Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Pan - Messagère caméléonne - "Un jour j'irai vivre en théorie parce qu'en théorie tout se passe bien." [FINIE]
Sam 10 Sep - 23:09

Pan
"Un jour j'irai vivre en théorie parce qu'en théorie tout se passe bien."

• Sur Felinae

• Nom : Pan. Toutefois elle accepte tout surnom -avec un nom pareil y'en a un paquet à faire hehe- et ça l'amuse plutôt qu'autre chose.
• Sexe : Femelle, mais fait légèrement garçon manqué.
• Âge : 9 mois seulement.
• Clan : Les Caméléons, ce qui lui va très bien.
• Rang : Messagère depuis peu. Elle trouve que c'est le rang qui lui donne le moins de travail à faire et elle apprécie courir d'un endroit à l'autre pour délivrer un message.
• Race : Chat de gouttière, tout simplement.

• Pouvoir :
Pan est une cousine éloignée du kangourou.

Ce n'est pas son corps en lui-même qui a été modifié durant l'expérience, mais la salopette qu'elle portait. Celle-ci a été "rattachée" au corps de Pan ce qui fait que non seulement elle ne peut plus l'ôter, la salopette fait partie intégrante de son corps, comme une sorte de deuxième fourrure. Alors, qu'est-ce qu'elle a de si spéciale cette salopette ?
La poche de sa salopette qui se trouve sur au niveau du poitrail de Pan est tout simplement infinie. Ou du moins, elle n'a pas encore rencontré une quelconque limite. Oui oui, ça défie complètement les lois de la physique et de la logique mais Pan elle-même n'a absolument aucune idée de comment est-ce que son pouvoir marche, ce qui n'est pas franchement un problème pour elle. En tout cas, elle pourra y enfouir tout ce qu'elle voudra, sans que sa poche ne craque. Un éléphant unijambiste, une pizza, un narval à deux cornes, vraiment n'importe quoi. Elle a essayé de nombreuses fois de mettre sa patte dans sa poche pour voir ce qui se passerait et pourtant, rien ; tout semblait normal.

Après, tout pouvoir implique limite et Pan ne fait pas exception à cela. Le temps qu'elle pourra garder les trucs qu'elle enfoui dans sa poche dépend entièrement du poids de ceux-ci. Non pas qu'elle sent ce poids directement, mais plutôt qu'il l'épuise. Plus un objet sera lourd, moins longtemps Pan pourra le garder dans sa poche. Autrement, le garder au-delà de ses limites l'épuisera jusqu'à l'évanouissement, voir la mort dans un cas des plus extrême. Dans le cas ou plusieurs objets seront mis dans sa poche, le temps qu'elle pourra les garder dépendra du poids total de ceux-ci. Autrement dit, si elle porte des objets faisant chacun 100 grammes et qu'ils pèsent au total 900 grammes, Pan pourra les garder le temps qu'un seul objet de 900 grammes peut rester dans sa poche.
De plus, Pan ne peut pas mettre de choses vivantes dans sa poche, autrement la poche fera comme quand la p'tite essaye de mettre sa patte dedans ; elle redeviendra tout à fait banale.
Enfin, il y a une contrainte tout simplement physique à ce pouvoir. Elle ne pourra faire rentrer dans sa poche que des choses d'une taille appropriée. Sa poche faisait une vingtaine de centimètres de largeur, ça donne un aperçu des limites que cette contrainte donne.

Tableaaaaaau:
 

P.S: c'est tiré par les cheveuuuuuuuux
j'ai eu l'idée de ce pouvoir sur un coup de tête, et je comprendrai tout à fait si vous ne pouvez pas l'accepter/si y'a trois mille trucs de plus à expliquer. :'D

• Physique :
Le physique de Pan rappelle l'automne par ses couleurs et ce qu'il dégage.

On pourrait penser que sa petite taille est normale étant donné qu'elle n'a pas encore tout à fait atteint sa taille adulte mais Pan est bel et bien plus petite que la plupart des femelles. Ce n'est pas non plus une différence de taille considérable, elle est tout simplement courte sur pattes. En fait, presque tout son corps est court. On pourrait presque penser à un bobtail en voyant sa minuscule queue ébouriffée. Ses petites oreilles rondes, son museau joufflu et son corps plus généralement accentue ce côté "p'tit chaton tout mignon" qu'on peut lui donner. Elle apprécie cela d'ailleurs, même si c'est pour dire qu'elle est toute mignonne les compliments la flattent.

Pour ce qui est de son pelage, il est fait de couleurs qui, encore une fois, rappellent l'automne. Elles ne sont pas tout à fait naturelles et un chat des plus banals ne se retrouverait pas avec le pelage que possède Pan, simplement car si l'expérience ne lui a pas donné de changements majeurs à ce niveau, elle a légèrement altéré les couleurs que portaient Pan, autrefois plus brunâtres. Celle qui recouvre la plus grande partie de son corps est un rouge bordeaux grisâtre, virant presque au violet. Sur son poitrail, le bout de ses pattes mais aussi de sa queue on retrouve une même nuance de crème, éclairant de cette manière tout son pelage.
La petite possède aussi des rayures variées, mariées avec des sortes de ronds d'une nuance semblable à la couleur principale de son pelage mais en bien plus foncé. Celles-ci sont placées sur la partie supérieure de sa queue, de ses oreilles et sur son dos, ce qui n'est par contre pas visible vu que recouvert par sa salopette. Enfin, juste au dessus de la couleur crème sur le bas de ses pattes, on voit une bande orangée que l'on retrouve aussi en dessous de ses yeux.

Pour ce qui est de sa salopette, elle est marron clair avec des boutons dorés légèrement décolorés. Les lanières, manches et poches de la salopette sont plus foncées que le reste de l'habit.
Spoiler:
 

• Caractère :
Résumé du caractère si vous avez la flemme de lire:
 

Pan. Panpan. Pantoufle. Pancakes. Peter Pan. Panda. Pan au chocolat. Pansement. Et plus morbide, pendaison.

On sait qu'une personne est quelqu'un de drôle au nombre de jeux de mots qu'on peut faire avec son nom. En suivant cette logique, Pan serait la personne la plus cool et hilarante au monde. Selon elle, elle l'est. Selon les autres, elle est chiante et bizarre.

Flemmarde: La p'tite ne voit pas l'intérêt de se presser, elle prend son temps et ce quelque soit la situation. On a tout l'éternité pour se mettre au boulot, alors profitez du temps qui vous est donné au lieu de passer votre temps à exécuter les tâches qu'on vous donne. Heh, peut-être pas toute l'éternité dans un monde comme celui-ci mais peu lui importe, ce n'est qu'un détail. Enfin, tout ça c'est plutôt une manière d'éviter de dire que Pan est une grosse flemmarde. Elle préfère de loin, très loin, glandouiller dans son coin toute la journée plutôt que de faire quoi que ce soit de productif. On le lui reproche souvent d'ailleurs, qu'elle devrait faire un effort mais très honnêtement elle en a rien à faire. Peu importe la personne qui lui dit cela, elle trouvera toujours une sieste bien plus agréable que de faire un tour dehors, surtout avec la multitude de dangers qu'on y trouve.

Lunatique: Une minute calme et posée, l'autre complètement hystérique pour aucune raison, Pan est imprévisible vis à vis de ses humeurs. Ce qui se passe dans sa tête est assez incompréhensible et dans l'espace de quelques secondes son avis sur quelqu'un, ses idées et n'importe quoi qui lui passerait par l'esprit peuvent changer radicalement. Après, n'allez pas croire que ce sont les autres qui influencent tout cela car concrètement elle se fiche royalement de leurs avis, c'est elle et elle seule qui décide de ces changements d'idées et d'humeurs, bien qu'ils soient soudains.

Je m'en foutiste: «Arrête de te foutre de la gueule du monde.»

C'est sûrement les mots que Pan a le plus entendu pendant tout le long de sa courte vie. Il faut avouer, qu'elle les mérite. Toujours à prendre tout à la légère, toujours à rigoler du premier inconnu, tout le monde lui dit que ça finira par lui retomber sur la tête, pour faire mal, très mal. Saaaaaauf que Pan n'est pas quelqu'un qui vit dans le futur. Le présent est la seule chose qui a de l'importance, peu importe que ses actions et ses paroles est des répercussions sur sa vie plus tard. Tant pis, que les autres la méprisent pour cela ce n'est pas son problème mais bien le leur, elle trouvera bien quelqu'un d'autre avec qui s'amuser un moment.

S'attache difficilement: D'ailleurs les amis, les connaissances, ça va, ça vient n'est-ce pas ? Elle en a rencontré un paquet, des gens, plus ou moins sympathiques, avec qui elle a eu une relation plus ou moins proche et pourtant... pourtant elle a finit presque toujours pas les laisser en plan, sans aucune difficulté ni regrets. Enfin, la plupart du temps c'est cette personne qui avoue à la demoiselle qu'il la trouve insupportable et dans ces cas là Pan répondra platement d'un magnifique "Ok." et partira se trouver un nouveau compagnon de jeu et ainsi de suite. La seule exception à cela est Oz, auquel elle pense et aime -surement ?- encore aujourd'hui.

Rit de tout et facilement: « Alors c'est l'histoire de-- 
-Hahahahaha ! »

Pour elle, tout est hilarant. Elle rit tout le temps, de n'importe quoi et avec n'importe qui. Parfois, souvent même, c'est mal placé ce qui lui vaut souvent des regards agacés de ses camarades lorsque quelqu'un fait une annonce importante, voir grave. Il lui arrive très souvent de se tordre de rire pendant de longues minutes alors que son interlocuteur est totalement blasé et indifférent, ce qui la rentrera encore plus dans son délire au lieu de la gêner. Son humour est complètement déjanté, tordu. Peu le comprenne, encore moins l'apprécie. Mais peu importe ! Pour Pan ce ne sont que des bouchés du cul qui ne connaissent pas le mot "ouverture d'esprit", alors tant pis pour eux, elle dira absolument n'importe quoi si elle le veut, quand elle le veut.

Immature/irresponsable: Au point ou on en est, c'est une évidence. Pan est à peine rentrée à l'âge adulte mais son esprit et son comportement de gamin est toujours le même. Parmi ses passe temps, on trouvera notamment raconter absolument n'importe quoi à n'importe qui, jouer à 'loup', cache cache ou autres jeux du genre avec des chatons trois fois moins âgés qu'elle, sauter sur des gens derrière leur dos, et j'en passe.
S'amuser, s'amuser, faire n'importe quoi, dormir, elle juge son planning bien trop chargé pour faire quoi que ce soit d'autre qu'on lui demande si ce n'est de temps en temps transmettre un message aux Felinaes, et encore elle n'aurait surement pas choisi ce rang si courir partout ne lui plaisait pas.

N'accorde aucune importance a quel guilde appartient autrui: «De base, on est tous plus ou moins des chats, nan ? Alors j'en ai rien a foutre d'où vous venez et qui vous êtes, tant qu'vous êtes pas méchants. »

Que ce soit Felinae, Caméléon, Soldat, narval, solitaire, tout ce que vous voulez, Pan ne vous jugera jamais sur la guilde à laquelle vous appartenez. Elle ne grognera pas quand elle sentira un soldat dans les alentours. Elle ne ronronnera pas pour autant si un Caméléon se pointera. Pour faire simple, Pan n'accorde absolument aucune importance à d'où vous venez. Tant que vous êtes pas agressif, c'est votre personne et non pas une espèce d'étiquette collée à votre tronche qui dira ce que la p'tite pense de vous.
Selon elle,
Felinae n'égal pas justicier de l'espace,
Caméléon n'égal pas bisounours pacifiste,
Et Soldat n'égal pas gros méchant patapouf psychopathe.


Amicale: Oui elle l'est, à sa façon. Pan se montrera presque toujours joviale à la rencontre d'autrui et fera de son mieux pour que ce soit réciproque. Certes, on la trouve parfois trop envahissante dans sa façon d'être mais personne ne peut prétendre que Pan ait été désagréable pour aucune raison valable. Elle trouvera toujours une raison pour sourire et c'est d'ailleurs surement la principale raison pourquoi ses amis ne l'ont pas encore tous laissé en plan à cause de son caractère. Oui, on peut dire qu'elle a bon fond, malgré tout.

Alors foncez-lui faire un câlin, elle en a surement besoin.

PS: je trouve ce fin de caractère un peu bâclé mais vu que j'ai perdu une partie de celui-ci à cause de ma co' foireuse, j'étais un peu flemmarde sur la fin :'D


• Histoire :
« Eh, eh ! Oz, Vel ! Venez, on joue à cache cache ou- ah nan je sais ! A loup ! Alleeeeeez venez !
-Laisse-nous dormir, Pan'. »

Bien que flous, Pan à un très bon souvenirs de cet époque. Quelques images, quelques odeurs lui reviennent parfois. La grande maison. Ce petit endroit de paradis que la petite troupe avait miraculeusement trouvé après des mois et des mois de désespoir, c'est là que Pan à passé le plus clair temps de son enfance.
D'ailleurs, à cette époque, elle ne s'appelait Pan. C'était juste un diminutif qui a fini par rester. Avant, elle se prénommait Pensée, un nom que la chatonne haïssait particulièrement.

Dans ce monde dévasté par les guerres et la connerie humaine, ils avaient su trouvé la grande maison, bien au-delà des territoires connues de Felinae. C'était une belle maison avec trois étages, un grenier poussiéreux et quelques terres aux alentours qui avaient échappées à la mutation de la flore. Certes, le vieux bâtiment était instable et il arrivait que certaines parties s'effondrent mais le petit poids des chats leur permettaient d'y vivre malgré tout. Les meubles, l'architecture de la maison était intacte ; un parfait terrain de jeu pour la bande de chatons qui se donnaient un plaisir inimaginable à courir découvrir tous les recoins du bâtiment.

*

L'automne arrivait à grand pas quand je suis née. C'est peut-être pour ça que j'aime tant cette saison, qu'elle me rappelle mon enfance. Les feuilles qui craquent sous mes pattes, la petite brise qui me semble si familière... He, je suis nostalgique parfois.
Dans la portée de maman, on était trois. Moi évidemment, Oz et le plus fragile de la portée, Vel.

Oz. Mon frère ainé si grand, si fort, si rusé. Du moins, c'est ce que je pensais à ce moment là, mon jugement serait surement différent aujourd'hui. En plus de cette certaine admiration que je portais pour lui, on était proches, très proches. J'en ai passé des après-midis, des soirées à explorer la maison, à jouer à tout et n'importe quoi, à se poser des questions d'gamins. Il avait toujours réponse à tout, trouvait toujours quelque chose à répondre que ce soit correct ou non.

Vel. Lui, c'était plus un petit frère. Il était surement beaucoup plus intelligent ou sensible que moi mais sa "constitution fragile", comme mes parents disaient, l'empêchait de mener une enfance normale. Je me sentais horriblement mal quand on lui interdisait de sortir avec moi et Oz, sous prétexte que c'était trop dangereux pour lui de s'aventurer en trop loin de la maison. C'était pour son bien, bien sur. Simplement, je n'arrivais pas à l'accepter et reprochait même à mes parents de l'étouffer. Eh, en même temps j'imagine que même s'il n'avait pas ces problèmes de santé, il sortirait peu. Disons que Vel était très réservé et même si j'avais un lien tout aussi proche qu'avec Oz, il était différent. Mon frère était le génie de la portée. Et si Oz avait réponse à tout, lui, trouvait toujours une réponse scientifiquement exacte à nos questions avec le plus grand et charmant des sourires.

Et moi. La dernière née, la plus vive, surement aussi la plus idiote. J'étais une petite boule d'énergie qui courait partout pour faire chier le monde. En soi, ça a pas changé hehe. J'avais constamment besoin de montrer tout ce que je savais faire -c'est-à-dire pas grand chose-, constamment besoin de montrer quelque chose. Mes frères étaient tout pour moi. Toujours à me soutenir, à me réconforter, à m'offrir des réponses. On passait des heures et des heures à explorer le monde qui nous entourait, sans pour autant dépasser les limites de notre pseudo-territoire, découvrant toujours de nouvelles choses. D'ailleurs, pour l'anecdote, de base ma salopette je l'ai trouvé dans le grenier de la maison. Je l'avais trouvé si belle, si "cool" que j'ai décidé de la garder et depuis je ne l'ai pas quitté. Enfin aujourd'hui c'est pas comme si j'avais le choix, hé.


Le monde.

Pour nous, il se limitait aux quelques centaines de mètres autour de notre précieuse maison. Le reste c'était de l'inconnu, du danger duquel on ne devait sous aucun prétexte s'approcher. Insouciants qu'on était, on ne se posait pas de questions. Nos parents, certes, nous aimaient mais il passaient leur temps à nous jeter de la poudre aux yeux quant à la guerre et toutes les merdes qui avaient lieu en ce monde. Ils nous faisaient croire à un monde stupidement utopique, pensant qu'on ne remarquerait jamais rien. Les quelques premiers mois, ça avait marché, on obéissait aveuglement à nos géniteurs et nous contentions de jouer dans notre coin pendants que les deux nous observaient d'un oeil inquiet.

Mais ce fameux jour que les deux redoutaient tant est venu, malgré leur petite mascarade, leur mensonges prirent fin. Et pour une fin, elle était brutale. J'imagine que ça a du arriver vers la toute fin de l'automne qui du même pas marqua la fin de notre petite vie complètement heureuse.

C'était Vel, comme toujours, qui avait d'abord remarqué qu'il y avait quelque chose d'anormal qui se tramait. C'était assez courant que nous entendions des bruits qui semblaient être des explosions mais cette nuit-là, ce bruit était bizarrement proche. Malgré ça, nous nous sommes tout de même couchés comme tous les autres jours, en pensant que ce ne devait pas être grand chose et que demain, il n'y aura aucun problèmes. Erreur. La première explosion se fit entendre aux alentours de deux heures du matin et sema par la même occasion la panique dans notre dortoir. Jamais on ne nous avait dis quoi faire dans ce genre de situation, jamais avait-on affronté un quelconque danger. Notre première réaction fut de foncer vers la chambre de nos parents pour qu'ils nous disent quoi faire. Et pourtant, cette même chambre dans laquelle nous avions passé tant de temps à se chamailler, à jouer, à se câliner était vide de toute présence. Nos parents qui auraient du se trouver là, étaient nulle part.

[Vel huma l’air un instant, puis se retourna vers nous, le regard vide de son enthousiasme habituel.

« Ils sont partis. Ils nous abandonné, leur odeur est récente.
-Arrête, arrête. Pourquoi ils auraient fait ça hein ? Ils sont surement juste partis… faire une promenade ?
-A deux heures du mat’ ? Ce que tu peux être naïve Pa—»


Boum.

Oz n’eut pas le temps de finir sa phrase que la deuxième explosion retentit. Elle était bien plus proche que la première, dangereusement proche. Mes pupilles se réduisirent à deux fentes, mes griffes se crispèrent et mon corps entier se figea. J’échangeai un bref regard effrayé avec mes frères qui comme moi ne trouvaient plus le courage de bouger ne serait-ce d’un millimètre. Nous n’avions aucune idée de tout ce que ce chahut signifiait, de la raison pour laquelle nos parents avaient fui mais cette-dernière n’était surement pas rose pailletée. Quand j’y repense, on aurait mieux fait de fuir, au lieu de rester sur place comme des idiots. Mais en même temps, qu'aurions-nous fait après ça ? Nous n'étions certes plus des nouveaux-nés mais sans aucune expérience de vie extérieure, je doute qu'on aurait fait long feu. Alors d'une certaine façon, c'est peut-être bien comme ça. Bref, aujourd'hui ça n'a aucune importance.

Nous étions surement restés quelques minutes comme ça, sans piper mot. Les trois petits chatons que nous étions, proie à un ennemi surement trois fois plus grand que nous tous réunis, rampait dans les parages en fouillant cette maison qui nous était si chère. Du moins, c'est comme ça que j'interprétais les pas qui de minutes en minutes semblaient se rapprocher de nous. Je ne faisais pas assez attention à ce moment là, mais ils étaient plusieurs. Et enfin, quand un temps qui semblait horriblement long passa, ils nous trouvèrent.

Deux chats étranges, un monstre difforme et un autre individu d'une espère que je n'avais jamais rencontré auparavant se présentèrent face à nous, tous un grand sourire au visage.

« Eh bien, tu vois que fouiller ce taudis n'était pas une perte de temps, regarde donc le beau petit cadeau que nous avons là.~ lâcha le premier chat, doté d'une paire de cornes qui s'embobinaient autour de ses oreilles
-Hm, j'admets que c'est un belle prise.» répliqua le deuxième

Quant à l'humain-parce que j'appris plus tard c'en était un-, il se contentait d'ordonner à la bête qui se tenait à ses côtés de nous maitriser. Ce dernier exécuta. Je n'eu pas le temps de comprendre ce qui m'arrivait et qui était ces gens que je plongeais, tout comme mes frères dans l'inconscience. Pourtant j'ai un souvenir presque photographique de ce bref instant ou cette étrange créature, ce monstre et ces deux chats mutants nous scrutaient de haut en bas, satisfaits de leur "prise". Un souvenir étrangement positif. J'étais certes, surtout pétrifiée de peur mais un semblant d'admiration et de curiosité grandissait en moi à la vue de ces créatures inconnues. Longtemps je m'en suis voulue d'éprouver un tel sentiment à l'égard de ceux qui ont ruiné ma vie et celle de mes frères mais aujourd'hui je ne m'en cache pas.

Après, nous avions évidemment du passer par la case labo'. Le voyage a du être long mais j'ai eu la chance d'être endormie pendant tout le long, je n'en ai donc pas souffert. Vel qui lui était éveillé m'a raconté qu'on était dans un espèce de monstre que les deux autres chats appelaient "voiture" et que cette voiture n'était pas vivante, juste commandée par l'humain. Yerk.  Je me rappelle à quel point le grand bâtiment me semblait si impressionnant, imposant. Sur le coup, je crois même que mes frères partageaient cette impression avec moi. Ce grand Laboratoire fortifié qui se dressait devant nous, je ne me doutais même pas au moment ou nous avons dépassé son seuil quelles genre de surprises il nous réservait. C'est quand je fus moquée, examinée puis enfin jetée dans une cage vide, séparée de mes frères -et ce pour la première fois- que je me suis rendue compte dans quelle galère j'étais. Je ne comptais plus les jours que je passais dans cet endroit confiné ou la seule socialisation auquel j'avais droit était la compagnie d'un soldat qui faisait sa ronde. Et encore, s'il me parlait c'était très généralement pour se moquer ou me faire peur quant à ce qui allait très bien se passer. M'enfin, ça n'a pas été complètement inutile vu qu'au bout de quelques semblants de discussions, je pus comprendre ce qui m'attendait. Une sorte d'expérience qui, si j'ai de la chance, me transformerait en un chat mutant possédant un pouvoir et autrement, et même dans la plupart des cas, en un de ces monstres sanguinaires que j'avais vu avant, dénué de tout sens.

J'avais à peine quelques mois quand moi et mes frères avions été arrachés de nos terres, isolés, mis en cages et destinés à une mort certaine. Je passais mes journées à me morfondre dans mon "cocon", surtout pour penser à mes frères. Il faut dire que je n'avais absolument aucune information à leur propos depuis notre arrivée. Je ne savais rien, et ce n'était pas une bonne chose. Ce manque d'information a fait développer toute sortes de théories qui tenaient plus ou moins la route dans mon esprit.

"Et si, et si, ils s'étaient échappés et sont partis sans moi hein ? Ou alors, ah je sais. Ils ont déjà passé l'expérience et ce sont devenus des soldats sanguinaires et quand je les reverrai ils voudront me tuer. Ou pire, ils sont peut-être tout simplement morts... Je sais pas, je sais plus rien."

C'était le genre de conneries avec lesquelles je me remplissaient l'esprit en attendant mon tour. Au moins ça m'occupait, j'imagine. Je ne faisais que redouter le jour de mon expérience et de ce que j'allais devenir.

C'est quand ce même soldat avec qui j'avais plus ou moins discuté auparavant m'annonça que mon tour, ainsi que celui de tous les nouveaux qui étaient arrivés depuis peu, était venu que je réalisai à quel point mon désespoir était inutile. Très étrangement, après avoir passé mes journées à redouter mon sort, ce jour-là, je ne sentais plus rien. Plus de peur, juste cette curiosité morbide que j'avais ressentie quand nous sommes arrivés. Sans même broncher, j'ai suivi le soldat qui devait m'amener à la salle ou tout allait se jouer. Sur le chemin, je regardai distraitement autour de moi pour voir si Vel et Oz étaient aussi là, mais ce n'était pas le cas, alors je continuais ma marche aux côtés de mon garde. Enfin, après avoir arpenté de fond en comble le bâtiment, je mis les pattes dans la salle d'expérience.

Ce qui devait être fait fut fait. Et j'ai survécu.

A mon réveil, mon premier réflexe fut de chercher la modification physique que l'expérience m'avait donné. Je n'étais pas affabulé d'ailes, de cornes, de queues en plus comme tant de soldats que j'ai pu apercevoir. Simplement les couleurs de mon pelage n'étaient plus de son naturel brunâtre et adoptaient un bordeaux grisâtre, et honnêtement j'étais plutôt heureuse que mon physique ne soit pas si différent qu'avant. Quant à mon pouvoir, je l'ai découvert quelques jours après l'expérience. Je passais mes journées dans l'arène, surveillée par les scientifiques qui notaient mes moindres mouvements. Quand enfin, ils comprirent que mon pouvoir était lié à la petite salopette que je portais, ils furent terriblement déçus. Moi aussi, sur le coup. Je me sentais inutile, une erreur. C'est à ce moment que je me rendis compte de mon égoïsme, du fait que pendant ces trois derniers jours je n'avais pensé à moi et qu'à moi. Je n'avais accordé aucune pensée à mes frères, ce qu'ils ont bien pu devenir. Je ne suis pas sûre si mon esprit refusait d'y penser pour ne pas se mettre à l'évidence d'une chose qui m'horrifiait ou bien que trop de chose s'étaient passée ces derniers temps pour que je me rende compte de ce qui se passait autour de moi.

Je me décidai à chercher des réponses, à demander aux soldats plus expérimentés que moi s'ils savaient quelque chose.

« Eh m'sieur, m'sieur ! Je.. m'excuse de vous déranger mais j'pense que vous aurez remarque que je suis nouvelle et j'aimerai bien savoir ce qui est arrivé à mes frères, ils s'appellent Vel et Oz. m'exclamai-je à un vieux mâle roux, semblant plus sympathique que les autres soldats que j'avais rencontré
-Tes frères ? Mhm oui, je crois avoir entendu d'eux-et de toi par la même occasion-. Je suis désolée que ce soit moi qui te l'apprenne, mais ton Oz, son expérience a ratée. Quant à ce Vel, il me semble qu'il s'est enfui un peu avant l'expérience. me répondit-il, dans le plus grand des calmes

Je me figeai un instant, partagée entre le soulagement que Vel ait pu s'enfuir et le choc qu'Oz ne soit plus, du moins plus comme il était avant. Pourtant, c'était quasiment sûr qu'au moins l'un de nous trois y resterait mais je n'arrivais pas à me faire à cette vérité. Tous les trois, nous avions été inséparables pendant tout le long des quelques mois que nous avons passé ensembles, pour le meilleur et pour le pire. Surtout le meilleur. Alors, quand un parfait inconnu me balance que mon premier frère était devenu une coquille vide de raison ou tout simplement de souvenirs, j'imagine que vous comprendrez que ça fait mal. Mal du genre coup de couteau.

-Je, je veux partir d'ici, je veux partir d'ici.. » était tout ce que j'arrivais à articuler

Le grand mâle me regarda soudainement avec un regard bien plus sérieux qu'avant, laissant paraitre un semblant de tristesse face à moi. Moi qui jusqu'à maintenant n'avait rencontré que des soldats arrogants et moqueurs, c'était étrange. Pendant un court instant j'hésitais à lui faire confiance mais son regard particulier me convaincu qu'il n'avait pas de mauvaises intentions.

-J'ai bien peur que cela soit un peu compliqué, petite. Tu as bien du être affabulé d'une puce à ton arrivée et si tu ne le savais pas déjà, celle-ci permet aux scientifiques de connaitre ta position exacte, ou que tu sois. il marqua une petite pause, puis repris, plus hésitant Il y a bien un moyen de t'en débarrasser. Certains Soldats sont capables de "brouiller",en quelque sorte, les signaux qu'émettent cette puce, empêchant alors les humains de te localiser. finit-il
-Dis moi ou je pourrai trouver un tel chat, s'il te plait.
-Ha, tu en as un juste devant toi. »

J'écarquillai les yeux un instant. Oh. Le mâle m'expliqua rapidement comment son pouvoir marchait et il décida finalement de m'aider, précisant que c'était bien la première fois qu'il faisait une chose pareille. C'était un miracle, pour moi. Ce grand chat qui s'était pointé devant moi alors que tout allait mal pour finalement me livrer une solution à mon problème, il s'appelait Jake. Quand nous fûmes à l'abris des regards, il utilisa son pouvoir pour brouiller le signal de ma puce. Honnêtement, je ne comprenais absolument pas comment cela marchait mais était malgré tout plus qu'heureuse. J'étais libre.

« Merci pour tout, Jake. Je ne t'oublierai jamais, j'le promet. » m'exclamai-je, au bord des larmes

Mes adieux finis, je m'élançais à toute vitesse dans la nuit sombre.
Pendant ce qui semblait être des heures et des heures, je courrais. Mes pattes étaient en feu, ma respiration saccadée et mes muscles endoloris mais ça y est, je m'étais enfuie. Mon corps entier me faisais atrocement mal mais je n'y payait pas la moindre attention. C'est par le plus grand des hasards que j'étais tombée sur le camp des Caméléons et que j'avais appris par la même occasion qu'il existe des groupes de chats résistants se battant pour la liberté, aussi naïf que ce soit. Ma décision fut prise en un instant, je rejoignis ce groupe et enfin, enfin, je vivrai en paix.

Alors je cours, je vole et je suis libre.

• Dans la vraie vie

• Pseudo le plus souvent utilisé : Anchanté, Anchanted ou n'importe quel diminutif, ils me vont tous. o/
• Âge : 12 balais OUAI J'SUIS P'TITE. QUOI TU VEUX T'BATTRE ?
• Comment as-tu découvert le forum ? Ceci est mon troisième personnage, j'étais anciennement Anchanté et Mist. :')
• Autre chose ? Nop nop, juste que je suis contente de revenir. ;v;

Quiz

Un arc-en-ciel a volé les réponses ♪
Et puis on est pas des vilains staffiens ;;

Code par xLittleRainbow


Dernière édition par Pan le Dim 25 Sep - 21:25, édité 32 fois
Sam 10 Sep - 23:45
Hellcome Anch ♥
Dim 11 Sep - 10:23
Merci toa ♥
Dim 11 Sep - 20:24
Re bienvenue ! x3
Messages : 143
Date d'inscription : 09/05/2016
Age : 14
Lun 12 Sep - 8:18
Hey, re-welcome Anchanté! Bonne continuation pour ta fiche! :3

_________________

Merci beaucoup beaucoup beaucoup pour ce Narcisse trop chou! *^*
Et à tous les dessinateurs qui m'ont fait de superbes répliques de Nanar!

Merci à June, Yenäa, Cyani, Pandémie et Elli! ♥:
 
Lun 12 Sep - 20:25
Merci vous deux ! o/
J'avance, lentement mais surement. :'D Le caractère devrait être bientôt fini ;;
Dim 25 Sep - 17:40
Je m'excuse du DP mais j'ai enfin terminé ! Avec 31 édits, waouh. :')
Je m'excuse également si l'histoire ou même la fiche en général est en charabia, j'avoue que la j'ai vraiment pas le courage de mettre un peu tout ça dans l'ordre, désolée si je fais des digressions dans tous les sens. =v= il risque d'avoir trois mille trucs à corriger aaah
Dim 25 Sep - 18:55
Re-bienvenue! :3
Alors, pour ton pouvoir, ce serait bien de préciser si ton personnage peut mettre plusieurs objets différents dans la poches. Et si c'est le cas, si ça a une influence sur la durée pendant laquelle les objets peuvent rester dans la poche. Je suppose aussi que tu ne peux pas faire passer de trop gros trucs, pour passer l'entrée de la poche? o/
Pour l'histoire (j'ai tout lu, au secours//PAN//) tu as oublié le fait que désormais, les chats sont pucés par les humains. Ça veut donc dire que Pan se ramène chez les Caméléons et peut très bien y attirer les humains ^^'
Sinon, tout me semble correct. Bonne journée! ^w^
Dim 25 Sep - 21:03
re bienvenue :P Pan
Dim 25 Sep - 21:28
Merci beaucoup !
J'ai mis toutes les précisions que tu m'as demandé pour le pouvoir, ainsi que l'histoire (je t'avoue que j'étais bien au courant pour les puces mais que j'ai eu la flemme totale d'expliquer comment elle s'en débarrasse :'D). Je te félicite d'avoir fini l'histoire, j'ai fait un sacré pavé. (aa)
Bon, j'avoue que je suis pas très fière de la justification pour la puce et que ça ne colle pas trop avec le reste de l'histoire, donc je comprends tout à fait si tu refuses parce que c'est pas crédible mais honnêtement j'ai vraiment hâte d'être validée et j'arrive pas à faire mieux. ;w;"

Pelage de nuit > Merci bien. o/
Dim 25 Sep - 21:40
La justification de ta puce est pas si catastrophique que ça x)
Ma foi, tout me semble bon! Je valide donc cette fiche :3
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kyran | un jour, j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien.
» GEM' - AGATE - ELEA ϟ Y a des jours comme ça où t'as envie de jouer le super-héros ϟ
» Si un jour tu ressens l'envie de travailler, assieds-toi, et attend qu'elle te passe... (Critiques attendues)
» après la nuit, avant le jour, j'irai chercher les hautes lumières. (bartemius)
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Fiches :: Archivées-
Sauter vers: