Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
I HATE THE NEVER ENDING SKY! - Alec | Felinae | Sous-chef | Fini
Messages : 530
Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 17
Dim 23 Oct - 1:32


▬ ALEC
Small world, everyone's eyes on ya. Don't like it.
✞ ✞ ✞



◮ En général.

❖ Prénom ; Alec
❖ Sexe ;
❖ Âge ; 3 ans
❖ Clan ; Felinae
❖ Rang ; Sous-chef
❖ Race ; Savannah x Bouc
❖ Origine ; Soldat
❖ Orientation ; Hétérosexuel.
----------
❖ Pseudo ; Franche
❖ Age ; 14 ans
❖ Date de Naissance ; 11/12/2001
❖ Découverte du forum ; /
❖ Parrain/Marraine ; /
❖ Ancien Personnage ; Levi
❖ Double Compte ; /

◮ Pouvoir

Alec possède le pouvoir dit Paranoïaque, en effet, Alec possède la capacité de vous faire voir un grand nombre d’hallucinations, tout ceci s’active à son souhait. La seule contrainte est qu’il est obligé à sa victime de croisé son regard, ne serait-ce qu’une fraction de seconde. A cet instant, un sceau dit satanique se trace sur vous, sur votre tête ou même votre épaule, l’endroit est aléatoire. A cet instant, vous commencerez à trembler, ressentir des sueurs froides, stresser, .. Après un millième de seconde, la paranoïa débutera, vous pourrez soit apercevoir des yeux s’ouvrir sur vous, ou sur votre voisin. Un liquide noir visqueux s’écouler de votre bouche ou de vos yeux, le sol se noyé de sang, .. Les hallucinations sont infiniment diversifiés, et peuvent marqués à vie les esprits les plus faibles, rendre paranoïaque un esprit sain. La limite de distance de son pouvoir est de plus ou moins 1 kilomètre, mais la peur pétrifiant la plupart des ennemis touchés, ils ne s’éloigneront jamais du rayon d’action. En effet, les hallucinations sont très effrayantes. Mais ce pouvoir n’est pas sans action sur son porteur, Alec se retrouvera souvent affaibli, et ce sera dans ces moments qu’Alec pourrait faire des crises cardiaques, car Alec peut aussi voir ses hallucinations, même si il est moins touché que sa victime.


◮ Physique

Alec est un félin haut sur patte, de par sa race « Savannah », il est donc l’un des plus grands félins de Felinae, doublé par Levi qui était génétiquement modifié pour être grand. Alec possède des pattes avant puissantes. Son pelage est composé d’un dégradé de marron chocolat, du marron plus foncé suivant ses joues, passant sous son museau et sous ses yeux, continuant le long de son poitrail et passant sous son ventre. Du marron foncé sur sa mèche, suivant sa colonne vertébrale, passant entre ses deux cicatrices. Son pelage est moucheté de tâches brunes. Ses yeux ne sont pas de la même couleur, étant frappé d’Hétérochromie, il possède un œil marron et un ambré. Une longue cicatrice parcoure son visage, passant d’au dessus son œil droit, derrière l’une de ses cornes, pour descendre le long de son museau, passant sur sa joue gauche, passant sous sa bouche. Ses oreilles sont plutôt grandes et hautement placé sur son crâne, le bout de celles-ci sont composé d’un dégradé de marron foncé, l’intérieur est brun clair. Ce même brun clair est visible sur ses pattes avant, formant des « chaussettes », les doigts étant marron foncés. L’arrière de son corps est celui d’un bouc, rouge comme le feu des enfers, étant plus foncé à partir de ses pattes, les sabots de celles-ci étant rouge foncé, voir bordeaux, sa queue touffue a été remplacé par une fine queue rêche, dont le bout est en triangle, similaire aux descriptions donnés des queues de démons ou de diable, cette partie de son corps ayant été offerte par son père. Deux petites cornes sont placés sur son front, l’une des deux étant parcourue d’une fissure. Un bout de tissu noir orne sa patte arrière droite. Alec possède une allure de dur, pourtant ses épaules sont tombantes, il porte toujours cet air de félin écrasé par son passé et épuisé.


◮ Caractère

Hanté. Ce seul mot peut décrire Alec. En effet, ce félin est brisé intérieurement parlant, au cœur. Il a perdu sa compagne et sa fille dans un incendie, en même temps que l’arrière de son corps. Alec est hanté par son passé, et les fantômes de ses souvenirs. Il est fatigué, stressé, il ne demande qu’a mourir. Pourtant son instinct étant bien trop fort pour le laissé mourir, Alec continue de survivre dans ce monde apocalyptique. Alec est de nature distant, froid, sec, rêche, dur. Avant, c’était un félin souriant, heureux, vif, en vie. Depuis, la vie est comme une pénitence pour lui, c’est une peine qu’il doit purger. Si il est encore en vie, c’est parce qu’il doit payer quelque chose. Il est distant avec les autres, si quelqu’un l’aborde, il ne lui jettera qu’un regard avant de retourner se plonger dans ses pensées. Pourtant, Alec est un bon travailleur, lorsqu’une tâche lui est demandé, il mets toute son âme dans cette quête. Il est très responsable, et ne foncera jamais tête baissée, il réfléchira toujours à la situation, comment la tourner dans la faveur de sa guilde. Il sait être convainquant, personne ne lui tient tête, ou ne se rebelle à ses paroles. Il est un peu comme une « victime » même si il se laisse seulement rabaissé par ses pensées et ses démons. La mort de sa compagne et de sa fille sont de sa faute, pour lui. Si Alec avait été plus rapide et plus fort, il aurait pu tous les sauvés. Pourtant, maintenant, on retrouve un Alec blessé au cœur, et pas que métaphoriquement. Tout ces problèmes et ce stress créa chez Alec une arythmie cardiaque, son cœur étant trop lent ou trop rapide, ses conductions cardiaques étant atteintes. C’est pour cela qu’il faut qu’Alec évite trop de stress d’un coup, ou de faire de l’exercice.


◮ Histoire

» Où.. Où suis-je ?
» Salut, Alec.
» Qui.. Qui es-tu ! Qu’es-tu !
» Je suis l’une de tes créations, Alec.
» Je.. Je t’ai fais ?

C’était en automne, une de ses journées où l’orange de la saison règne sur tout les arbres du monde. C’est en cette journée qu’elle est née. Une des perles que peut enfantée la nature, dont la beauté est telle que l’éclat d’une étoile. C’est aujourd’hui qu’est née sa fille. Oui, la fille née de l’union d’un félin au sourire éclatant comme la lune, et d’une féline au regard envoûteur telle que les ondulations d’une aurore boréal. Pourtant, cette fille a disparu derrière un rideau de flamme, accompagnée de sa mère. Son père, était de l’autre côté, son père n’a pas pu les retenir, elles sont parties car il avait été impuissant.


Des piaillements s’élevaient d’une souche d’arbre mort, des piaillements de nouveaux nés. Un groupe de quatre rats recouvert de peu de poils se tortillaient pour tenter d’atteindre le ventre chaleureux de leur mère. Un ronron provenait de ce ventre, où chaque chatons trouva sa place, accrochés aux mamelles de la chatte. Cette chatte possédait un poil long, de couleur châtaine, virant au roux. Elle était belle, ses longues oreilles étaient ornées de petits duvets, qui s’agitaient dans le vent lorsque la chatte riait aux actions de ses chatons. Le mâle, n'était pas là. L’un des chatons poussa un miaulement, et redressa un regard vers sa mère, qui lui souri.
Ce même chaton, devint un soldat, d’abord un jeune félin sans capacité extraordinaire, comme ses voisins aux capacités de cracher du feu, de voler avec leurs ailes de pigeons, de manier l’eau à leurs guises. Ce chaton avait hérité du prénom d’Alec, offert par sa tendre mère, qui avait disparue dans la nature avec ses frères et soeurs. Alec ne connaissait pas son père, pour lui, il n’en avait pas, mais sa mère lui avait raconté quelques histoires sur lui, comme son arrière de chèvre, ainsi que son pouvoir d'échanger un membre ou une partie du corps de son ennemi avec la sienne. Sa mère? Elle avait le pouvoir de guérison. Le jeune félin s’entraîna dur, jour et nuit, jusqu’à ce que son heure arrive. Il fut attrapé par ces bipèdes aux pelages blancs glissants, à la face recouverte d’un tissu vert avec leurs yeux d’insectes. Alec fut placé sur une surface grise, telle que la pierre, mais aussi brillante que le soleil, et aussi froide qu’une étoile morte. Des lanières de cuirs furent accrochés autour de lui, le plaquant sur la table, l’immobilisant. Il se tortilla, tel le chaton qu’il était le jour de sa naissance. Une des pattes blanches d’un bipède se posa sur son cou, le collant à la surface, l’empêchant de se tortiller. Une vive douleur se fit ressentir dans l’une de ses pattes, suivit d’un liquide aussi froid que la table qui parcourut son corps, se diffusant depuis la piqûre. La douleur de la piqûre disparut, ainsi que le poids de la patte du bipède, mais le liquide était tellement froid qu’il le brûlait intérieurement, et le faisait se tordre dans tout les sens, en poussant des feulements. Il se calma rapidement, se plaquant ventre à terre, les pattes allongées, les griffes faisant des étincelles quand elles tentaient de s’accrocher à la surface lisse. La douleur disparue rapidement aussi. Mais une autre grandissait entre ses épaules et sur son front. Une douleur tellement immense, comme si on lui poussait les os, qu’on l’écartelait. Sa peau se redressait à ces endroits, et elle se craqua, laissant place à des ailes entre ses épaules, et des cornes sur son front.Les ailes s’ouvrirent lorsqu’elles eurent assez de place en dehors du corps. Le félin avait été assommé par la douleur que ces poussées lui procurait, sa tête était couchée contre la table, sa gueule était entre-ouverte et de la bave coulait d’entre ses crocs, ses yeux étaient mis-clos, couvert par le voile de la douleur.
Il se réveilla, quelques jours après la naissance de ses ailes et de ses cornes. Il eut d’abord du mal à trouver l’équilibre, avec ce nouveau poids sur son dos et sur son front, mais rapidement, il réapprit à marcher, et bientôt à voler. C’était d’abord saccadé, mais rapidement, il volait tel un oiseau. Ces ailes lui donnait la possibilité de réalisé son rêve ; voler avec les oiseaux, car la seule limite est le ciel, il n’en avait plus aucune maintenant. C’était.. Magique. C’est en ce jour, qu’il rencontra une jeune chatte d’une nuance telle que le sable volant dans le vent, le regard vert émeraude envoûtant, les pattes fines et élancées. C’était la plus belle femelle qu’il avait vu de sa vie. Elle avait un sourire permanent sur son visage, comme si chaque moment dans sa vie était le plus heureux qu’elle vivait. Son nom ? Il prit plusieurs jours avant d’aller le lui demandée. C’était Lilith, elle était tellement belle.. Rapidement, elle devint la compagne d’Alec, c’était l’amour fou, tel qu’il est décrit dans les contes de fées.
Mais un jour, Alec descendit de son petit nuage. C’était un retour dans les salles blanches. Alec avait développé le pouvoir de dessiner sur le sol, ou sur les gens, rien de très fameux. Ces dessins provoquaient une faible lueur bleuté, magnifique lorsqu’il fallait regardé les étoiles avec Lilith. Pourtant, il était inutile aux yeux des bipèdes. C’est dans cette salle qu’Alec vécut une nouvelle douleur, telle que celle de la poussée de ses ailes. Les bipèdes l’avaient attaché sur la table, une nouvelle fois, mais cette fois, bien plus que la première fois. Alec ne pouvait plus bouger, même pas d’un poil. C’est alors que l’un des bipèdes s’approcha d’Alec, un objet triangulaire en main. L’une des faces de cet objet était denté, comme les montagnes que l’on peut voir au loin. Il plaça cet objet contre l’une des ailes d’Alec, et entama des allées-retours, avançant dans le plumage des ailes. La douleur était telle, qu’Alec avait l’impression qu’on lui déchirait un membre. Après avoir creusé quelques centimètres dans l’aile, les bipèdes s’attelèrent à tiré sur les ailes, les déchirant du corps du félin brun. Un bruit grave s’éleva dans la pièce quand les deux ailes se détachèrent du félin. Le sang coulait à flot des deux trous laissés par les ailes. Alec n’avait pas supporté cette douleur, et avait de nouveau été emporté dans un coma profond. Les bipèdes attrapèrent des torches, et brûlèrent les plaies, pour qu’elles cicatrisent plus vite.
Plusieurs jours, voir plusieurs semaines après, Alec se réveilla. Ses épaules étaient bandées, et le poids qu’il ressentait avant la disparition de ses ailes avait lui aussi fait ses bagages, ses cornes étaient toujours là pourtant. Il avait de nouveau la difficulté de se déplacé, mais Lilith était là pour l’épaulé. Les bipèdes le regardaient avec un air énervé, toujours, car ce félin brun n’apportait aucun résultat satisfaisant. Il serait inutile une fois lancé sur le champ de bataille. Pourtant, les bipèdes le laissèrent continuer à vivre, le laissant dans le camp, envoyant Lilith face aux ennemis. A chaque combat, Alec se questionnait, il s’inquiétait à en mourir, il s’inquiétait de cette chatte au pelage de sable qui avait emporté son cœur. Cette femelle lui avait donné une fille, une magnifique chatte au pelage doux, au même regard que sa mère, au même sourire que son père, dénommé Mazikeen. Elle était née en automne, et portait cette couleur sur son pelage. Une longue écharpe noire lui avait été offerte, une fois son pouvoir reçut. Ce chaton était devenue la deuxième raison de vivre d’Alec.
Pourtant, un jour, l’incendie éclata. Ce n’était pas le premier, ni même le dernier. Alec épaulait sa compagne et sa fille, se dirigeant vers la sortie. Ils grimpèrent sur les cages, sur les toits, pour s’enfuir de cette prison. Sur le dernier toit, Alec passa devant, pour rattraper Lilith et Mazikeen, pourtant, lorsqu’Alec se retourna pour attraper sa fille, la boite de bois sur laquelle les deux femelles se tenaient s’écroula, avalée par les flammes. Alec attrapa l’écharpe de sa fille, celle-ci tenta de s’accrocher à son père, l’écharpe craqua. Mazikeen balafra le visage de son père dans sa chute. Alec ne put rien faire, il regarda sa compagne Lilith et sa fille Mazikeen disparaître dans cette mer de feu, impuissant. La chaleur faisait tourner la tête au félin, qui tenta de se retourner, pour fuir vers la forêt, son esprit perdu, mais son instinct le puissant à survivre. Il s’écroula sur l’un des toits, la fumée le privait de son oxygène, et il finit par tomber dans les pommes. Pourtant, il sentait une énorme douleur dans son arrière-train, il sentait une douce chaleur l’attrapé et l’enlacé. Il ouvrit les yeux, il y vit son arrière-train brûlé, dévoré par les mêmes flammes qui avaient avalés sa compagne et sa fille. Il vit aussi un regard brillant derrière le rideau de fumée face à lui. Il s’écroula de nouveau.
Il se réveilla un long moment après. Il était dans une souche, cette souche qui lui paraissait si familière, son arrière-train le faisait horriblement souffrir. Mais lorsqu’il y porta un regard, il y vu une fourrure rouge pourpre, des sabots terminant ses pattes, le même arrière-train que son père avait, selon les récits de sa mère. Sa longue queue touffue avait disparut, et avait été remplacée par une queue rêche et pointue. Il se redressa  d’un bond, se prenant le toit de la souche d’arbre mort. Le sol de cette souche était recouverte de mousse, avec des proies, plus ou moins fraîches, des baies, d’autres mousses remplis d’eau.Le poids de la puce avait disparu elle aussi, il y porta une patte et y senti un trou creusé dans sa peau, recouvert de toile. Son sauveur avait tout fait pour qu’Alec survive. Une odeur familière, mais tellement lointaine qu’il ne se rappelait plus d’où il l’a connaissait flottait dans l’air. Son sauveur n’était pas là, et lorsqu’Alec porta un regard dehors, il remarqua que les traces de celui-ci était ancienne. Il n’était plus là, depuis un moment. Alec se retourna, et vit le bout déchiré de l’écharpe de sa chère fille. Il la renifla, l’odeur de sa chère Mazikeen n’était plus dessus, la seule odeur qu’il pouvait sentir était celles des flammes. Il attrapa le bout de tissu et le glissa autour d’une de ses pattes arrières, l’attachant fermement. Il prit le reste de proies encore mangeable, et quitta la souche. Lorsqu’il croisa une flaque, il y lécha la surface à plusieurs reprises avant de remarquer que son reflet apparaissait. Il y vit ses deux cornes rouges sur son front, toujours présentes, et un nombre de toiles d’araignées recouvrant son visage. Lorqu’il retira ces feuilles, il y vit une longue cicatrice, celle que sa fille lui avait fait avant de chuter dans les flammes. Le félin redressa la tête, il n’était pas surpris, il était hargneux. Il se retourna et fonça tête la première sur un rocher, avec comme seul objectif de briser ces cornes, mais seulement l’une des deux se fissura. Il s’élança donc dans la forêt, vers le soleil couchant. Il s’arrêta lorsqu’une forte odeur de félin parvint à ses narines. Un grand attroupement de félins se trouvait face à lui, derrière un mur de buissons et d’arbres. Alec les passa. Il se retrouva face à une armée de félins, ils étaient nombreux, de toutes couleurs, de toutes formes, de toutes tailles, de toutes couleurs. Un des félins se trouvait tout en haut, accompagnés de trois autres félins. Celui du milieu était un félin sable, tacheté de brun avec un grand nombre de queue. Celui de droite était un grand félin gris aux longs crocs. Celui de gauche était un autre félin sable tacheté telle un léopard, il possédait des yeux bleu électrique, comme sa queue. Le dernier était un petit félin similaire au gris, sans les longs crocs, mais avec une cape verte, dont les yeux lui rappelait quelque chose.
Quelques jours plus tard, Alec réussit à rejoindre cette guilde. Elle était ce que les soldats appelaient les « ennemis », mais son vraie nom était Felinae. Une autre guilde se trouvait plus loin, elle était pacifique et se dénommait les Caméléons. Un long moment plus tard, Alec devint l’un des sous-chef de cette guilde, aux côtés des trois autres. Pourtant, un jour, le gris aux longs crocs fut tuer par le plus petit gris, qui décida de quitter la guilde. Il ne restait plus que le félin léopard aux côtés d’Alec, son nom était Thaiko. Ces deux félins étaient les sous-chef de la tête de cette guilde, son nom était Dariel.


◮ Autre

Réponses kickées par Nuage e_e


© Kinotto de LG.


_________________

«Les gens ne se laisseraient pas tenter par le Diable s'il n'était pas séduisant»
Alec vous détruit en #663300






Dernière édition par Alec le Dim 7 Mai - 15:06, édité 5 fois
Lun 24 Oct - 10:01
Heey~
Le pouvoir est correct, mais tu devrais peut-être diminuer la portée au vu de sa puissance.
Pour le physique, il y a trop de modifications. Cornes, pelage, queue, sabot. Je te laisse compter.
Par rapport au caractère, j'en parlerai aux autres staffiens mais je doute qu' un chat "brisé intérieurement " soit accepté en tant que sous-chef ^^'
Pour ton histoire, je vais voir avec le staff si l'explication des modifications est acceptable. Tu n'as pas décris comment Alec se débarrasse de la puce, d'ailleurs.
Oh, et n'oublie pas que les phrases et noms propres commencent par une majuscule. Les rajouter, en plus de respecter la définition de "phrase", permettrait de faciliter la lecture pour les boulets comme moi qui ne parviennent pas à voir dans ton texte quand il y a des virgules ou des points.
Bonne journée ^^
Messages : 530
Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 17
Lun 24 Oct - 13:28
J’ai raccourcis la distance du rayon d’action de son pouvoir. J’espère que ce sera suffisant.
"Brisé intérieurement" j'ai rajouté, pour plus de clarté, que c'était au cœur, de par la perte de sa compagne et sa fille. J'ai de même vu avec Nuage si je pouvait mettre Alec sous-chef, et elle m'a répondu que si il y avait de la place, oui.
J’ai modifié l’histoire d’Alec pour expliquer d’où venait ces modifications. Les cornes étant venu en même temps que ses ailes (qui, elles, ont été arrachées), ce qui compte comme deux modifications physiques sur Alec. L’arrière du bouc (qui devrait, logiquement, compté comme une seule modif ;) ) vient de son père, qui le lui a échangé par le biais de son pouvoir, en même temps que la queue. La queue ayant été échangé plus tôt d’un ennemi à son père. Pour faire clair, le père d’Alec à échangé sa queue avec celle d’un autre félin, mais il possédait de base le pelage rouge et les sabots (arrière de bouc). Il a donc échangé son arrière-train avec son fils (queue + bouc). Je pense que ceci explique cela clairement.
Pour la puce, j’ai rajouté ce qu’il manquait.
Pour les majuscules etc, le code force les écrits à être en minuscules. Tu peux voir que je les ai ajoutés en modifiant mon post.
J'espère que c'est bon.

_________________

«Les gens ne se laisseraient pas tenter par le Diable s'il n'était pas séduisant»
Alec vous détruit en #663300




Lun 24 Oct - 13:35
Bienvenue !
Messages : 1128
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 26
Ven 28 Oct - 1:23
Je valide, exceptionnellement. On a l'aval de la fondatrice pour cette histoire de modifications physiques supplémentaires au vu de l'histoire.

_________________
Mon Deviant Art ♦️ Page Facebook
"Le harcèlement ne paye pas, seule la patience est récompensée."Proverbe Neko =p
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LEVI - « Les fous ce sont ceux qui acceptent de vivre comme du bétails » Felinae, sous-chef
» « Bats-toi. Si tu perds tu meurs, si tu gagne tu vis. » — Erudite's lament. Felinae, sous-chef
» Cendres, blasée et apathique, Felinae, Sans-Rang [Fini]
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Fiches :: Validées :: Felinae-
Sauter vers: