endroit où cela puait la charogne et tout; les Égouts. Elle détestait d'emprunter ce chemin, mais elle ne voulait pas se faire blessé par un humain - ce qui lui ai arrivé plusieurs lunes auparavant - elle ne voulait pas se battre ce soir. Elle avait la flemme.

En entrant par les Égouts elle fut aveuglée par l'obscurité, mais s'y habitua rapidement, elle marcha lentement, ne voulant pas se presser. La chatte grimaça en sentant l'odeur, puis marcha plus rapidement, elle sentit une douleur vive dans ses pattes et remarcha lentement en grognant, jamais elle ne referait plus ce genre de promenade.
Soudainement, elle flaira l'odeur d'un autre chat devant elle et vit une silhouette debout, puis s'assit. L'inconnu pointa ses oreilles droit devant, comme si l'intrus la reconnaissait.
Ayant une longueur de cinq queues de chat en fleurant l'air, ignorant l'odeur pour le moment. Elle fit encore quelques pas, puis reconnut l'odeur entre mille. Non seulement c'était un soldat, mais c'était celui qui l'entraînait.

-Nishari.

Elle sentit une douce chaleur dans son coeur, puis revit les moments d'entraînements passés avec lui. C'était l'unique Aedan, surnommé Professeur Aedan sous signe de respect. Elle se rapprocha un peu plus, assez pour que le Professeur la voit complètement, puis s'assit à son tour, ronronnant légèrement sans faire exprès. Non seulement il était son aîné, c'était un ami fidèle aux yeux de la femelle à la fourrure sable. Le matou bougea ses oreilles, ce qu'elle le fit aussitôt, malgré son expression vide. L'aîné reprit parole en posant une question tout en souriant malicieusement.

-Il se fait un peu tard pour une virée, tu ne trouves pas ?

Oui c'était vrai, pour une femelle comme elle c'était dangereux de se promener seule, surtout lorsqu'on a la paresse de combattre contre un ennemi.

-Peut-être, mais j'avais une envie de me promener, miaula t-elle.

Étrangement, elle n'avait aperçu aucun chat ennemis depuis sa promenade, peut-être ils ont pris un congé des patrouilles, en profitant de la chaleur de l'après-midi ? Impossible, même si un jour il y aurait une canicule, ils continueront d'organiser les patrouilles. Elle regarda de haut en bas le matou, il n'avait pas vraiment changer.

_________________
FormulaireFeuille de lien



Voici la couleur pour me parler: #FF9933

Petit comic o/:
 
Messages : 843
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 20
Mar 7 Nov - 15:45
Up.

_________________


Merci Enkiro pour cette merveille *-*:
 


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Zone de RP :: La Ville (territoires Soldats) :: Les égoûts-
Sauter vers: