Forum RPG, inspiré d'Experience n° 7
 

Partagez | 
• Aphorisme • Soldate, Seconde ligne • [100%]
Jeu 18 Fév - 11:25

Aphorisme

" Ne te fais pas d'illusions. Pour moi, tu n'es qu'une distraction. "

• Sur Felinae

• Nom : Aphorisme (a-fo-ri-ss-m)
• Sexe : Femelle.
• Âge : 3 ans.
• Clan : Soldat.
• Rang : Seconde ligne.
• Race : Angora Turc.

• Pouvoir : Un seul pouvoir auquel vous devrez appliquer des conditions d'utilisation pour ne pas avoir de personnage surpuissant.

Aphorisme est capable de faire pousser et de retracter ses os à sa guise. Non pas pour grandir ou rapetisser, mais pour s'en servir d'arme, ou encore de moyen de défense. Grossièrement dit, elle peut faire sortir des os de son corps, leur donnant une forme plus ou moins arrondie, pointue ou autre, et les rendant plus ou moins épais et résistants. Ce pouvoir n'a qu'une seule limite : l'imagination. Enfin... si on ne compte pas l'atroce douleur que procure à la pauvre féline un ou plusieurs os lui transperçant la peau, l'étirant, la déchirant, la faisant saigner abondamment, jusqu'à parfois même faire hurler de souffrance la femelle.
Franchement, si vous aussi, vous aviez ce pouvoir, vous voudriez, vous, qu'une multitude d'os vous déchiquètent la peau à vous en faire vous arracher les moustaches ? Non ? Aphorisme non-plus. C'est pour cela que, même si elle peut très bien en faire pousser autant qu'elle veut en même temps, elle évite d'en sortir plus de deux ou trois dans un même laps de temps.

Cependant, ne pensez pas qu'elle est invincible sous pretexte qu'elle peut faire se développer et retracter ses os à sa guise. Et non, la belle féline ne peut pas garder sa nouvelle masse osseuse en dehors de son corps autant de temps qu'elle veut car, au fur et à mesure du temps qu'ils passent à l'extérieur du corps d'Aphorsime, le métabolisme de celle-ci change. Ne supportant pas un ajout d'ossature aussi subit, le métabolisme de la féline se met à geler. Comme si il se stoppait soudain après avoir fourni un effort si important. Cela permet d'ailleurs à Aphorisme de ne pas faire d'hémoragie, ainsi, pas de problème de perte abondante de sang. Cependant, ce gèle est bien plus un handicape qu'une aide pour la féline. Son corps se recouvre alors dans un premier temps d'une fine couche de gèle, se faisant de plus en plus dure et épaisse, devenant ainsi une couche de glace grossissante, envahissante, encore et encore. Ce phénomène se produit au bout de 5 minutes d'utilisation. À ce moment, le corps commence à peine à se recouvrir de la fine couche de glace. Au bout de dix minutes, la glace recouvre déjà la moitié du corps d'Aphorisme, paralysant donc déjà les membres ainsi recouverts. Cependant, une fois les os de la féline rétractés, le gèle fond aussi vite -si je puis dire- qu'il est apparu. D'qilleurs, il en va presque du même principe pour son oeil gauche. Plus la durée d'utilisation du pouvoir d'Aphorisme est longue et plus elle sort d'os de son corps, plus son oeil sera luminescent. Ce n'est ni un pouvoir ni une contrainte mais juste un accessoire inutile, ni plus nu moins.

• Physique : Pas de lignes imposées mais des phrases seraient malgré tout les bienvenues. Deux caractères physiques particuliers (ailes, couleur des yeux étrange, aura, plusieurs queues, etc) sont autorisés.

Aphorisme est une féline robuste, à l'allure éthérée mais à l'encolure et aux épaules particulièrement musclées. De corpulence athlétique mais très gracieuse, elle est une femelle d'une taille moyenne, svelte, fine et raffinée,  qui frappe par la fluidité et l'agilité de ses mouvements. Sa tête,  au sommet plat, assez petite par rapport à son corps, est de forme arrondie. Son nez, ni trop long, ni trop court, présente une légère courbure rejoignant sa petite truffe cendrée. Les oreilles d'Aphorisme sont typiques de celles du pur Angora Turc qu'elle est ; grandes, placées haut sur sa tête,  constamment tournées vers l'avant, et pourvues de poils internes assez longs. Ses pattes sont longues et fines, leur ossature est légère et les postérieuresson légèrement plus longues que les antérieures. Si bien qu'une fois debout, on peut voir que la croupe de la féline est légèrement plus haute que son garrot.
Ses yeux grands et en amande, dont le coin exterieur est incliné vers la base externe des oreilles, sont vairons. Le premier, de droite, est d'une simple couleur verte jade, tandis que le second, de gauche, est d'une couleur violette très peu naturelle. Plus précisément violette fushia brillante, luisante, envoûtante, donnant à l'oeil d'Aphorisme une curieuse luminescence constante, la froideur de cette lumière étant renforcée par le contraste d'une pupille entièrement blanche.

La queue de la féline est celle d'un renard. Plutôt longue pour un chat, le bout de celle-ci touche donc presque sa tête. Cette queue est recouvert d'un plein de poils roux, épais et légèrement plus rugueux que le pelage qui recouvre le reste du corps de la femelle. La robe d'Aphorisme dégage une souveraine élégance ; elle est de texture très fine et soyeuse et est de longueur moyenne. Cependant, les poils sont plus longs dans son cou et au niveau de son ventre. La couleur de ce superbe pelage est dite "Black Smoke". Ce qui équivaut à "Noir Fumé" en français. Tête,  dessus de dos, ainsi qu'entièreté des pattes de couleur noire. Le reste de la robe forme une sorte de mélange de plusieurs teintes de gris, mêlées à quelques gouttes de noir. Les poils de son collier marquent une distinction plus prononcée encore que le mélange grisâtre du reste du pelage, car ceux-ci sont gris plus clair et la séparation entre le noir de la tête et des épaules et le gris du cou est très marquée. La seule marque de distinction que possède Aphorisme est le blanc pur qui recouvre les doigts de sa patte postérieure droite.

Aphorisme ne porte qu'une seul accessoire : un collier. Celui-ci est constitué de deux basiques ficelles noires et fines dont les pendentifs semblent avoir été trouvés dans les poubelles avoisinantes. Sur la ficelle du dessus est glissé un crâne de pigeon encore souillet de quelques traces de sang sèches. Sur la seconde ficelle, celle du dessous, ont été enroulées quatre bagues surement de très grande valeur, mais de même aspect que le crâne d'oiseau.

Spoiler:
 

• Caractère : Cinq lignes minimum.

▬ Apho, Apho, Apho... Il n'y a pas de mots pour la décrire. Elle est tout simplement exceptionnel. Du moins c'est ce qu'elle croit. Car oui, cette chère Aphorisme ne manque pas de confiance en elle. C'en est presque un abus de confiance envers elle-même. Pourtant elle n'est pas une de ces femelles qui se pavanent devant les autres et montrent tous leurs grands talents de combattante surpuissante au yeux du grand publique. Elle sait garder ses vraies capacités secrètes. Et de toute façon, pourquoi dirait-elle de telles choses si ce n'est même pas ce qu'elle est vraiment ? Ce serait à l'encontre ses principes : Ne jamais mentir, toujours dire la vérité, être franche, même si cela blesse. Elle, paraît bien fébrile comparé à certains autres matous de première ligne, brutes aux pouvoirs puissants. Vue comme la délicate et envoûtante féline tout aussi manipulatrice que faible. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle est très largement sous-estimée par ceux-ci. Et même par les autres chats tout court. Pas qu'elle aime ça, non, loin de là. Mais elle préfère. « Vous savez, quand on est intelligente, on sait faire la part des choses et abstraction de ce dont on n'a pas besoin. La puissance n'est pas forcément utile. Elle ne fait pas toute la différence. Etre une boule de muscles ne fait pas tout. Certes, ça fait beaucoup pencher la balance de son côté. Mais ça ne fait pas tout. Ce qu'il y a dans la tête compte aussi énormément.. ~ »

C'est bien cette façon de penser qui fait souvent la différence lors de ses combats contre les autres chats. Car il est bien vrai qu'avec ses fines pattes et son doux pelage plutôt encombrant, elle n'irait pas bien loin. Qu'ils soient de gros matous puissants et féroces ou bien de petits "chatons" hargneux, rapides et méprisants, Aphorisme trouvera toujours un moyen d'en toucher les points sensibles pour remporter la victoire. Comme elle dit toujours, « Tout le monde à ses faiblesses, même les pires de tous. ». Bizarrement -m'enfin.. pas tant que ça-, elle utilise le même raisonnement pour servir son propre intérêt personnel. Vous l'aurez deviné, c'est une rusée la Apho'. Et ça ne serait pas étonnant que ce trait de caractère lui vienne de sa queue de renard.

Elle est aussi, de part sa race, et de part elle-même, très intelligent et agile. Elle sait parfaitement se servir de sa tête et de son corps et le sait très bien. Ce qui compense parfaitement son grand manque de muscles. Et oui, malgré le fait qu'elle soit sacrément réfléchie, méthodique et manipulatrice, elle en est bien moins forte au combat. Quand je dis forte, je parle bien sûre de la force, la vraie, la brute, avec les muscles les coups de patte et tout ce qui va avec. Le fait qu'elle ne soit que très peu puissante n'est pas dû a celui qu'elle soit faible. Non, du tout. Enfin.. si, un peu. Mais la raison pour laquelle elle n'est pas spécialement musclée, c'est parce qu'Aphorsime n'en a simplement jamais eu besoin. Après tout à quoi bon avoir un pouvoir si on ne s' en sert pas pour combler une de ses faiblesses au lieu de se muscler pour rien ? Ce raisonnement, les autres soldats ne le comprennet pas vraiment. C'est mieux d'être fort en tout pour servir correctement les humains d'après eux.

Ce genre de reflexions, Aphorisme ne peut pas les supporter. Et elle ne se garde pas de le faire bien comprendre à ses interlocuteurs. Elle ne sait pas faire preuve d'un grand sang froid car une simple petite provocation peut la faire monter sur ses grands chevaux. Elle n'aime pas être contredite et contestée. Quand elle veut dire quelque chose, elle le dit. Que ça plaise ou non. Point. Même si elle est du genre à privilégier tout de même la diplômatiz, il n'est pas rare qu'elle s'attire des ennuis à cause de son arrogance et de son entière confiance en elle-même... Mais, abile manipulatirice aux pattes de velours qu'elle est, elle se débrouille toujours pour s'en sortir à peu près sans égratignures.

Cependant, la jeune femelle qu'elle est n'est donc pas qu'intelligente. Elle fait aussi et surtout parti de cette catégorie de ces chats loyaux et affectueux. Elle ferait tout pour les êtres qui comptent à ses yeux. Mais pas seulement. Aphorisme est une féline dont les intentions sont bonnes et justes. Malgré le fait qu'elle soit une grande hypnotiseuse ainsi qu'une vilaine profiteuse grâce à ses ruses, elle n'a pas un mauvais fond pour autant. Elle est une femelle peut-être pas tout ce qu'il y a de plus honnête et chaleureuse mais tout ce qu'il y a de plus sympathique et volontaire. Même si elle fait croire que c'est à contre-coeur, elle est du genre à toujours vouloir aider les autres, tout savoir et est assez curieuse à vrai dire. On lui rabâche souvent qu'elle se mêle trop de ce qui ne la regarde pas. Et elle trouve comme excuse que c'est parce qu'on l'y a forcée. Cependant, en vérité, elle n'y peut simplement rien, cela fait partie de son instinct vicieux et fouineur. Certains considèrent cela comme de la faiblesse, de la naïveté, de vouloir aider les autres. Elle, le considère plus comme de la gentillesse, tout simplement.

Par contre, ne pensez pas pour autant que Mademoiselle la Minette est une peluche toute douce et toute câline. Certes, en voyant son pelage, on a juste envie de se blottir dedans et de s' y frotter, encore et encore. Mais Aphorisme est le contraire de cela. Du moins au premier abord. Et au second. Et au troisième. Quand elle se méfie encore de vous, qu'elle ne vous a pas encore complètement cerné, qu'elle vous analyse, qu'elle ne vous a pas donné sa confiance. Elle est froide, glaciale. Mais elle a toujours ce petit rictus au coin des babines. Ce rictus qui la rend souvent pas mal arrogante et méprisable, mais très sexy et envoûtante. Car oui, même si elle est une "soldate"  et qu'elle est toujours contrainte de se bagarrer, elle n'est pas laide du tout. L'un n'empêche pas l'autre. Au contraire. Aphorisme en est bien la preuve. Avec sa carrure fine, légèrement musclée, et son long pelage noireau dont elle prend énormément soin, évitant le plus possible qu'il soit salit ou souillé de sang et d'autres textures désagréables, elle est du genre séduisante et sait très bien en tirer profit ; beauté + intelligence = BOUM ! explosion d'emprise sur TOUS les mignons et rebelles petits Felinaes et Caméléons des parages. Enfin, comme dit plus haut, c'est ce que sa sur-confiance en elle lui fait croire. Il n'y a bien sûre pas tous les mâles qui tombent sous son charme. Sauf qu'on ne va pas se mentir, elle sait si bien jouer de son charme et manipuler les esprits tout en gardant une part de mystère très intriguante en elle, qu'il est difficile de se libérer de ses griffes.

Cependant, ne pensez pas qu'Aphorisme est une grosse dragueuse qui utilise des techniques basiques. Non. Comme dit à l'instant, elle envoûte, tout en restant très subtile, elle attise la curiosité de sa "proie", comme elle aime à dire. Ensuite, une fois que la prise est "à point", elle fait ce qu'il veut d'elle. Pour elle, séduire n'est qu'un jeu qui lui sert à assurer sa place au sein de sa guile. Elle n'est pas du genre à se caser avec l'une de ses proies et préfère s'amuser avec.D'une part parce qu'elle aime jouer... Mais aussi parce que, comme dit auparavant, c'est un peu une sentimentale refoulée. Il est vrai qu'elle n'y pense que très rarement, mais quelques fois, elle regarde du haut d'un vieu gratte-ciel les rares petits groups de chats se déplacer dans les rues dévastées, et les beaux, grands et forts matoux qui déambulent de ci de là, puis se dit que peut-être l'un d'entre eux est le compagnon de sa vie..
Puis elle secoue la tête et se dit tout simplement que son promis arrivera quand elle arrivera. Elle ne s'en fait donc pas pour ça.

Et c'est sur cette petite note romantique que se termine enfin la description du caractère d'Aphorisme. ~

• Histoire : Dix lignes minimum

Le vide.. Un grand vide. Que personne ne peut combler.. Puis soudain, une lumière blanche qui jaillit de nul part et qui m'éblouit. J'ouvre lentement mes paupières, hésitante, peu confiante. Je me sens lasse,  faible, vidée de mon âme. J'observe ce qui s' affaire autour de moi pour découvrir ensuite des personnes qui s'agitent, marchant de droite à gauche autour de mon corps allongée sur cette table métallique et glacée. C'est alors que je comprends où je me situe en cet instant, dans cette pièce blanche remplie de machines, de lumières éblouissantes, de bruits incessants et de "Bip-Bip-Bip". Un laboratoire. Oui, je reconnais cette odeur. Je ne sais comment, pourtant je ne me souviens de rien. Mais cette odeur.. Je dirige alors mes yeux vers mon corps et j'y découvre du sang.. Partout.. Sur mes membres, ma partie abdominale, mes pattes, celles-ci écartées et attachées à un je ne sais quoi que m'empêche de bouger. Je suis encore sous l'effet du gaz anesthésiant. Cependant je commence à paniquer. Doucement..
Je ne comprends pas ce que je fais ici, n'ayant aucun souvenir de ce qui s'était passé auparavant, je commence à me sentir en danger. Alors mon cœur s'accélère et je vois les médecins, tous vêtus de blouses immaculées de sang rouge vif m'appartenant certainement, s'agiter de plus en plus. Puis plus rien. Un vide à nouveau. Ce même vide qui, auparavant, m'avait pris entre ses bras. Et je restai là, dans ce vide irritable durant de longues minutes ou plutôt heures.. jusqu'à ce que je me réveille à nouveau, jusqu'à ce que j'ouvre à nouveau mes lourdes paupières et que j'observe. Que j'observe autour de moi.

 Il y avait beaucoup de lumière. Comme à mon premier réveil. Et, cette fois encore, cette lumière était froide et éblouissante. Elle provenait d'une vieille ampoule défectueuse qui pendait au plafond, suspendue à deux ou trois fins câbles. Cette lumière.. Elle m'agressait la rétine, je ne pouvais plus le supporter. Je regardai par les barreaux de la cage où je me situais. C'est alors qu'une dame entra dans la pièce et vint se tenir devant les barreaux de ma prison. Je tournai difficilement ma tête pour voir la jeune femme. Celle-ci s'adressa à une personne qui la suivait. C'était un homme. Tout deux avaient des documents et plusieurs papiers dans les mains. Encore fébrile, je me relevai lentement. Il ne me fallut pas plus de deux seconde avant de laisser lourdement retomber mon postérieur au sol, me retrouvant donc assise, trop déséquilibrée pour me tenir debout. Ça n'était pas normal. Jamais auparavant je ne me sentais si lourde. Je lançai un regard vers mon postérieur. J'y vis un bandage blanc tâché de pourpre enrouler l'attache de ma queue.. ma.. "Ma queue ! Ce n'est pas ma queue !" pensais-je si fort que j'en eu mal aux tempes en fixant mon arrière train d'un air effaré.  Ma magnifique queue noire duveteuse, ils l'avaient remplacée par une queue rousse au poil sec et sauvage. Je n'en revenais pas.

Je secouai vivement la tête. "Concentre-toi sur ce qui t'entoure. Tant pis pour ta queue." Les deux personnes s'avancèrent vers la cage et l'homme s'adressa une nouvelle fois à la femme, se lançant dans de longues explications à mon sujet. Enfin, je supposais qu'il parlait de moi. Il n'arrêtait pas de répéter un même mot "Aphorisme". Il le plaça dans une phrase que je retenu tout particulièrement : "ce spécimène est l'aphorisme même de nos recherches". L'aphorisme de leurs recherches.. Serait-ce donc ça mon nom ? Aphorisme ? Je décidai de miauler à chaque fois que l'homme dirait ce mot. Peut-être aurait-il pu m'eclairer ? L'homme affichait un sourire à fier et se retournait vers la femme à chaque miaulement qui entravait mes babines, je supposai donc que je me nommais comme cela.
Il reprit alors son discours. Je l'écoutai, je l'écoutai aussi attentivement que je pus. Du moins j'essyais car je me sentais encore énormément endormie et faible, limite comateuse. J'essayai alors d'assembler les quelques rares bouts de phrases que j'avais pu retenir et fini par comprendre l'essentiel : j'allais intégrer une guilde de chats combattants aux pouvoirs suréalistes. Des félins avec des pouvoirs.. J'étais sûre d'en avoir déjà entendu parler. Mais où, ça, je l'ignorais. Cependant, si je devais l'intégrer, cette guilde.. Se pourrait-il que moi aussi je sois désormais détentrice d'un pouvoir ? 

À ce moment, au moment ou des milliers de questions fusaient dans ma tête sur ce sois-disant pouvoir que je detenais sûrement, je pu apercevoir une lumière fluorescente. Celle-ci m'eblouit, me frustrant, non, pire ; je sursautai. Cette lumière, elle ne voulait pas dégager de mon champ de vision. Elle empêchait un de mes yeux de voir correctement. Je me secouai, gesticulant dans tout les sens jusqu'à me sentir soudain comme si je tombais. En une fraction de seconde, je sentis cette sensation de vide disparaître et laisser place à une douleur atroce au niveau de mon poitrail ainsi que mon dos. Je regardai tant bien que mal le sol, essayant de clore mon oeil devenu fou. J'y vis du sang. Ainsi qu'un genre de poteau blanc et sanglant. Je remontai du regard les filets de sangs degoulinants abondamment sur le sol et tout le long de ce fameux poteau. Et là,  je vis que la seconde extrémité de ce poteau n'était non pas reliée au vide ou autre mais à moi. Je ne compris pas tout de suite que ce "poteau" n'était autre que l'un de mes nouveaux os. Je venais, il y a cinq minutes à peine, de me réveiller d'un long sommeil interminable. Je ne pouvais pas tout de suite deviner que j'avais maintenant la capacité de ralonger et rétracter mes os à ma guise. Mais reprenons.

Je découvris alors que la douleur, ou plutôt le poid, qui me saisissait le dos n'était autre que la cage où j'étais enfermée. Durant ma crise de panique, j'avais dû renverser ma prison. Si bien qu'elle était carrément tombée de la table où elle se situait. Inconsciemment,  et par réflexe,  mon cerveau avait dû ordonner à mes cellules de faire pousser mes os, me sauvant ainsi d'une chute brutale. Les deux humains avaient observé la scène avec dédain et curiosité. L'homme était très fier de sa création. Il reposa la cage sur le sol et s' amusa à tapoter l'os qui me sortait du corps tandis que mes pattes arrières commençaient à se refroidir et à s' engourdir. Je ne pouvais laisser cette chose plus longtemps hors de moi. Mon instinct me faisait comprendre que ce refroidissement était dangereux. Je ne me fis pas prier et, m'efforçant de penser au même ordre "Rétracte-toi ! Rétracte-toi ! Allez, rentre !", mon corps s' executa, sous les yeux ébahis des humains.

Quelques mois après cet incident, on m'avait fait intégrer cette fameuse guilde. J'étais désormais une superbe combattante de seconde lignée, parfaitement abte à contrôler son pouvoir. J'apprenais vite.

• Dans la vraie vie

• Pseudo le plus souvent utilisé : Meyre0w0 / Mhairie.
• Âge : 14 ans. ~
• Comment as-tu découvert le forum ? Euca' ♥ Franche (Levi) ♥
• Autre chose ? Nyaaan. ~ ♥

Quiz
Ils ont suivi un arc-en-ciel *w*

Code par xLittleRainbow


Dernière édition par Aphorisme le Ven 19 Fév - 14:31, édité 5 fois
Jeu 18 Fév - 14:32
Bienvenue à toi~
Ton perso m'a l'air intéressant et bien développé, j'ai lu un bout de ta présentation, j'aime beaucoup ton style d'écriture ^.^
Bonne continuation de ta fiche !
Jeu 18 Fév - 15:32
Merci beaucoup c:
Messages : 520
Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 17
Jeu 18 Fév - 17:46
Enfin là?
Tu nous auras fait attendre!
J'aime beaucoup ton perso :p

_________________

«Les gens ne se laisseraient pas tenter par le Diable s'il n'était pas séduisant»
Alec vous détruit en #663300



Jeu 18 Fév - 18:08
Ué j'sais mais bon, je suis là maintenant c:
Et tant mieux s' il te plaît ^^
Messages : 381
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 15
Jeu 18 Fév - 21:14
Hey ! :D je te souhaite la bienvenue sur le fow ! Je trouve ton écriture très agréable et développée et ton personnage très intéressant ! J'ai hâte de rp avec toi ^^

_________________


Jeu 18 Fév - 22:39
Merci beaucoup Plume noire ! Contente que ça te plaise :3
Messages : 1234
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 22
Ven 19 Fév - 10:47
Mhairiiiiiiie ** C'est Blue ^.^

Ton perso est maxi grave classieux 8) Par contre je te suggère de bien relire le réglo pour l'avant dernière question parce que, si, c'est bien précisé dans le rélgo ^^ Mais, dans tous les cas, dès que tu auras la bonne réponse y'aura pas de soucis pour ta validation.

_________________


Merci Lokiiiiiiiiiiiii :love:

Merci Cyaaaa:
 

Grand merci à Yuëna :3:
 

Merci Neko-chérie ♥:
 

Merci Yinzi **:
 

Merci à Nyria pour ce cadeau de Noël !:
 
Messages : 557
Date d'inscription : 08/08/2015
Age : 14
Ven 19 Fév - 14:25
Hey, rebienvenue :)

J'aime beaucoup Aphorisme, et vive les Angora Turc!!!!! :love: enfin vive le turc tout court
Bref passe du bon temps sur le forum. :)

_________________
Les aigles ne volent pas avec les pigeons alors écartez vous de mon plans de vole..                                  
Thai
Fiche lien   
Boutique    Deviantart      
Merci Yuëna              
Merci Neon:
 

Merci Apho':
 

badges:
 
Ven 19 Fév - 14:48
Alooors, tout d'abord merci pour les bienvenues et Uéé vive les Angora Turcs éwè
Et je suis contente que ma Apho' plaise autant :3 ♥

Ensuite :
Blueneeeette *-* ♥ Je sais pas pourquoi mais j'avais le pressentiment que c'était toi 8)

Ah ui du coup je viens de trouver. Mais j'avais tout de même raison finalement, c'est pas marqué dans le règlement. x3 Vous nous faites chercher bande de fourbes èé
Voili voilu, du coup je suis prête pour ma validouchation ^^
Messages : 1234
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 22
Ven 19 Fév - 15:56
Héhé faut bien qu'on vous oblige à lire plein de choses pour qu'on ait pas à vous remonter les bretelles après 8)

En tous cas validouch' !

_________________


Merci Lokiiiiiiiiiiiii :love:

Merci Cyaaaa:
 

Grand merci à Yuëna :3:
 

Merci Neko-chérie ♥:
 

Merci Yinzi **:
 

Merci à Nyria pour ce cadeau de Noël !:
 
Mer 17 Aoû - 2:14
J'archive.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atohi, soldat, seconde ligne
» Seth ; non pas le chiffre abrutis ! Soldat, seconde ligne
» jeu en ligne gratuit du SDA
» Les Radios en ligne !
» Cavalerie contre ligne d'infanterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felinae :: Personnages :: Fiches :: Archivées-
Sauter vers: