Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
Fiche à jour de Gweithwyr
Messages : 381
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 14
Lun 23 Mai - 21:53

 
Gweithwyr
Citation

 
• Sur Felinae

 
• Nom : Gweithwyr
 • Sexe : Mâle
 • Âge : Adolescent
 • Clan : Felinae
 • Rang : Chasseur
 • Race : Inconnue

 
• Pouvoir :Gweithwyr peut agir sur le métabolisme d'un être vivant grâce à ce qu'on appellera son surplus d'énergie (énergie musculaire, celle qui permet d'avancer ) , et rien qu'en touchant l'individu, il peut accélérer ou ralentir la "vitesse" de cet individu. Mais le problème c'est que s'il l'utilise trop, ça va taper dans ses propres réserves d'énergie, ainsi sera-t-il fatigué. Il pourra avoir de petits coups de barre selon l'état dans lequel il était lorsqu'il a utilisé sont pouvoir. Bien évidemment s'il est blessé et perd son sang, c'est pire, il peut tomber dans les pommes. Enfin bref, tout est relatif à la situation dans laquelle il pourrait être.
 

 
• Physique : Voilà en gros son apparence: Il a un pelage argenté, des yeux vairons, l'un bleu-noir, coupé en deux couleurs, l'autre est vert et or séparés. Une gavroche avec des motifs dorés avec les engrenages d'une horloge. A la patte avant droite, une sorte de brassard bleu-gris avec des goussets en guise de motifs, la décore. Venons-en au plus étrange. Enfin, pas plus étrange que ses yeux et sa boussole dans le corps, mais plutôt étrange. Sa queue très fluffy commence légèrement et se termine par des motifs de panthère des neiges. Sa musculature nous rappelle ce grand félin. Autre chose: une sorte de montre à gousset est accrochée à son cou.
Ses cheveux sont gris foncé/noir. Les poils de ses oreilles sont noirs.
 
 
Spoiler:
 

 
• Caractère :

 Alors, tu veux savoir qui je suis, moi, ce personnage intriguant et fatiguant crée par ma créatrice qui m'adore? Sache d'abord que je porte un nom: Gweithwyr. Prononce le bien sinon je te tape e_e Pas compliqué non? Gw-ail-twir. Enfin bon venons à ma personnalité qui pourrait paraître un peu complexe pour
certains.

J'ai un tout tout petit nuage de sadisme dans le sens que j'aime bien te faire chier si ça me fait plaisir, une grosse cuillère à soupe de cynisme ,

de temps à autre, une bonne grosse poignée de gentillesse attendrissante en poudre, et enfin, rarement, une

énorme rondelle de sale caractère et allant bien évidemment avec, une goutte de

mauvaise humeur. AH. Et j'oublie le plus important, le plus gros, le plus imposant de mon caractère, ce détail: un gros bol de jovialité et un peu de folie, complété par trois grosses cuillères à soupe de crème d'imagination.
Et puis je suis toujours prêt à me marrer sauf dans les situations sérieuses. Car oui, ça n'a pas l'air mais je sais rester calme et me concentrer quand il le faut héhé...
Le côté sournois......... C'est à voir, je le suis peut-être avec mes ennemis (sans être mauvais!) , mais pas avec les personnes que j'aime et apprécie. Ah, et aussi le côté SEDUCTEUR. Ah. Oui. Je ne suis pas un playboy lourd, mais plutôt, je sais charmer et caresser dans le sens du poil (c'est le cas de le dire, étant dans une communauté de félins). Manipulateur, peut-être, mais sans excès. Possessif, cela dépend. Il faut retenir que JE N'AIME PAS BLESSER LES GENS même si je déteste cette personne. Je suis une sorte de gentil chaton ado-adulte. Avec tout cela, je sais m'adapter à chaque situation ou presque dans laquelle je pourrais tomber. Je ne suis pas idiot -loin de là- et observe attentivement toute personne/chose en face de qui je suis. J'essaye de ne pas juger sur les apparences et m'efforce d'être juste avec tout un chacun. Et aussi j'aime bien les gamins; de préférence pas pourris gâtés bien évidemment car ceux-là je me retiens de ne pas les décapiter.

 
• Histoire :

 Alors, tout débute dans une rue. Là où je suis né. Tout se passait bien, jusqu'à l'arrivée de ces sortes de créatures étranges se tenant sur leur deux pattes, tout étant immenses. Ils nous ont emmené, ma famille et moi, dans une sorte de forêt sans arbres, avec des carrés aux sols; c'était tout blanc. Enfin ce n'était pas vraiment une forêt, mais avec toutes ces créatures à deux pattes, ont aurait dit. Ce jour là, je ne revis plus mes parents. Les créatures m'avait mis dans une cage, à côté de plein de chats emprisonnés comme nous. J'ai appris auprès d'eux que les créatures se nomment des "humains". Chaque fois que les humains avaient l'air d'être occupé à autre chose que de nous surveiller, je fonçai sur un des murs de la cage. Elle ne bougeait même pas d'une demi griffe de longueur. Finalement, j'abandonnai rapidement. Ils vinrent me chercher un jour, comme lorsqu'ils ont emmené mes parents. J'essayai de me libérer à coups de griffes, de crocs et de pattes. Mais l'un d'entre eux me plantèrent quelque chose dans la peau. Je ressenti une grosse décharge de douleur et tombai inconscient. Je me réveillai plus tard sur une table plate, aussi blanche que le reste de cet horrible et étrange endroit. J'ouvris délicatement à demi un de mes yeux. Je bougeai doucement et m'approcha d'un bac proche de la table, où un humain manipulait des objets, comme pour les trier. Une idée espiègle me vint. Je bandai mes muscles et sautai sur la tête de l'humain, qui ne m'avait pas remarqué. Je sorti les griffes et griffa de toutes mes forces. Un autre humain accouru aux cris de douleur de celui que je suis en train de griffer. Je saute sur sa tête et me met à le griffer lui aussi. Mais l'autre que j'avais griffé m'empoigna par la peau du coup et me piqua avec une sorte de tube. Je retombai sur la table. Je les sentais me toucher, mais ne sentais aucune douleur. Je perdis connaissance pour de bon, avec comme dernière image, un objet faisant "tic, tac", qu'ils mettaient dans mon corps. Quand je me suis réveillé, je vis les changements directement. Des motifs marrons qu'il n'y avait pas sont sur ma queue. Et j'entends d'autres secousses à part celles de mon cœur. Je vois un autre objet comme celui que j'ai vu avant de perdre connaissance. Je le prend et le met à mon cou, en le lançant en l'air. Un humain entre dans la pièce et me vois. Je saute de la table et file par l'ouverture de la porte. Je cours, je cours comme je n'ai jamais eu l'occasion de courir, aussi rapide que l'éclair. Je vois un paysage à travers une matière transparente. Je repère la sortie et file. Enfin à l'air libre, je ne m'arrête pas de courir. Enfin, si. A la lisière de la vraie et pure forêt se trouvant en face. Aucune hésitation: j'y pénétrai avec une rapidité, une souplesse et une habilité remarquable! J'entendis les bruits des humains qui m'ont cherché pendant un petit moment, et après ils se sont tus, signe qu'ils sont partis. J'attendais encore un moment.......puis sortis la tête du buisson où j'étais tout bêtement caché. Ils sont bêtes de ne pas avoir réussi à m'attraper! Faut être vraiment débile pour ne pas fouiller dans les buissons un chat qui s'est barré!
La voie était libre. Mais je m'en fichais, je ne comptais pas y retourner. Mais quelque chose se promena dans mes pensées. Je n'oublie pas quelque chose là bas? Impossible de m'en souvenir. Mais était-ce vraiment une chose? Pas plutôt une personne? J'ai beau me creuser la tête, pas moyen de me rappeler. Comme s'ils avaient effacé ma mémoire une partie importante..... Mais pourtant je me souviens de tout ce qui s'était passé avant......
Bref, finis de réfléchir à un détail, il faut que je bouge, sinon, si un d'eux revient et cherche bien, il me trouvera. Et ça c'est hors de question.

C'est comme ça que je me retrouvai à courir à travers les bois. Je passai à un moment devant un endroit rempli de champignon chelous. What? Pourquoi ils sont aussi grands? Je continuai néanmoins à galoper, sans but. Enfin si: je voulais trouver le fond de cet endroit pour que personne de méchant ne me fasse du mal. En tout cas chez les humains. Chez les chats je n'ai rencontré que ceux du labo (comme appelaient cet endroit sordide les autres chats emprisonnés), donc je ne sais pas vraiment comment réagir. Mais ce n'est pas pour autant que je vais rester dans mon coin en tremblant de peur! Je n'ai qu'à expérimenter, et après on verra bien!

Aucun humain ne me poursuivit. J'avais bien avancé maintenant dans mon trajet, j'étais essoufflé, donc je me permis une pause. Je venais à peine de reprendre mon souffle, qu'un bruit de branche cassée se fit entendre sur ma droite. Je me tendis. Un humain? Ici? J'humai l'air. Non, c'est un chat. Une autre branche cassée m'indiqua sa position actuelle. Je bandai mes muscles.........et sautai sur l'inconnu. Je le plaquai au sol et lui demandai ce qu'il me voulait. Il se débarrassa de moi avec autant de facilité que si j'avais été une plume. Enfin, c'était un peu le cas, vu que je n'étais même pas adolescent.
C'était un vieux félin. Il avait le pelage doré comme un champ de blé éclairé par le soleil. Ses yeux étaient chacun vert ainsi que violet. Ils pourraient presque masquer les côtes saillantes du vieux, tellement ils sont intrigants. Il était maigre, mais était fort comme un boeuf. Une aura imposante de puissance, de sagesse et d'autorité se dégageai de lui. Je fus tellement impressionné, que je restai bouche bée en le regardant.
Cette fois ci c'est lui qui me plaqua. Il me dit:
- C'est interdit de vouloir savoir ce que fait un gamin sur son propre territoire?
Il m'a tout l'air d'un solitaire. Je répondis:
- T'es aussi discret qu'un éléphant perché sur un arbre alors, si tu veux que j'te le dise......
Je vis de la colère passer dans ses yeux.
- Dis moi, toi là, t'es bien insolent avec moi, tu te prends pour qui?
Je sentis de l'agacement monter en moi.
- Pour un grand sorcier qui va te péter la tronche si tu me lâches pas, car j'étouffe sous ton poids en fait...
Il sourit. Il s'écarta, je me relevai et me secouai, car j'avais plein de feuilles mortes dans mon pelage. Je demandai:
- A qui ai-je l'honneur en réalité?
- Au grand manitou maître de ces lieux?
Je pouffai, tout agacement parti.
- Non, moi c'est Eriandalaf, un vieux solitaire qui vit ici.
- Pour un vieux, t'es bigrement fort dis donc......
Je continuai afin de ne pas être impoli:
-.........en tout cas, moi, d'après les souvenirs qu'ils me restent, et bien j'ai pas de nom, mais les "humains" me désignaient avec le mot Gweithwyr. Depuis je me suis habitué à ce mot en tant que nom.
Le vioque était éberlué.
- Tu viens du labo? Si jeune?
- Ils ont pris ma famille peu de temps après ma naissance et celle de........
De qui?
- ........désolé je ne sais pas pourquoi mais je n'arrive pas à me souvenir...
- Pas grave, continue. Qu'est-ce qu'il t'ont fait comme expériences?
- Ils m'ont mis dans le corps une sorte de truc rond qui fait tic tac....
- Un peu comme celui autour de ton cou?
- Wep c'est ça! Et ensuite j'ai remarqué que j'avais des taches marrons sur la queue que j'avais pas avant. C'est tout.
- Tu t'es évadé comment?
- Les humains étaient trop bête pour me surveiller tout le temps, et bien alors je me suis réveillé après ce passage, et je me suis barré.
Eriandalaf sembla cogiter un moment.
- Tu as eu de la chance, mon petit.....
- Et j'ai couru jusqu'à là.
- C'est pas mal pour un gamin, ça.
- Je n'ai même pas cité les blessures que j'ai infligées à quelques uns! , dis-je en bombant le torse, fier.
- C'est exceptionnel, que je te laisse te vanter de tes mérites, vu la situation, mais tant que tu vivras avec moi, je ne te laisserai pas devenir un monstre d'orgueil
- Qui a dit que je deviendrai un monstre d'orgueil et que je vivrai avec toi?
- Les deux c'est moi, et t'as pas le choix!
(Je vais mettre les pensées d'Eriandalaf pour ce passage)
Eriandalaf pensait en fait qu'il pourrait être un super combattant chez les Felinae, dont il vient en fait, mais qu'il a quitté pour vivre tranquille. Mais ça ne veut pas dire qu'il les a oublié, et tient à les aider, car trop vieux, il aurait été inutile d'après lui, et il est parti. Il allait former ce gamin, il le fallait. De toutes façons, Gweithwyr n'avait nul part où aller, et il ne pouvait pas le laisser mourir de fatigue ou tué par un prédateur ou encore re-capturé par les humains.
Eriandalaf le traîna par la peau du cou (il était encore tout petit là!) jusqu'à sa "maison" comme il l'appelle.
- Attend là deux secondes, je reviens.
Il revint, et avec beaucoup de feuilles, de plumes (plus de la laine?) , et en fit un deuxième "lit".
- Tu dors là.

Le crépuscule éclairait joyeusement les lieux.
Au centre s'entraînent un chaton et un vieillard qui a encore toute sa forme.
- Non c'est pas ça encore! Recommence!
- Mais ça fait la dixième fois au moins que je la refais cette fichue attaque à la c....
Je me pris une rafle.
- Tu dis pas de gros mots devant moi okay? Recommence!
- Mais j'en ai marre moi!
- Ça fait à peine deux jours que t'es là, c'est pas le moment d'être fatigué ou d'en avoir marre, car c'est pas fini! Je vais te solidifier tu vas voire!
- Rhooooooolalaaaaa.................................
- Bon, tu me la refait cette attaque ou je dois attendre qu'une comète me tombe sur la figure?!
- Ouais okay c'est bon j'la fais ton attaque pourrie!!!
Et ce fut à peu près comme ça jusqu'à la fin de la journée. J'étais crevé. J'aurai pu sauter le repas tellement j'étais fatigué (et pourtant je suis du genre qui mange beaucoup!). Mais ce qui est bien avec Eriandalaf, c'est qu'à la fin de la journée, lorsque la nuit tombe, on fait un "feu de camp" et on fait griller les poissons que l'on aura pêché plus tôt. Comment allumer le feu? Eriandalaf contrôle en fait le feu, et il a balancé quelques boules sur les branches pour que celles ci s'enflamment. C'est un feu magnifique. Je n'avais jamais vu de feu avant je dois vous le dire. J'étais impressionné la première fois, et ça n'a pas beaucoup changé aujourd'hui. Bien évidemment, je me méfie de ses brûlures, et fait bien attention à ne pas me blesser avec. Je ne suis pas du genre à jouer avec le feu, je suis pas fou! C'est beau, mais ça détruit. En fait au fond, ça le rend encore plus beau je pense.
Je dormis comme une souche, jusqu'à être réveillé à l'aube par la voix forte et plus du tout rauque d'un vieux pyromane (qui ne s'amuse pas à allumer la forêt heureusement).
Et tous les jours jusqu'au début l'adolescence, ce fut comme ça. Et je ne m'en plaignais plus vraiment. J'aimais bien cette vie avec Eriandalaf. C'était cool. Grâce à lui je suis devenu plus costaud, plus rapide, plus fort......plus tout! Même plus stratège!
Ensuite, nous en venons à l'éveil de mon pouvoir, petit lecteur. En fait, c'était un puma qui est apparu comme ça, là, bien tranquillou, et il voulait me grignoter. Ah bah pas question ça! Mais je n'étais pas encore aussi fort qu'aujourd'hui, vous savez. Cette saleté a bien failli avoir ma peau. Mais tout d'un coup, elle s'est immobilisée dans son dernier saut qui était censé me porter le coup de grâce du premier coup. Non, elle ne s'est pas immobilisée. Elle a ralentit. Et de beaucoup. A moins que ce ne soit moi qui ai accéléré? Je ne sais pas, peut-être les deux. En tout cas, je m'écartai, et lui tranchai d'un coup de griffe net et précis la jugulaire. Ça pissait le sang que j'vous dis! Je n'ose pas bouger. Mon coeur bat à la chamade. Le bidule qui fait tic tac vibre en dé-résonance. J'ai l'impression que l'on me compresse le crâne avec un mortier. La pression est dure et lourde. Mon coeur re battit normalement, se calma. J'avais une douleur en moins. Mais il restait cette pression qui m'écrasait la cervelle. Et puis, comme par magie, le tic-tac redevint au rythme normal. La pression s'était relâchée d'un coup, et comme si c'était quelque chose qui me tenait, et bien je m'écroulai, essoufflé. Mon coeur rebattait à la chamade. Quand il se calma et que je retrouvai la force de me relever, et bien j'étais sur mes pattes, vacillant un peu beaucoup. Eriandalaf apparut comme par magie derrière moi, sortant des fourrés.
- J'ai senti une forte odeur de sang, je sentais que quelque chose de pas normal se passait.......mais qu'est-il arrivé?
Il me soutint avec son épaule, et on rentra à la tanière. J'étais déboussolé, c'était le cas de le dire. Avant de perdre connaissance (les sentiments avaient été forts!!!) , j'entendis murmurer Eriandalaf:
- Il est temps qu'il y aille maintenant......
Je n'eus pas le loisir de réfléchir plus à cette phrase, sombrant dans le sommeil (ou l'inconscience?). Je me réveillai le lendemain matin, enfin, matin, quand même vers midi!
Il n'y avait nulle trace de celui qui était un peu comme un père pour moi. Je sortis de la tanière. Personne. Il est peut-être allé chasser quelques proies....
Je m'étirai fortement et longuement, histoire de bien me réveiller.
Je sentis une odeur étrangère, emportée jusqu'à moi par le vent. Un bruit de feuilles écartées par le passage de quelqu'un. En tout cas de plusieurs quelqu'un. Je sentais que j'étais encerclé. Bien que je pétai la forme, je sentais bien qu'ils étaient sûrement plus forts que moi, que ce soit en force ou bien évidemment en nombre. Sauf si j'utilise mon pouvoir. Si j'y arrive. A le déclencher.....
Mais qui dit qu'ils veulent me tuer ou mettre ma vie en danger par des attaques?
- Hum......je sais que ça vous amuse de jouer à cache-cache, mais pourriez vous sortir, histoire que je vois un peu vos gueules?
Un petit moment passa, puis ils sortirent, à découvert, se dirigeant vers moi. Je me tournai vers celui qui semblait être le chef de troupe, car malgré sa petite taille, il dégageait une de ces auras!
- Qu'est-ce que vous me voulez?
J'attendis un moment, puis ajoutai, la voix tremblant légèrement, imperceptiblement, même si assez ferme:
- Et où est Eriandalaf.
Le chat s'approcha vers moi, jusqu'à ce qu'il soit à un petit mètre de moi.
- Tu dois nous aider Gweithwyr. Rejoins nos troupes. Il faut sauver ces chats prisonniers des labos. Tu sais ce qu'ils subissent là-bas, vu que t'y as fait un petit séjour.
- Okay, vous êtes là pour me recruter si j'ai bien compris. Maintenant, où est Eriandalaf? Ensuite tu me diras pourquoi il y a autant de chats avec toi juste pour m'embarquer.
Je le savais. Pour t'intimider et te convaincre de venir me dit une petite voix. Mais je veux savoir ce qu'il va sortir.
- Il s'est fait capturer par les humains.
J'en fus estomaqué et stoppé. Le souffle court, j'eus du mal à articuler cette phrase:
- Pas possible.....Eriandalaf ne se serait jamais fait capturer par ces enfoirés!
- Et pourtant, malheureusement, si. Tout le monde est touché par les méfaits des humains. Pas que les faibles. Tout le monde.
Je me contrôlai, malgré ma voix qui tremblotait de plus en plus.
- Et comment savez vous qu'il a été capturé? Hein, qui vous l'a dit?
- Lui même. Il nous a rejoins avant pour nous le dire. Stop, laisse moi finir, on n'a pas beaucoup de temps. Il s'est livré de lui même. Il nous a dit qu'il avait assez vécu, et avait décidé qu'il t'avait bien formé. Il a même ajouté que c'est plu toi qui l'a formé que lui. Il a dit de te dire qu'il t'aimait comme un fils.
Là, c'est des larmes brûlantes qui sortaient de mes yeux, sans que je pusse les retenir. Je balançai une pierre très loin.
- ......ait CHIER!!!!!!
J'allais le libérer, et lui exploser la tronche avec mes paroles. Oui, j'allais le libérer. La petite voix au fond de moi me susurra de me méfier. Me méfier de quoi? Ma rage et ma colère m'empêche de réfléchir.
- Amenez moi à Felinae.
Détermination de fer. Mais avant, j'avais un truc à faire.
- Je prend juste un truc....
La gavroche d'Eriandalaf. Il ne la mettait que lorsqu'il allumait le feu. Comme si elle contenait son pouvoir. Eriandalaf était puissant. Sûrement trop, et donc il avait cet objet. Moi, je ne le garderai qu'en tant que souvenir, et sur ma tête. Mais à mon contact, elle changea de forme, de couleurs. A la base, elle était rouge avec des flammes dessus. Maintenant, elle était grise et bleue avec des engrenages dorés dessus. Engrenages de la vie. Pas de destin. Nous nous fabriquons notre destin comme disait Eriandalaf. Moi, je ne sais pas encore quel est le mien, mais je vais le créer! Je l'enfilai à travers mes oreilles (il y a des trous pour) , l'ajusta sur ma tête et partis.

On marcha beaucoup et silencieusement. Mais.......maintenant que j'y pense, le chat vert (oui il était vert) ne m'a pas répondu à la question du pourquoi il y avait autant de chats avec lui. J'eus réponse très vite, et en événements. Il y avait plein de créatures bizarroïdes et dangereuses qui nous ont attaqué tout au long du trajet. Si ce chat avait autant de personnes pour le soutenir, c'est tout simplement parce qu'ici c'est truffé de dangers. Et d'ennemis.
On arriva quand même en plutôt bon état au "camp".
Vous connaissez la suite, j'ai été un peu formé, mais finalement, Eriandalaf m'avait si bien formé à ce qu'il paraît, que ma "formation" n'a duré que deux mois. Je te libérerai Eriandalaf!
J'ai découvert plusieurs cousins et cousines là-bas. Je ne peux pas vous dire tous les noms, y'en a pas mal. Je me suis fait des amis. Je me sentais bien. Même si notre tanière à Eriandalaf et moi me manquait.

FIN~
(mais je compte bien dans mes rp's mettre une suite surprenante.....héhéhé, il faudra les lire pour découvrir ce que va découvrir Gweithwyr à propos d'Eriandalaf )


 
• Dans la vraie vie

 
• Pseudo le plus souvent utilisé : Faïryna
 • Âge : Je n'ai pas d'âge, car je suis immortelle mouhahaha  
 • Comment as-tu découvert le forum ? Soleilou
 • Autre chose ? Le fow est trop bôoooo et trop génial et trop claaasse :fleur:
Quiz

Validé par Elli.

 
Code par xLittleRainbow
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Evolution des personnages-
Sauter vers: