Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
poor unfortunate souls ft.tenkā
Sam 10 Juin - 19:06


poor unfortunate souls

tenka



Emulp est le maître du jeu.

Tu t'étais clos dans ce monde terne. Il te semblait que tu rêvais, car la gravité n'avait pas d'influence sur ton corps; et tu te senti, un instant, libre; frêle, et tu te demandais pourquoi le bonheur semblait toujours si loin à atteindre; et pourquoi l'euphorie avait parcouru ton corps avec tant de facilité. Mais ta mémoire recouvra d'une seconde instantanée, et tu te retrouva à nouveau face à ce monde un peu étrange. Tu levas les yeux, tremblant de cette transe peu anormale; essayant de rendre compte du lieu dans lequel tu te trouvait. Le ciel transpirait d'une couleur bleuâtre et vomissait des nuages d'un blanc infâme; tout semblait chauffé à blanc, l'univers autour de toi était peint de lueurs bien trop claires, bien trop indiscernables; trop floues, abîmant tes sens, brûlant tes iris. Tu te tint debout, mais ton équilibre sombra avec ton corps, au sol. Le contact était glacé. Tu attendis quelques secondes, les yeux mi-clos, distants vers ce qui n'était rien, avant de parvenir à hisser ton corps horriblement lourd. Ce fardeau, tu en avais pourtant assez, d'être forcé par un quelconque destin, vaguement farceur, de le céder à d'autres. Tu aurais préféré que ta mère meurt d'avoir trop accouché plutôt que de te donner la vie, à toi. Mais c'était une chose établie, et tu ne pouvais nullement exprimer ton désaccord avec ces faits; tu n'aurais jamais le courage de mettre fin à tes jours. Et ils ne te laisseraient pas faire.

Une brise collante soufflait atrocement, et vint plaquer ton pelage déjà lourd de sueur, de salissure, contre ta peau souffrante. Tu pris quelques minutes pour nettoyer ton corps; mais ta langue âcre n'avait pas le pouvoir d'enlever cette salissure imaginaire qui te collait avec force. Ton ventre te torturait déjà, appelant à être satisfait. Tu le considéra avec pitié; mais ce n'était pas à toi de le remplir. Tu ne savais pas chasser, et ce n'était pas vraiment ton ventre. Tu attendrai patiemment que quelqu'un vienne, apitoyé par ton sort, et daigne te sauver de ton propre corps. Ton cerveau, parasité par ce besoin nutritionnel, ne parvenait déjà plus à se concentrer. Mais il te sembla que le meilleur choix était de te mouvoir dans l'immédiat, parce que rester trop longtemps au même endroit te mettait mal à l'aise. Et, en t'affaiblissant un peu plus, ça stimulerait les autres. Peut-être qu'ils viendraient; peut-être que non; peut-être que tu allais simplement t'épuiser jusqu'à ce que l'autre larve débarque; peut-être que c'était inutile; mais tu ne pouvais nullement daigner rester sans agir, dans cette souffrance irrespectueuse et indigne; presque honteuse, causée par une ignorance risible.

Tu te livra à ce rituel désastreux; celui qui te demandait la concentration de tous tes sens, ce qui était très, très compliqué pour toi. Savoir où tu étais réellement. Tu ressentis les facteurs; l'humidité, l'odeur âcre et infâme qui suait par tous les pores du lieu t'environnant, le dégoût que t'inspirait chaque respiration, ces facteurs cumulés qui te donnaient la gerbe. Tu te retint quelques instants, pensant à ne nullement frustrer plus ton estomac, mais ne put résister longtemps. Tu te tenait là, courbé, pathétique, ayant une horrible impression de chaleur, souffrant, affamé; la gorge douloureuse, sèche; persévérant dans cet état dégradé qu'était le tien. Tu soupiras, tentant de nettoyer ton visage. Tu étais dans le marécage; tu n'avais aucune stricte idée de pourquoi ou comment; tu savais juste que cet endroit te rendait malade et que tu désirai t'en éloigner le plus vite possible. Tu ne bougeais pas, haletant, priant. Priant. Reprenez ce corps, par pitié. Que quelqu'un de stupide se charge de cette carcasse, que quelqu'un daigne avoir assez de sarcasme pour ton être, et te prenne cette conscience; ou que celui qui te l'as laissée, cette enveloppe pourrie de l'intérieur, daigne la reprendre et l'arranger à ses frais.

Tu te sentais déjà faible quand quelqu'un arriva; et ce n'était pas un produit de ta tête, à ton désarroi le plus total.


GALLINEA (c)
Messages : 394
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 16
Jeu 22 Juin - 18:31
J'archive~ :c

_________________



Je ne rp que les weekends sauf exeptions

Merci Ocene!:
 


Merci Rain!:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ⊱ poor unfortunate souls
» Δ Poor Unfortunate Souls
» ivy (✦) poor infortunate souls
» Poor Unfortunate Soul - Ursula
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: