Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Alors comme ça tu veux un titre? Laisse moi rire { Perle noire, Opaline, Phénix Doré }
Messages : 186
Date d'inscription : 24/06/2016
Age : 15
Dim 8 Jan - 14:22
Je n'ai plus rien à faire au QG des Soldats. J'ai aussi la flemme d'aller m'entraîner. Je vais donc me baladé dans la prairie carnivore. J'y suis déjà aller avec mon ancien mentor mais je veut voir si cette endroit à changer depuis. Et ça me changeras du champs d'entraînement ou du QG.
Le ciel est clair, sans aucun nuage couvrant le moindre rayons soleil. Il réchauffe plus le pelage et fait fondre la neige restante. J'avais entendue dire que des humains se sont installer au refuge avec des chats qu'on nomme "domestique", je n'ai jamais entendue parler de se nom de chat et j'aimerais bien aller les voir.
La prairie est humide à cause de la neige fondue. Elle est donc un peu plus verte.
Les plantes carnivores donnent de la couleurs au champs. Violet, jaune, rose, on a de tous. Bon je dois quand même faire gaffe et il paraît que certaines peuvent manger un chat tout entier. Comme un vulgaire insecte attiré par leurs sucres.
En entrant dans cette prairie l'herbe me recouvre entièrement. Certaines plantes essayent déjàs de me manger la queue, d'autres les pattes. Une réussis à m'attraper la queue, je fais un saut en l'air et je tape cette foutu plante en sortant ma lames de ma pattes. Elle émis un cris strident avant de mourir et de tomber à terre
Je commence à avoir faim. Je n'avais pas pensé à manger avant de partir. J'ouvre alors la bouche pour mieux localiser les odeurs. Toutse que je sent c'est le sirop de ces plantes et... Un Felinae, ou même plusieurs je ne sais pas, je n'arrive pas à savoir à chose du sirop. Décidément ses plantes sont embêtante.

_________________

Ancienne signature de Perle noire:
 

Nouvelle signature de Perle noire:
 


{Perle noire vous parleras en #990000}
Dim 8 Jan - 15:53
Je m'étirai lentement sous le doux soleil d'hiver. La brise vint caresser mes moustaches. J'émis un ronron de plaisir et baillai à m'en décrocher la mâchoire. Je me secouai et m'assied dans un coin du camps. J'observai les alentours comme tous les matins. Mon regard s'arrêta sur Phénix Doré. Je me levai et allai la rejoindre la féline. Je lui proposai une partie de chasse et toutes les deux, nous partîmes du camps.

Mes pattes me portèrent à la prairie carnivore. C'étais dangereux, certes, mais au moins, grâce à la sève et les parfum que les plantes émanaient, nous étions certaines de trouver du gibier qui était attirés pas les senteurs.

Nous entrâmes alors dans la "jungle". Nous fûmes bien vite dépassés par les très hautes herbes. Je couchais mes oreilles vers l'arrière pour éviter de tout brûler. Les voraces végétaux essayaient de nous attraper mais, grâces à mes oreilles, je leur infligeaient de belles brûlures.

Nous avançâmes tout en essayant de ne pas trébucher sur les racines. Finalement les plantes n'étaient pas si embêtantes si on leurs faisaient comprendre qui était le chef. Entre autre, là, c'était ma camarade et moi. Je m'arrêtai. Je pouvais reconnaître cette odeur entre milles. Le soldat n'était pas loin et je savais qu'il nous épiait. D'une petite voix mais tout de même audible je dis :

"Perle noire...?"
Dim 8 Jan - 19:22
Alors comme ça tu veux un titre ? Laisse-moi rire. (Opaline, Phénix Doré et Perle Noire)
Tu es doucement calée dans ce que tu pourrais appeler un nid. Celui-ci, si nous regardons aux environs, se trouve dans le camp des Felinae. Tu pousses un long bâillement et agites les oreilles, lentement, d'avant en arrière. Tu t'étires, savourant le bonheur d'entendre tes muscles craquer, puis tu clignes des yeux afin de t'habituer à la lumière du jour. Elle t'aveugle, mais en quelques minutes, tu réussis à y voir plus clair, et à ne plus ressentir la douleur qui submerge tes yeux. Tu vois Opaline s'approcher de toi, et tu te demandes pourquoi. C'est une jeune chatte aux oreilles de feu, qui est très gentille avec toi, sans exceptions. Elle se rapproche et te salue, tout sourire, avant de te proposer une partie de chasse. Tu acceptes d'un signe de tête, et la suit à l'extérieur du camp ...
Vous vous dirigez vers la Plaine Carnivore, portées par les pattes d'Opaline, qui semble sûre d'elle. Les proies sont attirées par les senteurs de la sève qui s'écoule des arbres, par le nectar enivrant des fleurs plus dangereuses les unes que les autres. Vous vous glissez dans ce que vous appelez "Jungle", vite dépassées par les hautes herbes qui se démarquent dans le paysage coloré. De vicieux végétaux tentaient de vous attraper, ou de vous labourer le pelage, mais grâce au pouvoir d'Opaline, votre progression se passe sans encombres. Les racines jonchent le sol, et tu manques plusieurs fois de tomber. Opaline dresse les oreilles avant de miauler :
"Perle noire...?"
La petite chatte s'arrête, mais pas toi, tu étais un peu à la traîne on pourrait dire. Tu détectes toi aussi une odeur étrange, presque familière, qui te rappelles lorsque tu t'es échappée du laboratoire, et que tu as entrevu de nombreux chats, aux regards méprisants. Tu fronces la truffe et ferme les yeux tout en avançant ... Tu trébuches de nouveau sur une de ces satanées racines, et tombe la truffe dans la poussière. Tu soupires et gémis :
"Qu'est-ce que tu as dit ?"
Tu te relèves et t'assieds à côté de ta camarade, à l'écoute.
Messages : 186
Date d'inscription : 24/06/2016
Age : 15
Dim 8 Jan - 19:51
Je la reconnais, c'est Opaline, encore une fois. Décidément je la croise de partout. C'est peut- être le destin qu' veut qu'on soit ensemble. Mais je ne voudrais jamais être en couple avec une féline qui n'est pas dans mon clan et je ne sais même la si j'ai le droit d'être avec une féline d'un autres clan. Même un solitaire. Enfin bref. Un nuage de poussière ce lève derrière Opaline. Et une parole se mélange à cette fumée

"Qu'est-ce que tu as dit?"

Opaline est donc accompagnée d'au moin un chat Felinae. Mais je ne savais pas si c'est un mâle ou une femelle. Temps pis. Cela m'importe peut. D'ailleur, pourquoi à chaque endroit où je vais je croise Opaline. Bon pas à tous mais bon. Je lui répond alors

"C'est moi, en chaire et en os"

J'ai la flemme d'attaquer aujourd'hui, elle a de la chance. On se trouverais vers mon camps j' aura pas hésiter. Mais là ça ne sert vraiment à rien. Surtout quand il y a d'autres choses à surveiller comme les plantes par exemple
Je dit alors:

"Ne t'inquiète pas, j'ai pas envie de me bagarrer aujourd'hui. Pas comme la dernière fois"

J'émis un léger rire. Je m'assis en attendant ça réponse. Je fait gaffe aussi à ne pas me faire morse une deuxième fois par une plantes carnivores

_________________

Ancienne signature de Perle noire:
 

Nouvelle signature de Perle noire:
 


{Perle noire vous parleras en #990000}
Dim 8 Jan - 20:28
"Ne t'inquiète pas, j'ai pas envie de me bagarrer aujourd'hui. Pas comme la dernière fois" dit le soldat.

"Heureusement, tu sais que je ne veux pas me battre avec toi", répondis-je, un peu triste nostalgique.


Il ricana. Même si parfois, j'aimerais t'arracher ta fierté de soldat... J'émis un petit grognement à la suite de cette pensée. Je secouai la tête. Arrête, Opaline, tu sais bien... N'empêche que l'on se croise très souvent, tout les deux. Le destin ? Bah tiens ! Et puis quoi encore ?! Les histoires de destin, d'aventures extraordinaires et d'amour n'existe que dans les contes que les anciens aiment nous raconter, lorsque nous sommes chatons. Ce ne sont que des bêtises ! J'eus un pincement au cœur... C'est vrai ça... et
c'est tellement dommage...

Je me retournai vers ma camarade, un peu stressée qu'elle se fasse des idées. Elle nous écoutait mais n'avait pas l'air si étonnée ou même agressive. Elle était assise à côté de moi. J'étais plus rassurée. Et puis de toute façon, c'est une réelle personne de confiance. J'en étais sûre.


Je soupirai. Je le savais que c'étais impossible... Pourquoi persister ? Il ne comprend rien...

"Que fais-tu là, soldat ? Tu n'es pas là pour la nourriture, puisque tes humains te gavent pour se servir de toi. Alors à part te faire bouffer par des plantes mutantes, tu n'as rien à faire ici. Ceci dit, tu fais ce que tu veux", dis d'un ton sec et beaucoup plus assuré.

Je m'avançai d'un pas brusque et m'arrêtai juste devant lui. Je jetai un regard à sa queue. Des légères marques de morsures se laissaient apparaître.

"Je vois que tu préfères te faire croquer la queue plutôt que de dormir dans ton petit panier douillet de gros chat fainéant ! De toutes façons c'est tous que vous êtes, vous les soldats ! Des grosses boules de poils puantes qui ne savent rien faire d'autre que de manger et dormir ! Je m'en veux de t'avoir rencontrer ! Criai-je, énervée.

Nos museau étaient maintenant a quelques centimètres d'écart. Je fixais alors son regard bleuté et grognai. Cela faisait si longtemps que je ne m'étais emporter ainsi. Je pouvais lui hurler toutes les insultes inimaginables dans les oreilles, je sais qu'il s'en fout. Je ne connaissais même pas la raison de mon comportement. Je posai une griffe sur son poitrail. Mes yeux n'étaient devenues que des petites fentes orangées.

"Tu n'es qu'un imbécile ! Et tu sais ce que je regrette encore plus ? C'est de ... c'est de t'ai... roh et puis zut ! Tu ne comprendrais pas !"

Je m'arrêtai. C'est dernières paroles étaient presque restées dans ma gorge. Un seule mot n'eu reussi a sortir et je pense que je n'ai pas besoin de le préciser... Je me retournai et partis en courant, tout en donnant des gros coups de griffes aux plantes qui avaient le malheurs de me barrer la route.
Lun 9 Jan - 19:49
Les yeux grands ouverts, comme tes oreilles, tu écoutes attentivement les paroles échangées des deux chats, qui apparemment se connaissent bien. Tu fronces la truffe en pensant à ça. Opaline ne devrait pas aussi bien connaître ce matou, il n'est pas de Felinae. Tu agites tes oreilles d'avant en arrière, et entends les paroles prononcées par le chat tacheté :

"Ne t'inquiète pas, j'ai pas envie de me bagarrer aujourd'hui. Pas comme la dernière fois"

Ils s'étaient donc rencontrés plusieurs fois ... Tout cela est intéressant, tu continues donc à écouter, toujours assise dans la poussière, les yeux rivés sur la petite chatte aux oreilles de feu :

"Heureusement, tu sais que je ne veux pas me battre avec toi"

Tu écarquilles les yeux. L'aimait-elle ? Se passait-il quelque chose entre ces deux là ? Tu plisses de nouveau tes prunelles, en te posant une tonne de question dans ta tête. Tu inclines ton museau, et lance un regard interrogateur à Opaline, qui ne le remarque pas, elle est trop occupée à observer le matou.

"Que fais-tu là, soldat ? Tu n'es pas là pour la nourriture, puisque tes humains te gavent pour se servir de toi. Alors à part te faire bouffer par des plantes mutantes, tu n'as rien à faire ici. Ceci dit, tu fais ce que tu veux. Je vois que tu préfères te faire croquer la queue plutôt que de dormir dans ton petit panier douillet de gros chat fainéant ! De toutes façons c'est tous que vous êtes, vous les soldats ! Des grosses boules de poils puantes qui ne savent rien faire d'autre que de manger et dormir ! Je m'en veux de t'avoir rencontrer !Tu n'es qu'un imbécile ! Et tu sais ce que je regrette encore plus ? C'est de ... c'est de t'ai... roh et puis zut ! Tu ne comprendrais pas !"

Les mots sortent de la gueule d'Opaline comme un flot déversé par une rivière. Choquée par tous ces propos, tu observes la chatte qui a changé de position. Elle est maintenant collée au Soldat, le museau rapproché de lui. Elle pose une griffe sur son poitrail, t'arrachant un hoquet surpris. Après que quelques secondes ce soit écoulées, Opaline s'arrête net. Elle se retourne et s'enfuit en courant. Inquiète, tu miaules au matou :

"Je sais pas qui t'es, ni ce que t'as fait à Opaline, mais en tout cas, tu l'as mise dans un sale état. Reste ici, je vais la chercher, et ne t'avise pas de bouger, sale matou."

A ces mots, tu pars à la suite de la petite chatte aux oreilles enflammées, donnant des coups de griffes plus ou moins puissants sur les plantes carnivores te barrant la route. Lassée et moulue, à force de faire pleuvoir les coups, tu te fais attaquer, et mordre, te créant de petites blessures. Tu aperçois au loin Opaline, hors d'haleine. Tu cours la rejoindre, aussi vite que tu peux, et lui barre le passage. Tu t'effondre au sol et tu lui miaules doucement :

"Et ben dis donc, tu cours vite ! J'ai vraiment eu du mal à te rattraper ... Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est ce que t'a fait ce matou pour que tu lui dises ça, et qui c'est d'abord ? Pardon, je dois t'embêter avec toutes mes questions, mais ..."

Ces mots restent coincés dans ta bouche. Tu baisses le regard, et observe tes blessures. Elles sont superficielles, tant mieux, tu vas pouvoir bénéficier de ton pouvoir. Tu laisses échapper quelques larmes dorées, qui coulent le long de tes joues, avant de se déposer sur les morsures que tu as reçu. Celles-ci se cicatrisent automatiquement, et te font un bien fou ! Une migraine légère mais présente te submerge, et tu fermes les yeux pour la supporter. Tu restes comme ça longtemps, avant de demander à Opaline :

"Tu as des coupures ou des morsures, que les plantes t'ont faites ?"

Tu rouvres les yeux, la migraine laissant pour traces un petit mal de tête qui te fait esquisser une grimace. Tu jettes un coup d'oeil inquiet à la petite chatte, et celui-ci devint aussitôt empli de compassion.
Messages : 186
Date d'inscription : 24/06/2016
Age : 15
Lun 9 Jan - 20:34
Heureusement, tu sais que je ne veux pas me battre avec toi"

A cette phrase je rigolais un peu plus fort. Puis en enttendant la deuxiéme je suis plié de rire. Le fou rire arrive. Il est coriace et reste assez longtemps

"Que fais-tu là, soldat ? Tu n'es pas là pour la nourriture, puisque tes humains te gavent pour se servir de toi. Alors à part te faire bouffer par des plantes mutantes, tu n'as rien à faire ici. Ceci dit, tu fais ce que tu veux. Je vois que tu préfères te faire croquer la queue plutôt que de dormir dans ton petit panier douillet de gros chat fainéant ! De toutes façons c'est tous que vous êtes, vous les soldats ! Des grosses boules de poils puantes qui ne savent rien faire d'autre que de manger et dormir ! Je m'en veux de t'avoir rencontrer !Tu n'es qu'un imbécile ! Et tu sais ce que je regrette encore plus ? C'est de ... c'est de t'ai... roh et puis zut ! Tu ne comprendrais pas !"

Je n'ai pas le temps de répondre qu'elle part dans la direction oposé en s'acharnant sur les plantes carnivores. La féline qui l'accompagne me dit alors

"Je sais pas qui t'es, ni ce que t'as fait à Opaline, mais en tout cas, tu l'as mise dans un sale état. Reste ici, je vais la chercher, et ne t'avise pas de bouger, sale matou."

Là je suis mort, mort de rire. Moi, obéir à une Felinae? Plutot mourir ouais. J'attend qu'elle parte assez loin pour pouvoir partir aussi. Là je ne la voie plus du tout. Je pars donc dans la prairie, sans suivre un seul chemin. Je fait de plus en plus attention au plantes carnivore jusqu'à adopter une métode pour ne pas me faire mordre: sortir mes de lames et tout couper sur mon passage. C'est paratique pour avancer mais pas pour la discrétion.

_________________

Ancienne signature de Perle noire:
 

Nouvelle signature de Perle noire:
 


{Perle noire vous parleras en #990000}
Messages : 194
Date d'inscription : 10/09/2016
Age : 97
Dim 19 Fév - 11:54
Up ♪
Dim 23 Avr - 20:23
Deuxième up!
Lun 19 Juin - 17:08
J'archive~ :>
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alors comme ça je suis fou ? [Terminé]
» Alors comme ça, on est camarades? ~ Selvi Sayanel
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» " Alors comme ça tu es mon fils ? " [PV : Ethan]
» SAGE ☞ je veux pas du ciel comme royaume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: